AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Combe (Traducteur)Claude Lauriol (Traducteur)
ISBN : 2070115631
Éditeur : Gallimard (04/11/1997)

Note moyenne : 4.35/5 (sur 232 notes)
Résumé :
Histoire de l'art de E.H. Gombrich est l'un des ouvrages sur l'art les plus célèbres et les plus populaires jamais publiés. Depuis plus de cinquante ans, il demeure une introduction inégalée à l'ensemble du sujet, des premières peintures rupestres à l'art d'aujourd'hui. Dans le monde entier, les lecteurs de tous âges et de tous milieux ont trouvé en Gombrich un véritable maître, qui allie connaiscance et la sagesse à un don unique pour communiquer directement sa pro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Ecureuil
  07 octobre 2010
Quel monument ! Je ne suis pas un habitué de l'histoire de l'art, mais j'ai eu envie de me lancer tout de même dans cette lecture. Grand bien m'en a pris, il m'a fallu quelques mois pour en venir à bout, mais je ne le regrette pas !
Sont abordés la peinture, le dessin, la sculpture, et même l'architecture, depuis les sociétés humaines les plus anciennes jusqu'aux années 50. le tout est agrémenté de belles illustrations.
A moins d'avoir un réel besoin de l'édition de poche (encombrement minimal), je conseille plutôt l'édition "beau livre". En effet, des contraintes techniques ont imposé le regroupement des illustrations à la fin de l'édition de poche, ce qui oblige à d'incessants allers-retours. Et puis, les images sont plus grandes, tout simplement !
Commenter  J’apprécie          170
ileana
  26 juin 2016
J'aime la clarté, la structure, le don d'aller à l'essentiel et l'excellent choix des oeuvres ; j'aime bien la démarche de situer une oeuvre dans le contexte de l'époque ; et puis suivre les affinités et les contrastes ; ou alors la pérennité d'un thème à travers les siècles :
Des exemples :
Une Pietà d'Annibale Carrache est comparée à un Christ de Matthias Grünewald, un siècle plus tôt.
Ou alors
Le petit chien, « un personnage » tout à fait secondaire (mais indispensable) apparaissant à côté du jeune prince Philippe d'Espagne de Velázquez, est comparé à un autre toutou, celui que van Eyck a peint aux pieds des Arnolfini.
Gombrich me fait jeter un oeil intéressé à Rubens alors que je n'aime pas ce peintre. Ou alors il ne cesse de m'étonner avec des détails comme celui-ci :
« Claude Lorrain a ouvert les yeux des hommes aux sublimes beautés de la nature [ ] Des riches Anglais voulurent modeler sur les visions de Claude Lorrain le site où ils vivaient, le parc qui entourait leur demeure. Aussi pourrait-on dire que bien des coins charmants de la campagne anglaise devraient être signés de ce peintre français qui choisit de vivre en Italie. »
Mes trois exemples sont tirés du chapitre « La diversité dans la vision, la première moitié du XVIIe siècle », pages 291-311.
Comme je ne peux pas parcourir du début à la fin cette excellente histoire de l'art, mais un chapitre par ci par là, je la reprends avec délice lors d'une expo, ou alors entre deux lectures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ericbo
  28 mars 2017
Magnifique histoire de l'art du paleolithique à l'abstraction. Toutes les periodes sont analysées et expliquées pour que le lecteur puisse comprendre les origines et l'évolution de chaque mouvement artistique.
De plus, en tant que lecteur, on a l'impression de ressentir l'étonnement qu'on éprouvé les contemporains de l'oeuvre. Je pense particulierement à la période de la Renaissance. On devine la surprise des gens devant la reproduction mathématique de la perspective et l'engouement que le mouvement a pu avoir. L'auteur nous plonge quasiment dans la vie de l'époque. Belles reproductions également.
Un livre absolument nécessaire quand on s'intéresse à l'art.
Commenter  J’apprécie          92
lotusmauve
  20 mars 2011
Cette histoire de l'art m'a été conseillée par un enseignant car il s'agit d'une référence en matière d'histoire de l'art.
Je l'avais jusqu'à présent simplement "consultée", un peu découragée par sa taille volumineuse (je n'ai pas la version poche!), et je découvre finalement aujourd'hui qu'il s'agit d'un texte abordable pour tous et très intéressant.
En réponse au précédent commentaire, l'histoire de l'art commence à la préhistoire (tout du moins dans mon édition qui date de 1997, il y a eu plusieurs rééditions de cet ouvrage!).
Commenter  J’apprécie          70
jamiK
  25 août 2016
A mettre dans toutes le bibliothèques !
C'est complet, simple, précis, avec un choix d'oeuvres judicieux et concis. L'écriture est simple et claire, sans lyrisme superflus. bref, à mettre entre toutes le mains, la référence en histoire de l'Art. le mot "Essentiel" le définit parfaitement.
Commenter  J’apprécie          90
Citations & extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
EcureuilEcureuil   26 septembre 2010
Table des matières
Introduction (L'art et les artistes)
1. Mystérieux débuts (Peuples préhistoriques et peuples primitifs ; Amérique ancienne)
2. un art pour l'éternité (Égypte, Mésopotamie, Crète)
3. Le grand éveil (La Grèce du VIIe au Ve siècle av. J.-C.)
4. La terre de la beauté (La Grèce et le monde du IVe av. J.-C. au Ier siècle de notre ère)
5. Conquérants d'empires (Romains, bouddhistes, juifs et chrétiens, du Ier au IVe siècle de notre ère)
6. Bifurcation (Rome et Byzance du Ve au XIIIe siècle)
7. Regards vers l'Est (L'Islam et la Chine du IIe au XIIIe siècle)
8. Le creuset de l'art occidental (L'Europe du VIe au XIe siècle)
9. L'Église militante (Le XIIe siècle)
10. L'Église triomphante (le XIIIe siècle)
11. Gens de cour et bourgeois (Le XIVe siècle)
12. La conquête de la réalité (Les débuts du XVe siècle)
13. Tradition et innovation 1 (La fin du XVe siècle en Italie)
14. Tradition et innovation 2 (Le XVe siècle dans les pays du Nord)
15. La perfection de l'harmonie (Rome et la Toscane au début du XVIe siècle)
16. Lumière et couleur (Venise et l'Italie du Nord au début du XVIe siècle)
17. La Renaissance au nord des Alpes (L'Allemagne et les Pays-Bas au début du XVIe siècle)
18. Une période critique (L'Europe vers la fin du XVIe siècle)
19. La diversité dans la vision (L'Europe catholique. Première moitié du XVIIe siècle)
20. Le miroir de la nature (La Hollande au XVIIe siècle)
21. La puissance et la gloire 1 (L'Italie, seconde moitié du XVIIe siècle et XVIIIe siècle)
22. La puissance et la gloire 2 (France, Allemagne et Autriche, fin du XVIIe siècle et début du XVIIIe siècle)
23. Le siècle des Lumières (France et Angleterre au XVIIIe siècle)
24. Rupture dans la tradition (France, Angleterre et États-Unis, fin du XVIIIe siècle et début du XIXe siècle)
25. La révolution permanente (Le XIXe siècle)
26. A la recherche de critères nouveaux (La fin du XIXe siècle)
27. Un art d'expérimentation (La première moitié du XXe siècle)
28. Une histoire sans fin (Le triomphe du modernisme ; Un changement d'attitude ; Un passé sans cesse à redécouvrir)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
scaalaire68scaalaire68   17 novembre 2013
Mais ceux qui s'initient à l'art butent souvent sur une autre difficulté. Ils veulent admirer avant tout la maîtrise de l'artiste à représenter le monde visible et recherchent des tableaux qui ressemblent de très près à la réalité. Je ne songe pas un seul instant à nier la légitimité d'une telle conception. La patience et l'habileté qu'implique un rendu fidèle de la « réalité » sont certes choses dignes d'admiration. De grands artistes du passé se sont appliqués à des ouvrages où chaque détail est soigneusement fixé. L'aquarelle de Dürer représentant un lièvre (fig. 9) est un des exemples les plus fameux de ce zèle patient. Mais qui pourrait dire que l'éléphant dessiné par Rembrandt (fig. 10) est moins remarquable par le seul fait qu'il comporte moins de détails ? Rembrandt était un tel magicien qu'il a su nous donner, en quelques traits de pierre noire , la sensation de la peau ridée de l'éléphant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Natacha851Natacha851   20 septembre 2012
Nous avons une certaine tendance à n'admettre comme vraies que des formes et des couleurs parfaitement conventionnelles.
Qu'un enfant prête aux astres une formes géométrique en étoile, il n'y a pas là de quoi nous surprendre.
Mais vouloir absolument que dans un tableau, le ciel soit bleu et l'herbe verte, c'est si l'on y réfléchit un tant soit peu, raisonner à peu près à la manière de cet enfant.
Au lieu de se fâcher en voyant ciels ou prairies traduits par d'autres couleurs, il vaudrait mieux s'efforcer d'oublier tout ce que nous croyons savoir et de voir le monde comme s'il s'offrait pour la première fois à nos regards.
Si nous faisons cet effort avec une entière bonne foi, nous pourrons fort bien découvrir que les choses sont sujettes à se présenter sous les couleurs les plus surprenantes.
(p.26-27)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
PiatkaPiatka   07 décembre 2015
Dans une lettre d'Arles, Van Gogh parle de ces instants où les émotions sont si fortes qu'on travaille comme sans s'en apercevoir, où les touches se suivent d'une façon cohérente comme les mots d'une phrase ou d'une lettre. La comparaison est révélatrice. A de tels moments, Van Gogh peignait comme d'autres écrivent. De même que l'écriture d'une lettre, enregistrant le geste de son rédacteur, peut nous révéler qu'il était alors sous le coup d'une forte émotion, de même la touche de Van Gogh nous révèle quelque chose de son état d'esprit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
EcureuilEcureuil   27 mars 2010
[Il ne faut pas confondre] le changement continuel qui caractérise la vie de l'art et la notion de progrès constant. Il est exact que chaque artiste a l'impression d'avoir surpassé la génération précédente et qu'à son point de vue il est en progrès sur tout ce qui a été fait avant lui [...] Mais il nous faut rester conscient que tout gain, tout progrès dans une certaine direction, entraîne une perte dans une autre et qu'en dépit de son rôle, ce progrès tout subjectif ne correspond pas à un véritable perfectionnement des valeurs artistiques.
(Préface, p10-11)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Video de Ernst Hans Gombrich (1) Voir plusAjouter une vidéo

Ernst Gombrich : Brève histoire du monde
Depuis le musée Montmartre Olivier BARROT parle du livre "Brève histoire du monde" de Ernst GOMBRICH, paru chez HAZAN, regard d'un Autrichien sur la France.
>Arts>Arts : généralités>Histoire et géographie des beaux-arts et des arts décoratifs (478)
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1024 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .