AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782265069176
250 pages
Éditeur : Fleuve Editions (30/11/-1)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Comme j'ouvre la porte, je fais un bond en arrière qui m'envoie dinguer dans le porte-pébroques.
Il y a trois Messieurs sur le paillasson, qui s'apprêtaient à sonner. Et ceux-là, pas d'erreur possible, ce sont des vrais de vrais. Ils ont des bouilles qui ne trompent pas. Ils seraient nègres ou nains que ça ne se ver-rait pas davantage. Le gnard San-Antonio se demande à la brutale si, par hasard, ça ne serait pas le commencement de la fin.

Sourc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
lecassin
  23 mars 2013
Le p'tit San-Antonio du mois…
Je sais… Y'en a déjà eu un de « p'tit San-Antonio du mois », en mars…
Mais y'en avait pas eu en février, alors…
« C'est le zonzon feutré de l'aspirateur de Félicie qui me réveille… Ou du moins c'est ce bruit là que j'entends en sortant du tunnel. le temps de compter jusqu'à un, très lentement, et voici que se déchaîne dans ma tronche la plus terrible gueule de bois homologuée depuis que Noé inventa le picrate. »
Le ton est donné. San-Antonio se remet péniblement de « l'arrosage » , la veille, de la promotion de Bérurier quand Pinaud arrive pour convoquer le commissaire chez le Boss ; urgent.
Le Boss, de mauvaise humeur :
« - Vous vous êtes enivré ?
Tout de suite les mots qui fâchent… », on dirait du Audiard, plus tard…
Mais revenons à nos moutons : une mission délicate où il s'agira d'éliminer un dénommé Vlefta, un gros ponte du réseau Mohari qui fournit des armes aux pays arabes ; dès son arrivée en Suisse. Départ immédiat…
On croise Pinaud, on entend parler de Bérurier, mais ce sera tout. Les deux faire-valoir du commissaire n'ont aucun rôle dans l'action.
Un petit San-Antonio.
Certes, la lecture en est aisée (deux bonnes heures), mais on reste un peu sur sa faim quand on connaît les suivants : cinq personnages principaux (a tout casser, y compris San-A.), une petite intrigue gentillette, une fin un peu plus compliquée qu'on pouvait le croire au début…
Bref. C'est gentil, mais ce n'est pas encore un vrai grand San-Antonio, malgré les notes en bas de page, nombreuses, qui font leur apparition ici et qui se systématiseront plus tard…
Une récréation avant d'attaquer du plus épais…dans le volume et dans le texte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
KiriHara
  20 février 2018
San Antonio nous revient avec une 23ème aventure qui le conduira jusqu'en Suisse.
Au lendemain d'une grosse biture dont il a du mal à se remettre, San Antonio est convoqué par le Vieux (son Boss) qui le charge de se rendre illico en Suisse pour abattre un certain Vlefta qui va y débarquer par avion et risquer de griller la couverture de Mathias, un ami du Commissaire.
Arrivé en Suisse, San Antonio se fait alpaguer par une jolie pépette qui l'amène chez elle et tente de l'empoisonner. Dans le coltard, mais toujours en vie, San Antonio parvient à s'échapper et à mener sa mission à bien, non sans faire un certain barouf qui va le mettre sous les feux des projecteurs et dans le viseur de la police locale.
Le Commissaire San Antonio oeuvre encore seul dans cet opus. Pas de Pinaud, ni de Bérurier. de mauvais choix en mauvaises décisions, SanA ne va pas se faciliter la tache et va en prendre pour son compte.
Si l'intrigue n'est pas de haute volée, la courte taille du roman permet d'éviter les temps morts et d'avoir l'impression de se trouver face à un récit mouvementé.
On sera en droit d'excuser les choix du Commissaire, que l'on mettra sur le compte de la cuite, du voyage en avion, de la tentative d'empoisonnement, de la maladie... et de tous les tracas qui suivront.
Peu de personnages, un style usuel, on se trouve plutôt face à un honnête et classique San Antonio plutôt qu'à un bon voire un très bon San Antonio, mais c'est déjà pas si mal.
Au final, loin d'être le meilleur opus de la série, « Au suivant de ces messieurs » est un très court roman qui se lit vite et bien et qui offre un bon moment de lecture. Mais on attend avec impatience que l'auteur nous envoit du lourd.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ntchoubis
  24 juin 2016
Bon, on va parler du roman «Au suivant de ses messieurs» tout court, quel qu'il soit son numéro dans la liste des San-Antonio. D'autant plus qu'il s'accoquine bien avec la couleur de mes yeux et le numéro 23 dans mon système des coordonnées (sauf votre respect, messieurs-dames, mais celui-ci va après le vingt-deux).
Au fait, trêve d'imbroglios dans l'introduction! En avant! Marche! Direction — la Suisse.
L'arrosage de la promotion de Bérurier provoque non seulement la GDB du commissaire mais aussi sa mission délicate et urgente à Berne qui est au «pays de l'horlogirie et du frometon réunis». L'objectif est d'éliminer un certain Vlefta, un Albanais fournissant des armes aux arabes. Son arrivée en Suisse va démasquer Mathias, un agent secret sous coverture, infiltré dans le gang Mohari en Suisse.
Je passe la parole au Vieux:
"— […] Il s'agit de… d'intercepter un homme entre l'aéroport et le centre de la ville. Or vous serez en Suisse, pays paisible, de jour, entouré de gens… Il faut un type comme vous pour réussir un tel exploit sans… sans casse. Car, vous le comprenez bien, au cas où il vous arriverait quelque chose, je ne pourrais rien pour vous !"
Brèfle, comme dit Béru si mal présent dans ce volume qu'il y paraît absent, voilà la synopsis de ce petit san-antonio qui porte le numéro 23 et s'intitule «Au suivant de ces messieurs».
A mon avis ce polar ressemble beaucoup à son homologue précédent, «Les doigts dans le nez». Il n'est ni bon ni mauvais. L'action est rapide, une intrigue est classique, les répliques sont savoureuses et truculentes. Pour moi c'est l'intégrité qui manque ainsi que de la chair en os des personnages.
Ce qui diffère ce roman de ses prédécesseurs, ce sont les notes de bas de page, qui deviennent non seulement nombreuses (il y en a 14!) mais de plus en plus hilarantes et inattendues. C'est une sorte de fameuses digressions lyriques san-antoniennes que l'auteur peaufine d'un roman à l'autre.
À titre de conclusion je voudrais dire que la lecture est agréable, mais l'action reste un peu niaise. le vrai san-antonio est à venir. Frédéric Dard va en cravacher.
3.0/5.0
Lien : https://autodidacteblog.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Beathi
  16 juin 2014
23ème roman de San-Antonio publié en 1957 (dépôt légal 1ème trimestre 1957).
Le roman se déroule à Berne entre le 16 et 23 juin 1956
Sa mission : San-Antonio doit abattre Vlefta un membre de l'organisation Mohari qui pourrait reconnaître un de ses collègues, Mathias, qui a infiltré le gang.
Encore un roman où San-Antonio enquête seul. du même niveau que le roman précédent "Les doigts dans le nez).
Voici les informations concernant le commissaire dans ce livre :
- Pointure : 43
- Arme : P38
- Son père était auvergnat
Commenter  J’apprécie          30
Pixie-Flore
  18 mars 2015
Je ne suis pas une adepte de ce genre de lecture. Malheureusement pour moi, je lis tout ce qu'on me donne. Grosse erreur. Autant l'intrigue pourrait être intéressante or, le style de l'auteur est infecte et vulgaire. Ne perdez pas votre temps, fuyez !
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
lecassinlecassin   23 mars 2013
C’est le zonzon feutré de l’aspirateur de Félicie qui me réveille… Ou du moins c’est ce bruit là que j’entends en sortant du tunnel. Le temps de compter jusqu’à un, très lentement, et voici que se déchaîne dans ma tronche la plus terrible gueule de bois homologuée depuis que Noé inventa le picrate.
Commenter  J’apprécie          20
lecassinlecassin   23 mars 2013
- Vous vous êtes enivré ?
Tout de suite les mots qui fâchent…
Commenter  J’apprécie          60
ntchoubisntchoubis   24 juin 2016
Comme le dit si pertinemment Pierre Dac, il y a des gens qui s’imaginent que leur appartement est haut de plafond, mais en réalité, il est bas de plancher.
Commenter  J’apprécie          10
ntchoubisntchoubis   24 juin 2016
Bien que ne le connaissant pas, je ne puis m’empêcher de lui adresser l’expression de ma sympathie. Parce qu’enfin qu’est-ce qu’un homme peut faire de plus pour ses contemporains que de partir en voyage sans sa femme lorsque celle-ci est jolie ?
Commenter  J’apprécie          00
ntchoubisntchoubis   24 juin 2016
Je lui demande ce qu’elle fait ce soir, elle me répond qu’elle sort avec son fiancé. Son fiancé s’appelle Frank et il est aviateur. J’espère qu’il sera à la hauteur !
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Frédéric Dard (70) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Dard
Thriller français ou Thriller scandinave ? Poudre blanche ou Poudre Noire ? Deux propositions, des réponses courtes, à l'auteure de "L'Archipel des larmes" de trancher !
BePolarTV est la première WebTV consacrée exclusivement au polar. le site www.bePolar.fr propose de l'actu sur les romans, films, BD, séries TV polars, ainsi que des dossiers thématiques comme La petite Histoire du Polar, San Antonio, le Prix SNCF du Polar, etc.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Frédéric Dard

Où Frédéric Dard est-il né?

Vire (Calvados)
Moulins (Allier)
Jallieu (Isère)
Beauvais (Oise)

10 questions
64 lecteurs ont répondu
Thème : Frédéric DardCréer un quiz sur ce livre