AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782710307044
128 pages
Éditeur : La Table ronde (14/11/1995)
3.62/5   8 notes
Résumé :
Unique tragédie de Savinien de Cyrano de Bergerac qui relaie les pensées libertaires de l'écrivain et dénonce la noirceur et les manipulations d'un monde politique qui instrumentalise la religion. La pièce ayant fait scandale par son athéisme et son épicurisme, est précédée d'un essai sur la pensée politique de l'auteur et sa place au sein des libertins érudits de la première moitié du XVIIe siècle en France.

La Mort d'Agrippine, la seule tragédie que... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
5Arabella
  14 août 2018
Il s'agit de la seule tragédie écrite par Cyrano de Bergerac, elle a été jouée au théâtre, en 1653 ou 1654, la création semble avoir eu lieu au prestigieux Hôtel de Bourgogne. Très vite enlevée de l'affiche, elle sera publiée dans la foulée, cette édition sera vite épuisée, grâce à la réputation sulfureuse de la pièce.
En apparence, Cyrano de Bergerac respecte le cadre d'une tragédie classique, à sujet romain. Nous sommes sous le règne de Tibère. Agrippine, la petite fille d'Auguste, et veuve de Germanicus, pense que son mari a été empoisonné sur l'ordre de Tibère, et entend tirer vengeance. Elle complote avec Sejanus, le favori de Tibère, à qui elle promet de l'épouser après la mort de l'empereur. Mais Sejanus est aimé par Livilla, soeur de Germanicus et bru de Tibère. Cette dernière finira pas dénoncer le complot qui se trame contre la vie de Tibère, pour punir la trahison de Sejanus qui lui préfère Agrippine. Elle se tuera, et l'empereur fera tuer Séjanus et Agrippine.
La pièce, avec ses personnages de furieux, prêts à tout pour se venger, à anéantir leurs ennemis, et surtout y laisser leur propre vie, se rapproche d'une esthétique baroque de l'excès. Comme la langue de Cyrano, avec ses tournures complexes. Cela semble par certains aspects un retour en arrière nous sommes dans un théâtre moins policé, moins normé, celui de Tristan l'Hermite, de Rotrou, de Théophile de Viau. Les personnages sont dans le mensonge, dans la manipulation permanente, ils jouent sans arrêt, font semblant, ils s'égarent dans un labyrinthe de faux semblants et duperies, qui en deviennent une fin en soi.
Mais ce qui différencie cette pièce des autres, c'est la philosophie libertine et épicurienne qu'elle exprime d'une façon très directe, ce qui a provoqué son retrait rapide de la scène. C'est le personnage de Sejanus qui exprime cette philosophie de la façon la plus marquée.
Libertine s'entend au sens de libre pensée, dégagée des dogmes en particulier religieux. Certaines répliques de Sejanus laissent penser qu'il est athée. En accord avec la pensée épicurienne, Sejanus exprime l'absence de la crainte de la mort et des dieux. Il dit très clairement l'usage politique de l'invention des dieux, qui permet de faire peur et de manipuler la foule. Aucun regret, aucune mort édifiante. Les personnages se consument par leurs excès, sans remords, sans mauvaise conscience et sans aucune envie de vouloir faire autrement.
De même, Sejanus ne considère pas que Tibère, de par sa naissance, de par son origine royale, et donc quelque part divine, lui est supérieur. Il veut devenir empereur, et considère qu'il en a aussi le droit que celui qui occupe le trône. Comme Tibère est le personnage le plus faible, le plus minable de la pièce, Cyrano semble quelque part lui donner raison ; cela semble une contestation de la légitimité du pouvoir royal. Nous sommes loin des hommages et flatteries outrés d'un Racine dans Alexandre le Grand.
Pièces atypique, très singulière, Agrippine mériterait d'être plus connue. La mise en scène proposée par Daniel Mesguich au festival d'Avignon cette année, pourra peut-être enfin lui permettre d'être plus lue et jouée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
helhiv
  10 septembre 2017
La mort d'Agrippine est une tragédie en alexandrins racontant la tentative de vengeance d'Agrippine l'Aînée à l'encontre des responsables de la mort de son mari Germanicus (c'est la version de Tacite de l'empoisonnement du général romain qui est exploitée par Cyrano de Bergerac) parmi lesquels l'Empereur Tibère et Séjan (Séjanus dans la pièce), le préfet du prétoire, à qui elle promet sa main et le trône en échange de son aide.
L'intérêt de la pièce est multiple. Tout d'abord, la versification est de grande qualité, sauf étonnamment quelques vers ici ou là qui m'ont paru vraiment très pauvres et très plats. Dans la mise en scène en revanche, j'ai trouvé que l'auteur abusait des conciliabules entre ses personnages centraux et leurs confidents, ce qui nuit au rythme et au développement du drame.
Un autre intérêt néanmoins est la complexité des relations entre les personnages : Séjanus est à la fois l'objet et une des cibles de la vengeance d'Agrippine ; Livilla, a promis les mêmes choses d'Agrippine à Séjanus mais supporte mal sa rivale ; enfin Agrippine, prête à tout, pour honorer sa parole de venger Germanicus, tente de manipuler les une et les autres. Là, il y une petite faiblesse car, à aucun moment, Tibère (qui n'est pas un tendre) ne songe à s'en prendre à Caligula, le fils d'Agrippine, qui deviendra empereur (et réhabilitera sa mère).
Troisième point intéressant : la liberté des sujets abordés par Cyrano de Bergerac. Séjanus est ouvertement athée (c'est un peu lui le vrai anti-héros de la pièce) et nie toute vie après la mort. Tibère, malgré sa grandeur, est un puissant vraiment détestable et l'auteur n'est donc pas en train de flagorner auprès du monarque en place sur le thème "dur mais juste". le libertinage, parfois évoqué pour cette pièce, passe au second plan. Livilla est peut-être concernée mais Agrippine est fidèle à son défunt époux et ne propose une union à Séjanus que pour arriver à ses fins.
Dans sa détermination, dans sa noblesse qui s'abaisse pour vaincre, dans son sacrifice, j'ai trouvé qu'Agrippine avait beaucoup de points communs avec l'Andromaque de Racine. Cette pièce étant une de mes préférées, la ressemblance entre les deux veuves est donc mon quatrième motif d'intérêt pour la pièce.
Pour les amateurs de théâtre classique sur les sujets antiques, cette pièce est à lire absolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   13 août 2018
LIVILLA.
Tu te trompes encor, nous partirons ensemble !
La Parque au lieu de rompre allongera nos fers ;
Je t'accompagnerai jusques dans les Enfers ;
C'est dans cette demeure à la pitié cachée
Que mon Ombre sans cesse à ton Ombre attachée,
De son vol éternel fatiguera tes yeux,
Et se rencontrera pour ta peine en tous lieux ;
Nous partirons ensemble, et d'une égale course
Mon sang avec le tien ne fera qu'une source
Dont les ruisseaux de feu, par un reflux commun
Pêle-mêle assemblés et confondus en un,
Se joindront chez les morts d'une ardeur si commune,
Que la Parque y prendra nos deux âmes pour une.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
5Arabella5Arabella   13 août 2018
TÉRENTIUS.
Respecte et crains des Dieux l'effroyable tonnerre !
SÉJANUS.
Il ne tombe jamais en hiver sur la terre :
J'ai six mois pour le moins à me moquer des Dieux,
Ensuite je ferai ma paix avec les Cieux.
TÉRENTIUS.
Ces Dieux renverseront tout ce que tu proposes.
SÉJANUS.
Un peu d'encens brûlé rajuste bien des choses.
TÉRENTIUS.
Qui les craint, ne craint rien.
SÉJANUS.
Ces enfants de l'effroi,
Ces beaux riens qu'on adore, et sans savoir pourquoi,
Ces altérés du sang des bêtes qu'on assomme,
Ces Dieux que l'homme a faits, et qui n'ont point fait l'homme,
Des plus fermes États ce fantasque soutien,
Va, va, Térentius, qui les craint, ne craint rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
5Arabella5Arabella   13 août 2018
Agrippine:
Une brûlante fièvre allume ses entrailles ;
Il contemple vivant ses propres funérailles.
Ses artères enflés d'un sang noir et pourri,
Regorgent du poison dont son coeur est nourri :
À qui le considère, il semble que ses veines
D'une liqueur de feu sont les chaudes fontaines,
Des serpents enlacés qui rampent sur son corps
Ou des chemins voûtés qui mènent chez les morts ;
La Terre en trembla même, afin que l'on pût dire
Que sa fièvre causait des frissons à l'Empire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
helhivhelhiv   08 septembre 2017
Mais as-tu de la mort contemplé le visage ?
Conçois-tu bien l'horreur de cet affreux passage ?
Connais-tu le désordre où tombent leurs accords,
Quand l'âme se déprend des attaches du corps ?
L'image du tombeau qui nous tient compagnie,
Qui trouble de nos sens la paisible harmonie,
Et ces derniers sanglots dont avec tant de bruit
La Nature épouvante une âme qui s'enfuit ?
Voilà de ton destin le terme épouvantable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
5Arabella5Arabella   13 août 2018
SÉJANUS.
Mon sang n'est point royal, mais l'héritier d'un Roi
Porte-t-il un visage autrement fait que moi ?
Encor qu'un toit de chaume eût couvert ma naissance
Et qu'un palais de marbre eût logé son enfance,
Qu'il fût né d'un grand Roi, moi d'un simple pasteur,
Son sang auprès du mien est-il d'autre couleur ?
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Savinien de Cyrano de Bergerac (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Savinien de Cyrano de Bergerac
Il est l'heure de sortir une feuille de papier ! Comme chaque semaine, Rachid Santaki, invité d'Olivia Gesbert dans l'émission "En français dans le texte" sur France Culture, vous propose une dictée géante pour tester votre orthographe. Au programme du jour, un extrait de "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand (1897). À vous de tenter un sans faute !
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤11Abonnez-vous6¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
537 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre