AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Christophe Dabitch (Éditeur scientifique)
ISBN : 2754804072
Éditeur : Futuropolis (09/11/2010)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 18 notes)
Résumé :

France, terre d'accueil. Même si la réalité est souvent assez éloignée de ce grand principe, Christophe Dabitch a recueilli le témoignage de 11 immigrants, ayant trouvé asile en France. Ces témoignages dessinés sont éclairés par six textes d'historiens, spécialistes de la question, qui replacent les raisons de l'immigration dans l'histoire de notre pays.Au XXe siècle, la France a ét... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
chocobogirl
  16 janvier 2012
"Immigrants" est un album collectif réunissant 13 auteurs de bande dessinée et 6 historiens, le tout est dirigé par Christophe Dabitch qui a scénarisé les différents témoignages. Vous l'aurez compris, le thème de ce recueil est l'immigration, sujet toujours plus que jamais d'actualité dans La France d'aujourd'hui...
Le partenariat avec l'association BD Boum, connue pour son investissement dans l'action sociale à travers des témoignages présentés dans des albums de bande dessinée (les albums "Paroles de" tox, de taulards, de sourds, d'illettrisme ) est d'autant plus cautionnante.
Nous avons donc 11 Histoires indépendantes, chacune réalisé par un dessinateur différent.
Il y a une femme angolaise violée et torturée qu'on réussit à faire passer en France. Il y a une famille tsigane de Roumanie qui trouve dans notre pays les moyens de faire soigner leur filLe Malade mais aussi la violence et les expulsions intempestives de la police. Il y a Jamshid, le petit iranien, qui part à Paris et oscille entre ses 2 cultures. Il y a un politicien de l'opposition gambienne traqué par l'armée qui finit comme employé de nuit dans un hôtel. Il y a Naïma, la jeune intellectuelle arabe qui a trouvé dans la culture de quoi dépasser le statut misérable d'immigré de ses parents. Et il y a tous les autres...
Tous ces Immigrants, partis de leur pays pour des raisons différentes, évoquent leur rapport à La France, leur intégration, le poids d'être un étranger. Ils y ont trouvés la paix mais parfois aussi la violence et le racisme.
Evitant tout cliché et tout misérabilisme, l'album offre un panel élargi et non exhaustif de situations personnelles, privilégiant l'aspect humain et la réflexion sur le déracinement et l'intégration. Racontés à la première personne, chaque histoire se révèle touchante, parfois poignante tant nous rentrons dans l'intime de la personne.
Au milieu de ces récits, s'intercalent des textes d'historiens extrêmement bien documentés qui éclairent de façon simple et précise l'histoire de l'immigration dans notre pays. On nous rappelle que l'immigration ne date pas d'aujourd'hui et qu'elle fait partie constitutive de son évolution, qu'elle a été nécessaire et utile à La France. On y abordera par exemple le statut des femmes migrantes, le rôle du sport dans l'immigration ou bien encore les stéréotypes de l'immigration asiatique.
D'un point de vue graphique, pas d'homogénéité bien évidemment au vu du nombre de dessinateurs. Sont présents : Etienne Davodeau, Christian Durieux, Benjamin Flao, Manuele Fior, Christophe Gaultier, Simon Hureau, Etienne Leroux, Kkrist Mirror, Diego Doña Solar, Troub's et Sébastien Vassant. Chacun possède sa patte personnelle, soit en couleur, soit en noir et blanc. Certains témoignages sont très réussis, d'autres paraissent plus brouillons, plus confus.
Néanmoins, la visée éducative et citoyenne de cet ouvrage fait oublier les quelques défauts présents. Car toute la force de cet album est dans le propos : prônant tolérance et humanité, "Immigrants" ne pourra que vous toucher au coeur.
" Penser l'immigration uniquement comme un problème, un phénomène récent, ou une perturbation extérieur du cours normal de l'histoire du pays, c'est se condamner à ne rien comprendre du monde dans lequel nous vivons et oublier que l'immigration est prise dans notre histoire. "
Certains hommes politiques d'aujourd'hui devraient en prendre de la graine....
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Apoapo
  06 février 2016
Ouvrage hétéroclite, il se compose d'une part d'articles d'historiens (dont Gérard Noiriel) qui mettent en perspective l'histoire de l'immigration en France - avec quelques notes sur la perception et ses déformations optiques, sur l'évolution des politiques publiques, sur le droit d'asile - de façon synthétique, notoire pour les spécialistes mais de bonne vulgarisation ; d'autre part, de témoignages à la première personne, illustrés sous forme de bande dessinées. Les 13 témoignages, comme précisé en préface, ne se veulent pas représentatifs du phénomène, sinon dans la singularité et particularité des trajectoires de chacun. Malgré la forme graphique, là aussi le texte prime souvent sur l'image. D'autre part, les BD sont elles-mêmes extrêmement hétérogènes, aussi bien dans leur graphisme que dans le rapport à la narration, qui n'est donc pas une simple représentation de l'histoire racontée, mais propose souvent une dialectique plus complexe entre l'avant et l'après la migration. Dans deux récits, ce ne sont pas des migrants mais leurs enfants à s'exprimer, selon une pratique ou conception de la "deuxième génération" qui est critiquable mais répandue : en tout cas elle n'est pas dissonante dans ce recueil. le dernier témoignage enfin (qui n'appartient pas non plus à un migrant) est très suggestif - je peux entendre qu'il risque d'être pris (ou mépris) pour un appel trop sentimental voire misérabiliste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
troisiemeCezanne
  29 mars 2016
Cette BD raconte différentes histoires d'Afrique et du monde entier. Ces gens-là fuient leurs pays pour des raisons diverses : économiques , politiques et conflits internationaux . Ils vont dans d'autres pays car ils croient qu'ils vont vivre mieux, avoir une meilleure hygiène, plus d'argent etc. Ainsi, par tous les moyens, ils cherchent à fuir leurs pays pour aller vers l'Europe ou l'Amérique.
Un très bon livre qui peut affecter les gens sensibles. A lire !
Amine
Commenter  J’apprécie          20
alouett
  18 décembre 2010
Autour de Christophe Dabitch se sont rassemblés 12 dessinateurs BD et 6 historiens (dont Gérard Noiriel) . Ils ont rassemblés plusieurs témoignages de personnes venues en France pour des raisons politiques, médicales, familiales… Comment vivent-elles cette expérience ? Ont-elles rencontré des difficultés ? Si oui, lesquelles ? Quels liens ont-elles conservé avec leur pays natal ?
Le premier témoignage est celui d'une femme congolaise qui raconte les événements qui ont entraîné sa fuite, projet qui s'est imposé à elle. « C'est de la fiction ! C'est comme dans un film ! » dit-elle en se remémorant les violences qu'elle a subies, elle a encore du mal à croire ce qu'elle a vécu… nous aussi. Pourtant, les stigmates de son cauchemar sont bel et bien là, les cicatrices et les douleurs physiques aussi.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
Commenter  J’apprécie          20
yolandelayo
  18 mars 2012
"Immigrants" c'est une belle manière de rappeler que chacun a un passé, ce que n'entend pas "Immigrés" ; c'est aussi un procédé intelligent pour éviter de faire écho aux propos nauséeux du gouvernement ; c'est enfin une très bonne "bd" qui permet de retrouver Manuele Fior ou Etienne le Roux (entre autre) pour entendre une voix innovante sur un sujet commun.
Un travail collectif, sans prétention ni vaine tentative militante, un baguenaudage dans l'univers de certain qui ont laissé une part de leur vie pour un avenir qu'ils souhaitaient meilleur... en vain parfois, et souvent dans la lutte.
Une lecture qui rappelle que la France n'est pas un pays accueillant.
Lien : http://downinthestreetbelow...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
HarioutzHarioutz   01 janvier 2019
Au XXe siècle, la France a été l'un des principaux pays d'immigration dans le monde. Cet aspect de notre histoire contemporaine a longtemps été refoulé de la mémoire collective.
Aujourd’hui, le vieux stéréotype sur "nos ancêtres les Gaulois" tend à disparaître. Mais d'autres préjugés se sont installés, notamment l'idée que les immigrants d'autrefois se seraient "bien intégrés", alors que ceux d'aujourd'hui "poseraient problème".
L'histoire de l'immigration montre qu'en réalité c'est toujours le dernier venu qui a été perçu comme le plus menaçant aux yeux des autochtones.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
HarioutzHarioutz   01 janvier 2019
Le paradoxe de la période 1980-2000 tient au fait que, depuis le début du XXe siècle, jamais les chiffres de la population étrangère recensée en France n'ont été aussi stables, mais jamais les polémiques sur la question de l'immigration n'ont été aussi intenses dans l'espace public.
On comprend, dans ces conditions, l’importance des enjeux de mémoire. Le refus de considérer l'immigration comme un aspect légitime du passé collectif de la nation française a facilité la résurgence des discours xénophobes, à partir des années 1980.
Il est donc nécessaire que les acquis de la recherche historique soient aujourd’hui relayés au niveau de la mémoire collective.
L'ouverture de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration a marqué une étape importante dans le processus de reconnaissance officielle de cet aspect essentiel de l'histoire contemporaine de la France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
alouettalouett   18 décembre 2010
J’ai perdu tout ce que j’avais. C’est pas un paradis ici, le paradis, c’est chez moi. quand je vivais là-bas, ce que je faisais. J’étais respectée, on m’appelait même maman dans mon quartier. J’ai perdu cette dignité et les gens savent ce qu’on m’a fait. J’ai perdu ma valeur, ça m’a détruite tout ça. Je veux ajouter une chose. Les gens vous regardent surtout quand vous avez demandé l’asile comme si vous étiez… je ne sais pas. Des choses
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
okkaokka   26 avril 2018
p.22.
Si tu tapes les Gitans si tu les fais partit d'un côté et de l'autre, n'importe quelle race mise comme ça à l'écart ne peut pas s'intégrer. Ici comme en Roumanie, j'ai eu des discriminations, n'importe où j'allais... Il y a aussi des racistes en France, peu mais il y en a. Surtout les politiques... En France, la vie n'est pas facile, il faut travailler, rester dans la misère et faire des choses qui en sont pas bien. Personne ne nous sert les choses comme ça. Il faut travailler et souffrir ! Dans mon exemple, j'ai beaucoup souffert de l'absence de chauffage et d'électricité, de la boue, des rats... Des fois on dormait mouillés parce qu'il pleuvait sur nous. Certains jours on n'avait rien à manger. Mes moments les plus heureux... D'abord quand j'ai vu les docteurs qui nous ont reçus pour ma fille. Puis quand j'ai eu la maison. Et enfin quand j'ai eu les papiers parce que c'était sûr que ma situation serait stable en France. Ce sont les trois événements heureux DANS DIX ANS DE SOUFFRANCE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
okkaokka   26 avril 2018
p.61-2.
Il était jardinier à la ville et après il disait toujours bonjour. Je ne sais pas s'il avait changé ou compris mais c'était le fait d'avoir quelque chose en commun, la course, que je sois étrangère ou pas. Finalement, je le respectais, c'est ça le problème lorsqu'ils viennent vous chercher sur le fait que vous êtes un étranger qui vole leur pain - je l'ai beaucoup entendu, mes filles l'ont beaucoup entendu- , ce sont des gens qui ont des problèmes qui vivent cette angoisse qu'on leur pique tout. Ce sont des gens qui n'ont pas appris à communiquer. Ce monsieur se sentait français il ne comprenait pas que sa femme fasse le ménage et que moi je travaille dans l'administration. Je lui avais dit que j'avais la nationalité mais ça ne changeait rien. J'ai un grand bonheur à raconter cette histoire, je suis touchée. La vie est incroyable. Comment on passe à côté de choses qui pourraient s'arranger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Christophe Dabitch (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Dabitch
Le mois de juin sera fort, sera documenté. Dans les bas-fonds du monde de l'entreprise avec Le Travail m'a tué, dans le Paris d'une étrange religieuse prostituée avec Mécaniques du fouet, à travers la vie du héros de 1984 avec Une Vie, dans le Grass kingdom de l'incroyable Grass Kings, et dans Le signe des rêves édité en version souple et intégrale.
autres livres classés : immigrationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3516 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre