AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782818059913
P.O.L. (04/01/2024)
3.45/5   228 notes
Résumé :
Deux amies adolescentes entrent dans l'âge adulte dans les années 1980 dans le Pays basque, à Bordeaux, puis à Paris. Si Rose suit des études de psychologie et reste fidèle à son premier amour, Solange multiplie les aventures, tombe enceinte à 15 ans et tente de faire décoller sa carrière d'actrice. Deux histoires opposées qui interrogent sur la construction des femmes dans un monde masculin.
Que lire après Fabriquer une femmeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
3,45

sur 228 notes
Rose et Solange sont deux adolescentes de quinze ans ; leurs maisons se font face dans un village du Pays basque, même si la famille de Solange est moins favorisée que celle de Rose. Elles fréquentent le même lycée où elles se rendent en bus. Mais Solange tombe enceinte ; elle ne sait pas comment faire pour avorter, ni même si c'est ce qu'elle veut, si bien qu'elle garde le bébé. Rose est une bonne élève, elle est amoureuse de Christian depuis l'école primaire, ou en tout cas croit l'être. Après l'accouchement, horrible, Solange commence le théâtre en intégrant la troupe amateur du lycée, elle semble avoir des capacités, d'après sa prof ; elle veut devenir actrice ; elle quitte son village pour le lycée Molière à Bordeaux avec une option théâtre, puis ce sera Paris, en attendant encore d'autres cieux… ● La même histoire est racontée d'abord du point de vue de Rose, puis du point de vue de Solange, mais il n'y a aucun effet de redite ; vue par Solange, l'histoire est complètement différente. Marie Darrieussecq évite tout ce que son dispositif pourrait avoir de répétitif ; il n'y a rien de fastidieux dans son texte au titre magnifique. ● Les deux personnages principaux, Rose et Solange, sont superbement campés, de même que les années quatre-vingt sont parfaitement restituées, avec les lieux à fréquenter, la mode, les chansons, la chute du mur, le sida… Les personnages secondaires ne sont pas en reste, l'autrice parvient à les faire vivre en deux ou trois notations acérées. ● Car, même si la construction est remarquable, le principal, dans ce roman, c'est son style. Il m'a happé dès la première page. Les phrases sont courtes, percutantes, souvent allusives, elliptiques. Elle est la seule à écrire ainsi, c'est profondément original et follement littéraire. Un régal.
Commenter  J’apprécie          7017
« Fabriquer une femme » était ma première incursion dans la bibliographie de l'autrice française, Marie Darrieussecq, mais certainement pas ma dernière. J'ai beaucoup apprécié la plume élégante de cette écrivaine dont le style m'a directement happée dès les premières pages.

Marie Darrieussecq y conte l'histoire de deux amies, Rose et Solange, à partir de leurs quinze ans : l'une est ambitieuse et introvertie alors que la seconde est énervée contre le monde entier et n'attend que de vivre la « vraie vie ». C'est le début des premiers vrais émois amoureux, des premières déceptions aussi, un âge dont on ne croit que les amis, c'est pour la vie et où on quitte doucement l'adolescence vers l'âge adulte.

Ces deux amies habitent l'une en face de l'autre, au sein d'un petit village basque : une dans une famille « bourgeoise » et l'autre, seule avec sa mère qui tient l'unique petite boutique à souvenirs de la bourgade. On voyagera avec elles, d'abord vers Bordeaux, puis ensuite Paris et d'autres contrées…

Adroitement, le bouquin est divisé en trois parties : la première est narrée par Rose, la seconde par Solange et les dernières, par toutes les deux. Même si c'est une histoire continue, chacune aura sa propre façon d'apprécier les faits et les situations, selon sa propre sensibilité. A aucun moment, n'apparaissent des redites ou des répétions qui auraient pu alourdir la trame.

On replonge dans les années 80 que l'autrice retranscrit parfaitement au travers de faits réels, de mode, de musique, …

Roman sur l'amitié, on ne peut s'empêcher de replonger dans nos propres souvenirs (qu'ils aient lieu ou non durant les mêmes années). Toujours juste, Marie Darrieussecq offre un très beau livre sur comment se construire en tant que femme, aux rythmes calqués sur les deux héroïnes.

Une très belle découverte !
Lien : https://www.musemaniasbooks...
Commenter  J’apprécie          412
Des deux côtés de la rue. D'un côté, une jeune Rose,famille aisée, solide , des ambitions contenues, un avenir, un amour, une vie de famille programmée. de l'autre, Solange, milieu plus modeste, mais gamine pétrie de rêves, d'une soif de reconnaissance infinie.
Elles sont copines, à fond, vraiment.
Puis vient l'âge de la métamorphose, des premières amours, pour Solange un accouchement horrible à 15 ans, et le rejet du petit, sans un regard. Il sera élevé par sa grand-mère et appelé Thierry, en souvenir de l'enfant perdu de celle-ci…
Rose, amoureuse sage, suppose que cette amour adolescente sera celui d'une vie.
Quand Rose se transforme en petite -bourgeoise, Solange veut devenir une starlette d'Hollywood. Elle y mettra toute ses forces et des paillettes pour un maigre aboutissement. Mais qui sera la plus heureuse ?
J'ai aimé l'humour grinçant de l'auteure qui m'avait perdue depuis plusieurs romans. Les phrases sont courtes mais ciselées. Les deux existences parallèles défilent, l'une pour Rose, l'autre pour Solange( beaucoup plus flamboyante) et puis une dernière partie: ensemble.
Un roman d'amitié et une satire de la vie médiatique qui peut se terminer en tremblement de terre à Los Angeles.
Commenter  J’apprécie          260
J'avais essayé de lire Pas dormir, mais je l'avais abandonné. Il ne m'a pas plu.
Ennui total.

Par contre, celui-ci, j'ai beaucoup aimé.
Comme quoi il ne faut pas juger un livre d'un auteur ; les suivants seront sans doute meilleurs.

Une amitié sincère, deux meilleures amies, Rose et Solange, dans un petit village basque. La première partie concerne Rose, dont les parents sont plus fortunés que ceux de Solange. Belle maison, piscine. Rose est plutôt équilibrée, elle sort avec son petit ami Christian, pas très intelligent, ni très malin, mais ils sont bien ensemble. Rose s'interroge sur les rapports sexuels. C'est l'âge...Elle souhaite être psychologue, fait des études correctes. Bref, une vie tranquille, déjà souhaitée, déjà toute tracée. D'ailleurs, elle ne dérogera pas à cette règle ; elle réussira sa vie. Médiocre, certes, mais voulue, assumée.
Elle parle à un moment de l'amour qu'elle sent dans son corps, au niveau du plexus ; c'est drôle, c'est toujours là, à cet endroit que moi aussi je ressens l'amour pour mes proches...

La seconde partie concerne Solange. C'est cette partie qui m'a le moins plu.
Solange est enceinte à 15 ans. Elle se désintéresse complètement et totalement du truc dans son ventre comme elle dit. Aucun instinct maternel, mais jusqu'au bout du bout.
Son accouchement est un cauchemar, des scènes très dures. Des violences obstétricales épouvantables. (Bienvenue au club les mères...).
Elle est superficielle Solange. Limite médiocre elle aussi. Elle veut faire du cinéma.
L'enfant né, Thierry, est dans la seconde rejeté, mis de côté, même pas un regard, rien de rien. C'est la mère de Solange qui s'en occupe.
Évidemment, l'enfant grandira tout tordu, se balançant d'avant en arrière, avec une grosse tête déformée par les forceps. Limite autiste. Merci la sage-femme. Et le coeur sec de Solange.
Du coup, elle part à Bordeaux, puis à Londres et enfin à Los Angeles.
Drogue, sexe, rock en roll et petits rôles minables.

Troisième partie : Ensemble.
Ils se retrouvent tous quelques années plus tard, Rose et Christian ont eu deux enfants, ils sont invités par Solange qui a réussi à percer au cinéma. Elle invite ses proches à L.A. pour une remise de prix. Malheureusement, le film passe et, médiocre encore une fois, Solange ne figure pas dans le film.

Très intéressant.
Solange m'a profondément agacée, petite chose de rien du tout, même pas capable de regarder son fils, ni de l'aimer même un peu...
Égoïste et égocentrique.

Ce livre m'a tout de même plu ; les années 1980 m'ont rejoint très vite.
Souvenirs, souvenirs. Les chansons : Les démons de minuit, Barbara.
Sans oublier le Sida.

Mais tout de même, un livre de médiocres et de médiocrité.
J'ai eu envie de les prendre un par un et de les secouer par le col.
Et oui, secouer la pulpe du fond....
Livre réussi.
Marie Darrieussecq est une grande écrivaine.
Sans l'ombre d'un doute.

Ps : À de nombreuses reprises, ce livre m'a fait penser au Prix Goncourt 2018 Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu.
Commenter  J’apprécie          140
Solange et Rose sont amies depuis la petite enfance.
Elles ont quinze ans.
Solange tombe enceinte et accouche d'un enfant dont elle laissera à sa mère le soin de s'occuper.
Rêvant de théâtre et de cinéma, elle ira à Bordeaux, puis à Paris, puis à Londres, puis à Los Angeles
, enchaînant les castings.
Sexe, drogue,rencontre d'artistes à succès.
Rose la sage fera des études de psycho et se mariera avec son amour de jeunesse.

C'est la trajectoire de deux adolescentes des années 80 qui deviennent femme chacune selon leur trajectoire.
D'où le titre ?
Je n'ai pas été convaincue par l'histoire ni par l'intention de l'auteur, ni par l'amitié des deux filles.
La première partie vue du point de vue de Rose m'a lassée, ressemblant à un roman ordinaire et simpliste.
J'ai un peu préféré l'histoire vue par Solange, mais sans conviction non plus.
Le style est plus travaillé.
Aucune des deux héroïnes ne m'a été sympathique.
J'ai toujours mis trois étoiles aux romans de Marie Darieussecq, mais là, je n(en mettrai que deux
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (10)
LeDevoir
07 mars 2024
Le vingtième livre de Marie Darrieussecq explore les destins contrastés de deux amies d'enfance.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LesInrocks
20 février 2024
Une écriture distancée pour ne laisser échapper aucun détail, drôle ou triste. Un roman, on le devine, en forme de double autoportrait.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Culturebox
14 février 2024
“Comment peut-on ne pas être féministe quand on est une femme ?” s’interroge Marie Darrieussecq, qui sort son nouveau roman Fabriquer une femme publié aux éditions P.O.L.
Lire la critique sur le site : Culturebox
SudOuestPresse
12 février 2024
Pour son vingtième roman, « Fabriquer une femme », Marie Darrieussecq revient à ses premières amours : la bourgeoise au grand cœur et la fille rebelle devenue actrice.
Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
LaLibreBelgique
31 janvier 2024
Dans son vingtième roman, Fabriquer une femme, Marie Darrieussecq raconte les parcours contrastés de deux femmes.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Culturebox
24 janvier 2024
Un roman d'apprentissage aux gloires contrastées entre leur Clèves natal, le Paris des Bains-douches et un Londres qui n'est pas encore relié par l'Eurostar.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeFigaro
12 janvier 2024
De l’adolescence à la maturité, l’amitié et le parcours de deux femmes, la sage Rose, psychologue, et l’éruptive Solange, actrice.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Bibliobs
10 janvier 2024
Démonter son sujet comme on le fait d’une mécanique complexe afin d’en comprendre les plus infimes rouages. C’est ainsi, presque en maître horloger, que Marie Darrieussecq procède.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro
09 janvier 2024
Féministe sans manichéisme, c’est l’histoire de deux apprentissages : presque un roman classique, qui débute dans les années 1980, au Pays basque.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LesInrocks
03 janvier 2024
Du Pays basque à Los Angeles en passant par Bordeaux, Paris et Londres, se raconte l’histoire collective de toute une génération. Et l’essentiel est aussi dans cette construction en miroir qui confronte les réalités de Rose et Solange.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Avec Brice c'est pas une rupture, quand on s'aime beaucoup on ne rompt jamais vraiment, si ? C'est quand on s'aime passionnément que c'est la catastrophe.
Commenter  J’apprécie          10
Quant au père de Rose, il a disparu des radars. C'est-à-dire qu'il n'est pas mort, mais il semble captif de cette zone où se perdent les pères, ce triangle des Bermudes de leur milieu de vie, entre leur boulot, leur meilleur pote, et une ou des femmes quelque part.
Commenter  J’apprécie          00
Et elle se demande quand ça commence, l'avenir.
Commenter  J’apprécie          20
Il y a des profs de génie qui traversent, une année ou deux, la vie de futurs adultes touchés par les ailes d'une fée.
Commenter  J’apprécie          00
Le soleil est total sur le grand haricot bleu et les murailles blanc et rouge. Solange est là, les pieds dans l’eau, lunettes noires et bikini fluo, elle parle avec Nastassja Kinski. Solange ! L’enfant gémit toujours, il a peut-être faim ? Regarde, il y a ta maman. Où est son maillot. Où sont les vestiaires. Elle le pose, ouf, par terre. Il se met soudain à avancer façon limule droit vers l’eau. Hé ! Elle le soulève mais il s’est mis sur ON et ses petites jambes cisaillent l’air. Solange ! Rose a l’idée des BN, écrasés dans sa poche, elle lui en fourre un dans la bouche, ça ralentit la marche du lapin Duracell. Ouf. Il a repris sa position debout bras ballants, il mâche en regardant le ciel. Elle lui enlève sa salopette. Erreur. Puanteur. Heureusement qu’on est en plein air. Si elle osait elle le passerait sous la douche, là, à trois mètres, où des naïades en maillot Eres s’aspergent dans les arcs-en-ciel. Elle l’essuie comme elle peut avec la serviette donnée par sa mère, dans laquelle était roulé, elle s’en aperçoit maintenant, son propre maillot La Redoute, joli mais clair, où une traînée brune est apparue. Allez, mets ton maillot. Est-ce qu’elle doit lui mettre une couche sous le maillot. Tout le monde la regarde, il a quoi, quatre ans ce gosse, on peut quand même mettre à poil un gosse de quatre ans, non ? Des serveurs en habit blanc contournent les transats avec des cocktails qui font envie, elle fourre la serviette et le petit slip immondes dans son sac, sa bouteille d’eau glisse, merde, pendant ce temps le mode marche s’est réactivé, le gamin reprend son chemin droit vers la piscine, elle lâche tout et se précipite. Solange, putain.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Marie Darrieussecq (94) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Darrieussecq
Lecture par l'autrice accompagnée du duo Namoro
« de quel côté était la vraie vie ? À quel bout des rails ? Ou dans quel ailleurs ? » Fin des années 80. Rose et Solange sont voisines et amies inséparables depuis toujours. Rose voudrait croire à son amour pour Christian (ou bien Marcos ?) et à ses études de psycho. de son côté, Solange ne croit plus en Arnaud (l'enfant qu'elle a eu à l'âge de 15 ans est-il de lui ?) et s'accroche à son destin de comédienne. du coeur de l'adolescence à l'âge adulte, les parallèles s'éloignent imperceptiblement, même si l'on s'efforce de garder le contact a minima. D'un trait rapide, haletant, très malicieux, Marie Darrieussecq nous livre leurs deux versions des faits, successivement : comment Rose et Solange vont passer de jeunes filles à femmes, souvent l'une sans l'autre mais toujours en compagnie des hommes, et donc de tout ce qui va avec…
À lire – Marie Darrieussecq, Fabriquer une femme, P.O.L., 2024. À écouter – Namoro, Balaclava, No more reality, 2023.
Son : Jean-François Domingues Lumière : Iris Feix, assistée par Hannah Droulin Direction technique : Guillaume Parra Captation : Claire Jarlan
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (904) Voir plus



Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
562 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..