AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226206086
Éditeur : Albin Michel (01/04/2010)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Philosopher pour tous, sans préparation, sans précaution, et dans la langue commune : tel était le pari d’Alain, dans ses célèbres Propos. Tel est celui d’André Comte-Sponville, dans les siens. La philosophie, pour lui, est le contraire d’une tour d’ivoire ; elle n’existe que dans le monde, que dans la société, et d’autant mieux qu’elle s’y confronte davantage. Écrire dans les journaux, c’est penser dans la Cité, comme il convient, et pour elle. Ces 101 propos, le p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
plotin
  26 septembre 2010
Agrégé de philosophie, André Comte-Sponville reprend dans son dernier livre « le goût de vivre et cent autres propos » l'idée des Propos du philosophe Alain. Celui-ci avait publié dans la presse du début du XX° siècle quelques cinq mille Propos. Les Propos d'Alain étaient des chroniques tenant en deux ou trois pages et portant sur tous types de sujet comme l'amitié, la famille, le couple, la passion, le temps, la mort, la destinée, la fatalité, la paix, la guerre, l'optimisme, la mélancolie, le savoir-vivre, la politesse… Dans une précédente critique consacrée aux Propos d'Alain, je mettais en avant le plaisir que j'avais eu à les découvrir, chacun de ces petits textes étant par leur côté positif et constructif, un vrai bonheur de lecture.
Un siècle plus tard, André Comte-Sponville reprend le principe de ces Propos. En vingt ans d'écriture, il n'a écrit que quelques centaines de chroniques dans des revues aussi variées que l'Express, le Monde, l'Evènement du Jeudi, Psychologies Magazine, Le Nouvel Observateur, le Monde des Religions, Challenges… Pour son livre, André Comte-Sponville a fait un choix parmi toutes ces chroniques pour en rassembler cent, celles pour lesquelles il a pris du plaisir à les écrire. Ces petites dissertassions sont inspirées de l'actualité.
Tout le mérite du livre est de donner au lecteur un éclairage sur des thèmes d'actualité parfois légers comme les vacances, les dimanches, le passage à l'an 2000, et parfois graves comme l'euthanasie, la maladie d'Alzheimer, l'immigration, la prostitution, le religieux…
Ces textes sont faciles à lire. Ils ne se lisent pas à la suite comme un roman. Non, ils se lisent au gré de ses propres envies. A la différence des Propos d'Alain dont la lecture me procure toujours une certaine énergie positive, les Propos d'André Comte-Sponville suscitent plus la réflexion et l'analyse. Une bonne approche pour une prise de recul dans cette période où nous sommes bombardés d'informations de tout style, souvent anodines et parfois inquiétantes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Jean-Daniel
  06 octobre 2016
André Comte-Sponville rend la philosophie accessible à tous à travers ce recueil qui regroupe ses chroniques parues dans différentes revues. Il développe ses idées de manière à être compris sans se risquer à la vulgarisation trop facile et nous mène à avoir un regard nouveau envers le monde qui nous entoure. Chaque chronique, provenant d'un thème inspiré par l'actualité du moment, peut se lire indépendamment des autres, ce qui est pratique et rend la lecture facile est agréable. Un très bon livre qui se parcourt rapidement et avec plaisir pour ceux qui s'intéressent à la philosophie, la politique ou l'actualité
Commenter  J’apprécie          142
Nicolas9
  06 novembre 2016
J'ignore si ce livre peut rendre "le goût de vivre" à ceux qui l'ont perdu. Par contre, il est certain qu'il pourra rendre ou donner le goût de la réflexion aux millions d'entre nous écrasés par les exigences du quotidien. "Le goût de vivre" est un recueil d'articles du philosophe André Comte-Sponville parus dans la presse française entre 1988 et 2009. Ce "condensé intellectuel" ne se lit donc pas comme un roman, mais se déguste par petites lampées, si possible au coin du feu avec un bon verre de Calvados à la main (surtout s'il pleut dehors!)
A quelques mois de l'élection présidentielle, certains politiciens seraient bien inspirés de relire cette mine de réflexions toujours d'actualité: rôle de la politique dans la vie des citoyens, immigration, tolérance, morale...
J'ai été particulièrement touché par l'article "Immigration" (p. 72-79). En posant les questions qui font mal, qu'on méprise peut-être, il met une bonne partie du défi à plat pour ouvrir la discussion sans faux-semblant, sans porte dérobée pour s'enfuir sur la pointe des pieds.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
kuroineko
  29 avril 2017
J'ai rencontré la prose d'André Comte-Sponville pour la première fois dans le Monde des Religions. le philosophe tient dans ce magazine la rubrique "Regard philosophique" qui conclue le dossier spécial de chaque numéro. J'ai d'emblée été conquise par le contenu de ses chroniques et la clarté de son style.
Le recueil le Goût de vivre et 100 autres propos regroupe,  comme indiqué dans le titre, cent une chroniques. Celles-ci émanent de diverses publications telles que L'Express, L'Événement du jeudi, Impact Médecin Hebdo, Psychologie Magazine, ... Et bien évidemment le Monde des Religions. S'y ajoutent quelques textes inédits.
L'ensemble court sur deux décennies environ, depuis la fin des années 1980 à 2010.
Dans sa préface, André Comte-Sponville explique que le titre fait référence aux Propos d'Alain.
Le format de l'ouvrage permet de picorer au petit bonheur, chaque texte comptant en moyenne 4-5 pages. Pratique notamment pour une lecture dans les transports en commun. Un article, un temps de réflexion pour assimiler son propos.
Les thèmes abordés dans ces chroniques sont très variés. Elles collent parfois à l'actualité du moment auquel elles ont été écrites.
Les textes défilant selon un ordre chronologique, on peut ainsi passer de la philosophie de Montaigne à l'occasion de l'anniversaire de sa mort à une réflexion sur l'amour ou les fêtes de fin d'année, en passant par le terrorisme et la paternité.
Les propos d'André Comte-Sponville sont d'une grande clarté. Pas besoin d'un doctorat en philosophie pour s'immerger dans ses textes.
J'aime la qualité de son style littéraire et j'aime le sentiment positif qui se dégage de ses écrits. Il donne à réfléchir et met en garde contre les marchands de désespoir facile. Loin de lui de nier la réalité, il ne se place pas dans une candeur naïve, mais plutôt dans un juste rééquilibrage des points de vue. Il invite à une prise de recul. Bien nécessaire face à l'afflux massif d'informations et de désinformations qui nous tombe dessus à chaque instant, face à la surconsommation où l'auxiliaire avoir se voit voué un culte - ou presque - au détriment de l'être.
En cela est certainement le grand intérêt de la philosophie : nous apprendre à réfléchir non pour être béatement heureux mais simplement pour être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
julienraynaud
  09 octobre 2014
On pioche dans les différents articles, selon ses goûts. Pêle-mêle: prostitution, euthanasie, dimanches, droits de l'homme, chiennes de garde...
Commenter  J’apprécie          140
Citations & extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Lorraine47Lorraine47   02 mars 2015
La vie n'est pas une énigme, qu'il faudrait résoudre, ni un symptôme, qu'il faudrait interpréter, ni un discours, qu'il faudrait tenir, ni un but qu'il faudrait atteindre. Elle est ce par quoi, ce dans quoi, ce pour quoi il y a des énigmes, des symptômes, des discours, des buts. Ce n'est pas la vie qui doit avoir un sens, c'est le sens qui doit être vécu. (Page 338)
Commenter  J’apprécie          280
Lorraine47Lorraine47   06 mars 2015
La violence des enfants n'est pas une aberration, une monstruosité, une exception. Elle est la règle de la nature, de la vie, de la pulsion, dont on ne sort que par une autre règle, qui est de douceur et de respect. Mais celle-ci n'est jamais donnée à la naissance. C'est culture contre nature: civilisation contre barbarie.
Encore faut-il que la famille, l'école et la société soient en état de transmettre à l'enfant ce désir d'humanité, qui seul le fera grandir véritablement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Lorraine47Lorraine47   12 mars 2015
Se penser soi sans penser le monde, ce n'est pas philosopher: c'est rester prisonnier des illusions qu'on se fait sur soi-même, c'est se contempler le nombril ou l'âme. L'introspection n'a jamais tenu lieu de connaissance, ni de réflexion, ni de raison. La philosophie n'est pas une variante sophistiquée du narcissisme.
Page 142 Philosopher
Commenter  J’apprécie          210
julienraynaudjulienraynaud   14 octobre 2014
Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien? C'est sans doute, philosophiquement, la question principale. (...) Aucune science n'y répond. (...) On a inventé Dieu pour y répondre. Mais cela ne résout pas plus le problème que le big bang. Pourquoi Dieu plutôt que rien?
Commenter  J’apprécie          260
Lorraine47Lorraine47   11 mars 2015
Le passé anticipé n'est qu'un futur antérieur, qui ne vaut que ce que valent les futurs: un peu d'espérance, un peu d'anxiété, un peu d'impatience, beaucoup d'incertitude et d'imaginaire, comme l'ombre portée du néant sur le présent de vivre...
Page 146 Mon jouet préféré
Commenter  J’apprécie          210
Videos de André Comte-Sponville (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Comte-Sponville
Entretien avec André Compte-Sponville
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
234 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre