AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070302277
160 pages
Éditeur : Gallimard (29/01/2004)
3.1/5   43 notes
Résumé :
« Le Baiser de l'Hôtel de Ville. Je n'aimais pas cette photo. Tout ce noir et blanc, ce gris flou, c'était juste les couleurs que je ne voulais pas pour la mémoire. »
La librairie où François travaille ferme ses portes ; à l'approche de la quarantaine, il se retrouve face à lui-même. Les souvenirs se bousculent, amplifiés par la vogue des années cinquante. Il éprouve alors le sentiment d'être dépossédé de son enfance. Pourquoi ses parents ont-ils toujours pr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
KarmaBoomerang
  19 mai 2011
Mon avis :
A quarante ans, au chômage pour la première fois, François se retrouve seul face à lui-même. Seul? Face à lui-même? Pas tout à fait. A hasarder dans Paris, tout ce qu'il voit lui rappelle son enfance, les années cinquante. Les photos en noir et blanc de l'époque s'affichent partout, en cartes postales, en poster. Les images sont rattachées à des souvenirs pour lui, mais quand il voit que tout le monde se les approprie, il se met à douter de ce qu'il a eu finalement. Tout le monde semble se reconnaître dans les mêmes souvenirs, les solex, les repas du dimanche midi chez les grands-parents en banlieu, le manège du jardin du luxembourg, les modèles réduits de voitures de telle ou telle marque... Tellement bien qu'il en vient à douter, est-ce vraiment son enfance, ou celle de toute sa génération?
Le fil rouge du roman, c'est ce cliché de Doisneau, le Baiser de l'Hôtel de Ville. Depuis toujours, ses parents lui ont dit que c'était eux, les amoureux de la photographie. Maintenant qu'il est adulte, François sait bien que ce n'était qu'un mensonge, mais il tente de concilier deux visions contradictoires: la sienne, l'image de deux parents jamais ensemble, toujours séparé par lui, le trait d'union, la déchirure. Et l'image du Baiser, les deux amants, ce mythe qui est finalement devenu une photo de famille pour lui.
Ce roman de Delerm décrit avec une infinie justesse (ce qui est d'après moi la grande force de cet auteur) une myriade de petites émotions, mi-nostalgiques mi-tendres. Un autre auteur aurait pu faire de ce thème quelque chose de lourd, de difficile, chargé de conséquences. Ce n'est pas le cas avec Delerm. le style est fluide et il étonne. Il utilise des termes que l'on n'aurait pas pensé à employer ensemble, pour faire ressortir un sens plus "vrai". On pourrait l'inscrire dans une vague minimaliste, parler du "rien" pour faire deviner le "tout". En s'attardant sur tel ou tel détail, il parvient avec cent fois plus de pertinence à nous faire sentir toute une époque, une ambiance, que s'il avait essayé de nous la dépeindre à grandes eaux.
Quoi qu'il en soit, je conseille aux gens d'essayer de lire du Delerm, une fois dans leur vie. Peut-etre pas ce roman là, précisement, peut-être plutôt un de ses recueils de textes courts, comme La Première Gorgée de Bière, mais c'est vraiment le genre d'auteur à essayer, car peut-etre que vous n'aimerez pas, peut-être que son style ne reveillera rien chez vous, mais si c'est le cas sa manière d'écrire vous touchera de plein fouet, comme une vérité vous éclatant au visage...

Ma note : 3/5
J'aurais sans doute mis 4/5 si j'avais voté juste après avoir fini ce livre, mais avec le recul, je me rends compte que c'est surtout le style de l'auteur que j'apprécie, plus que le livre en lui-même, donc j'essaie d'être un peu plus objective... Après, je trouve que c'est vraiment un livre agréable à lire, mais peut-etre parce que j'aime l'auteur, je pense que ça joue pas mal. En premier livre, je ne sais pas si je l'aurais apprécié autant.

Je le conseillerais à... : des gens qui attachent de l'importance aux détails, aux petites choses qui font un tout, qui donne la vraie "couleur" des choses. Je le conseillerais aussi aux gens qui ont connu leur enfance dans les années 50, car apparement, j'ai entendu dire que ce livre les touchait beaucoup, qu'il leur "parlait".
Je le conseille aussi aux gens qui ont envie de se laisser porter par une douce mélancolie, mais une mélancolie "dégustée", heureuse presque. Delerm, pour moi, c'est toujours une écriture qui apaise, c'est jamais lourd, toujours avec une sorte de doucereuse nostalgie, qui vous donne le sourire même en parlant de passé triste.
Je le déconseillerais à... : des gens qui ne s'interessent pas aux "retours à la source", à l'analyse de soi, à la rétrospection etc...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
frconstant
  20 octobre 2016
'Les amoureux de l'Hôtel de ville' de Philippe DELERM me laisse un goût de brouillon inachevé, d'un début qui ne tient pas ses promesses. Partir de cette célèbre photo de DOISNEAU dans laquelle de nombreuses paires d'amoureux se reconnaissent, quitte à se l'approprier, était pourtant une bonne idée. On allait droit vers un enfant dont les parents ont volé l'enfance en voulant, à tout prix, l'insérer dans le cadre de ce cliché. Et l'enfant ayant grandi, on pouvait s'attendre à une belle quête d'identité, à une renaissance, à un à-venir!
Mais la sauce n'a pas pris! L'écriture m'a semblé aussi plate qu'un soufflé bien trop vite retombé. A aucun moment, à de très, trop rares exceptions près, les phrases ne me sont apparues comme soutenant le roman, comme donnant vie au personnage. C'est donc un livre mort-né... Dommage!
Commenter  J’apprécie          20
vellard
  11 janvier 2021
Bien sûr il y a le style Delerm, les petits riens "delermiens" qui nous embarquent et nous réjouissent, l'impression de se retrouver parfois chez Sempé ,sans oublier le côté vide- greniers pour parisiens soixantenaires nostalgiques , toutes choses permettant de passer un agréable moment.
Et pourtant je me suis un peu ennuyé , le personnage central ayant, de plus, eu tendance de temps à autre à m'exaspérer
Cependant, un court moment ( situé page 128) donne sens , donne corps, à l'ensemble du récit
"Eric m'avait montré une phrase de Saint-Exupéry : s'aimer ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction.....Je comprenais soudain la vraie raison de ma colère: ce qui m'était intolérable, c'était de me sentir être cette direction qui empêchait mes parents de se regarder l'un l'autre .Toute ma vie semblait inscrite dans cette responsabilité, ce remords à l'avance "
Pour ce court passage, merci Mr Delerm d'avoir écrit ce livre, et prenons un peu de recul lorsque surgit, au détour d'une conversation, l'incontournable maxime de Saint-Ex!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
flottie
  21 mai 2016
Beaucoup de nostalgie et de tendresse dans ce petit roman dont le fil rouge est le célèbre cliché de Doisneau. L'auteur raconte avec pudeur et retenue son enfance dans le Paris de 1950, et décrit avec beaucoup de justesse un florilège de souvenirs et d'émotions qui remonte à la surface. On imagine sans peine cette époque et son ambiance, on se laisse porter par ce style fluide, mais cette lecture reste somme toute mélancolique pour moi.
Commenter  J’apprécie          10
KamilleB
  10 août 2020
L'ouvrage est poétique, les descriptions superbes. En revanche, les personnages sont peu attachants et, de manière générale, il ne se passe rien, ce qui m'a quelque peu déçue. Je pense qu'il faut lire cet ouvrage pour la beauté et la finesse des descriptions, pour la qualité de la plume, et non pour l'intrigue.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AgatheDAgatheD   23 novembre 2016
Des clients me demandaient tels souvenirs d'enfance - un de ces innombrables faux livres de mémoire où l'enfance est réduite à une collection d'anecdotes soigneusement enjolivées, où il suffit de tourner le robinet pour faire s'écouler une eau javelisée. Je me récriais, m'indignais. Et mes clients repartaient avec l'un des rares volumes qui en réchappaient : Du côté de chez Swann, bien sur , mais aussi Le Traité des saisons d'Hector Bianciotti, Mon enfance est à tout le monde de René-Guy Cadou, ou L'Enfance de Nathalie Sarraute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SachenkaSachenka   26 février 2018
Un livre terminé est un objet futile - mais un projet de livre vaut tous les respects.
Commenter  J’apprécie          180
flottieflottie   20 mai 2016
Rue Saint-André-des-Arts, je le sentis soudain: l'élan de ce manège dissimulait un secret qui n'était que le mien. Ma vie fermait le parapluie; je voyais s'ouvrir devant moi des chemins embués, des chemins buissonniers. 1950. Les amoureux et les manèges, le regard de Sabine Weiss, le regard de Doisneau. Le cours du fleuve prenait un sens. Il me fallait d'abord nager jusqu'au plus fort, jusqu'à l'enfance. Dans cette solitude-là ma vie serait moins seule. Il n'y avait qu'à se laisser faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
catherinemassoncatherinemasson   11 novembre 2013
Nous abordâmes ensuite la question des quarante ans. En fait elle ne nous préoccupait guère. chacun finit par convenir qu'il s'agissait seulement d'avoir réalisé à son terme ce qu'il en attendait. Pour moi, le seul vertige, la seule force de la quarantaine venaient de ce dialogue avec moi-même que le hasard ou la nécessite avait entamé.
page 105
Commenter  J’apprécie          10
catherinemassoncatherinemasson   11 novembre 2013
Plus que de l'obstination c'était une sorte de ferveur qui les poussait à hausser le ton, à ne pas lâcher cette chance qui s'offrait de retrouver une vérité, un reflet singulier. Ils se disputaient à présent comme font les enfants dans la cour de l'école. Chaque objet, chaque habitude était un mot de passe, qui réveillait un réseau d'images. Une trame contradictoire se tissait, un point à l'envers, un point à l'endroit. Les points de rencontre préparaient les points de fuite. Ils voulaient très fort être à la fois ensemble et séparés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Philippe Delerm (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Delerm
« Je n'ai pas l'impression d'avoir été enfant, adolescent, homme d'âge mur, puis vieux. Je suis à la fois enfant, adolescent, homme d'âge mûr, et vieux. C'est sans doute un peu idiot. Mais ça change tout. »
Être riche, à chaque époque de notre existence, de tous les moments qu'on a vécus, qu'on vit, qu'on vivra encore : c'est cela, la vie en relief. Voir ses souvenirs et ses sensations non pas additionnés les uns aux autres, mais comme démultipliés, à l'infini. Vivre comme si c'était la première fois. Trouver de la beauté dans l'ordinaire des choses. Aimer vieillir, écouter le bruit du temps qui passe. Ce livre est un aboutissement : celui d'une carrière, celui d'une vie d'homme. Certainement un des plus grands livres de Philippe Delerm.
Inventeur d'un genre dont il est l'unique représentant, l' "instantané littéraire", Philippe Delerm s'inscrit dans la lignée des grands auteurs classiques qui croquent le portrait de leurs contemporains, tels La Fontaine ou La Bruyère. Il est l'auteur de nombreux livres à succès, dont "La Première Gorgée de bière", "Je vais passer pour un vieux con" ou "Sundborn ou les Jours de lumière" (prix des Libraires, 1997).
Retrouvez les informations à propos du livre "La Vie en relief" de Philippe Delerm sur notre site : https://bit.ly/3omVfQW
Suivez-nous sur : Facebook : https://www.facebook.com/editions.seuil/ Twitter : https://twitter.com/EditionsduSeuil Instagram : https://www.instagram.com/editionsduseuil/
+ Lire la suite
autres livres classés : années 50Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Delerm - La Première Gorgée de bière …

Complétez le titre : Les loukoums chez ….

L'Arabe
Madame Rosières

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe DelermCréer un quiz sur ce livre