AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791096535057
Éditeur : Marest Éditeur (14/04/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Un passionné de cinéma décide de dresser la liste des dix meilleurs films de tous les temps. D’abord persuadé qu’ils ne peuvent être que de Ozu, il se souvient de l’existence de Mario Bava…

Écrit dans un style épuré qui semble né d’une longue contemplation des chefs-d’œuvre de l’auteur de Voyage à Tokyo, ce « roman » est une déclaration d’amour au cinéma d’auteur et au cinéma tout court.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
fofie921
  27 juin 2017
Un livre très déstabilisant. Depuis que je l'ai terminé je me demande si j'ai détesté ou si finalement je n'aurais quand même pas apprécié ce livre. Je m'attendais a trouver une liste de films que je pourrais avoir envie de regarder. Mais en fait l'auteur fait une rapide description des films d'Ozu qui ne donne absolument pas envie de les découvrir. Pour finir il change d'avis maintes fois, parle de films d'horreur, de western, d'Andreï Roublev. Bref un pêle-mêle de cinéma où même l'auteur se perd. Il se laisse influencer par les avis des autres et refait sans cesse son classement. À la fin de ce livre je me retrouve comme l'auteur face un choix. Ai-je ou non aimé ce livre? peut-être est-ce que Luc Chomarat attendait?
Commenter  J’apprécie          10
AuBazartDesMots
  26 juin 2017
Même ( ou plutôt surtout) si ma critique va être négative, je tenais à remercier les éditions Marest et Babelio de m'avoir offert ce livre à l'occasion des Masses Critiques.
Je pense que le problème s'est situé au niveau de mes attentes. Je pensais recevoir un ouvrage listant des films connus ou inconnus, une liste agrémentée d'anecdotes et d'explications sur pourquoi ces films sont des merveilles du 7ème Art. Et il faut avouer que la 4ème de couverture, peu claire, ne m'a pas détrompée... mais ne m'a pas convaincue non plus, vu que je ne l'ai pas comprise! Complètement étrange, elle tient en 3 lignes:
- "Ah, c'est donc ça?
- Oui, oui, je crois bien.
- Ah oui, c'est ça."
Autant dire que j'étais inquiète en ouvrant l'ouvrage... et plus que dubitative en le fermant. Il s'agit en réalité d'un commentaire de l'auteur sur les films d'Ozu et de Mario Bava, que je dois le confesser, je ne connais pas. le style est pompeux, le propos flou...
Autant dire qu'à mon grand regret, ce livre et moi n'avons pas trouvé terrain d'entente, et que ce "roman" ne m'a pas donné envie d'aller dans les salles obscures.

Lien : https://aubazartdesmots.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pilou62200
  26 mai 2017
Une vraie déception.
Sur 120 pages, je m'attendais, à une analyse plutôt fine mais rapide du cinéma, découvrir quelques films inconnus, et me décider à les regarder pour combler ma méconnaissance du sujet.
J'ai eu le droit à une description vaseuse de nombreux films d'Ozu, qui ne donnent même pas envie d'aller les voir.
Et de quelques compléments qui ne donnent pas plus d'envie.
Un livre qui ne sert à rien.
Commenter  J’apprécie          10
hesperides227
  14 décembre 2017
Ce livre fait un bien fou parce qu'il désacralise sans agressivité l'esprit de sérieux et de chapelle qui alourdit parfois la cinéphilie et la critique. Chomarat nous réapprend que le cinéma n'est pas obligatoirement un prétexte à guerre de positions ou un paillasson pour thésards pédants mais un terrain de jeu, un gai savoir incertain et subjectif qui n'exclut d'ailleurs nullement l'intelligence et la réflexion, comme le prouve ce livre élégant, subtil et souriant.
Commenter  J’apprécie          00
Delouxelena
  06 février 2018
Un livre complètement singulier, moment de rire et d absurdité savoureuse, parodie des critiques prétentieuses et des listes de supermarché.un pur délice!
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   19 décembre 2018
andis que je descends l’avenue en rentrant la tête dans les épaules, je dois me rendre à l’évidence. Je n’ai pas beaucoup avancé sur ma liste des dix meilleurs films de tous les temps. Pas autant que je l’espérais. Cela tient en partie aux difficultés que tout un chacun peut rencontrer avec ses semblables. Si vous avez des amis cinéphiles, vous savez de quoi je parle.
A fuir les lieux communs, on finit invariablement par retomber dessus. Peut-être parce que la terre est ronde. Tire encore si tu peux, Faster Pussycat Kill Kill, Dead or Alive 2 sont aujourd’hui considérés comme des classiques, au même titre que Comanche Station, Le Secret magnifique ou Vaudou. J’ai même croisé un type bizarre, la semaine dernière, qui ne jurait que par Electric Dreams.
Il tombe vraiment des cordes. Où vais-je bien pouvoir me réfugier ?
Je vais me faire un ciné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2Charybde2   19 décembre 2018
Il y a plusieurs sortes de cinéphiles, il ne faut pas tous les traiter de la même façon.
Il y a ceux qui regardent exclusivement des films en noir et blanc. Pour eux il faut avoir sur soi cette liste qui commence par Citizen Kane, La Règle du Jeu, etc. Jusqu’ici, rien de plus facile.
Il y a les jeunes cinéphiles, qui ont tous une carte UGC et qui ignorent que le cinéma existait avant Tarantino. Pour eux il faut avoir sur soi une liste qui commence par un film de Tarantino, et après en général, ça se passe bien.
Il y a les cinéphiles universitaires qui ne regardent que des films finlandais, chiliens ou tunisiens. Pour eux il faut avoir sur soi une liste très difficile à obtenir.
Quand on se sent d’humeur combative, il suffit d’échanger les listes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   19 décembre 2018
Je fais irruption dans la cuisine, le stylo dans une main et le carnet Muji dans l’autre, décidé à en finir une fois pour toutes avec cette histoire. Ma jeune épouse, habituée à ces descentes de police matinales, ne lève même pas les yeux d’une de ces tâches culinaires délicates qu’elle accomplit avec un calme ozuïen.
– Qu’y a-t-il pour ton service, mon chéri ?
– J’étais en train de dresser la liste des dix meilleurs films de tous les temps, et tout à coup, j’ai eu un doute…
– Shaolin Soccer.
– Pas du tout. Je me demandais quel Ozu choisir. Entre…
Saisi par la pertinence de ce qu’elle venait de dire, je me suis assis et j’ai commencé à modifier mon classement. C’est ainsi que les ennuis, une fois de plus, ont commencé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   19 décembre 2018
L’amateur de films d’horreur, maintenant, me reconnaît. Il me salue quand nous nous croisons dans les rayons du vidéoclub.
Il me recommande des films de plus en plus horribles. Je me sens obligé de les emprunter, parce qu’il me prend pour un vrai connaisseur. Il est content de m’avoir rencontré.
– J’ai tout de suite vu que tu étais un vrai connaisseur, dit-il en souriant d’une oreille à l’autre.
À force je me demande si les meilleurs films de tous les temps ne sont pas des films d’horreur, et surtout des films d’horreur italiens. Le film d’horreur italien présente plein d’avantages par rapport au film d’horreur normal.
Edwige Fenech à poil.
Ce n’est qu’un exemple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
pilou62200pilou62200   26 mai 2017
Tous les films d'OZU commencent sur toile de fond de jute, au son d'une petite musique de supermarché. Alors on se cale dans son fauteuil, et dès les premiers plans fixes sur des façades d'immeubles, dès les premières banalités échangées par les personnages sur le temps qu'il a fait aujourd'hui, on jubile.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Luc Chomarat (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luc Chomarat
Ainsi commence la quatrième de couverture du nouveau thriller de Franck Thilliez, "Luca", qui explore les dérives alarmantes du transhumanisme et du Big Data. Terreur aussi, au coeur de la comédie policière de Chantal Pelletier, "Nos derniers festins", qui imagine, dans un futur proche, une société de drastique prohibition alimentaire. Terreur enfin d'un monde éditorial passé aux mains des marchands dans "Le dernier thriller norvégien", la nouvelle fantaisie noire, aussi drôle que vertigineuse, de Luc Chomarat.
"Luca" de Franck Thilliez, (Fleuve noir) "Nos derniers festins" de Chantal Pelletier, (Série noire, Gallimard) "Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat (La manufacture de livres)
+ Lire la suite
autres livres classés : cinemaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5375 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre