AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290138908
Éditeur : Editions 84 (05/04/2017)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 163 notes)
Résumé :
Deux récits se dessinent dans L’ombre de nos nuits, avec au centre un tableau de Georges de La Tour. En 1639, plongé dans les tourments de la guerre de Trente Ans en Lorraine, le peintre crée son Saint Sébastien soigné par Irène. De nos jours, une femme, dont nous ne saurons pas le nom, déambule dans un musée et se trouve saisie par la tendresse et la compassion qui se dégagent de l’attitude d’Irène dans la toile. Elle va alors revivre son histoire avec un homme qu’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (75) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  21 avril 2016
Lunéville, 1639. Un atelier sombre. Une toile vierge qui attend le geste. Des bâtons de fusain à côté de lui. Terre de Sienne, ocre, carmin, vermillon. le Maître demandera à son fils, Étienne, et son apprenti, Laurent, de commencer à préparer les pigments. Maintenant qu'il a en tête sa composition, il est prêt. Il a demandé à sa fille, Claude, de poser pour lui. Elle sera parfaite pour prêter son visage à Irène, la femme qui a soigné et guéri saint Sébastien...
Rouen, 2014. Une jeune femme, au détour d'une salle sans charme particulier du musée des Beaux-Arts de la ville, s'attarde sur une copie du tableau de Georges de la Tour et, comme hypnotisée par l'attitude et le visage d'Irène, se remémore son ancienne histoire d'amour désormais révolue mais toujours gravée en elle...
Gaëlle Josse donne la parole, à tour de rôle, à cette jeune femme se rappelant avec émotion et douleur son histoire d'amour, au Maître, lors de la création de son tableau et à Laurent, son apprenti, nous offrant par ce procédé ingénieux un roman habilement construit. Par delà le temps et l'espace, entre ce musée rouennais et cet atelier lorrain, ce tableau unit ces trois personnes. Au coeur de ce roman envoûtant, l'amour, ses tourments et ses blessures. Gaëlle Josse évoque brillamment, avec douceur, finesse et émotion les sentiments qui les animent. Elle sonde les âmes de chacun, décrit avec sincérité l'art et la création. Pas un mot de trop dans ce court roman. Chaque phrase est ciselée, l'écriture douce, poétique et d'une grande justesse. Gaëlle Josse évoque brillamment, avec finesse, force et émotion les sentiments et l'amour, et d'un coup de pinceau, donne vie à ce tableau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          830
nadejda
  09 janvier 2016
Une jeune femme d'aujourd'hui se rend à la gare, sans doute est-elle en déplacement à Rouen… Il lui reste du temps avant de prendre le train qui doit la ramener chez elle. Elle pénètre dans le musée des Beaux Arts où elle va s'alléger de ses bagages, de son manteau qu'elle dépose à l'entrée. Au cours de cette visite improvisée un tableau va la happer : une copie de Saint Sébastien soigné par Irène de Georges de la Tour
La vue du tableau l'entraîne, la met hors temps, hors champ comme l'a fait une douloureuse liaison qu'elle se remémore ; une passion mortifère, désormais révolue, dont le souvenir reste toujours vif.
Georges de la Tour et son Irène vont lui permettre de revivre ce bouleversement amoureux, de l'apaiser en lui en restituant la beauté lumineuse et sombre, beauté transfigurée par le silence et la profondeur du tableau tout en clair-obscur.
« Je n'arrive pas à détacher mon regard du visage de la jeune femme du tableau. Ni de la légèreté de ses mains sur la blessure, comme des ailes bienveillantes qui emporteront la douleur au loin et la laisseront se dissoudre dans la nuit. »
"L'ombre de nos nuits" ce sont trois voix qui se répondent par delà l'espace et le temps, par le truchement d'un tableau et la magie de l'écriture de Gaëlle Josse qui permet leur dialogue : celle du peintre Georges de la Tour, celle de Laurent l'apprenti dont on peut imaginer qu'il ait pu faire une copie de ce tableau où Claude la fille de Georges de la Tour incarne Irène, et l'inconnue qui contemple. Ils sont tous unis par la beauté douloureuse de leur passion.
Ainsi de la Tour qui se prépare dans l'isolement de son atelier :
« Je regarde les bâtons de fusain posés à côté de moi, alignés, pour l'esquisse de la scène. À chaque fois, cette hésitation. La trace de la main, le contact avec la toile. Éternelle initiation. Comme on approche un corps qui s'offre pour la première fois. Découvrir comment il va réagir, frissonner, trembler, gémir. Deviner quel est son secret, sa joie, sa blessure. Éprouver cette sensation qui ne peut être qu'une seule fois et disparaît dans le geste qui l'accomplit. le geste de la connaissance.
(…) J'aime le silence qui accompagne la nuit, j'aime le feu, l'ombre et leur danse, ils se cherchent, s'évitent, s'enlacent. le silence qui accompagne nos vérités. Je n'ai pas besoin de grand-chose d'autre, quand j'y pense.
et la jeune femme, comme en écho, parlant de celui qui va l'isoler dans sa passion :
« Dès l'instant de notre rencontre, j'ai découvert un état nouveau, du moins inconnu dans cette intensité, comme si je prenais conscience pour la première fois de la profondeur et du relief d'un paysage familier, soumis à un éclairage d'une violence nouvelle, dessinant des contours aigus et creusant des ombres insoupçonnées. Un état de tension, éprouvé dans chaque partie du corps, dans le ventre, les épaules, au fond de la gorge, comme un appel incessant et muet. L'attente. S'y joignaient les efforts surhumains pour ne pas la montrer, à la manière dont on isole dans une pièce un animal domestique trop bruyant ou trop turbulent pour un visiteur. Il me fallait la discipliner, la travestir pour ne pas t'effrayer d'un amour trop grand.
Il va leur falloir après s'être brûlés, poursuivre jusqu'au bout leur chemin amoureux et « Alléger. S'alléger. le plein naît du vide. Simplifier. Densifier. Nous n'emporterons rien avec nous dans notre ultime voyage. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          695
Marple
  12 février 2016
L'ombre de nos nuits n'a pas été fidèle à son titre... Pour moi, il aurait du s'appeler La lumière de ma semaine (de lecture) ! J'ai en effet beaucoup apprécié ce texte délicat, presque poétique, apaisé et apaisant, riche d'histoire(s), de points de vues et d'émotions.
J'avais très envie de découvrir Gaëlle Josse, n'ayant jamais rien lu d'elle mais en ayant beaucoup entendu parler. Malgré ces attentes très fortes, j'ai été séduite dès les premières pages, consacrées aux pensées du peintre du XVIIème siècle Georges de la Tour au moment de se lancer dans la création d'un nouveau tableau 'Saint-Sébastien à la lanterne'.
Ce tableau, présenté sur la jaquette, est le coeur même du livre, qui nous raconte alternativement les réflexions de l'artiste et de son apprenti sur le moment, et les émotions d'une jeune femme d'aujourd'hui devant le tableau. Les chapitres mêlent donc de profondes idées sur l'art, sur la création, sur les techniques picturales, une description plus naïve et tendre de la vie quotidienne au XVIIème siècle, notamment pour les orphelins, et les souvenirs d'une femme moderne sur un grand amour malheureux...
Le tout est lié par un style très pur, très juste, très doux, tout en nuances et en clair-obscur, un peu à la manière de Georges de la Tour, version littéraire.
Merci à Babelio et aux Editions Noir sur Blanc pour ce livre reçu dans le cadre de Masse Critique.
Challenge PAL, challenge Petits plaisirs 8/xx et challenge Multi-Défis 14/15
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          652
Bookycooky
  08 février 2016
Janvier 1639, Lunéville ,en Lorraine, Georges de La Tour en préparation de son tableau,"Saint Sébastien soigné par Iréne"....printemps 2014, Rouen, aux Musées des Beaux-Arts,une femme, contemplant le dit tableau, à la vue d'Iréne, se remémorant son "Saint Sébastien ",à qui " elle a tenté de retirer la flèche qui l'a blessé"....,
Cette écrivaine excelle à remonter le temps, à faire "croiser"des histoires,à des intervalles séculaires, toujours avec précision, économie et beaucoup de finesse ,poésie et douceur sans nous embourber dans les méandres de l'histoire .
"De l'obscurité émerge une étrange vérité,celle de nos coeurs ", plongé dans la détresse de la guerre de Trente Ans en Lorraine, de La Tour ne " veut plus peindre à la lumière du jour,qui ne sait éclairer que terreur et désolation"....."la femme qui se souvient", se souvient d'une liaison que elle, aurait voulu la vivre à la lumière du jour,à la lumière tout court,loin de l'ombre d'une ex-....qui a planté sa flèche à jamais.....des scènes en clair-obscur qui nous portent aux coeurs des personnages, aux tréfonds de leurs âmes.
Josse est excellente à nous croquer des scènes " très clichées", qui sous sa plume changent de registre....simplicité et humour y remédient.Je pense notamment au couple d'amis, du "Saint Sébastien ", Anne et Pierre que rencontre " la femme qui se souvient", un couple fusionnel ,un couple de rêve(?),qu'elle nomme Annépierre.....et les détails ....truculents....mais le fond de sa prose reste extrêmement touchant,toujours avec la même simplicité ("Beaucoup de peintres réalisent leur autoportrait .C'est pour moi terrifiant....Je pense à une composition autour du reniement De Saint Pierre.....Si j'y parviens ,ceux sont mes propres traits que j'essaierai de prêter à l'apôtre qui par trois fois a renié le Christ.Je sais quant à moi l'avoir renié bien plus encore").
Bien que les deux histoires n'ont pas grand chose en commun,les rapprochements sont très subjectifs, elles s'emboîtent parfaitement, et c'est le génie de la prose de Josse,une fois encore.J'ai un peu plus aimé l'histoire de,de La Tour,un peu moins celle de "la femme qui se souvient",son adoration, sa dépendance,son acharnement à vouloir séduire, à être irrésistible pour le Sébastien, m'a un peu énervée.
Je pense que j'ai suffisamment dit le bien que je pense de cette auteure qui me surprend à la lecture de chacun de ses livres, dont celui-ci est la troisième .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          594
jeunejane
  06 mars 2016
Etonnant livre dont la jaquette est entièrement occupée par une reproduction de Georges de la Tour, sans explication sur la quatrième de couverture mais ce n'était pas grave, j'avais Babelio pour me renseigner;
Le roman donne la parole à trois personnages
- le peintre qui va nous donner petit à petit la façon dont il va élaborer sa peinture de "Saint Sébastien soigné par Irène"
- Claude, un apprenti doué et apprécié par le maître, qui va nous dépeindre le travail, l'ambiance dans l'atelier, les sentiments éprouvés par les modèles.
Ces 2 personnages se situent en 1639, en Lorraine, dans une époque de guerre et de cruauté, d'épidémie aussi puisqu'on compare le supplice de Saint Sébastien transpercé par une flèche au fléau de la peste. C'est pour cela qu'on l'implore à ce moment de l'Histoire.
- Une jeune dame à notre époque parcourt le musée de Rouen et nous livre son histoire d'amour avec un homme tourmenté, blessé de l'âme. On ne peut s'empêcher de comparer son mal à la souffrance de saint Sébastien.
Tout ceci écrit dans un rythme qui transmet tout à fait une ambiance.
J'ai apprécié ce roman d'une peinture, c'est un ouvrage qui n'est pas très courant, qui va au fond des choses en nous délivrant les failles du caractère du peintre capable de violence dans la vie et de douceur dans son art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
Citations et extraits (125) Voir plus Ajouter une citation
myriampelemyriampele   01 décembre 2017
Je ne sais si c'est Claude ou Irène, son enfant ou son modèle, qu'il peint. Ni s'il lui aurait porté une telle attention, un même intérêt, si elle ne lui était utile pour l'accomplissement de ce travail.
Commenter  J’apprécie          40
nadejdanadejda   07 janvier 2016
Je n’ai qu’un peu de beauté à offrir au monde, celle du tremblement d’une flamme dans la nuit. Peut-être est-ce dérisoire, mais c’est mon seul talent. Je ne veux plus peindre à la lumière du jour, qui ne sait éclairer que terreur et désolation. C’est au creux de mon atelier, dans ce refuge, que je cherche à donner vie à cette lumière qui m’appelle et m’accompagne.
(...) Je m’aperçois que la nuit, à la lueur d’une simple torche, d’un brasero ou d’une chandelle, tout s’apaise. La ferveur du jour s’est tue, notre frénésie ralentit, nos passions s’assagissent. Ne reste que l’essentiel, une main, un geste, un visage. C’est ce que je poursuis en peignant, et rien d’autre désormais. De l’obscurité émerge une étrange vérité, celle de nos cœurs.
La pénombre paraît dissoudre les errements, nous absoudre de nos fautes, reléguer nos vaines préoccupations dans des espaces lointains. C’est dans ce crépuscule que se révèle ce que nous ne savons cacher, et qui, peut-être, seul nous appartient : le trouble du visage de ma fille lorsqu’elle devient Irène auprès du corps de Sébastien, et encore la douceur, l’effroi, l’attente, l’abandon, le remords, le recueillement.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
nadejdanadejda   08 janvier 2016
Avec l’alcool, ce n’était plus une question d’envie, de plaisir. Il t’en fallait, c’est tout. Pour faire face, pour te lever, pour aller travailler, pour t’endormir. Mes amis m’ont conseillé de partir à ce moment-là. Je les voyais si peu. J’avais changé, paraît-il. Tu te perds, tu es devenue bizarre, on ne te reconnaît plus, disaient-ils.
Nous étions trop loin du rivage désormais, j’ai tenu comme j’ai pu la barre de notre bateau ivre. Oui, ivre, il l’était, et ça ne me faisait même pas sourire.
 
Ma vie, à ces moments-là, sombre comme la nuit de ce tableau, sans qu’aucune lueur vienne l’éclairer.
Je ne savais plus remonter à la surface, ni si je le désirais encore. Ni s’il me restait encore un peu de force pour m’occuper de ma propre vie.
 
On ne fait pas boire un cheval qui n’a pas soif. Propos lucide dans sa trivialité, entendu quelque part. Vraie sagesse, peut-être. Je n’étais pas sage. Je t’aimais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
marina53marina53   21 avril 2016
Le temps nous pousse vers notre vie, il nous faut nous réinventer, oublier pour pouvoir continuer. La capacité d'oublier est peut-être le cadeau le plus précieux que les dieux ont fait aux hommes. C'est l'oubli qui nous sauve, sans quoi la vie n'est pas supportable. Nous avons besoin d'être légers et oublieux, d'avancer en pensant que le meilleur est toujours à venir. Comment accepter sinon de vivre, sidérés, transis, douloureux?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
nadejdanadejda   09 janvier 2016
Je songe à cette nécessaire innocence qui nous habite lorsque nous voulons croire celui, celle que nous aimons. Si l’amour ne s’accompagne pas d’une totale confiance, il n’est pas. Il est aventure, parenthèse, emballement, caprice, arrangement, plaisir, loisir. Croire en l’autre suppose l’abandon de nos résistances, de notre défiance. Don total qu’on veut croire réciproque. Si, à l’instant de la rencontre, cela n’est pas, nous ne savons pas aimer. Si notre voix ne vacille pas, ne tremble pas, comme tout notre être vacille et tremble, nous ne savons pas aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Videos de Gaëlle Josse (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaëlle Josse
Gaëlle Josse au lycée Vieljeux
autres livres classés : georges de la tourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le tableau mystère [1]

1. Quel écrivain et journaliste a passé une grande partie de son enfance au château du Clos Lucé à Amboise ?

François de Closets
Jules Vallès
Louis Aragon
Gonzague Saint Bris

7 questions
258 lecteurs ont répondu
Thèmes : déduction , peinture , mystèreCréer un quiz sur ce livre
. .