AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marie-Françoise Delecroix (Éditeur scientifique)Alain Jaubert (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070343799
160 pages
Gallimard (22/03/2007)
4.23/5   118 notes
Résumé :
Marie-Françoise Delecroix est professeur de chaire supérieure.
Elle enseigne en hypokhâgne et en khâgne au lycée Fénelon à Paris. En 2007, elle a collaboré à l'anthologie des œuvres de René Char Poèmes en archipel aux Éditions Gallimard. Alain Jaubert est écrivain et réalisateur. Après avoir été enseignant dans des écoles d'art et journaliste, il est devenu aussi documentariste. Il est l'auteur de nombreux portraits d'écrivains ou de peintres contemporains po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
4,23

sur 118 notes
5
11 avis
4
5 avis
3
0 avis
2
2 avis
1
0 avis

CorinneCo
  05 novembre 2013
J'ai toujours un livre de René Char à portée de main, non pas en livre de chevet, mais en livre que l'on emmène même si on n'a pas l'intention de lire. Un livre comme une couverture qui tient chaud. Feuillets d'Hypnos je l'ai tellement emmené partout juste pour l'avoir dans mon sac que je l'ai perdu, en même temps cela m'étonne... Mais je ne le trouve plus, enfin je ne trouve plus l'ancien exemplaire, usé, annoté. le neuf c'est différent. Voilà ce que résume cette" digression" personnelle sur René Char, l'importance de son écriture....
Commenter  J’apprécie          474
cicou45
  23 septembre 2015
Travaillant dans un service d'Archives et ayant un directeur passionné d'Histoire et surtout l'histoire du XXème siècle et plus principalement encore, la guerre, c'est ce dernier qui, a l'occasion des Journées du Patrimoine, m'a conseillé de lire cet ouvrage de René Char. Pour une fois qu'il me conseille un ouvrage (susceptible de m'intéresser), je ne pouvais que sauter sur l'occasion, surtout lorsque j'ai vu que la médiathèque l'avait dans son fonds.
Ce qui devait à l'origine être un carnet de guerre, de's réflexions philosophiques ou de simples pensées ou réflexions sur ce que le poète, Résistant et maquisard, voyait devant lui, s'est plus tard transformé en recueil de poésie. Voilà d'ailleurs la raison pour laquelle mon directeur connaissait bien cet ouvrage, c'est tout simplement parce qu'il est question principalement de guerre ici, la Seconde Guerre mondiale, mais vu sous les yeux d'un homme engagé dans le FFL mais poète avant tout. C'est là où cet ouvrage est extraordinaire car le lecteur peut à la fois y puiser des sources historiques, philosophiques mais aussi poétiques tout simplement. Je ne vous cacherai pas que ces vers sont très sombres, engagé envers l'absurdité de l'homme, la cruauté de la vie mais se terminent cependant sur une note d'espoir avec un quelques vers consacrés à "La Beauté" !
Des vers qui ont été composés sur le vif, à savoir durant l'engagement de René Char dans la Résistance mais d'autres bien après, ce qui permet au poète de prendre un peu de recul...quoique ! Bref, un ouvrage que je ne peux que vous recommander et qui mériterait d'être étudié en toute fin de collège ou au lycée car il permettrai à la fois de mêler les cours d'Histoire et de Littérature et puis, surtout, l'avantage à étudier René Char, est que l'on peut y passer des heures sans jamais s'en lasser ni même épuiser le sujet. A découvrir et à faire découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Lazlo23
  26 mai 2018
Feuillets d'Hypnos est à ma connaissance le livre le plus accessible de René Char (1907-1988). Il est vrai qu'il s'agit au départ du journal de guerre du poète qui, sous le nom de capitaine Alexandre, dirigea un maquis en Haute Provence.
Cela explique sans doute la forme lacunaire, voire télégraphique, de ce recueil, dont certains fragments se résument à quelques mots : "Présent crénelé." (23) ou "Devoirs infernaux." (100)
Du journal intime, Feuillets d'Hypnos tire également son ancrage dans l'événement historique : l'ennemi y est clairement désigné (SS, Miliciens, traîtres...), tandis que les résistants qu'on y croise sont bien réels, encore que soigneusement camouflés sous des pseudonymes parfois drolatiques (Archiduc, Arthur le Fol...) Certains fragments prennent même la forme de micro-récits, comme le 138, qui raconte la mort du poète et résistant Roger Bernard : "Horrible journée ! J'ai assisté, distant de quelque cent mètres, à l'exécution de B..." Mais ces passages constituent finalement des exceptions : "Prends garde à l'anecdote, écrit Char. C'est une gare où le chef de gare se moque de l'aiguilleur." (53)
Nous voilà prévenus : le but ici poursuivi est moins de raconter l'action d'un chef de maquis que de lui donner un sens ; d'où peut-être ces nombreux aphorismes qui tentent (à l'impératif ou à l'infinitif) de fixer un cap, de tracer une ligne de conduite au milieu du chaos de la guerre : "Ne t'attarde pas à l'ornière des résultats" (2), "Être du bond. N'être pas du festin, son épilogue. (197)
En effet, si l'auteur, refusant la tiédeur, revendique de se mettre au service de l'action ("L'acquiescement éclaire le visage. Le refus lui donne la beauté." (81)), il n'est pas question pour lui de déchoir, et d'écrire de la poésie de circonstance : "Je me fais violence pour conserver, malgré mon humeur, ma voix d'encre." (194) Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le recueil s'achève sur le mot Beauté (avec une majuscule) : "Dans nos ténèbres, il n'y a pas une place pour la Beauté. Toute la place est pour la Beauté." (237)
Il est vrai que ce terme ne désigne pas seulement le travail du poète ; se battre contre les "ténèbres hitlériennes" est en effet pour Char une manière de vivre plus et mieux, "un surcroît d'existence" auprès duquel le reste ne pourra que sembler fade et "indigent" : "Si j'en réchappe, confie-t-il, je sais que je devrai rompre avec l'arôme de ces années essentielles, rejeter (non refouler) silencieusement loin de moi mon trésor, me reconduire jusqu'au principe du comportement le plus indigent comme au temps où je me cherchais sans jamais accéder à la prouesse, dans une insatisfaction nue, une connaissance à peine entrevue et une humilité questionneuse." (195)
Poésie de l'action, poésie en action, Feuillets d'Hypnos est un un très beau texte, qui peut constituer une excellente porte d'entrée dans l'oeuvre imposante de ce grand poète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
paroles
  02 décembre 2018
Feuillets d'Hypnos est un recueil poétique constitué de 237 fragments numérotés. Ils ont été écrits entre 1943 et 1944, lorsque René Char, entré dans la Résistance, était surnommé le Capitaine Alexandre. Ils reflètent l'horreur des combats, la souffrance mais aussi le courage et la solidarité des combattants. Et ils sont aussi porteurs de beauté, celle que la nature délivre sans cesse malgré les souillures de la guerre. Et bien sûr celle de l'art face à la barbarie.
Ce recueil ne sera publié qu'après la Libération, en 1946. C'était une volonté de l'auteur de ne rien faire paraître pendant la guerre car il considérait que se battre était plus urgent.
Le style peut sembler parfois hermétique mais on peut comprendre la difficulté de s'exprimer face à l'horreur nazie, face à la guerre.
Ces fragments sont surtout des aphorismes, des poèmes-instants ou des poèmes-traces, ils sont des actualités du moment présent, des instantanés saisis sur le vif, dans l'urgence de la guerre.

Lien : http://mespetitesboites.net
Commenter  J’apprécie          400
Giraud_mm
  12 avril 2020
Un ensemble de textes courts et poétiques, plus que de véritables poèmes, écrits par René Char en 1943-1944, alors qu'il était officier dans la résistance française.
L'horreur de la guerre y côtoie l'amitié, la fraternité, la beauté, mais aussi, parfois, le désenchantement.
René Char porte un regard lucide sur le monde qui est le sien, où la violence est une nécessité pour la survie et l'intégrité.
Une belle lecture !
Lien : http://michelgiraud.fr/2020/..
Commenter  J’apprécie          400

Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
chris49chris49   05 avril 2022
Les enfants réalisent ce miracle adorable de demeurer des enfants et de voir par nos yeux.
[177]

L’homme qui ne voit qu’une source ne connaît qu’un orage. Les chances en lui sont contrariées.
[208]

Enfonce-toi dans l’inconnu qui creuse. Oblige-toi à tournoyer.
[212]

Brusquement tu te souviens que tu as un visage. Les traits qui en formaient le modelé n’étaient pas tous des traits chagrins, jadis. Vers ce multiple paysage se levaient des êtres doués de bonté. La fatigue n’y charmait pas que des naufrages. La solitude des amants y respirait. Regarde. Ton miroir s’est changé en feu. Insensiblement tu reprends conscience de ton âge (qui avait sauté du calendrier), de ce surcroît d’existence dont tes efforts vont faire un pont. Recule à l’intérieur du miroir. Si tu n’en consumes pas l’austérité du moins la fertilité n’en est pas tarie.
[219]


Vie qui ne peut ni ne veut plier sa voile, vie que les vents ramènent fourbue à la glu du rivage, toujours prête cependant à s’élancer par-dessus l’hébétude, vie de moins en moins garnie, de moins en moins patiente, désigne-moi ma part si tant est qu’elle existe, ma part justifiée dans le destin commun au centre duquel ma singularité fait tache mais retient l’amalgame.
[223]

Dans nos ténèbres, il n’y a pas une place pour la Beauté. Toute la place est pour la Beauté.
[235]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Lazlo23Lazlo23   26 mai 2018
Horrible journée ! J'ai assisté, distant de quelque cent mètres, à l'exécution de B. Je n'avais qu'à presser la détente du fusil-mitrailleur et il pouvait être sauvé ! Nous étions sur les hauteurs dominant Céreste, des armes à faire craquer les buissons et au moins égaux en nombre aux SS. Eux ignorant que nous étions là. Aux yeux qui imploraient partout autour de moi le signal d'ouvrir le feu, j'ai répondu non de la tête... Le soleil de juin glissait un froid polaire dans mes os.
Il est tombé comme s'il ne distinguait pas ses bourreaux et si léger, il m'a semblé, que le moindre souffle d'air eût dû le soulever de terre.
Je n'ai pas donné le signal parce que ce village devait être épargné à "tout prix". Qu'est-ce qu'un village ? Un village pareil à un autre ? Peut-être l'a-t-il su, lui, à cet ultime instant ? (Fragment 138)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
chris49chris49   01 avril 2022
Horrible journée ! J’ai assisté, distant de quelque cent mètres, à l’exécution de B. Je n’avais qu’à presser sur la gâchette du fusil-mitrailleur et il pouvait être sauvé ! Nous étions sur les hauteurs dominant Céreste, des armes à faire craquer les buissons et au moins égaux en nombre aux SS. Eux ignorant que nous étions là. Aux yeux qui imploraient partout autour de moi le signal d’ouvrir le feu, j’ai répondu non de la tête… Le soleil de juin glissait un froid polaire dans mes os.

Il est tombé comme s’il ne distinguait pas ses bourreaux et si léger, il m’a semblé, que le moindre souffle de vent eût dû le soulever de terre.

Je n’ai pas donné le signal parce que ce village devait être épargné à tout prix. Qu’est-ce qu’un village ? Un village pareil à un autre ? Peut-être l’a-t-il su, lui, à cet ultime instant ?
[138]

La contre-terreur c’est ce vallon que peu à peu le brouillard comble, c’est le fugace bruissement des feuilles comme un essaim de fusées engourdies, c’est cette pesanteur bien répartie, c’est cette circulation ouatée d’animaux et d’insectes tirant mille traits sur l’écorce tendre de la nuit, c’est cette graine de luzerne sur la fossette d’un visage caressé, c’est cet incendie de la lune qui ne sera jamais un incendie, c’est un lendemain minuscule dont les intentions nous sont inconnues, c’est un buste aux couleurs vives qui s’est plié en souriant, c’est l’ombre, à quelques pas, d’un bref compagnon accroupi qui pense que le cuir de sa ceinture va céder… Qu’importent alors l’heure et le lieu où le diable nous a fixé rendez-vous !
[141]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
PecosaPecosa   02 mai 2018
Notre héritage n'est précédé d'aucun testament. On ne se bat bien que pour les causes qu'on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s'identifiant. Agir en primitif et prévoir en stratège. Nous sommes des malades sidéraux incurables auxquels la vie sataniquement donne l'illusion de la santé.
Commenter  J’apprécie          580
Fabinou7Fabinou7   14 janvier 2022
"J’ai toujours le cœur content de m’arrêter à Forcalquier, de prendre un repas chez les Bardouin, de serrer les mains de Marius l’imprimeur et de Figuière. Ce rocher de braves gens est la citadelle de l’amitié. Tout ce qui entrave la lucidité et ralentit la confiance est banni d’ici. Nous nous sommes épousés une fois pour toutes devant l’essentiel."
Commenter  J’apprécie          400

Videos de René Char (57) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Char
Les grands classiques du répertoire N°1 : René Char. “Claire”, suivi de “Fêtes des Arbres et du Chasseur” - Première diffusion sur la Radiodiffusion-Télévision Française : 14/05/1955. Réalisation : Alain Trutat. Musique originale : Pierick Houdy. Chef d'orchestre : Pierre Michel Le Conte. Avec Jacqueline Pagnol, Pierre Vaneck, Roger Blin, Madeleine Sylvain, Jean Mauvais, Pierre Leproux, Gaetan Jor, Jean-Jacques Morvan, Jean Péméja, Roger Pigaut, Jean Topart, Paul Emile Deiber, Lucienne Bogaert, Pierre Larquey, Michel Dumur, Catherine Goetgheluck. Et Cyril Dives à la guitare et l’Orchestre National de la RTF. “Claire” Dans cette suite, René Char suit le cours d’une rivière à laquelle il donne le nom familier de Claire. Il imagine que dans les villages et les lieux qu’elle traverse vivent, participant de l’existence de tous, des jeunes filles et des jeunes femmes appelées également Claire. Mais elles ne sont que des personnifications vivantes de la rivière elle-même. Claire est celle que le poète attend, la “Rencontrée” qui seule lui permet de chasser ses fantômes et de continuer à vivre. Claire est une et plusieurs, toutes celles qui “aiment, rêvent, attendent, souffrent, questionnent, espèrent, travaillent”. À travers les personnages d’un chef d’opérations dans le maquis puis d’un chargé de mission de la Résistance, ce sont ses propres contradictions qu’interroge le poète des “Feuillets d’Hypnos”. Dans “Claire”, il poursuit sous une forme dramatique son analyse à la fois poétique et politique du réel, avoue ses déceptions face à l’hostilité d’un monde qui aurait dû changer et s’est reconstruit, étranger à cette espérance. “Fêtes des Arbres et du chasseur” Poème pour voix et guitare. Deux joueurs de guitare sont assis en plein air dans l’attente du chasseur. Ils échangent des poèmes. Thèmes : Création Radiophonique| Radiodiffusion-Télévision Française| Grands Classiques| Poésie| France Culture| René Char
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1017 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre