AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081314917
1257 pages
Éditeur : Flammarion (20/11/2013)

Note moyenne : 4.86/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Andrée Chedid s'inspirera toute sa vie de ses origines méditerranéennes, entre l'Egypte, le Liban et la Syrie. Son premier recueil de poèmes, Textes pour une figure, publié en France en 1949, est salué par René Char. Dès lors, elle ne cesse de placer le corps au coeur de son écriture : alliant visage, parole et mouvements, les mots sont pour elle une danse animée par ses influences orientales et occidentales. C'est bien ainsi qu'elle décrit sa poésie, "un corps-à-co... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Tinuviel33
  21 février 2018
J'ai découvert les poèmes de Andrée Chedid il y a plusieurs années, lorsque j'étais adolescente. Je fus extrêmement touchée par sa sensibilité, qui a complètement désarmée mon coeur. J'avais alors l'impression de vivre à travers ses poèmes, d'être comprise, bercée par sa délicatesse et sa candeur.
Aujourd'hui, rien a changé, j'ai mûris et je l'aime toujours autant.
Ce sont des poèmes simples, presque enfantins pour certains. Si justes, profonds, puissants...
Jamais une poétesse ne m'a autant touchée qu'elle, c'est à mes yeux une vrai magicienne... Elle fait partie de ces quelques auteurs qui ont su dialoguer avec mon âme.
Commenter  J’apprécie          120
Arimbo
  18 mai 2020
En allant sur le site de Babelio pour y retrouver des auteurs que j'aime particulièrement, j'avoue être surpris par le peu de critiques ou d'appréciations pour nos poètes du 20eme siecle , alors qu'il y a un nombre majeur de très grand(e)s auteur(e)s. Évidement, tous ne sont pas de lecture facile.
Mais ce n'est pas le cas d'Andrée Chedid, pour moi une grande poétesse du 20 eme siècle.
Dans ce recueil, on trouve la majorité de son oeuvre poétique.
Elle nous dit l'au-delà du monde en des mots simples, qu'il s'agisse des corps et des visages, de la violence de la guerre, de la force de l'amour, de la nature et de son mystère, de l'univers, de la vie de la mort....
Cette poésie est le plus souvent pleine de tendresse, d'empathie pour l'humanité et la terre, marquée aussi par ce rythme particulier des poètes orientaux.
J'y reviens souvent et j' y trouve à chaque fois beaucoup de sérénité à la lire, et de nouveaux trésors. Quelques exemples d'ensembles absolument merveilleux: Quinze verbes pour un parcours, Cadences de Univers...Les derniers poèmes Viellir, Mourir ....écrits alors que l'auteure était peu à peu gagnée par la maladie d'Alzheimer sont absolument bouleversants.
Bref, une poésie sereine, qui vous élève, je trouve, qui parle du mystère de la vie sans mièvrerie.
Si ça n'est pas le cas, je n'en sais rien vu que je suis un très vieux monsieur, je trouve que la poésie d'Andrée Chedid devrait faire partie des incontournables de l'Ecole.
Et pour finir par une citation un tout petit poème comme exemple:
Creuser
Creuser la boue
Cueillir l'étincelle
Creuser l'âge
Recueillir l'instant
Creuser la vie
Accueillir sa fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Carciofi
  02 avril 2020
Émerveillé
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
AlixoneAlixone   26 janvier 2018
Textes pour une figure.


Arbres

Je sais des arbres

Striés de leur corps à corps avec les vents

Et certains dont les têtes résonnent

Des contes de la brise

D’autres solitaires et debout

Défiant le sol renégat

Et d’autres qui se ressemblent

Autour d’une maison grise

Je sais des arbres

Qui s’humilient au pied des eaux

Pour l’amour de leur image

Et ceux qui secouent d’arrogantes chevelures

À la face du soleil

Je sais des arbres

Témoins de très anciennes naissances

Et qui redoublent de racines

J’en sais d’autres qui expirent

Pour un frôlement d’aile

Je sais des arbres vains et qui ne sont

Que feuilles

Tous ils ont trop vécu

Sur la terre des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Tinuviel33Tinuviel33   21 février 2018
Jeunesse
Jeunesse qui t'élances
Dans le fatras des mondes
Ne te défais pas à chaque ombre
Ne te courbe pas sous chaque fardeau
Que tes larmes irriguent
Plutôt qu'elles te rongent
Garde toi des mots qui dégradent
Garde toi du feu qui pâlit
Ne laisse pas découdre tes songes
Ni réduire ton regard
Jeunesse entends-moi
Tu ne rêve pas en vain
Andrée Chedid
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
PartempsPartemps   31 août 2020
Captifs de l'étrange machine
Qui nous mène de vie à trépas

En quel lieu de ce corps en fonction

De ce sang qui déambule

Se fixe l'être

Bâti d'élans de songes de regards

Qui parle les langues du silence

Qui devance mots et pensées?

Qui prononce notre mort
Qui instaure notre vie

Qui présence ou absence

Dans la mêlée des vallées et des gouffres

Nous prodigue

Cette sarabande de rixes et de roses

Nous assigne

Ce pêle-mêle de discordes et d'harmonies?

Qui

tissant ensemble

tant de corps et tant d'âme

Nous imprègne de passé
Nous génère un avenir?

II

Plus loin que tes membres

Plus haut que ton front

Plus libre que racines

Tu t'émancipes de l'arbre de chair

Vers les récits du monde

Vers l'image inventée

Hors des marques quotidiennes
Où tu vécus fièvres et moissons
Soleils ou mélancolies

Tu t'élances
Une fois de plus
Débauchant l'espérance.

III

L'esprit s'aventure
Tandis qu'en sourdine
Le corps tout à sa trame
Poursuit de secrètes et mortelles visées

Spectateurs ahuris

Nous déchiffrons soudain

Sur nos peaux en nos charpentes

Les croquis de l'âge

Tout ce grené tout ce tracé

Tous ces naufrages

Que nous n'avons pas conduits

Ces mêmes érosions ces mêmes

Qu'aucune chair n'a jamais fuis

Le temps triomphe des temps

Soumis au projet sans failles

De l'impassible métronome

Le corps lentement se déconstruit

Tournant autour du pieu
Où s'embrochent nos destins

Il nous reste la parole
Faite d'argile et de souffles

Il nous reste le chant
Fortifié d'autres chants
Alluvions qui progressent
Vers l'horizon sans appel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PartempsPartemps   31 août 2020
Si tu ré-inventais la terre
Songerais-tu à lever océans et soleils
A convoquer les saisons
A mettre au monde les hommes?

Si tu ré-inventais la terre

Logerais-tu mêmes fièvres dans leurs entrailles

Mêmes arcanes dans leurs cœurs

Dans leur souffle les mêmes dieux?

Si tu ré-inventais la terre
Romprais-tu l'épée des supplices
Contiendrais-tu les crues de la haine
Changerais-tu les soupçons en bienfaits?

Si tu ré-inventais la terre
Redresserais-tu les décrets du sang
Abrogerais-tu la mort nécessaire
Provoquerais-tu d'autres alchimies?

Si tu ré-inventais la terre
Drainerais-tu les plaies de nos batailles
Absorberais-tu nos vides et nos sanglots
Répandrais-tu l'ivresse d'exister?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PartempsPartemps   18 août 2020
Tant de corps et tant d'âme



Captifs de l'étrange machine
Qui nous mène de vie à trépas

En quel lieu de ce corps en fonction

De ce sang qui déambule

Se fixe l'être

Bâti d'élans de songes de regards

Qui parle les langues du silence

Qui devance mots et pensées?

Qui prononce notre mort
Qui instaure notre vie

Qui présence ou absence

Dans la mêlée des vallées et des gouffres

Nous prodigue

Cette sarabande de rixes et de roses

Nous assigne

Ce pêle-mêle de discordes et d'harmonies?



Qui

tissant ensemble

tant de corps et tant d'âme

Nous imprègne de passé
Nous génère un avenir?



II



Plus loin que tes membres

Plus haut que ton front

Plus libre que racines

Tu t'émancipes de l'arbre de chair

Vers les récits du monde

Vers l'image inventée

Hors des marques quotidiennes
Où tu vécus fièvres et moissons
Soleils ou mélancolies

Tu t'élances
Une fois de plus
Débauchant l'espérance.



III

L'esprit s'aventure
Tandis qu'en sourdine
Le corps tout à sa trame
Poursuit de secrètes et mortelles visées

Spectateurs ahuris

Nous déchiffrons soudain

Sur nos peaux en nos charpentes

Les croquis de l'âge

Tout ce grené tout ce tracé

Tous ces naufrages

Que nous n'avons pas conduits

Ces mêmes érosions ces mêmes

Qu'aucune chair n'a jamais fuis

Le temps triomphe des temps

Soumis au projet sans failles

De l'impassible métronome

Le corps lentement se déconstruit

Tournant autour du pieu
Où s'embrochent nos destins

Il nous reste la parole
Faite d'argile et de souffles

Il nous reste le chant
Fortifié d'autres chants
Alluvions qui progressent
Vers l'horizon sans appel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Andrée Chedid (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrée Chedid
En 2020, la poétesse Andrée Chedid, née au Caire en 1920, est devenue centenaire dans nos cœurs. En 1991, elle enregistrait pour La Bibliothèque des voix, à la demande et accompagnée par le comédien Bernard Giraudeau, « Textes pour un poème, Poèmes pour un texte », morceaux choisis de ses deux recueils. À deux voix, la poésie accomplit ici sa vocation première en renouant avec ses origines orales.
Pour fêter les 40 ans de La Bibliothèque des voix, les éditions des femmes-Antoinette Fouque rééditent cet enregistrement précieux pour rendre hommage à cette grande dame des lettres françaises.
Musique : Osvaldo Torres.
« Textes pour un poème » et « Poèmes pour un texte » ont paru en 1987 et 1991 aux éditions Flammarion.
Direction artistique : Michelle Muller.
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
928 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre