AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226319494
Éditeur : Albin Michel (30/10/2019)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 497 notes)
Résumé :
A Los Angeles, un tueur laisse ses victimes à l'état de squelette en seulement quelques heures. Dans le même temps, à New York, un ravisseur s'attaque à de jeunes gens passionnés par l'apocalypse. Atticus Gore et Kat Kordell sont les seuls à pouvoir comprendre ce qui se passe, mais ils manquent de temps
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (161) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  17 novembre 2019
La magie Chattam n'opère plus.
Je désespère de pouvoir remettre un jour 5 étoiles a un de ses romans.
Le roman est agréable, mais il ne fait pas du tout peur et pourtant j'y avais cru et espéré… le prologue était de bonne augure.
Du coup je me suis contentée d'un policier intéressant, car il y a de belles réflexions et des interrogations très juste. Reprise par le petit mot explicatif et de remerciements de Maxime Chattam. Mais bon, on reste loin du page turner
J'ai apprécié les personnages , ils sont bien campés. Mais je n'ai pas eu de coup de coeur.
L'écriture de Chattam est égale a elle même. Par contre la couverture du roman ne m'a pas plu du tout, même si elle est pertinente. Je la trouve beaucoup trop proche par ses couleurs de celle de son précédent roman le signal.
Je reprends ce que j'ai déjà dit. Je pense que Maxime Chattam gagnerait en qualité si il ne se sentait pas obligé de sortir un roman tous les ans… à quelques jours près. Et puis il a pour moi, perdu sa verve et reste trop dans le politiquement correct, et je trouve cela dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1117
La_Bibliotheque_de_Juju
  31 octobre 2019
Pour Halloween, je vais vous parler de ma dernière lecture en date. le nouveau Chattam !
(Deux secondes, c'est une mouche que j'entends voler là ?)
Le prologue. En très peu de pages, Monsieur Chattam a réussi à me filer la chair de poule et m'a même obligé à faire une pause dans ma lecture afin de faire une inspection complète de mon appartement, à la recherche du moindre insecte…
(C'est un mille pattes que je vois là sur le rebord de la fenêtre, non ?)
J'aime me faire peur. Et bien, pour le coup, ça a plutôt bien fonctionné !
Ici, c'est la petite bêbête qui monte, qui monte, en même temps que la tension du lecteur qui doit bien s'accrocher à son livre pour ne pas partir en courant, sans demander son reste !
Il ne faut pas trop en dire de cette histoire qui fait mouche ! Juste vous dire que j'ai aimé les personnages, Atticus Core, ce flic homosexuel au caractère bien trempé, et Kat Kordell, détective privée, maligne et impertinente ! Un duo auquel on s'attache et qu'o nne peut pas lâcher comme ça !
J'ai plongé avec eux dans une sombre affaire de meurtre et de disparition, entre New York et Los Angeles. Deux héros, deux enquêtes, deux raisons de flipper encore ! Sectes et insectes se marient à merveille dans ce cocktail carrément effrayant !
(C'est une fourmi, là, sur le carrelage ??)
Maxime Chattam n'a pas son pareil pour instiller peu à peu l'effroi chez son lecteur. Ici, il propose un roman solide et efficace, de facture plutôt classique dans le genre, mais qui fonctionne à merveille ! On est littéralement happé par un récit et des personnages complétement à la hauteur !
(C'est moi où c'est une armée de cafards qui vient de tomber du plafond ?)
Résultat des courses, je n'étais pas particulièrement phobique des petites choses qui grouillent partout sous nos pas et dans nos maisons. Je le suis dorénavant.
Je ne vous remercie pas, Maxime Chattam.

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          806
kuroineko
  11 novembre 2019
un(e)secte, le dernier roman de Maxime Chattam, m'a fait douté de ma santé mentale en l'achetant. Je n'ai rien contre les insectes certes. D'ailleurs tellement rien contre que je les préfère très éloignés, et encore plus les octopattes.
En lisant la préface, je me prépare à une lecture en apnée avec grosses frayeurs à la clé à cause des bébêtes. Et bien, même pas... Et pour le coup, je suis déçue. le truc des bestioles grouillantes avec tout plein de pattes qui attaquent, ça paraît si évident que ça va fonctionner. C'est presque trop facile et ce doit etrz pour cela que ça n'a pas pris.
Les deux enquêtes en parallèle, le flic de Los Angeles et la détective privée de New-York s'enchaînent à chapitres d'intervalle. Les deux tombent sur des corps peu ragoûtants et a priori impossible en fonction du laps de temps. Des faits sordides surgissent en grattant un peu. Les fins de chapitre, à l'habitude de l'auteur, se concluent de façon à maintenir le lecteur en haleine.
S'y rajoutent des réflexions sur le vide existentiel de nos sociétés actuelles qui tâchent de le combler par toujours plus de consumérisme effréné. Sur la place croissante et préoccupante qu'occupent numérique et ultraconnectivité dans nos vies. Avec le pouvoir et l'argent réunis dans les mains de quelques élus qui dirigeraient le monde et nos existence via Google et les réseaux sociaux.
Malgré tout cela, j'ai eu en lisant le roman l'impression de marcher à côté de l'histoire. de regarder un tour de magie dont je connaîtrais le trucage, ce qui gâche le plaisir. Ça n'est pas la première fois que les livres de Maxime Chattam me font cet effet. J'avoue être ressortie plutôt déçue de cette lecture et pressée de passer à autre chose. Je n'ai pas cru aux deux principaux personnages. Pas plus qu'à l'intrigue en général. Quant aux réflexions sociétales, si j'en partage l'essentiel, j'y ai trouvé un goût de déjà-lu, presque de démagogie.
Reste un magnifique coucher de soleil dans le Kansas... Et le rappel que scolopendre est un nom féminin alors que j'ai tendance à le mettre au masculin. Ça fait peu, tout de même. Dommage car le prologue était aussi prometteur qu'un magnifique soufflé... juste avant qu'il retombe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Elodieuniverse
  31 octobre 2019
Alors moi qui ne suis absolument PAS fan de toutes les petites bestioles qui vivent sur notre chère planète, je peux vous dire que ça été compliqué! Mais, tout l'Art de Maxime Chattam est de nous tenir en haleine malgré nos peurs. Et malgré ma répulsion, j'ai adoré ma lecture. Araignées, scolopendres, scarabées, coléoptères... Maxime Chattam met en scène deux nouveaux personnages dans cet opus et j'ai vraiment beaucoup aimé l'un comme l'autre. Il nous embarque dans un thriller à double intrigue qui finissent par se rejoindre, deux enquêtes qui laissent les enquêteurs incrédules et qui vont les emmener dans des lieux sordides où personne n'oserait s'aventurer. On pénètre dans l'antre du mal et de la perversité au coeur de deux villes grouillantes. C'est sordide, glauque et j'adore ça! (...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          420
musemania
  29 décembre 2019
Entomophobes, arachnophobes, fuyez ce thriller, comme la peste! Non, je rigole! Enfin, pas tant que ça peut-être… Cela risque de vous démanger tout le corps…
Si vous avez déjà lu Maxime Chattam, vous devez savoir qu'il est un des auteurs français les plus doués de sa génération, surtout en matière de suspens.
Une fois n'est pas coutume, on retrouve l'auteur au sommet de son art. Maxime Chattam fait partie de mes auteurs de thriller favoris avec entre autres Franck Thilliez pour ne citer qu'eux deux. Autant je les adore, autant j'aime garder leurs livres sous la main, ne voulant pas les dévorer trop vite une fois parus, détestant devoir attendre les suivants.
ici, je n'ai pas eu la patience nécessaire…. Dès sa publication, je me le suis procuré et j'étais impatiente de partir en congé pour le savourer pleinement. C'est chose faite et quel plaisir!
D'un côté, vous avez Atticus Gore, détective à Los Angeles, enquêteur assez atypique, dont la réputation a été mise à mal par des échecs professionnels. Et de l'autre, Kat Kordell, détective privée de New York missionnée par la mère d'une jeune fille disparue. Entre New York et Los Angeles, les deux enquêtes vont finalement s'enchâsser et tels les fils de la toile d'araignée, tout s'imbriquera après de nombreux rebondissements à vous retourner le cerveau.
Certains lecteurs avaient été déçus par le virage opéré par Maxime Chattam dans son livre, « L'appel du néant ». Au contraire de ceux-ci, j'avais trouvé osé ce revirement mais ici, on retrouve l'auteur de sa période d'écriture de « La trilogie du mal ». Page-turner muni de courts chapitres, une fois plongé dedans, vous en serez accaparé. Mais quelle torture de devoir attendre l'écriture de son prochain thriller. Heureusement, il me reste encore « le signal » à découvrir et je pense sérieusement à me replonger dans toute sa bibliographie.
Au milieu de ce monde de l'infiniment petit qui risque de vous hanter encore bien longtemps et de venir vous chatouiller la nuit, une chanson me vient à l'esprit « The sound of silence », dans sa version reprise par le groupe Disturbed.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360

Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
ange77ange77   04 novembre 2019
[…]
C’était assez ironique, quand on y songeait : plusieurs hackers connus s’étaient fait prendre ici même. Des as du virtuel, multipliant les connexions dans un monde parallèle, tandis que dans la réalité ils se fondaient parmi les ombres. Mais n’était-ce pas la nature même des liens modernes ? Les réseaux sociaux pullulaient sur Internet tandis que les relations sociales se tendaient de plus en plus dans le quotidien fait de chair et d’os. C’était le lot de la décennie. Le nouvel eldorado, la conquête de l’Ouest pour tous, nivelant les différences, physiques, financières et même intellectuelles. Chacun y avait sa place avec un sentiment d’espoir, d’apparence, d’affirmation, d’appartenance, qu’il ne trouvait plus sous sa véritable identité. La « vraie vie » servant surtout à alimenter les profils numériques pour exister sur la toile. Cela en disait long sur l’état du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
ange77ange77   30 octobre 2019
[...] Janie aimait lire. Au-delà du raisonnable, estimait-elle parfois. Et depuis plus de quarante-cinq ans qu’elle habitait cette vieille demeure en bois, elle ne dérogeait jamais à son rituel de l’après-midi. Un bon livre, à l’abri sous la marquise. [...] Elle éclusait les livres comme certains les godets à la taverne, buvant l’encre jusqu’à s’en faire des caléidoscopes d’histoires dans la cervelle, et lorsque ses pupilles se relevaient brusquement, attirées par un craquement suspect près de la rive, deux paysages se superposaient durant un bref instant, celui de ses romans et son propre jardin, sans qu’elle sache très bien ce qui était réel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
lyokolyoko   17 novembre 2019
La société ne pouvait effacer ceux qui ne suivaient plus, alors elle les parquait loin des quartiers résidentiels et regardait ailleurs. Elle laissait s'autodétruire ses plus faibles éléments dans l'indifférence. personne n'a à se salir les mains, le temps fait le job..
Commenter  J’apprécie          380
ange77ange77   01 novembre 2019
- […], si vous me le dites, vous êtes un champion. Les os sont parfaitement disposés, il y a encore de nombreux cartilages intacts. Pour moi, il est impossible qu’on soit parvenu à l’habiller ainsi. Le cuir chevelu ne tient quasiment plus, j’ai trouvé les ongles sous les os des doigts, et il reste une partie des organes à l’intérieur, mais ils sont en bouillie. — Pardon ? — Oui, je sais. Dix-sept ans de carrière et je n’avais jamais vu une chose pareille. C’est comme si on l’avait débarrassé de sa peau, de sa chair et de l’essentiel de sa matière, ici, sans même le déshabiller.
Atticus Gore flottait dans un état d’incrédulité totale. Son cerveau enregistrait les faits que sa raison ne parvenait à entendre.
Ses pupilles glissèrent vers les insectes à ses pieds.
C’était impossible. Scientifiquement inexplicable. Et pourtant, cela semblait s’imposer avec une telle évidence.
- Vous aussi vous pensez à la même chose que nous ? demanda Malkovian. Mais on est d’accord que ça n’est pas crédible ?
- Les insectes ne peuvent pas dévorer un corps. Pas comme ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
destefanisdestefanis   14 mars 2020
- Je veux nous rendre service, dit-il après un silence. L'espèce humaine est condamnée. Nous ne sommes pas capables des sacrifices nécessaires, individuellement, pour sauver la collectivité. Au contraire, même : notre modèle bascule de plus en plus dans l'égoïsme, la course au confort, toujours plus... La planète est moribonde, et bientôt les glaces de pôles fondront sous l'effet de nos pollutions, les contrées habitables se réduiront drastiquement, les dérèglements climatiques rendront la culture et l'élevage difficiles. Et nous, humains en surpopulation, afin de survivre, nous nous mènerons des guerres acharnées pour le moindre lopin sous des latitudes respirables. Les UV viendront nous cuire a petit feu, les épidémies se répandront avec les nouveaux virus libérés des glaces, et lentement, nous disparaîtrons.
Page 437

Contribuer a mettre au monde des rejetons qui souffriront un jour de mon égoïsme et pourront propablement avec notre modèle en pleine décomposition ?
Page 438

- C'est toujours la même rengaine, n'est ce pas ? Chacun veut, mais personne ne prend ses responsabilités. Tous critiquent, mais personne ne propose ou n'agit. Prompts a condamner, jusqu'à ce qu'il faille un volontaire pour endosser le rôle de bourreau, et la plus personne n'assume.
- Sauf les psychopathes.
Un semblant de rire étouffé de l'intérieur et seulement trahi par un sifflement nasal secoua Edwin Kowalski.
- Nous naviguons sur un navire qui ne peut supporter que dix personnes alors que nous sommes déjà quinze, et nous continuons de nous reproduire. Parce que nous avons vécu égoïstement, bientôt il faudra jeter par dessus bord la moitié des passagers, mais personne ne voudra le faire, chacun détournera le regard en serrant son enfant contre lui et en priant pour que ce soit le voisin qui tombe. Et si personne ne se hisse au-dessus pour accomplir le sale boulot, alors nous coulerons tous. Voilà ce qui se passe, Atticus. Des guerres, des famines, des maladies, pendant des décennies, et a la fin, notre perte. Je vais arracher le bandage une bonne fois pour toutes plutôt que d'y aller lentement et de souffrir inutilement.
Page 440

Des hommes et des femmes dont on ne savait rien pouvaient accéder a des fortunes en l'espace de dix ou quinze ans, influencer nos mœurs, voire les définir, et s'improvisaient maîtres de la terre sans aucun garde-fou.
Atticus considérait l'humanité comme pleine de forces souterraines, capable de fédérer des majorités et faire émerger des courants porteurs, des nécessités communes, inconscientes, s'ajustent en permanence pour maintenir son équilibre. C'était ce principe qui avait dirigé nôtres espèce a travers les deux derniers siècles, tandis que l'industrialisation et la mondialisation nous uniformisaient.
A présent, Atticus se demandait si ces.mouvements de mase n'étaient pas tous simplement devenus des leurres. Ils n'étaient plus le fruit de nos évolutions, mais étaient désormais fabriqués et moules par le désir d'une petite poignée de dirigeant qui façonné la planète au gré de leur convoitise.
Page 449
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Maxime Chattam (81) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maxime Chattam
Plongez au coeur des Alpes, dans une station de ski isolée où l'ambiance y est plus qu'étrange. Hugo, un trentenaire parisien, a l'ambition de s'y ressourcer, mais c'est sans compter la découverte troublante qu'il s'apprête à y faire… Que se trame-t-il dans ce lieu hors du temps ? Vous le découvrirez très bientôt...
"L'illusion" de Maxime Chattam sera disponible le 28 octobre en librairie. En attendant, le livre est disponible en pré commande : https://www.amazon.fr/L-Illusion-Maxime-Chattam/dp/2226319506/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&crid=2¤££¤9Vous Le7¤££¤0849&dchild=1&keywords=illusion+maxime+chattam&qid=1600271996&sprefix=illusion+ma%2Caps%2C139&sr=8-1
+ Lire la suite
autres livres classés : insectesVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La faune de l'alliance des trois

Matt croise le premier animal "étrange et redoutable" dans son immeuble. Il s'agit...

D'un singe
D'un aigle royal
D'un python
D'un chat siamois
D'un caniche blanc

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thème : Autre-Monde, Tome 1 : L'Alliance des Trois de Maxime ChattamCréer un quiz sur ce livre

.. ..