AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266298728
944 pages
Éditeur : Pocket (09/01/2020)

Note moyenne : 4.39/5 (sur 192 notes)
Résumé :
Le corps d'une jeune femme est retrouvé en Lozère.
Au regard des éléments qu'ils détiennent, les enquêteurs de la SR de Nîmes se forgent rapidement un avis: elle a fait l'objet d'une chasse à l'homme...
Pour le capitaine Merlot, d'Interpol, les conclusions médico-légales placent cette victime dans une longue série.
Les gendarmes nîmois vont alors apprendre à leur grande stupéfaction, qu'Interpol tente depuis vingt-cinq ans de démanteler un rés... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (87) Voir plus Ajouter une critique
Jeanfrancoislemoine
  05 février 2020
Plus d'une semaine , plus d'une semaine pour " venir à bout " de ce pavé de plus de 900 pages avec , toutefois une excuse de taille pour avoir mis aussi longtemps au risque de voir " tomber " la moyenne de livres lus , et dans le même temps , avoir continué à voir ma PAL continuer à s'élever. Et oui , une excuse , un week - end entier avec mes enfants et petits - enfants ! Ça vaut bien le sacrifice de quelques heures de lecture , non ? Les papys et mamies babeliotes me comprendront ....eux !
Et puis , au fond , cela m'a permis de faire durer " le plaisir " si je puis dire car ce roman , je l'ai vraiment adoré, il m'a tenu en haleine du début à la fin , même si la fin très " ouverte " n'a pas tout à fait répondu à mes attentes mais le choix de l'auteure lui appartient .Qu'on se le dise , il y aura une suite et ça , vraiment , ce ne sera pas une punition .
La construction du roman est très habile , avec trois récits dont on suivra avec intérêt le rapprochement . Dans le premier , on découvre le cadavre d'une jeune femme qui semble sortir d'un autre monde , d'un autre temps .Dans le second , on fait la connaissance d'un notaire à la recherche de ses origines et le troisième nous fait vivre un drame , la chute du jeune Bruno dans les eaux tumultueuses d'un torrent pyrénéen....L'alternance des épisodes, si elle peut sembler un peu curieuse au départ, va s'avérer un puissant aiguillon à notre envie de savoir , d'avancer .....On change de lieu , de contexte , de personnages avant que l'étau ne se resserre inexorablement et votre " intellect " se " fait très bien " à ces atmosphères changeantes .
Le style est vraiment travaillé et le récit est très agréable à lire , de belles phrases , efficaces , un vocabulaire bien pensé, des dialogues juste comme il faut , quand il faut , sans excès. Certains passages peuvent sembler moins " enlevés " mais il faut bien que le lecteur se mette au diapason lui aussi , en fournissant quelques efforts....efforts mesurés, je vous rassure .
Les personnages sont bien définis mais certains , et pas forcément ceux ou celles que l'on croit , attirent forcément plus notre attention .
Je vous l'assure , si je n'avais pas " profité d'un bon gros week - end " avec mes petits , j'aurais terminé bien plus rapidement . Mais " non , rien de rien , non je ne regrette rien " .... le bonheur de vivre ma vie de grand - père et de profiter d'un superbe polar que j'ai dégusté en prenant mon temps , comme on " sucerait avec délectation " une friandise " Pierrot Gourmand ". Elle est pas belle la vie ? Je vous rassure , elle n'est pas réservée aux " anciens" , cette lecture...Pas grave si vous n'avez ni enfants , ni petits enfants , hein ...Dites- vous toutefois , les jeunes , que cette lecture risque de retarder vos projets si d'aventure vous aviez prévu....Bon , ça , c'est vous qui voyez , hein ..
L'auteure ? Non , je ne la connaissais pas mais elle nous envoie un petit " coucou " sympa dans le roman ....Une belle personne sans doute qui traite un sujet très , très délicat avec une sacrée habileté , de l'intelligence et ...du travail . Chapeau , madame et ...à bientôt.
Après j'dis ça , j'dis rien et ...vous n'êtes pas obligé(e )s de me croire ......Mais quand même, prenez- le en mains ce bouquin ...et dites- moi .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          688
Tbilissi
  01 avril 2018
Attention livre dangereux ! J'ai eu envie de m'enfermer pour le lire, et même si j'ai tenté de conserver une vie normale je pense que ma famille va être bien contente que je l'aie enfin refermé pour la dernière fois.
Reste à faire un bilan, ce qui n'est pas chose facile tant ce livre m'a captivée, et que je suis encore toute tremblante de... de quoi au juste ? D'excitation, de peur, de dégoût, de révolte, et assurément de jubilation de m'être sentie à ce point là retournée par un récit.
Et pourtant ce n'était pas gagné, quand j'ai reçu "la bête" via l'opération masse critique (un grand merci au passage!), j'ai commencé par être déçue, le livre est gros et lourd, il fait 650 pages, moi qui affectionne les petits formats... Mais bon, la couverture est très belle, et j'ai bien fait d'ouvrir l'ouvrage, qui m'a happée d'emblée.
Par son style tout d'abord, vif, ciselé, délicat. Là je me suis dit, petit sourire en coin, "ça va être cool". Cool n'était pas vraiment le mot, mais mon intuition avait en effet détecté quelque chose de grand.
L'intrigue ensuite, d'une inventivité et d'une dramaturgie brillantissimes ! Elle entrelace les histoires de Louis Barthes, notaire retraité à la recherche ses origines, Bruno un adolescent geek et surdoué perdu en montagne suite à sa chute dans un torrent, Atrimen jeune fille semblant surgie d'un autre temps, et d'une cellule de la police, la cellule TEH -Traffic d' Êtres Humains-, spécialement créé suite à une série de meurtres plus que mystérieux, qui plus est étalés sur 25 ans.
Enfin j'ai particulièrement apprécié les subtiles réflexions sur la vie distillées discrètement dans tout le roman, sans nuire le moins du monde au déroulement de l'intrigue et à la fluidité du récit. Sur la maternité.
Sur la solitude, que peuvent ressentir aussi bien un septuagénaire affable au possible que LA méchante, la plus grande et plus cruelle manipulatrice rencontrée depuis longtemps.
Les références à la secondes guerre mondiale sont hyper réalistes et très émouvantes, et le parallèle entre la fiction du cheptel et l'horreur réelle de ces épisodes, comme la rafle du Vel d'Hiv, fonctionne parfaitement.
Le dénouement en un long chapitre de 40 pages est oppressant à souhait et l'épilogue m'a laissée presque orpheline.
Vous l'aurez compris, un véritable coup de coeur (ou coup de poing ?) pour moi, qui m'a donné envie de découvrir les autres romans de Céline Denjean, auteure qui malgré la noirceur de son intrigue semble avoir beaucoup d'humour comme l'atteste le clin d'oeil qu'elle se fait quand l'enquête atterrit dans son village natal.
Ah si une dernière chose : au moment où je conclus, le cheptel ne compte que 14 lecteurs sur babelio ; une aberration à réparer, ruez vous sur ce phénomène !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
clairesalander
  22 mars 2019
Une excellente surprise ! C'est ma mère, fan de polar, qui m'a transmis sa passion et m'a parlé de ce livre. Je l'ai commandé sur France Loisirs et n'ai pas été déçue du voyage ! C'est un pavé addictif que j'ai lu quasi d'une traite, dès que j'avais une minute à moi, tant c'était prenant, bien écrit, bien tournée.
Trois histoires vont converger en une : Louis Barthes, un vieil homme à la recherche de son identité, volée lors de la seconde guerre mondiale, Bruno, un ado qui tombe dans une rivière et atterris dans une communauté très étrange ; et l'enquête principale, qui démarre avec la découverte d'une jeune fille morte et inconnue au bataillon.
Plusieurs cadavres inconnus ont déjà été retrouvé éparpillés un peu partout en France et aux frontières, et présentent des liens de famille. A partir de là, les gendarmes affectés à l'enquête (d'ailleurs j'aurais mieux fait de commencer par "La fille de Kali" car ce sont les mêmes personnages et certaines choses m'ont échappé) vont chercher une communauté vivant en autarcie, et ils vont vite s'apercevoir que ces personnes sont victimes d'un ignoble trafic...
Menée tambour battant, cette histoire m'a happée, je ne pensais presque qu'à ça durant mes 3 jours de lecture ! cela dit, seul minuscule bémol, j'ai trouvé la fin est peu laborieuse. Cela n'entachant en rien le plaisir de lecture de ce thriller foisonnant et palpitant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
ValerieLacaille
  21 novembre 2019
Comment parler, en seulement quelques lignes, de ce roman si dense ?
L'auteure, que j'ai eu la chance de rencontrer en septembre dernier au salon du polar de Lisle-sur-Tarn, m'avait prévenue : ce thriller est construit comme un puzzle dont les pièces s'assemblent au fur et à mesure des chapitres. Mais que de pièces, et quel poids portent-elles !!! Au départ, chaque chapitre porte un personnage différent, une quête particulière et aucun lien ne semble s'articuler entre ces éléments.
Louis Barthes, tout d'abord. Ce notaire de 73 ans découvre, en mettant de l'ordre dans les papiers de son père qui vient de s'éteindre, un acte de décès à son propre nom daté de trois jours après sa naissance : qui est-il, s'il n'est pas Louis Barthes né le 15 juillet 1942 et déclaré mort le 18 juillet de la même année ? Son univers empli de certitudes s'écroule et il décide derechef de partir à la recherche de sa véritable identité.
Atrimen, elle, a quinze ans. Elle vit dans une communauté vivant en autarcie dans les Pyrénées. Sa vie est rythmée par les travaux de la ferme et ses responsabilités envers les « moyens » depuis qu'elle est devenue une « grande ». Bientôt, elle sera unie à son promis, Anten. Elle doit aussi réfréner les ardeurs de sa meilleure amie, Elicen, qui semble irrémédiablement attirée par le monde extérieur aux murs érigés autour de leur zone de vie par leur Grande Prêtresse, Virinaë.
Bruno, treize ans, est lui embarqué contre son gré par son frère Kévin et leurs cousines dans une expérience de canyoning sauvage dans le torrent qui cerne Bagnères-de-Bigorre. Pour cet intello habitué à passer des heures et des heures devant son ordinateur, crapahuter dans les rochers est d'une violence inouïe !
Et puis il y a ces trois têtes-à-claques, Jane, Paul et Gautier, nés avec une cuillère d'argent dans la bouche et de ce fait, défendus par un avocat d'envergure (malgré sa petite taille) qui tire les ficelles d'un monde pas du tout beau à fréquenter.
Et enfin, enfin, Eloïse Bouquet, capitaine de gendarmerie aux nerfs à fleurs de peau mais tellement, profondément humaine ! J'ai eu plaisir à retrouver ce personnage que j'avais rencontré dans « Double amnésie », et vraiment, il faut que je lise « La fille de Kali », le premier tome de ses enquêtes afin de cerner cette jeune femme dans toutes ses complexités.
Bref, vous l'aurez compris, j'ai vraiment adoré cette enquête aux visages multiples et j'adhère complètement à ce que propose l'auteure. Je n'ai qu'une envie, lire « La fille de Kali », le premier tome de la trilogie, et enchainer avec la relecture des deux thrillers suivants !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
stokely
  12 janvier 2019
Au tout début de ma lecture j'ai eu un peu peur en effet le premier chapitre débute avec des prénoms très particuliers et difficiles à retenir et puis au fil de ma lecture au premier corps découvert mon engouement est revenu.
En effet celui-ci est intrigant et porte des habits d'une autre époque de même que les soins qui ont été prodigués et puis les chapitres ou l'on suit Bruno m'ont intrigué également, tous ces éléments qui n'ont pas particulièrement de liens entre eux vont au fur et à mesure de la lecture se lier.
J'aime ce type de livre ou les différentes histoire se rejoignent, je me suis attachée aux personnages en particulier à Atrimen que j'ai eu envie de d'aider durant ma lecture, la maturité de Bruno qui est pourtant encore adolescent.
Une lecture addictive qui passe toute seule malgré ses 654 pages, une belle découverte. le mieux étant de se lancer sans trop en savoir pour pouvoir apprécier cette lecture.
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
clairesalanderclairesalander   20 mars 2019
La déflagration la fit sursauter. Elle sentit ensuite la douleur dans son dos. Elle eu le réflexe de tourner la tête avant de chuter en arrière. Et là, elle l'aperçut. La femme. Qui baissait son fusil à lunette. Un rictus méchant et triomphant agrafé au visage. Puis sa vue commença à se brouiller et ses tympans bourdonnèrent étrangement comme un chrysanthème rouge sang florissait sur sa poitrine. Elle entendit vaguement un hurlement de victoire et tout près de son oreille, les gémissement du chien qui l'avait rejointe. La vie fuyait son corps au grand galop. Les Boches avaient encore gagné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
collectifpolarcollectifpolar   19 septembre 2020
— Mmm… Et la blessure à la poitrine ?

— C’est a priori la cause du décès, répondit Le Roc, prudent. D’après les premières constatations, la fille est morte d’une balle qui lui a perforé les côtes juste sous l’omoplate, a traversé le cœur avant de ressortir ici, expliqua-t-il en montrant la tache de sang. Je ne sais pas quel type d’arme peut faire ça, à vous de voir. En tout cas, les autres blessures sont relativement superficielles.

Ce disant, il remit ses gants et remonta légèrement la chemise de nuit, dévoilant des marques de griffures ou des hématomes.

— La fille en a un peu partout sur le corps. Bras, mains, mollets, cuisses. Seul le dos semble intact à première vue. Les genoux, comme vous le voyez, sont bien esquintés. Tous les ongles sont cassés ou retournés et il y a des traces de terre bien visibles sous ce qu’il en reste, poursuivit le légiste. La paume des mains est aussi très abîmée et, comme vous l’avez sûrement repéré, un des pieds est profondément entaillé.

— Elle a fui, commenta Agathe.

— Exactement, approuva Le Roc. Sur une distance assez longue, je pense, vu le nombre considérable d’entailles, d’abrasions et de griffures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lalyMlalyM   12 juin 2020
- Entre notre tueuse coupeuse de têtes et cette histoire de communauté profil amish exploités, je vais finir par croire que les Pyrénées constituent le refuge de tous les barjots de France, ajouta Eloïse d'une voix aussi désabusée que nerveuse.
- Non, je te rassure, Michel Fourniret sévissait dans les Ardennes, Emile Louis dans l'Yonne, Guy Georges dans l'Est parisien, et j'en passe … Le Mal n'a ni visage ni frontière !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
celine85celine85   27 mars 2020
Bah... ce qu'il y a d'assez juste dans le jeu des existences, c'est qu'on finit tous un jour par être le vieux d'un autre...
Commenter  J’apprécie          201
collectifpolarcollectifpolar   19 septembre 2020
J’ai 73 ans et je m’appelle Louis Barthes. C’est du moins ainsi que je me suis fait appeler toute ma vie, en témoigne la plaque de mon cabinet notarial du 4, rue de la République à Paris. Louis Barthes, c’est mon identité officielle, le nom et le prénom qui font de moi l’homme que je suis aujourd’hui, le socle de la vie que j’ai construite. Et tandis que, dans cette maison de Nogent-sur-Marne qui a connu mes pleurs, mes rires et mes rêves d’enfant, je revois mes premiers pas dans le grand escalier de bois ciré qui distribue les étages, j’ai le sentiment vertigineux et discordant de ma propre dislocation. Parce que mes yeux fixent avec ahurissement mon acte de décès. Un bout de papier jauni par les années, rédigé d’une plume d’antan par un médecin que j’ai très bien connu, notre médecin de famille, mort il y a désormais dix ans, le docteur Paradoux. Celui-là même qui soigna mes oreillons, diagnostiqua mon appendicite, sutura mon coude après une méchante chute d’un chêne centenaire du bois de Vincennes. Le bon docteur Paradoux dont je découvre aujourd’hui qu’il m’a déclaré mort le 18 juillet 1942 – mort subite du nourrisson – trois jours seulement après ma naissance. Comment ai-je ressuscité ? Telle est l’énigme insoluble et ténébreuse à laquelle je fais subitement face.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Céline Denjean (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Céline Denjean
Céline Denjean, prix polar du festival de Cognac 2018, nous présente son nouveau livre "Double Amnésie" (Marabout). Un roman sombre qui met de nouveau en scène son personnage emblématique Eloïse Bouquet et dans lequel l'auteure du "Cheptel" explore la thématique de la mémoire et du déni. Elle revient également sur les prix obtenus grâce au "Cheptel".
Découvrir "Double amnésie" : https://www.hachette.fr/livre/double-amnesie-9782501138437
Voir la vidéo sur Hachette.fr : https://www.hachette.fr/videos/celine-denjean-prix-cognac-double-amnesie
Vidéo réalisée par Yves Czerczuk et Noémie Sudre.
+ Lire la suite
autres livres classés : sectesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1973 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..