AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782919285006
70 pages
Éditeur : Antidata (09/11/2010)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Des auteurs rassemblés autour d’un même thème, la musique, pour douze nouvelles qui nous ont séduits. Nous espérons maintenant que le lecteur, qu’il pince d’abord les plus aiguës, fasse claquer les basses ou progresse en arpèges le long du manche, trouvera riche et singulier le son produit par ce recueil littéraire en forme de guitare "douze cordes".

Convaincus qu’un aperçu de leur discothèque vous en dirait plus long qu’une biographie détaillée, nous... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Charybde2
  18 mars 2013
12 belles nouvelles sur la musique, dont quatre hors du commun, incluant un vrai chef d'oeuvre.
Beau recueil de 12 nouvelles publié en 2010 par les éditions Antidata, sur le thème de la musique, dans lequel on découvrira entre autres ce qui est vraiment arrivé à la Sheena des Ramones ("Hamburger chéri", Cécile Coulon), les terribles ratiocinations de comptoir d'un clochard qui fut ou ne fut pas musicien ("Un café et une guitare", Gilles Marchand), un instantané de vie au sein d'une fanfare de village ("Le trombone en or", Christophe Ségas), la fragilité résignée des amours enfantines, même cristallisées par Christophe ("Sixième bleue", Olivier Salaün), le pouvoir séducteur de la musique et ce qui doit être fait pour le défendre ("Tout ce que tu fais est merveilleux", Charlotte Monégier), ce que peut déclencher une musique d'ascenseur dans certaines conditions ("35", Amandine Bellet), le pouvoir de la foi en la musique sur la longévité ("La faucheuse n'aimerait pas les aubades ?", Bertrand Redonnet), ou encore les abîmes que peuvent ouvrir certaines musiques sérielles ou industrielles ("Un crime parfait", Christophe Despaux).
Quatre nouvelles, pour moi, atteignent l'exceptionnel :
- Ludmila Safyane ("Sur un air d'Elena") met en scène une belle obsession des stars, et ses développements étonnants.
"Quand j'y repense aujourd'hui, je me dis qu'elle m'aimait, c'est sûr. Un peu, sans doute. Beaucoup, peut-être. Mais pas à la folie. Elena était un peu folle, mais pas de moi. Incapable d'être dingue du réel, des choses à sa portée, des gens qu'elle côtoyait, elle ne s'intéressait pas vraiment au quotidien. Son extravagance ordinaire la poussait à adorer régulièrement des êtres inaccessibles dont elle feuilletait les légendes dans des revues colorées. Elle ne pouvait aimer démesurément qu'un demi-dieu, ce que je m'efforçais d'être jusqu'à l'épuisement."
- François Martinache ("Armor - Andalousie") nous fait toucher de l'oreille et du doigt la fenêtre qu'est la musique et l'air frais qui peut s'y engouffrer à tout instant, même dans une vie bien fatiguée.
"Il accorde son instrument avec soin.
Puis il se met à jouer. Mes pensées, à nouveau dirigées vers mes déboires professionnels du jour, sont ramenées illico sur la plage où le guitariste accélère le rythme. En quelques cordes pincées, son flamenco m'emporte.
Pour avoir beaucoup fréquenté les salles de concert, de rock ou de jazz, étant plus jeune, je peux simplement dire que ce type-là a du métier. Et de m'interroger : depuis combien de temps n'ai-je pas assisté à un vrai concert ?"
- Scarlett Alainguillaume ("Le seuil (variation sur Free Bird)") nous montre en quoi une chanson-culte de Lynyrd Skynyrd, et au delà, toute musique rock, n'est pas simplement une métaphore, mais un appel permanent au choix, ou au renoncement.
"Il a trente ans aujourd'hui, c'est la limite qu'il s'était fixée. Il a besoin de temps et d'espace pour composer. Il boit sa première gorgée de café. Pour se donner du courage, il met "Free Bird" sur son iPod. "If I leave here tomorrow, will you still remember me ? For I must be travelling on now, 'cause there's too many places I've got to see". "
- Malvina Majoux, enfin, ("Le Schnark de Levallois"), met en musique, tonitruante et désespérée, la lutte d'un retraité contre les promoteurs immobiliers et leurs équipes de démolition, à Levallois. Une courte mais véritable saga aux tonalités agratesques par moments, qui fait aussi songer à la mythique "Guerre des pommes reinettes" de George Mac Beth.
"La déflagration du chantier le suit de quelques secondes.
Cher carnet de guerre, ma déposition du jour : à 8 h, le citoyen Jean a été frappé simultanément en ses deux oreilles par l'ouverture du chantier perpétrée tous les matins depuis 3 ans, 6 mois et 13 jours. Point point point. 1288e jour de détention pour les habitants du feu quartier non décrit ci-après car kaput. Préparé à cet assaut quotidien, l'homme porte un casque de chantier en son salon, sa bonbonne d'oxygène sur le dos, ses épaulettes-dentiers, ses grelots aux chevilles, une guimbarde dans sa poche revolver et dix dés à coudre au bout des doigts. Passage des munitions en revue : 53 chansons. Il attend un arrivage d'ici ce soir."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tbilissi
  28 janvier 2019
Un grand merci aux éditions aNTIDATA que je ne connaissais pas pour la découverte de ce recueil de douze nouvelles en lien avec la musique.
Douze cordes, donc, douze nouvelles.
Douze histoires.
Douze auteurs, douze univers.
Douze débuts et douze fins, douze fois plus de chances d'être surpris, ému, charmé ou amusé.
Douze occasions de se demander pourquoi je ne lis pas plus souvent de recueils de nouvelles !
Le lien avec la musique (le sous-titre stimule bien "douze nouvelles musicales") m'a forcément enthousiasmée, et en tant que musicienne professionnelle j'ai vraiment apprécié la place qui lui est donnée. Ou devrais-je dire "qui leur est donnée", car entre musique classique, rock, variété française ou internationale, musique de rue et flamenco, ce recueil sonne comme un véritable jukebox ! Chaque auteur dresse d'ailleurs en ouverture de nouvelle sa propre playlist, et ces douze invitations à découvrir la musique, les musiques, révèlent de sacrées pépites !
J'ai beaucoup aimé le style personnel de chaque auteur et leur manière de happer l'attention en quelques pages. Mention tout particulière pour la nouvelle "la faucheuse n'aimerait pas les aubades ?" de Bertrand Redonnet, ou la musique semble défier la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
camati
  01 février 2019
Merci à Babelio et aux Editions Antidata de m'avoir sélectionnée pour la lecture de cet ouvrage collectif sur le thème de la musique. le recueil de nouvelles est une spécialité de cette maison d'édition dont le nom laisse à penser qu'elle aime emprunter des chemins de traverse plutôt que suivre des sentiers battus.
Chaque nouvelle est précédée d'un court paragraphe de présentation de son auteur, mais aussi, plus original, d'une liste de dix titres de musique qui lui sont chers et qui en disent peut-être davantage sur lui/elle – ce que croit l'éditeur - qu'une biographie détaillée. J'avoue ne pas encore avoir pris le temps de les écouter mais j'en connais un certain nombre.
Ces douze « cordes » sont assez différentes les unes des autres, par le thème et le style d'écriture. Parfois, la musique est le point central de la nouvelle, parfois, c'est juste une touche posée là, ce qui a pu me donner l'impression que certains auteurs s'étaient livrés à un exercice imposé et avaient cherché à caser un élément en rapport avec la musique dans leur texte ; j'ai alors trouvé cela artificiel.
Celles que j'ai préférées sont les plus classiques dans l'écriture (Un café et une guitare, Sixième bleue, Armor- Andalousie et Ce que tu fais est merveilleux). J'y ai trouvé de l'humour, de l'originalité, une écriture fluide, du rêve et un côté touchant.
Comme d'habitude, je n'ai pas apprécié celles dont le langage était trop familier voire grossier : pour moi, il s'agit là d'un signe de faiblesse. Et d'autres m'ont laissée indifférente.
Je pense que les Anglo-Saxons maîtrisent davantage ce format que les Français. Mais je vous laisse juges !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MarianneL
  26 avril 2013
Douze nouvelles sur le thème de la musique, un recueil à lire absolument jusqu'au bout pour lire la dernière d'entre elles "Armor - Andalousie", et voir et entendre la guitare dans un creux de sable de la plage.
Le schnark de Levallois, un papy qui fait de la résistance avec une guerre de décibels contre la destruction de son quartier, est également délectablement jouissif, comme un poème sonore.
"... ils ont monté le son, leur puissance de feu va augmenter. Je change mon fusil d'épaule, stratégie de 15h :
Contre les marteaux hydrauliques, j'ai un hymne armure.
Contre les recycleurs, une clameur cotte de mailles.
Contre les niveleuses, une beuglante bouclier.
Bonzaï ! MUSIQUE !"
Un petit recueil qui fait du bruit :-)
Commenter  J’apprécie          10
ILLE
  24 février 2019
Merci à Babelio et aux éditions aNTIDATA que je ne connaissais pas pour le livre "douze cordes" un livre de nouvelles.
12 nouvelles c'est 12 auteurs donc 12 découvertes,et 12 fois plus de plaisir.
En fait je connaissais Cécile Coulon...
12 auteurs se sont aussi 12 styles,12 sensibilités et 12 styles et je n'ai pas tout apprécié de la même façon....
Ce qui m'a plus dans ce livre c'est le thème commun,ici la musique, je devrais dire les musiques.
J'ai un vrai coup de coeur pour la nouvelle "Armor Andalousie",un vraie réussite,bien écrite.
Lors de la présentation de l'auteur il est très intéressant d'avoir leur Play list,j'ai aussi découvert de belles choses.
Un joli petit livre à partager .

Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
camaticamati   01 février 2019
La guitare avait remplacé le chien que ses parents lui avaient toujours refusé. Il lui arrivait même d'en jouer sans trop s'en rendre compte, comme il aurait gratouillé le ventre d'un animal. Il pensait à autre chose. Aux filles de sa classe à qui il n'osait pas adresser la parole... Et aux filles de sa classe à qui il n'osait pas adresser la parole. Evidemment, à cet âge-là, c'était sa seule préoccupation. Rien d'original.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TbilissiTbilissi   27 janvier 2019
Un bon vieux rock bien de chez nous, ce serait pas mal. Un truc pour mettre de l'ambiance, pour faire chanter les gens. Le problème lorsqu'on joue dans la rue, c'est que tout le monde ne vient pas du même chez nous. Alors, un bon vieux rock d'accord, mais bien de chez nous, oublions.
Commenter  J’apprécie          00
ILLEILLE   24 février 2019
J'ai un peu froid mais un extraordinaire bien-être m'a envahi.Je me surprends à battre la mesure du pied.Curieuse impression d'être ailleurs,que la pénible journée que je viens de vivre est loin,qu'elle concerne un autre que moi.
Commenter  J’apprécie          00
ILLEILLE   24 février 2019
Rapidement je trouve un stylo,des feuilles,les mots viennent comme un fil qu'on déroule,comme un air déjà entendu,j'écoute ma chanson et me retrouve enfin.
Commenter  J’apprécie          00
TbilissiTbilissi   27 janvier 2019
Les grandes vacances, qui à cet âge tronçonnent les années en parcelles temporelles sans continuité, nous avaient rendus presque étrangers l'un à l'autre.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Cécile Coulon (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Coulon
À l'occasion de notre 34ème édition, certains auteurs nous ont confié ce qui aurait pu être à leurs yeux une (autre) vie idéale.
Épisode 3/5 : Cécile Coulon.
© Cheese Naan - Création Média.
autres livres classés : musiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
322 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre