AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782290249949
384 pages
J'ai Lu (02/06/2021)
3.95/5   348 notes
Résumé :
Lisa a perdu le goût de vivre depuis la mort accidentelle de son fils. Avec son mari et sa fille, elle quitte Paris pour s'installer dans une ferme isolée au fin fond du Périgord, La Part des Anges, dans l'espoir de se reconstruire. En vain...
Jusqu'au jour où Lisa découvre, niché dans le grenier de la vieille bâtisse, le journal d'Alice qui a vécu à La Part des Anges quatre-vingts ans auparavant.
Page après page, Alice y raconte toutes les épreuves ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (78) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 348 notes

Saiwhisper
  01 décembre 2020
Grâce à une adhérente de la médiathèque, j'ai pu continuer de découvrir la plume de Bruno Combes. Celui-ci avait su me séduire avec « Je ne cours plus qu'après mes rêves ». Hélas, ses autres ouvrages – des romances un peu trop naïves ou faciles à mon goût – n'avaient pas réussi à me combler, si bien que j'ai tardé la lecture de ce dernier prêt. Je ne vous ferais pas languir davantage : « La part des anges », que cette connaissance a pourtant adoré et chaudement recommandé, n'a pas su me convaincre. Cela dit, je persiste à dire que la plume de l'auteur est agréable : un style très fluide, poétique, simple et doux. On tourne les pages avec aisance, car Bruno Combes arrive aussi bien à retranscrire les émotions de ses personnages féminins que masculins. Je lui trouve une sensibilité rare et je regrette d'autant plus le fait que je n'accroche au contenu de ses histoires !
Cet écrit aborde des sujets difficiles avec, en point central, la perte d'un enfant. En tant que jeune maman, je reconnais que je n'avais pas envie d'être confrontée à ce sujet… C'est également pour cela que j'ai repoussé ma lecture. Ici, la pauvre Lisa, la mère d'Emilie et autrefois de Théo, a perdu son fils à cause d'un chauffard. le garçon n'avait que huit ans. Il avait des rêves et toute la vie devant lui… Pour Lisa et ses proches, c'est la descente aux enfers. le lecteur assiste, impuissant, à la dépression de toute la famille : les grands-parents qui réagissent à leur façon, la petite Emilie qui encaisse tout le stress de ses parents, Hugo le papa qui m'a semblé assez exemplaire malgré la situation et Lisa qui n'arrive pas à relever la tête, car elle se sent responsable. J'ai aimé le fait que l'auteur n'apporte aucun jugement de valeur aux personnages. En dépit de ses erreurs, le mari est passé par toutes les phases, mais s'est toujours accroché pour sa compagne et pour leur fille cadette. Il va faire énormément d'efforts… Néanmoins, il constate avec amertume que son épouse s'éloigne inexorablement de lui et que c'est peut-être la fin de leur histoire… Peut-on alors lui jeter la pierre quand la suave Sarah vient lui faire les yeux doux ? Cèdera-t-il à la tentation ? Les sentiments pour sa femme peuvent-ils renaître avant qu'il ne soit trop tard ? Avant le drame, cette dernière était une mère géniale, enthousiaste, communicative, pétillante et pleine de vie. Mais comment lui en vouloir de ne pas remonter la pente ? Comme le souligne Bruno Combes, le deuil d'un enfant est impossible… On ne se remet jamais de cette épreuve. On doit simplement réapprendre à vivre, au moins pour l'enfant qui reste… Ce roman retrace tout le parcours de cette femme perdue : son chemin vers l'acceptation et la résilience…
Le contexte du livre est donc lourd. Chargé d'émotions. Je reconnais avoir trouvé la lecture trop pesante avec tout ce qu'il se passe en moment… En ce moment, la littérature est synonyme d'évasion chez moi. Lire de tels sujets me mine plus qu'autre chose. de plus, cette héroïne à la dérive ne m'a pas paru attachante. Certes, j'éprouvais de la compassion pour elle toutefois, je la trouvais trop molle, renfermée et pas spécialement passionnante. Hormis le fait qu'elle aide les gens à apprendre l'Anglais, Lisa n'a pas l'air d'avoir de loisirs ou d'intérêt particulier. Elle se laisse porter. Même lorsqu'elle ira mieux, sa personnalité n'a pas réussi à me toucher. Elle m'a semblé si transparente et concentrée sur sa douleur ! À l'inverse, son époux fut un personnage plus intéressant. On assiste vraiment à ses efforts au sein du couple, en tant que père, puis en tant qu'Homme. Malgré le deuil qui lui pèse sur les épaules, il ne cesse d'encourager sa femme ou de prendre soin de leur fille. Son travail l'occupe beaucoup toutefois, il ne va pas arrêter de chercher des solutions. Un homme plutôt idéal.
Comme le mentionne le résumé, Lisa va trouver un carnet datant de la Seconde Guerre mondiale. Or, c'est ce bel outil qui lui permettra de faire la rencontre d'Alice, la femme d'un soldat français. Aux côtés de l'héroïne, on va découvrir l'histoire du couple, leurs épreuves, l'attente, le travail dans les champs, les problèmes familiaux, … Quelques passages sont terribles cependant, je n'ai pas ressenti grand chose pour Alice et Gabriel. Des romans historiques sur 39-45 se déroulant sur le front, dans les camps, en ville ou dans les champs, j'en ai déjà parcouru plusieurs… Des destins sombres, poignants et révoltants, j'en ai malheureusement lu d'autres… Et c'était généralement plus fort émotionnellement que le quotidien de ce duo !… de ce fait, je n'ai pas eu le déclic lors de la lecture des carnets de lettres.
Malgré ma déception, « La part des anges » (dont j'adore l'idée du titre !) est un ouvrage correct qui saura trouver son public. S'il n'a pas été à mon goût, cela n'aurait peut-être pas été le cas il y a quelques années. Loin du contexte sanitaire et si j'avais lu moins d'oeuvres historiques sur la Guerre, j'aurais sans doute eu un ressenti différent !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
YsaM
  20 juillet 2021
J'ai vu ce livre passer sur mon fil Instagram avec des avis très positifs, c'était l'occasion, pour moi, de connaître Bruno Combes que je n'ai encore jamais lu et j'ai été agréablement surprise par cette lecture que j'ai beaucoup aimée, pas loin du coup de coeur il faut bien l'avouer.
Lisa est à la dérive, elle a perdu son fils accidentellement et culpabilise, pensant que si elle ne lui avait pas lâché la main une petite seconde pour regarder son téléphone, rien ne serait arrivé. Elle décide de fuir Paris et de s'installer avec son mari Hugo et sa fille Emilie dans le Périgord, elle a eu un coup de coeur pour une ancienne bâtisse isolée qui s'appelle « La part des Anges » elle va pouvoir reconstruire sa vie et apaiser ce chagrin qui la tenaille chaque heure du jour et de la nuit.
Hugo a tout de suite trouvé ses marques dans son nouveau cabinet, le village avait besoin d'un médecin généraliste et son arrivée ne pouvait pas mieux tomber. Emilie se fait, elle aussi à sa nouvelle vie, elle a déjà une meilleure amie et son école lui plait beaucoup. Elle est cependant attristée que sa mère, emmurée dans sa douleur, ne lui prête pas assez d'attention. Lisa n'y arrive pas, elle essaie mais en vain, et son psychiatre finit par se demander si un jour elle arrivera à surmonter la perte de son enfant et à retrouver une vie à peu près normale.
C'est un journal intime qui va tout changer, celui d'Alice qui a vécu à la Part des Anges durant la seconde guerre mondiale, Lisa va s'attacher au personnage, s'y identifier, parce qu'Alice a, elle aussi, vécu de terribles drames. Désormais Alice fait partie intégrante de la vie de Lisa, mais bien sûr, personne ne comprend pourquoi Lisa a absolument besoin de connaître la vie d'Alice et de s'attacher à un journal trouvé dans le grenier. Alors Lisa décide que ce sera son secret et qu'elle n'en parlera plus à personne. Elle fait des recherches, lit attentivement chaque page du journal, elle ressent même parfois la présence d'Alice dans la bâtisse.
Et si cette rencontre virtuelle avait le pouvoir d'apaiser Lisa et de l'aider à aller de l'avant ?
Bruno Combes nous livre un roman très poignant, une histoire de la vraie vie qui n'arrive pas qu'aux autres. Les personnages sont attachants. Hugo d'abord qui est d'une patience à toute épreuve et qui ne lâche jamais la main de sa femme, une femme qu'il aime profondément. Emilie qui est dans la résilience, elle tente de garder la tête hors de l'eau et ne comprend pas toujours le monde des adultes, elle souffre pourtant elle aussi d'avoir perdu son petit frère. Lisa enfin pour qui on a énormément de compassion mais qui parfois agace, on a envie de la secouer et on aimerait qu'elle sorte de sa léthargie, on se rend compte que la famille s'adapte et vit à son rythme, ça ne peut pas durer longtemps, Emilie a besoin de s'épanouir, Hugo a besoin de retrouver sa femme.
Il y a enfin Alice, son ombre plane sur le roman, on a énormément d'admiration pour tout ce qu'elle a vécu, pour son courage et son abnégation, elle ne se plaint jamais, elle va de l'avant malgré la douleur, la fatigue, les privations. Cette femme est un modèle, Lisa ne sait plus faire sans elle qui désormais semble la guider dans tout ce qu'elle fait.
Quel magnifique roman, pour une première fois avec cet auteur je suis gâtée, j'ai adoré ce livre entre tristesse et espoir, parce que le soleil n'est jamais loin, si tant est qu'on veuille l'apercevoir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
bookaddict02
  30 juin 2022
Ce roman m'a laissé un sentiment mitigé. D'une part, j'ai beaucoup aimé la plume de l'auteur que j'ai trouvé très poétique et très délicat dans la description des sentiments de Lisa. Cela m'a permis de comprendre et me mettre à la place de ce personnage.
Mais, j'ai trouvé par moment que ce livre n'était pas crédible. Je n'ai pas réussi à m'intéresser à certains personnages dont je n'ai pas compris l'intérêt dans cette histoire.
Malgré tout, j'ai apprécié ce livre. C'est un roman fluide qui aborde un sujet plutôt difficile
Commenter  J’apprécie          182
lulu8723
  20 avril 2022
Bruno COMBES. La Part des Anges.
La famille Guadet a quitté Paris, suite au décès accidentel de Théo le petit garçon, âgé de huit ans,, renversé sur un passage protégé par un chauffard. Ils se sont installés à Véminan, petite commune sise près de Sarlat dans le Périgord. le père, Hugo, médecin a ouvert un cabinet dans cette localité. Lisa est professeur d'anglais, actuellement en congé longue maladie, dépression provoquée par la perte de son fils dont elle se juge responsable. Ils ont acquis une grande demeure bourgeoise : « La Part des Anges ». Émilie, la petite fille, a intégré l'école primaire de la commune ; elle s'est bien intégrée, sympathisant avec Elvira. Hugo a une bonne clientèle et se plaît dans la région. Lisa s'adapte du mieux qu'elle peut. Il est difficile de faire le deuil de son enfant.
La famille s'insère dans la vie locale, fréquentant les voisins dont les parents de la petite Elvira, Sophie et Cédric, exploitant un domaine agricole, ,et produisant du fromage de chèvres. Sophie profitera des marchés pour demander de l'aide à Lisa. Cette dernière l'accompagnera, fuyant ainsi sa solitude. A nouveau, elle va avoir une vie sociale.
Dans le grenier de « La Part des Anges », Lisa va découvrir un carnet, journal intime d'une précédente propriétaire de cette demeure, écrit au cours de la seconde guerre mondiale. Elle va lire ces lettres et découvrir que Alice, a perdu un enfant lors d'une fausse couche et ironie du sort, elle ne pourra plus enfanter. Lors de douloureux épisode, l'époux d'Alice est prisonnier en Allemagne et ne rentrera que cinq ans plus tard dans son foyer. Lisa va s'investir dans ce récit et reconstituer la vie de ce couple, qui comme le sien a été malmené par la vie. Lisa saura-telle déjouer les pièges ? Faire face à ce malheur, inoubliable mais que le temps peut cependant adoucir ? Qu'en sera-t-il de son ménage ? Une femme fait les yeux doux à son époux. Hugo pourra-t-il résister à la belle anglaise ?
Une bonne étude psychologique des personnages, une étude bien menée sur les douleurs, les peines liées à la disparition d'un enfant. La reconstruction se fait pas à pas. Il est impossible de ne pas être meurtrie à jamais par un tel drame. L'analyse est fine. Les hommes et les femmes qui évoluent dans cette oeuvre nous ressemblent. Ils sont sensibles et se retranchent dans leur douleur. Un livre sur la résilience.( 20/04/2022).
Lien : https://lucette.dutour@orang..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Plume_de_laine
  06 juin 2020
"𝐿𝑎 𝑓𝑒𝑚𝑚𝑒 𝑛𝑒 𝑠𝑒𝑟𝑎 𝑗𝑎𝑚𝑎𝑖𝑠 𝑙'𝑒́𝑔𝑎𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑙'ℎ𝑜𝑚𝑚𝑒, 𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑙𝑢𝑖 𝑒𝑠𝑡, 𝑒𝑛 𝑏𝑖𝑒𝑛 𝑑𝑒𝑠 𝑝𝑜𝑖𝑛𝑡𝑠, 𝑠𝑢𝑝𝑒́𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑒.
𝐴-𝑡-𝑜𝑛 𝑑𝑒́𝑗𝑎̀ 𝑣𝑢 𝑢𝑛𝑒 𝑓𝑒𝑚𝑚𝑒 𝑑𝑒́𝑐𝑙𝑎𝑟𝑒𝑟 𝑢𝑛𝑒 𝑔𝑢𝑒𝑟𝑟𝑒 ?
𝐴-𝑡-𝑜𝑛 𝑑𝑒́𝑗𝑎̀ 𝑣𝑢 𝑢𝑛𝑒 𝑓𝑒𝑚𝑚𝑒 𝑝𝑟𝑜𝑣𝑜𝑞𝑢𝑒𝑟 𝑢𝑛 𝑔𝑒́𝑛𝑜𝑐𝑖𝑑𝑒 ?
𝑄𝑢𝑖 𝑎 𝑙𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑣𝑜𝑖𝑟 𝑑𝑒 𝑑𝑜𝑛𝑛𝑒𝑟 𝑙𝑎 𝑣𝑖𝑒, 𝑠𝑖 𝑐𝑒 𝑛'𝑒𝑠𝑡 𝑙𝑎 𝑓𝑒𝑚𝑚𝑒 ?"
J'erre dans cette maison entre deux époques éloigné et pourtant si proche de par leurs histoires. Assise sous le châtaignier, je regarde l'évolution de ses deux femmes si fortes.
La douceur de la plume de Bruno Combes m'a de nouveau bouleversé. Les émotions m'ont submergé tel un raz-de-marée. Les larmes me sont montée aux yeux face à cette histoire si touchante.
J'ai eu cette impression d'être proche des personnages et c'est vraiment une sensation formidable. J'ai appris à connaître Lisa et Alice avec passion !
Et vous, ressentez-vous ce petit courant d'air froid sur votre peau ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (114) Voir plus Ajouter une citation
ChedevCChedevC   28 novembre 2021
Notre société veut nous faire croire que la femme est l’égale de l’homme : constat discutable !

La femme ne sera jamais l’égale de l’homme, elle lui est, en bien des points, supérieure.
A-t-on déjà vu une femme déclarer une guerre ?
A-t-on déjà vu une femme provoquer un génocide ?

Certains esprits chagrins diront qu’il existe des exceptions. Bien sûr, des exceptions qui confirment la régler ! (p229)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
dantarddantard   18 mai 2020
Destins de femmes !!!!!!!!!!💖💖💖💖💖💖💖

Et me revoilà avec un livre dans lequel je me suis plongée avec bonheur et délectation.
A la suite d'un drame Lisa, Hugo et Emilie quittent la frénésie de Paris pour partir s'installer dans une grande demeure à Sarlat. Lisa est de suite attirée par cette maison, c'est instinctif. Ils s'installent, et un jour une amie de Lisa découvre dans le grenier un carnet et des lettres échangés entre une Alice et un Gabriel qui datent de la seconde guerre mondiale.
Lisa va se plonger dans leur vie et leur histoire et grâce à Alice, elle va reprendre pied dans la vie et pouvoir se reconstruire.......

C'est une histoire poignante et passionnante de deux femmes qui ne se connaissent pas, qui ont vécu à deux époques différentes mais qui ont traverse des épreuves qui se font écho.
C'est un roman sur la résilience, sur la force et le courage des femmes à toutes les époques. Il y a aussi de sacrés beaux personnages masculins. Il est rempli d'espoir, de courage, et d'Amour. Il a ce côté un peu mystique que les absents sont là et peuvent nous aider.....

Je l'ai dévoré et adoré il sortira le 4 juin et pour la fête des mamans rajoutez le sur votre liste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ChedevCChedevC   25 septembre 2021
Les anciennes demeures qui ont traversé les siècle ne mentent pas, ne triche pas.
Les histoires des familles qui s’y sont succédé sont ancrées dans les épais murs de pierre et les vieilles poutres de chêne noircies par la fumée des feux de la cheminée.
On entend encore les voix des grands-mères, les rires des enfants et parfois même quelques sanglots résonner dans le craquement des charpentes.
Les inavouables ou les plus lourds secrets sont souvent cachés au milieu des toiles d'araignées des vieux greniers. (p 45)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
cinhrecinhre   30 mai 2022
A la grande loterie de l'existence, il n'y a ni gagnant ni perdant, nous sommes tous des spectateurs, de simples observateurs d'un destin que rien ne peut contrôler. Ca tient à quoi une vie ?Á rien et à tout à la fois! A un au revoir manqué, à un départ trop précipité, à une main qu'on lâche, à une voix qui s'éteint.
Commenter  J’apprécie          130
malonepioupioumalonepioupiou   13 juin 2022
Notre société veux nous faire croire que la femme est l'égale de l'homme: constat discutable!
Depuis des décennies, les femmes se battent pour obtenir leur liberté et continuent de le faire pour les générations à venir. La preuve d'une volonté sans faille.
La femme ne sera jamais l'égale de l'homme, elle lui est, en bien des points supérieures. A-t-on déjà vu une femme declarer la guerre? A-t-on déjà vu une femme provoquer un génocide? Qui a le pouvoir de donner la vie, si ce n'est la femme?
certains esprits chagrins diront qu'il existe des exceptions. Bien sûr, des exceptions qui confirment la règle!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Bruno Combes (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno Combes
Bruno Combes vous présente son ouvrage "La part des anges" aux éditions J'ai lu.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2531573/bruno-combes-la-part-des-anges
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : résilienceVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2633 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre