AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072445620
Éditeur : Gallimard (26/06/2017)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 208 notes)
Résumé :
"Pourquoi le cacher ? Ce n'est pas une poésie facile. Ses difficultés sont à proportion, en nous, des vieilles habitudes de voir et de leur résistance: René Char ou la jeunesse des mots, du monde... Il faut le lire et le relire pour, peu à peu, sentir en soi la débâcle des vieilles digues, de l'imagination paresseuse... Poésie qui se gagne, comme la terre promise de la légende et de l'histoire: celui-là qui y plante sa tente, qu'il soit assuré de s'en trouver plus f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Myriam3
15 février 2016
Je ne mentirai pas, je suis passée à côté des deux tiers de ce recueil de poèmes. Je les ai lus, tous, ou quasiment, et j'ai essayé de m'abandonner à la sonorité, à la juxtaposition de mots, aux mots eux-mêmes, sans chercher à tout comprendre, comme on le ferait à une exposition d'art contemporain.
Mais en suivant le flux des phrases, on retient plusieurs trames:
-pour commencer, l'action, la poussée vers le but, et parfois la violence de cette dynamique.
-la nature telle qu'on ne la connaît plus (dans la poésie, dans l'écriture), encore sauvage et si multiple, odorante, rugueuse, si vivante.
-l'amour, parfois dans sa désespérance, l'immédiateté.
-le souvenir, l'enfance, le passé qui n'est plus.
-la guerre, sa violence, sa présence.
Obligé d'écrire dans l'immédiateté, on imagine un carnet abîmé glissé dans sa poche de maquisard qu'il remplit entre deux actions, à l'envolée, et qu'il ne comprend peut-être plus lui-même au moment de les retranscrire. Fugacité du moment.
Coups de colère aussi, et intransigeance, pour ceux qui pourraient être traîtres ou ceux qui ne s'engagent pas vraiment, et pureté de ces hommes encore enfants qui se jettent dans la résistance.
Il m'a fallu énormément de temps pour lire ce recueil, et je ne pense pas en lire d'autres de lui de sitôt, mais comment ne pas reconnaître la profondeur et la richesse de chaque phrase, qu'on pourrait relire de tant de manières différentes?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
candlemas
06 novembre 2016
J'ai apprécié la lecture de René Char dans Fureur et Mystère, et aussi les commentaires de Jean-Michel Maulpoix et la courte préface d'Yves Berger. Ils m'ont en effet permis, à défaut d'un entier plaisir de découverte, d'ouvrir ce livre avec des attentes par rapport à un style de poésie que j'aime...et je n'ai pas été déçu.
Le titre me semble de ce point de vue bien résumer le contenu : René Char exprime sa révolte et sa passion, et pas seulement dans son engagement résistant, mais aussi son questionnement permanent sur l'absurdité des malheurs des hommes... la condition humaine, et au-delà... la fameuse question ontologique... Fureur donc, et Mystère...
J'ai aimé aussi la force d'invocation et l'ambivalence de sa poésie.
Elle est à la fois matérialiste, concrète, terrienne, paysanne, s'appuyant sur des faits de guerre bien précis ou sur l'échange avec les camarades, et sur une connaissance intime du monde agricole. Yves Berger parle de laconisme (paysan...) et de poèmes pulvérisés comme dans un archipel.
On trouve donc aussi une seconde dimension qui, à travers des métaphores fortes et des associations de mots surprenantes, renvoie aussi le lecteur à une dimension mystique, transcendante, abstraite ... qui s'exprime dans les mots, mais aussi dans l'expression directe de préceptes moraux relatifs à l'homme d'action et à l'homme juste.
Bref, pour moi, René Char poursuit la lignée d'auteurs que j'apprécie tout particulièrement : Saint Exupéry, Kessel, Camus... et leurs cousins américains, London, Steinbeck, Hemingway.
Seulement trois étoiles pour Fureur et Mystère... peut-être parce qu'effectivement son écriture, à plusieurs niveaux, mérite qu'on y revienne, pour bien assimiler toutes les dimensions. J'ai aimé, mais avec le sentiment de n'avoir pas su tout digérer. Il faudra sans doute que j'y revienne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
chartel
15 novembre 2008
Un recueil rassemblant des poèmes de René Char écrits entre 1938 et 1947. L'amour pour la nature, ses souvenirs d'enfance, douloureux, tendres ou nostalgiques y sont des thèmes récurrents. Composant aussi de courts poèmes en prose durant son engagement dans la résistance pendant la Seconde Guerre: "les Feuillets d'Hypnos", l'auteur nous offre un témoignage d'une des plus importantes expériences humaines qu'il ait vécu. Sa lucidité, son humanité et son sens des responsabilités y apparaîssent dans toute leur grandeur.
Commenter  J’apprécie          210
lDavidl
24 juillet 2013
René Char fait partie de ces poètes que la Seconde Guerre Mondiale a inspirée profondément (ainsi que la Résistance). Néanmoins, il est plaisant de voir que, contrairement à d'autres écrits, la guerre n'est pas un prétexte à proprement dit, mais plutôt ce qui a réveillé en ce monsieur qu'est René Char une soif de dignité et d'envie qui se retrouve très clairement dans ces textes (et notamment dans les feuillets d'Hypnos). Par ailleurs, j'ai beaucoup apprécié '' l'efficacité'' de son écriture, en contact tout de même avec un certain flou qui peut gêner la compréhension de certains poèmes du fait d'un manque de connaissances (envers le personnage ET les événements de la Résistance). Il pourrait être intéressant de relire ce recueil un peu plus tard, pour pouvoir ajuster notre point de vue à l'égard de ces textes parfois quelque peu compliqués.
Commenter  J’apprécie          70
charlottelit
08 septembre 2011
arrivée à la fin sans me presser trop, une seule envie, recommencer la promenade enchantée depuis la page no..............1
Commenter  J’apprécie          80
Citations & extraits (180) Voir plus Ajouter une citation
WozniaksandyWozniaksandy17 septembre 2017
Argument

L'homme fuit l'asphyxie.
L'homme dont l'appétit hors de l'imagination se calfeutre sans finir de s'approvisionner, se délivrera par les mains, rivières soudainement grossies.
L'homme qui s'épointe dans la prémonition, qui déboise son silence intérieur et le répartit en théâtres, ce second c'est le faiseur de pain.
Aux uns la prison et la mort. Aux autres la transhumance du Verbe.
Commenter  J’apprécie          00
WozniaksandyWozniaksandy17 septembre 2017
Afin qu'il n'y soit rien changé

J'ai, captif, épousé le ralenti du lierre à l'assaut de la pierre de l'éternité.
Commenter  J’apprécie          20
WozniaksandyWozniaksandy17 septembre 2017
La menace s'est polie. La plage qui chaque hiver s'encombrait de régressives légendes, de sibylles aux bras lourds d'orties, se prépare aux êtres à secourir.
Commenter  J’apprécie          00
WozniaksandyWozniaksandy17 septembre 2017
J'ai lié les unes aux autres mes convictions et agrandi ta Présence. J'ai octroyé un cours nouveau à mes jours en les adossant à cette force spacieuse.
Commenter  J’apprécie          00
WozniaksandyWozniaksandy17 septembre 2017
Sur les arêtes de notre amertume, l'aurore de la conscience s'avance et dépose son limon.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de René Char (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Char
Émission « Un siècle d'écrivains », numéro 150, diffusée sur France 3, le 11 février 1998, et réalisée par Marie-Claude Char et Jacques Malaterre.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
564 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre