AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782864245834
247 pages
Éditeur : Editions Métailié (04/05/2006)
3.43/5   7 notes
Résumé :

Salles de cours fermées, sans clé, ou sans électricité, ou sans chaises, ou sans prof, ou sans étudiants, ou sans rien... Préfabriqués provisoires devenus définitifs, bibliothèques barricadées, ordinateurs détraqués, cafet' pourrie, gazon râpé... On est sur le campus d'une modeste université de province, où la fac de lettres et sciences humaines devient soudain la cible d'e-mails aussi vengeurs qu'anonymes. Un vieux professeur émérite d'histoire de l'art... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Rodin_Marcel
  06 mars 2015
Pierre Christin "Petits crimes contre les humanités : roman universitaire", éd. Métailié 2006 (ISBN 978-2-86424-583-4)

L'intrigue ne fatiguera pas les méninges du lecteur : tout l'intérêt de ce roman réside dans une description aussi féroce qu'humoristique d'une des variantes de la vie universitaire française, à savoir la petite université sur « campus néo-rural » (p. 48) de sciences humaines et sociales, créée dans les années 1970 en bordure d'une ville moyenne de province, Nevers. Tout y passe, y compris toutes ces instances et tous ces sigles plus ou moins farfelus, désignant ces monstruosités administratives dans lesquels baignent nos grands esprits...

Lors de la relecture, la description humoristique du monde universitaire français est toujours aussi plaisante, et le portrait de la vice-présidente très bien réussi. J'ajoute deux nouvelles réflexions.

D'abord, le constat de l'insondable mépris du monde universitaire pour le personnel administratif, qui est ici caricaturé à l'extrême, que ce soit dans la sottise, la paresse ou l'incompétence, bref, le reflet même de ce que la plupart des universitaires pensent de ces agents administratifs qu'elles et ils ont eux-mêmes recruté la plupart du temps selon des critères… inavouables.

Ensuite, l'absence totale, complète, irrémédiable de tout bibliothécaire, alors que l'intrigue tourne justement autour du don de la précieuse bibliothèque d'un éminent grand professeur : cette noble démarche ne saurait être gérée que par le Président (lui-même éminentissime professeur), secondé par le fameux demi-ATER : point n'est besoin du moindre bibliothécaire en cette affaire. En ce domaine aussi, ce roman reflète donc très exactement le monde tel qu'il est vu par la plupart des universitaires français : le bibliothécaire n'y fait pas partie du paysage, il n'existe pas à l'intérieur du cadre universitaire (sauf lorsqu'il se rend en Allemagne)… « Jedem das Seine »…

Un roman indispensable pour toute personne soucieuse de s'informer – dans la joie et la bonne humeur – de l'état de délabrement de ces micro-universités «décentralisées» servant de parking à chômeurs, et de la mentalité du corps enseignant – oups, pardon, des enseignants chercheurs – qui y sévit aux frais du contribuable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
poloka
  16 août 2017
A lire par fragments ,car c'est une pochade estudiantine dans son style ,son intrigue,ses personnages donc j'ai eu du mal à m'intéresser au déroulé du livre. Mais les incises pamphlétaires sur la désastreuse politique universitaire des gouvernements depuis 68 sont hélas très justes .Et les pages sur l'irresponsabilité des universitaires jaloux ,névrosés,pervers est ,pour quiconque à eu la sagesse de venir y voir de près et de s'enfuir à la première offre d'emploi sérieuse dans la vraie vie,un soulagement ,une jouissance même.
Commenter  J’apprécie          00


Videos de Pierre Christin (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Christin
Chaque année depuis 2013, la revue de littérature du SoBD offre un panorama des ouvrages consacrés à la bande dessinée parus depuis sa dernière édition. Mettant en avant les études et les discours sur la BD, elle propose une approche critique et argumentée d'une sélection d'ouvrages importants. En février 2021, la 8e édition de la revue de littérature s'est tenue dans le cadre du e-SoBD à la BPI. Introduite par Nathanaël Travier (00:00), elle rassemblait (de gauche à droite sur la vignette) Antoine Sausverd, Florian Rubis, Renaud Chavanne, Manuel Hirtz et Harry Morgan. Après un rappel de ce qu'est la Revue de littérature (00:00:47), suivi d'une présentation des intervenants (00:02:00) et du panel général des livres pris en considération en 2020 (00:03:15), les participants reviennent longuement sur les entretiens entre Juan Sasturain et Alberto Breccia, paru chez Rackham, un livre qui a été récompensé par le Prix Papiers Nickelés SoBD en 2020. Puis la discussion s'arrête (00:26:10) sur les différentes collections qui publient plus ou moins régulièrement des livres sur la bande dessinée, et plus particulièrement sur « Mémoire Vive » aux éditions PLG (00:32:40), sur titres des Impressions nouvelles et sur « Iconotextes » des Presses Universitaires François Rabelais de Tours (00:38:48). Les éditions L'Harmattan sont également évoquées à cette occasion (00:45:25), et notamment au travers du livre de Sandra Federici, L'Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne française (00:46:06). La conversation aborde ensuite les catalogues d'exposition (00:51:20), et notamment ceux édités à l'occasion du FIBD 2020 et des expositions sur l'oeuvre de Tsuge (Être sans exister - 00:52:52) et de Calvo (Un maître de la fable - 00:59:54), puis évoque l'ouvrage collectif Histoire de la bande dessinée polonaise (01:05:45) et s'interroge sur la multiplication des essais sur la bande dessinée (01:09:18), dont par exemple ceux du « Club de la bande dessinée », une collection de la maison Aédon, ou ceux de « La Fabrique de héros » des Impressions nouvelles (01:12:33). Quelques-uns de ces essais, consacrés à Batman, Barbarella et Astroboy, sont commentés par les intervenants. Les échanges sont plus courts concernant le Guerre civile espagnole et bande dessinée (01:30:54), de Michel Matly (Presses universitaires Blaise Pascal). Puis les intervenants abordent deux ouvrages portant sur les dessinateurs de presse (01:34:20) : Traits engagés de Fabienne Desseux (01:36:20) et Les Dessinateurs du peuple d'Henri Pinaud (01:44:50). Enfin, la revue de littérature s'achève sur une monographie consacrée à Pierre Christin (01:49:20), co-éditée par la maison Caurette et la revue dBD.
+ Lire la suite
autres livres classés : bibliothécaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2174 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre