AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782330082314
Actes Sud (04/10/2017)
  Existe en édition audio
4.4/5   627 notes
Résumé :
L'humanité sait qu'il lui reste quatre siècles avant que la flotte trisolarienne n'envahisse le système solaire. Les sciences fondamentales se retrouvant verrouillées par les intellectrons, la Terre doit se préparer du mieux qu’elle peut. Le Conseil de Défense Planétaire lance un nouveau projet : le programme « Colmateur », qui consiste à faire appel à quatre individus chargés d'envisager des stratégies secrètes pour contrer l’invasion ennemie. Car s’ils peuvent esp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (79) Voir plus Ajouter une critique
4,4

sur 627 notes
5
42 avis
4
31 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

HordeDuContrevent
  16 juillet 2021
Les multiples ramifications de cette fable écologique de SF chinoise m'auront permis pendant des heures et des heures de cheminer. Ce livre est une forêt touffue et luxuriante. Certaines feuilles m'auront caressée, quelques branches m'auront griffée en me sortant de ma zone de confort. Je ne m'y suis jamais perdue malgré sa densité, la complexité de ses méandres. Certaines clairières auront su apporter des moments de respiration bienvenus car parfois le chemin s'est avéré être long.
La panoplie des couleurs rencontrées fut vaste : le timide vert tendre de l'espoir, le kaki foncé du militaire, le vert généreux du message écologique, le brun de la terre convoitée, le rouge flamboyant des soleils couchants, le bleu profond permanent d'un ciel virtuel stratosphérique, le noir mystérieux du ciel la nuit, ouverture sur cet espace si menaçant, le blanc scintillant des étoiles et des vaisseaux…mais aussi le rose pur de l'amour et de la beauté, sans doute la couleur la plus claire du roman par pétales oniriques et idéalistes posés ça et là sur les sentiers. Car oui globalement le roman est plutôt sombre.
Après « le problème des trois corps », je n'ai pu m'empêcher d'enchainer aussitôt avec ce tome 2 de la trilogie du chinois Cixin Liu, « La forêt sombre ». La structure narrative est assez différente du tome 1 et peut déstabiliser au début du livre car l'alternance des voix par chapitre du 1er tome, qui a le don de bien rythmer la lecture, laisse place cette fois à de longs chapitres dans lesquels s'entremêlent les vécus et pensées des différents protagonistes. J'ai compris peu à peu cependant que le déroulé des chapitres constituait un compte à rebours. A chaque chapitre nous avançons un peu plus dans le futur vers le RDV ultime. Une fois ce processus compris, la lecture en devient vraiment passionnante. Et quelle profondeur, quelle intelligence ce scénario !! Les questionnements associés sont épatants et ne manque pas d'imagination, d'originalité et de crédibilité. de poésie parfois aussi tant dans la description des paysages que dans les réflexions humanistes de l'auteur.
De poésie spatiale notamment : « Les deux tiers du Soleil avaient maintenant déjà sombré derrière l'horizon, le tiers restant ne semblait plus être qu'un objet lumineux incrusté sur la Terre. Sous les rayons du crépuscule, les océans ressemblaient à des miroirs lisses, à moitié bleu foncé et à moitié orangés, tandis que les nuages, gorgés de soleil, avaient l'aspect de plumes roses ».
Restons avec l'image apaisante de cette forêt et imaginez à l'intérieur une communauté, mélange d'espèces, certaines plus puissantes que d'autres. Un ennemi extérieur vient à la menacer dans un futur assez lointain. Cet ennemi, très différent de la communauté, possède des pensées complètement transparentes, lui ne connait pas la ruse, la machination ou le mensonge. Cette société ennemie, plus évoluée technologiquement, peut comprendre le langage de l'espèce sylvestre, lire à une vitesse ultra-rapide des textes imprimés et toutes sortes d'informations contenues dans des supports de stockage. Ses yeux sont en effet partout, invisibles mais bien présents entre tous les interstices. Elle n'est en revanche pas capable de déchiffrer les pensées de la communauté, pas en mesure de comprendre la ruse, le détournement, ne connaissant pas la différence entre penser et dire : le contenu de leur communication exprime leur pensée véritable. Chaque être reste ainsi un mystère. Pour tenter d'élaborer un plan de défense, la communauté a alors l'idée de tenter de s'appuyer sur son trait caractéristique dans laquelle elle excelle depuis toujours : les non-dits, les secrets, la ruse, le mensonge. Quatre « Colmateurs » sont ainsi désignés. Ils seront « à l'image de ces ermites orientaux des temps anciens qui méditaient silencieusement devant des murs ». Durant les processus de mise en oeuvre de leurs plans, les pensées et les comportements des Colmateurs devront induire en erreur ce monde extérieur, ils devront soigneusement faire usage de déguisements, de mensonges, de fausses pistes, et ce quoi qu'il en coute et sans justification. Ces stratégies devront non seulement tromper l'ennemi, mais le monde entier avec lui.
Voilà une partie de l'intrigue qui génère, vous le devinez, des situations cocasses, depuis les rivalités entre Colmateurs, l'impossibilité de communication (chaque parole prononcée par un Colmateur est-elle destinée à cacher quelque chose ?) ou encore les dépenses fastueuses et superflues, tout étant bon sous prétexte que cela fasse partie « du plan des Colmateurs ». Ils feront l'objet peu à peu d'un culte de la part de la communauté qui voit en eux des sauveurs…mais c'est sans compter l'arrivée de Fissureurs…
Je ne dévoile que cette brique, parmi tant et tant d'autres, de ce space opera, et vous aurez compris bien entendu que la communauté évoquée est celle de l'espèce humaine. J'ai apprécié cette idée des Colmateurs, elle est surprenante : se baser sur ce défaut si présent, la ruse et les secrets, le mensonge, sources de tant de conflits et d'incompréhensions, pour en faire une force face à un ennemi commun. Quant à la forêt ce n'est pas celle que nous connaissons, vous aurez la chance de découvrir, au deux tiers du livre, une forêt aux allures futuristes (qui n'est pas sans rappeler d'ailleurs de prime abord un blockbuster écologique aux beaux êtres bleus…), voire une forêt cosmique dans "laquelle chaque civilisation est un chasseur armé d'un fusil" et une menace pour les autres.
J'ai particulièrement aimé toutes les questions qui émergent d'un tel scénario de menace, questions sociétales et écologiques d'une part : est-il opportun de continuer d'avoir des enfants si nous disparaissons dans quatre siècles, sachant que nous ne savons pas, dans notre société actuelle, ce que nous serons dans quelques centaines d'années…cette menace en est-elle vraiment une à l'aune du réchauffement climatique et de ses conséquences à moyen terme ? Doit-on s'inquiéter pour sa descendance ou devons-nous, comme nous le vivons actuellement, le vivre comme une menace lointaine donc incertaine et se réjouir simplement de pouvoir se prolonger sur une dizaine de générations ? Dans ce contexte de menace, doit-on protéger l'environnement ? Si la Terre devient un jardin, est-ce que ça ne revient pas à la préserver pour les envahisseurs futurs ?
Mais aussi, et surtout, les questions et tensions géopolitiques qui ne manquent pas d'ores et déjà de se poser : Doit-on « s'évader », si oui comment ? Qui en priorité ? Devons-nous mettre en commun les technologies afin que pays riches et pays pauvres soient sur un même pied d'égalité dans ce plan d'évasion? « L'inégalité devant la survie est la plus grande des inégalités. Les individus ou les nations qu'on obligerait à rester ne pourront pas attendre patiemment la mort en voyant leurs congénères emprunter le chemin de la survie. Deux camps s'affronteraient de plus en plus violemment et plongeraient le monde dans le chaos, et personne ne pourrait plus sortir ».
Les réflexions sur la stratégie militaire sont riches et passionnantes : est-ce le niveau de développement technologique qui importe avant tout et qui détermine la victoire, ou alors la foi et l'honneur des soldats sont-ils les ingrédients prépondérants à tout combat à venir, en plus face à un ennemi a priori plus fort ? le plan de bataille doit-il se construire sur la base du seul progrès technologique et des ordres ou mérite-t-il une réflexion plus subtile et poussée fondée sur l'humain, l'esprit et l'initiative individuelle dans un conflit ? Dans quelles conditions spirituelles et mentales sont et seront les forces de l'armée spatiale ?
Un roman somptueux mais exigeant, ardu si on le lit négligemment. Vous risqueriez alors de tomber dans un nid de ronces et de racines vous empêchant d'avancer. Cette fable sociétale et écologique nécessite de s'aventurer vraiment dedans, machette à la main, de prendre le temps. Alors seulement l'épopée au sein de cette forêt vous permettra d'en capter toutes les odeurs et les bruits, de percevoir tous les détails, de la voir dans son ensemble dans toute sa majesté, et d'en mesurer les différentes profondeurs. Notons quelques longueurs, longueurs nécessaires cependant, concernant la science (neuroscience, astronomie, physique), véritable âme du livre, amenée avec beaucoup de pédagogie et de réalisme.
Le futur de l'humanité proposé par Cixin Liu m'a laissée songeuse, rêveuse, glacée par moment. C'est à la fois troublant de réalisme et complètement original. Je ressors de cette aventure hors norme, ébouriffée, l'âme poinçonnée à la beauté et aux prédictions de la SF, réellement épatée par le talent de l'auteur, avec des traces qui à mon avis ne sont pas prêtes de s'effacer, notamment une maxime : « Donner de la vie au temps lorsqu'on ne peut plus donner de temps à la vie, donner de la civilisation aux jours lorsqu'on ne peut plus donner de jours à la civilisation ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7629
HundredDreams
  07 mai 2022
Après un premier tome qui m'avait enchantée malgré de nombreux aspects trop scientifiques et trop complexes, j'étais impatiente de poursuivre cette aventure.
Difficile de faire une critique de ce roman sans divulgacher quant au premier tome, alors je vais essayer de rester très succincte quant à l'intrigue.
*
Cixin Liu a appliqué le paradoxe de Fermi au concept de la forêt sombre, ce qui explique le très beau titre de ce livre.
« Premièrement : la survie est la nécessité première de toute civilisation ; deuxièmement : une civilisation ne cesse de croître et de s'étendre, tandis que la quantité totale de matière dans L Univers reste constante. »
D'après cette théorie, toutes les formes de vie désirent rester vivantes. La seule alternative possible est alors de détruire toutes les autres espèces rencontrées avant que celles-ci n'aient la même idée.
L'auteur compare l'univers à une sombre forêt dans laquelle chaque civilisation est un chasseur qui se déplace silencieusement parmi les branches des arbres et élimine toute présence avant de devenir lui-même une proie.
« L'Univers est une forêt sombre dans laquelle chaque civilisation est un chasseur armé d'un fusil. Il glisse entre les arbres comme un spectre, relève légèrement les branches qui lui barrent la route, il s'efforce de ne pas faire de bruit avec ses pas. Il retient même sa respiration. Il doit être prudent, car la forêt est pleine d'autres chasseurs comme lui. S'il remarque une autre créature vivante – un autre chasseur, un ange ou un démon, un bébé sans défense ou un vieillard boiteux, une magnifique jeune fille ou un splendide jeune homme, il n'a qu'un seul choix : ouvrir le feu et l'éliminer. Dans cette forêt, l'enfer c'est les autres. Une éternelle menace. Chaque créature qui dévoile son existence est très vite anéantie. Voici la cartographie de la société cosmique. C'est la réponse au paradoxe de Fermi. »
*
Dans ce deuxième volume de la trilogie de Cixin Liu, « La forêt sombre » examine les quatre siècles dont dispose l'humanité avant l'invasion de la Terre par la flotte Trisolarienne. L'intrigue est donc principalement centrée sur la préparation de l'invasion extraterrestre.
Mais les Trisolariens ont un avantage majeur, leur technologie est beaucoup plus avancée que la notre. Grâce à des « intellectrons » qui ont infiltré les communications du monde entier, ils sont capables d'intercepter toutes les conversations, et de connaître toutes les décisions stratégiques envisagées par les humains pour les combattre. Seules, les pensées humaines restent un secret.
Face à la transparence de notre monde, les humains décident alors de lancer le programme « Colmateur » en sélectionnant quatre hommes, dotés d'une intelligence fine et retorse, pour élaborer en secret, chacun de leur côté, un plan audacieux, en vue de la prochaine bataille contre les Trisolariens.
Trois d'entre eux sont des hommes d'État ou des scientifiques reconnus, mais le quatrième est un parfait inconnu. Il se nomme Luo Ji, et contre toute attente, cet astronome et sociologue chinois va être propulsé au centre de l'intrigue, alors qu'il est effacé et indolent.
Ainsi, l'arc dramatique passe essentiellement par les quatre Colmateurs. L'intrigue devient une gigantesque partie de poker où tous les coups sont permis, le bluff, la dissimulation et le mensonge étant essentiels pour emporter la partie. Certaines stratégies élaborées font froids dans le dos.
*
« La forêt sombre » est un récit plutôt sombre. Liu Cixin profite de l'invasion future la Terre pour dresser un portrait psychologique, politique et sociologique des hommes, lorsqu'ils sont confrontés à un danger ultime, ici, rien de moins que l'extinction de la race humaine.
L'auteur exploite certaines attitudes humaines avec beaucoup d'ingéniosité, comme le défaitisme, et considère leurs capacités d'agir pour le meilleur comme pour le pire.
« le plus grand obstacle à la survie de l'humanité, c'est l'humanité elle-même. »
*
L'écriture est toujours aussi riche. Certains chapitres sont vraiment magnifiques, comme par exemple, le prologue avec le voyage de la fourmi. Etonnant.
Mais « La forêt sombre » est un récit totalement différent de son prédécesseur, par son approche narrative, par sa dimension plus futuriste.
Tout d'abord, il devient plus accessible : les aspects scientifiques sont moins complexes à comprendre et surtout, beaucoup moins présents. Malgré cela, il fourmille d'excellentes idées, aussi ingénieuses que stupéfiantes.
Il est aussi palpitant car il se déploie sur plusieurs siècles. Grâce au sommeil cryogénique, les protagonistes principaux font des bonds dans le temps, nous permettant de les retrouver pour la bataille finale, quatre siècles plus tard.
« La route du temps couleur de plomb s'ouvrait lentement devant eux sans qu'ils puissent distinguer l'autre bout, rendu flou par le brouillard de l'avenir, dans lequel ils ne parvenaient à voir chatoyer que des flammes et la lueur du sang. Jamais la nature éphémère de la vie humaine ne les avait autant fait souffrir. Leurs coeurs s'envolèrent par-delà la voûte du temps pour rejoindre la dixième génération de leurs descendants et s'abîmer avec eux dans le sang et le feu de l'espace glacial, là où se rassembleraient au jour dernier les âmes de tous les soldats. »
Le monde a alors bien changé au moment du réveil des Colmateurs et nous découvrons une humanité qui s'est adaptée aux stratégies de survie face à l'invasion, au paysage géopolitique en mutation, à la dégradation de l'environnement, aux changements climatiques,... L'auteur en profite alors pour dresser le portrait d'un monde futuriste très différent du notre, développant des aspects sociaux, économiques, gouvernementaux, technologiques.
C'est aussi un grand récit épique qui prend de l'envergure tant au niveau du temps que de l'espace, adoptant des allures de voyage dans l'espace. Les scènes d'action sont assez peu présentes, mais les batailles spatiales et la rencontre entre les terriens et les Trisolariens sont particulièrement incroyables et jubilatoires.
Il est enfin d'une grande intelligence et d'une grande finesse quant aux stratégies élaborées par les Colmateurs. Tout est fait pour tromper l'ennemi, elles sont donc obscures autant pour les Trisolariens que pour le lecteur. Ainsi, chacun des plans de défense de la Terre ne se dévoile qu'au tout dernier moment et crée de véritables surprises lorsque les intentions de certains personnages nous sont révélées.
*
Mais, j'ai aussi quelques regrets.
Le développement des personnages principaux, exclusivement masculins (c'est dommage) est plus important mais reste encore insuffisamment développé d'après moi. Les protagonistes sont là dans un but bien précis, ne servant qu'à mettre en valeur l'intrigue et les stratégies de défense mises en place.
Cependant, cela ne m'a pas vraiment dérangée car l'intrigue est suffisamment complexe et prenante pour que l'on ne s'y attache pas.
Malgré tout, deux personnages sortent du lot.
Luo Ji, le personnage principal de ce livre, capte l'attention. Au premier abord, il n'apparaît pas particulièrement sympathique, de par son comportement plutôt flegmatique et égocentrique. Mais il m'a intriguée par ses décisions surprenantes, parfois insensées.
Au contraire, le personnage de Shi Qiang, déjà rencontré dans le premier tome, est plaisant. Cet officier de défense planétaire met une touche d'humour et de gaieté par son esprit rusé et débrouillard, son attitude ouverte, honnête et efficace.
Mon plus grand regret est certainement l'absence des Trisolariens dans ce volume. Ce que j'avais particulièrement aimé dans « le problème à trois corps », c'était ma rencontre avec ces extraterrestres. J'avais été captivée par la description de leur civilisation décadente et du jeu des trois corps.
Ici, toute la trame de l'histoire est focalisée sur leur arrivée sur Terre, mais ils sont totalement absents du récit.
*
Dans « La forêt sombre », l'auteur chinois de science-fiction plusieurs fois primé, excelle à construire un univers unique et original, une intrigue dense et imprévisible d'où foisonnent des idées vraiment extraordinaires, mais aussi parfois très complexes.

L'histoire peut paraître assez énigmatique au moment de la lecture mais, lorsque l'on referme ce livre et qu'on le regarde à la lumière de toutes les révélations qu'il contient, on ne peut qu'être impressionné par la conclusion.
Après un tel dénouement et malgré le nombre de pages ahurissant, je suis maintenant impatiente de lire le troisième et dernier volume de ce magnifique récit épique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5022
Fifrildi
  24 août 2018
J'étais vraiment impatiente de me lancer dans le deuxième tome de cette trilogie de SF chinoise. Malheureusement, mon enthousiasme est descendu de quelques crans.
La flotte trisolarienne est en route pour la Terre et le peuple terrien a quatre siècles pour s'y préparer.
« Que peut bien valoir le monde dans quatre siècles par comparaison à ma vie d'aujourd'hui? » C'est assez actuel comme réflexion, genre est-ce qu'il y aura encore de la vie sur Terre dans 100 ans ? Beaucoup de gens s'en fichent, vu que de toute façon ils ne seront plus là.
L'évasionnisme est une option envisagée… mais qui partirait ? Qui resterait ? le débat est vraiment intéressant (cfr. p. 70 sur l'inégalité devant la survie).
L'histoire tourne autour de nouveaux visages dont Luo Ji, le « cosmosociologue-colmateur ». Je l'ai trouvé difficile à cerner, comme à peu près tous les autres personnages (sauf peut-être Shi Qiang ?). J'ai préféré Zhang Beihai car il m'a surprise plus que les autres. Je pense que ce problème de personnages est dû au fait que pour garder le secret sur ce qu'il se passe vraiment ils restent fermés au lecteur. du moins, c'est mon impression.
Qui sont les Colmateurs ? Quelle est leur mission ? Pour les contrer l'OTT (l'Organisation Terre-Trisolaris) a envoyé des Fissureurs. À quoi va bien pouvoir servir l'invention de l'hibernation ou du poinçonnage mental ?
L'intrigue est complexe (mais pas dénuée de sens) et alourdie par la longueur du texte. Que c'est long, que certains passages sont ennuyeux ! Oui, il y a la Bataille Sombre (un excellent passage) mais dans l'ensemble cela manque de dynamisme.
Le suspense sera probablement plus palpable dans le troisième tome. Sauf que je connais déjà la fin vu que j'ai eu la brillante idée de lire un article qui m'a tout révélé en une phrase >_<
La traduction est excellente et j'ai beaucoup aimé les idées développées autour de la survie de l'espèce humaine et sur ce que signifie « la forêt sombre ».
La fin de ce deuxième tome est un peu irréelle…
En conclusion, c'est un très bon roman mais trop long. Cela étant dit, je vais plus que probablement lire la suite ^_^ (sortie prévue en octobre).


Challenge pavés 2018
Challenge défis de l'imaginaire (SFFF) (184)
Challenge multi-défis 2018 (53)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
indimoon
  07 avril 2022
Premier constat alors que mes yeux se posent sur les petites lignes serrées aux pages fines de mon exemplaire de poche de la collection Babel, chez Actes Sud, je n'ai plus 20 ans, et une loupe ne serait pas de trop. Je ne pourrais pas m'aider en "cassant le dos du livre ": expression barbare! Mais qui dénote le summum de l'appropriation de l'objet livre, tout comme les annotations en marge... Sauf que celui-ci n'est pas à moi! Gageons donc que Liu Cixin parviendra à me faire oublier mon inconfort de lecture de ce petit pavé de 11x17cm, que j'attends en plus de lire depuis des mois, séduite par le tome 1 "Le problème à trois corps".

Ca commence on ne peut mieux, avec un prologue aguicheur à souhait où l'on retrouve quelques repères du tome 1 avec notamment les personnages de Ye Wenjie et Evans. La présence d'une fourmi, seul témoin d'une scène qui sera le socle de la suite des évènements, me rappelle de suite ce que j'aime chez cet auteur, entre autres choses, sa façon de considérer le vivant dans son ensemble avec la même curiosité et le même attrait. J'aime le "pas de côté" (je pense avoir lue cette expression dans certains de tes billets, Chrystèle ;) ) que représente ce point de vue d'une fourmi, si bien rendu (car pourrait-on vraiment savoir ce qui se passe dans la tête d'une fourmi...) entre les préoccupations qui lui sont propres et cette observation désintéressée de deux créatures humaines recueillies et échangeant devant la tombe qu'elle explore, avec ses sens et ses buts de fourmi.
C'est à regret que je dois admettre que ces "pas de côté" vont devenir à mon goût trop rares par la suite.

Il y en a quelques uns cependant, je pense par exemple à cette réflexion sur le travail littéraire qui atteint son paroxysme lorsque le personnage échappe à son auteur, réflexion qui se poursuit en filigrane tout au long du livre au travers de la relation entre Luo Ji et Zhuang Yan. J'avais déjà posté cette citation:
"_Rong, j'avais toujours cru que les personnages des romans étaient sous le contrôle de leur auteur, qu'il pouvait les façonner comme il l'entendait, qu'il pouvait les faire agir comme il le voulait, comme un dieu avec ses créatures.
_Tu te trompais! Bai Rong se leva et arpenta la pièce. Maintenant tu le sais. C'est toute la différence entre quelqu'un qui écrit et quelqu'un qui fait de la littérature. L'acte suprême de la création littéraire, c'est lorsque les personnages romanesques nés des pensées de l'écrivain prennent vie, lorsque ce dernier perd tout contrôle sur eux, qu'il n'est même plus capable de prédire leurs prochaines actions. Il ne fait que les suivre, curieux, scrutant comme un voyeur les détails les plus infimes de leurs existences, puis il les archive par l'écriture pour en faire un canon."

Des touches colorées et disparates ces "pas de côté" ou décalages fabriquent une trame riche, colorée et dépaysante.
de celles que j'avais déjà pu apprécier dans le tome 1 au travers d'un mélange de style historique, avec la révolution culturelle chinoise, polar, avec cette énigme autour de la disparition de scientifiques et fantastique avec ce jeu virtuel déjanté et dépaysant. J'ai d'ailleurs bien cru le voir renaître ce jeu des trois corps:
"Quelque part dans l'océan tumultueux des informations de l'Internet se trouvait un recoin perdu et, dans ce recoin, un autre recoin encore plus perdu, et dans le recoin de ce recoin, le recoin d'un recoin, et au plus profond de ce recoin, un monde virtuel ressuscita."
Hélas il restera un vestige peu exploité, dans ce tome, du tome 1. Il est tout juste la grotte virtuelle, sombre et secrète, où l'on tente par moments de conspirer contre les humains, sans en découvrir davantage sur Trisolaris...Trisolaris, le grand absent du Tome 2! J'étais pourtant très curieuse d'en savoir davantage sur cette civilisation :
"EVANS: A quoi peut ressembler une société dont les pensées sont complètement transparentes? A quelle culture peut-elle donner naissance? A quelle pensée politique? Aucune ruse, aucune machination." Suis-je ainsi mise en appétit dans le prologue...Mais...Ce sera tout, le tome 2 n'est résolument tourné que vers la civilisation humaine et ses possibilités de réagir, de fuir, ou encore de se montrer défaitiste face à l'invasion extra-terrestre; et je vais être un peu frustrée de la tournure assez unie-directionnelle que prend le roman.

En effet la terrible situation ne fait désormais plus aucun doute: les jours de l'humanité sont comptés avant l'invasion des trisolariens dont le dessein de nous exterminer n'est inconnu pour personne. Nous sommes immergés dès le point final de ce beau prologue dans la catastrophe de façon concrète. Les chapitres qui suivent ont tous pour titre "la grande crise", à l'an 3, 8, 12, 20, puis 205, 208, et enfin 213; nous parcourons ainsi plus de 200 ans de notre civilisation, dans une sorte de décompte assez oppressant du temps qui passe par rapport à l'avancée de la flotte trisolarienne, qui devrait mettre en tout quatre siècle à arriver sur Terre. Ainsi, au chapitre "An 208", la flotte ne se situe "plus qu'à" 2,07 années lumières de son but.
Hé bien, il n'y a pas de quoi rire, ni rêver, n'est-ce-pas.
Liu Cixin prend tout ça très au sérieux et au premier degré.
Il va falloir se défendre.
Il va falloir sauver l'Humanité, et pourquoi pas à l'initiative d'un chinois, d'ailleurs, y'en a marre des américains, what a fuck.

La plus grosse part du livre est ainsi donnée à notre défense. Notre belle flotte spatiale, nos vaisseaux, nos militaires, nos prouesses techniques, pourtant parasitées par les intellectrons adverses paraît-il! On se demande ce qu'il en serait sans ce sabotage. En effet nous sommes tout de même capables de grimper dans l'espace par des ascenseurs spatiaux, ou rester en hibernation pour des siècles, pour ne citer que quelques petits exemples, et il se passe des choses vraiment dingues, en particuliers dans la 3ème partie du livre (absolument jouissive au début), au troisième siècle de notre ère de crise.
Les aspects techniques très poussés ont freiné mon intérêt, en particuliers dans le quart central du livre. Je me suis dis que j'avais affaire à de la "hard science" bien plus que dans le tome 1, et ce n'est pas ce que je préfère. Surtout qu'à la vue du dénouement tout ce déferlement scientifique et technologique ne me paraît pas forcément légitime, disons que l'on va se chauffer les neurones (déjà que j'ai perdu 2 dixièmes de vue à chaque oeil) sur moultes facettes de notre défense mais qu'elles seront loin d'être toutes efficaces (ce qui est ceci dit réaliste).
Pour être tout à fait honnête, je ne suis pas sûre d'avoir compris le final, défaut de concentration ou neurones défaillantes, je ne sais pas. Une forêt d'arbres un peu trop épineux, sans doute, avec quelques clairières qui m'ont manqué pour reprendre mon souffle?? Et un GR un peu mieux indiqué aussi, ça n'aurait pas été du luxe, je me suis souvent retrouvée en voie sans issue.

Je suis un peu maso, ou j'aime trop Liu, je ne sais pas, en tout cas je pourrais mettre ces livres en partance pour mon île déserte, je trouverais peut-être quelques clés à la relecture. Je ne parviens toujours pas à comprendre comment Luo Ji a pu être désigné colmateur, par exemple. Et tout à l'inverse, je me dis aussi que j'aurais préféré continuer à imaginer la suite de "Le problème à trois corps". En tout cas, à vérifier avec le tome 3, mais il semblerait que j'ai plus un penchant pour Liu Cixin version courte "terre errante" demeurant un très gros coup de coeur :)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2545
LePamplemousse
  13 janvier 2022
J'étais ressortie très enthousiaste du premier tome de cette trilogie de science-fiction chinoise, du fait d'une excellente intrigue et d'une écriture de qualité, et j'avais hâte de lire le second volume.
J'ai été époustouflée par ce second tome que j'ai trouvé encore plus addictif que le premier.
Dans le premier volume, nous faisions connaissance avec une brochette de personnages, lesquels allaient être confrontés à un contact avec une civilisation extra-terrestre.
Dans ce second volume, il ne s'agit plus d'un simple échange, mais d'une rencontre programmée, on sait que les Trisolariens arriveront sur terre dans 400 ans.
Mais ce qu'on ne connaît pas, ce sont leurs intentions, bonnes ou mauvaises ?
Viendront-ils dans le but de rencontrer les humains afin de s'apporter mutuellement des bienfaits ou arriveront-ils tels des conquérants afin de détrousser la terre de ses ressources ?
Là est toute la question, et les protagonistes vont avoir quatre siècles pour parer à toutes les éventualités.
Quatre « Colmateurs » vont être désignés à travers le monde afin de trouver une solution au cas où les Trisolariens seraient de vulgaires envahisseurs.
Vous ne connaissez pas grand-chose au monde de la science, de l'astronomie ou de la physique quantique ?
Aucune importance, la plupart des théories mentionnées sont expliquées très simplement, et ce qui est plus complexe et reste un peu flou pour tous ceux qui n'ont pas suivi d'études scientifiques (dont je fais partie) ne gêne en rien la compréhension globale de l'histoire.
J'ai adoré le mélange de science-fiction, de théories scientifiques, de questionnements philosophiques sur le sens de notre vie.
Je vais de ce pas me jeter sur le troisième et dernier tome de cette excellente trilogie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310

Citations et extraits (86) Voir plus Ajouter une citation
HordeDuContreventHordeDuContrevent   12 juillet 2021
Les derniers rayons du jour illuminèrent aussi les vagues déferlantes d’un océan en furie. Des colonnes de lumière lardèrent les nuages tumultueux de l’ouest et tachèrent d’or la surface de l’eau, telles des pétales de fleurs tombés du royaume des cieux. Par-delà ces pétales, des nuages noirs dessinaient un monde aussi obscur que la nuit, tandis que se levait une tempête, rideau divin suspendu entre ciel et mer. Il ne resta bientôt plus comme source de lumière que de brefs éclairs foudroyant l’écume neigeuse crachée par les vagues. Au creux d’un de ces pétales d’or, un destroyer se retrouva bientôt à la crête d’une déferlante née dans les abysses et, dans un grondement terrible, sa proue se heurta à un mur de vagues qui souleva une écume si monumentale qu’elle absorba avidement les dernières rémanences de clarté vespérale, comme un gigantesque oiseau mythique déployant ses immenses ailes d’un or aveuglant…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2717
HundredDreamsHundredDreams   07 mai 2022
La fourmi brune avait déjà oublié que ce lieu avait jadis été son foyer. Pour la Terre et pour les étoiles qui venaient tout juste de poindre dans le ciel vespéral, cette période n’avait été qu’une dérisoire parenthèse mais, pour la fourmi, cela frisait l’éternité. En ces temps reculés, son monde avait été renversé. La terre s’était envolée et, à sa place, avait surgi un gouffre vaste et profond, puis la terre était revenue dans un bruit de tonnerre et le gouffre avait disparu. À ce qui avait été l’une de ses extrémités se dressait maintenant une butte noire et solitaire. Ces événements se produisaient souvent sur cet immense territoire, la terre se volatilisait avant de faire son retour, des gouffres s’ouvraient avant d’être recouverts, puis s’ensuivait la naissance d’une butte solitaire, témoin visible de chaque nouvelle catastrophe. Sur le chemin du soleil couchant, la fourmi brune et ses centaines de sœurs escortaient la reine survivante à la recherche d’un lieu où fonder un nouvel empire.

(Début du Prologue)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
HordeDuContreventHordeDuContrevent   13 juillet 2021
L’objet de l’amour de la plupart des gens n’existe que dans leur imagination. Ce que l’on aime, ce n’est pas l’homme ou la femme de la réalité, mais celui ou celle qui naît dans notre imaginaire. Les amants réels ne sont que des modèles permettant de créer ceux que l’on rêve. Tôt ou tard, on finit par se rendre compte du fossé qui existe entre l’amour rêvé et son modèle. Quand on parvient à s’habituer à cette différence, on peut continuer à être ensemble, mais quand on échoue, on se sépare, c’est aussi simple que cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          297
FifrildiFifrildi   22 août 2018
- Bien sûr, l'objet de l'amour de la plupart des gens n'existe que dans leur imagination. Ce que l'on aime, ce n'est pas l'homme ou la femme de la réalité, mais celui ou celle qui naît dans notre imaginaire. Les amants réels ne sont que des modèles permettant de créer ceux que l'on rêve. Tôt ou tard on finit pas se rendre compte du fossé qui existe entre l'amour rêvé et son modèle. Quand on parvient à s'habituer à cette différence, on peut continuer à être ensemble, mais quand on échoue, on se sépare, c'est aussi simple que cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
FifrildiFifrildi   21 août 2018
Les militaires sombrèrent dans un profond silence. La route du temps couleur de plomb s'ouvrait lentement devant eux sans qu'ils puissent distinguer l'autre bout, rendu flou par le brouillard de l'avenir, dans lequel ils ne parvenaient à voir chatoyer que des flammes et la lueur du sang. Jamais la nature éphémère de la vie humaine ne les avait autant fait souffrir. Leurs cœurs s'envolèrent par-delà la voûte du temps pour rejoindre la dixième génération de leurs descendants et s'abîmer avec eux dans le sang et le feu de l'espace glacial, là où se rassembleraient au jour dernier les âmes de tous les soldats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Liu Cixin (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Liu Cixin
Lauréat du prix Hugo, Liu Cixin est l'écrivain de science-fiction le plus populaire de Chine. Ses oeuvres sont adaptées en BD par un casting d'auteurs internationaux dans une nouvelle série : Les Futurs de Liu Cixin. Depuis la prévision de la mort de notre soleil, l'humanité s'activait à sa survie dans un projet sans précédent : piloter la Terre jusqu'à la constellation du Centaure afin d'y trouver la nécessaire chaleur de son étoile. Un voyage long de 2500 années terrestres...
En savoir plus : https://www.editions-delcourt.fr/bd/series/serie-les-futurs-de-liu-cixin/album-les-futurs-de-liu-cixin-terre-vagabonde
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.editions-delcourt.fr https://www.facebook.com/editionsdelcourt https://twitter.com/DelcourtBD https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/
Achetez le tome : Amazon : https://www.amazon.fr/s?k=9782413038009&camp=1638&creative=6742&linkCode=ur2&tag=soleilprodcom-21 Fnac : https://recherche.fnac.com/SearchResult/ResultList.aspx?Search=9782413038009&ectrans=1&Origin=Awin651807&awc=12665_1647969010_feeab7ca6efdd0f457b88512f30fc057
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4058 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre