AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782803630608
48 pages
Le Lombard (04/05/2012)
3.78/5   52 notes
Résumé :
C'est la fin du parcours que le mystérieux ennemi de Jay Sherman a prévu pour lui ! Il a perdu ses biens, sa maison et son fils, et la dernière sur la liste est Jeannie, sa fille. Jeannie qu’il n’a plus revue depuis la seconde Guerre Mondiale, après qu’elle a disparu au sein des services secrets, outrée par les malversations de Jay. Et pourtant, ce dernier n’avait agi que pour la protéger. Aura-t-elle compris ce dernier point ? Viendra-t-elle sauver un père repentan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 52 notes
5
3 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

brigittelascombe
  15 décembre 2012
"Lequel d'entre eux a tué mon fils? Lequel a détruit une partie de ma fortune et juré d'abattre ma fille?" s'angoisse Jay Sherman,richissime banquier américain au passé glauque, protégé par le FBI,son ami de toujours Mike (qui a couvert ses activités de jeune voyou des rues) et la belle Eva Cruz (agent émérite devenue sa maitresse).
"BLAM BLAM BLAM"
Les émotions crépitent, les coups de feu claquent toujours dans ce sixième tome qui poursuit la longue plongée dans les actions(frauduleuses) de Jay durant la deuxième guerre mondiale.
Est-ce le nazi Dimitar, dont il a volé le trésor de guerre qui veut sa peau? Et quel rôle joue Jeannie, sa fille, cachée dans une ferme allemande, toujours amoureuse du chanteur d'opéra juif Ludwig déporté en camp de concentration et meurtrie à jamais par le viol que lui a fait subir Otto (le fils du meilleur ami allemand et collaborateur affairiste de son père)?
Espionnage, comptes secrets,chantage,vengeance,passion,trahison,haine,ambition,mystère,
suspense...la morale sera sauve car "Tout se paye ici bas".
Voici une excellente BD policière bien ficelée qui de plus nous fait revivre avec brio une page d'histoire aux conflits mondiaux et aux fortunes souvent bâties sans scrupules.
Un grand bravo à Stephen Desberg, le scénariste car je n'avais pas trouvé la clef de l'énigme ainsi qu'à Griffo l'illustrateur (au coup de crayon expressif) et à Roberto Burgazzoli dont les couleurs (sépia,vert de gris,bleu délavé..) rendent parfaitement l'ambiance surannée des policiers d'antan style Hitchcock.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Mahpee
  17 mai 2015
Prix du polar 2011 du festival de Cognac, le tome 6 est celui du dénouement. La vérité éclate enfin après bien des péripéties dans un suspense qui mène le lecteur jusqu'aux dernières pages de ce dernier tome palpitant et plein de surprises. Et c'est afin de ne pas révéler l'intrigue, menée de main de maître, que je ne commenterai pas plus cet ultime épisode et vous laisse découvrir une chute pour le moins inattendue. Une excellente histoire de vengeance embrouillée à souhait.
Commenter  J’apprécie          150
Vexiana
  11 septembre 2018
Ca y est, c'est fini, Jay Sherman connait enfin le fin mot de l'histoire.
Après un 5e tome qui nous amenait avec force tensions au grand final, celui parait un peu longuet...mais bon.
Les fils se dénouent pour dévoiler le visage du grand méchant et...je ne vais rien dire....
On sent que les auteurs ont tenté de sortir d'un schémas manichéen mais, il faut se rendre à l'évidence, la fin est terriblement conventionnelle à ce niveau.
Je ne reviendrai pas sur le dessin de Griffo qui fait le minimum syndical depuis 4 tomes...mais ça passe, alors pourquoi se fouler...
Commenter  J’apprécie          90
tchouk-tchouk-nougat
  08 juin 2014
Dernier tome de cette série qui aura été homogène et bien pensée. Desberg a su instiller action, rebondissement et surtout beaucoup de suspense. Petit à petit nous avons pu découvrir l'évolution de Jay Sherman et de sa famille tant sur sa carrière que sur sa personnalité. Un personnage qu'on a finit par apprécier avec son charme, mais aussi ses défauts.
C'est un scénario qui tient la route et qui garde le lecteur accroché. Le suspense est toujours présent jusqu'au dernier tome, où petit à petit les pièces se sont emboitées pour nous faire découvrir le coupable.
Nous avons donc une fin à la hauteur de la série. Sombre, avec pas mal de désillusion mais quand même un peu d'espoir.
Le dessin de Griffo est léger, agréable. Il a été fidèle à lui même tout au long de la série.
Commenter  J’apprécie          80
MissG
  23 avril 2013
Ce sixième volume de la série Sherman marque son épilogue et donc le fin mot de l'histoire et la révélation de l'énigme qui a tenu en haleine le lecteur pendant les précédents volumes.
Je vais tout de suite commencer par l'aspect qui m'a énervée : le fait de nous remettre pour la centième fois la menace téléphonique reçue par Jay Sherman.
Sérieusement, au bout de six volumes le lecteur a compris, ce n'est pas un crétin fini qui subit un lavage de cerveau après chaque lecture.
Je ne comprends pas ce que vient faire cette redite, leitmotiv dans tous les volumes qui finit par agacer.
Par contre, j'avais hâte de savoir, non pas qui était à l'origine de tout ça (enfin si, mais pas que), ce qu'était devenue Jeannie et surtout si elle avait pu retrouver Ludwig Melchior (mon côté midinette sans doute).
Je ne dirai rien, juste qu'ils ont traversé tous les deux des épreuves durant cette guerre, notamment Ludwig Melchior qui est déporté à Auschwitz et est reconnu par un soldat qui décide de le "protéger" en lui offrant la possibilité de chanter dans des concerts organisés dans le camp pour distraire les nazis et leur famille : "Je ne peux pas vous promettre que vous vivrez. Mais au moins ... vous survivrez.".
Jeannie est toujours un personnage central de cette histoire et comme elle se faisait attendre depuis un certain temps, son apparition n'en a été que plus réussie et bien mise en scène.
Mais le personnage qui prend le plus d'importance dans cet opus est Jay Sherman, et si dans les précédents volumes il avait tendance à m'agacer sur certains aspects de sa personnalité, ce tome-ci lui rend justice en le présentant inquiet : "Au début, j'ai cru qu'avec le temps, elle finirait par me pardonner. Qu'avec le temps, la paix s'imposerait définitivement. Mais le temps ne s'écoule pas de la même manière pour un père que pour ses enfants.", moins sûr de lui et moins séducteur : "Le temps ne s'écoule pas de la même manière pour les hommes que pour les femmes.", essuyant des échecs et des revers de fortune, mais surtout conscient de ses erreurs et les reconnaissant pour la première fois depuis le début de l'histoire : "Maintenant il faut que je paye pour ce que j'ai fait. Les erreurs que j'ai commises. Les chemins que je n'ai pas pris. le salaud que j'ai été, l'homme que j'aurais dû être. le père à qui tu as en partie pardonné. Finalement, je ne regrette pas tant de choses.".
Il mûrit par la force des événements et apparaît moins imbu de sa personne, plus humble, mais que de morts il aura fallu pour en arriver là !
Le scénario de Stephen Desberg est bien construit et tient la route, ce qui n'était pas forcément évident sur la longueur.
J'avais une petite idée qui s'était forgée dans mon esprit lors de la lecture de l'avant-dernier volume, et bien je n'étais pas bien loin de la vérité, disons que j'en ai avais découvert la moitié.
Ce n'est pas forcément évident de deviner la manipulation, les ficelles sont bien tirées par le scénariste, disons qu'un lecteur attentif trouvera quelques clés du mystère mais que ceci ne lui gâchera pas le plaisir de cette lecture.
Quant aux dessins de Griffo, je les trouve visuellement très beaux, harmonieux, rendant la lecture plaisante et donnant du relief à l'histoire et à l'action.
La lecture achevée, je suis curieuse d'imaginer ce que cela pourrait donner en téléfilm, à mon avis avec un scénario légèrement retravaillé il y aurait matière à faire quelque chose de visuellement réussi.
"Le pardon, Jeannie" marque l'épilogue ô combien relevé et attendu de la série Sherman, remarquable par son scénario et la qualité de son graphisme et se caractérisant par une publication rapprochée des tomes, chose plutôt rare pour une série en bande dessinée.
Sherman est une série à découvrir et à lire d'une seule traite pour bien en apprécier les ficelles et les rebondissements.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (5)
BDSphere   08 juin 2012
->Retrouvez ce coup de coeur dans le n°17 de BDSphère publié le 17 mai 2012.

C’est la fin du parcours pour le sulfureux banquier Jay Sherman. Le piège ultime que lui a tendu son mystérieux adversaire se referme. Il a perdu ses biens, sa maison, son fils. Il ne lui reste que sa fille qu’il n’a plus revue depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Horrifiée par les malversations de son père, Jeannie s’est évaporée dans les méandres des services secrets. Pourtant, son père n’a agi que pour la protéger. Saura-t-elle le comprendre ? Avec ce sixième et dernier tome, le scénariste Stephen Desberg, qui n’a pas son pareil pour lier les destins individuels à la grande Histoire, nous livre un dénouement inattendu, à mille lieues des “happy end” du cinéma hollywoodien. Le rêve américain prend des allures de cauchemars dans cette descente aux enfers familiale, truffée de mystères et de trahisons où l’intrigue joue sans cesse sur des allers et retours entre passé et présent, savamment orchestrés. Le dessin classique et délicatement rétro de Griffo soutient l’ensemble de cette fresque américaine, construite à la manière des meilleurs feuilletons télévisés.

Sherman, tome 6, Le pardon. Jeannie, Stephen Desberg & Griffo, Le Lombard, 48 pages, 12 euros.

ISBN-13: 978-2803630608
Lire la critique sur le site : BDSphere
Auracan   15 mai 2012
Malgré quelques répétitions, Stephen Desberg dénoue complètement et brillamment l’intrigue ancrée dans un contexte historique crédible et questionnant la morale. Spécialiste de la manipulation, il surprendra plus d’un lecteur par cette conclusion.
Lire la critique sur le site : Auracan
Actualitte   11 mai 2012
Dessin impeccable, scénario bien construit avec des fausses pistes successives : de la très bonne BD grand public !!!
Lire la critique sur le site : Actualitte
Sceneario   10 mai 2012
Un excellent épisode qui clôture un non moins excellent polar historique. Tout se paye ici bas, même le succès, bravo messieurs les auteurs !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   09 mai 2012
Hexalogie exaltante, rythmée et efficace de bout en bout, Sherman illustre le savoir-faire de ses auteurs lorsqu'il s'agit de composer une saga taillée pour un large public. Une réussite dans le genre.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
MahpeeMahpee   17 mai 2015
- Je suis désolée, Jay. Il vaut mieux ne pas remuer le passé.
Le temps ne s'écoule pas de la même manière pour les hommes que pour les femmes. Le passé. C'était moi, le passé.
Commenter  J’apprécie          150
LilizLiliz   27 mai 2015
Au début, j'ai cru qu'avec le temps, elle finirait par me pardonner. Qu'avec le temps, la paix s'imposerait définitivement. Mais le temps ne s'écoule pas de la même manière pour un père que pour ses enfants.
Commenter  J’apprécie          30
MissGMissG   23 avril 2013
Maintenant il faut que je paye pour ce que j'ai fait. Les erreurs que j'ai commises. Les chemins que je n'ai pas pris. Le salaud que j'ai été, l'homme que j'aurais dû être. Le père à qui tu as en partie pardonné. Finalement, je ne regrette pas tant de choses.
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombebrigittelascombe   14 décembre 2012
Au début j'ai cru qu'avec le temps,elle finirait par me pardonner. Qu'avec le temps, la paix s'imposerait définitivement.Mais le temps ne s'écoule pas de la même manière pour un père que pour ses enfants.
Commenter  J’apprécie          20
goodgarngoodgarn   24 octobre 2012
- Mon épouse s'ennuie dans ce trou perdu. Elle se plaint de l'odeur nauséabonde qui s'échappe des cheminées de Birkenau.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Stephen Desberg (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen Desberg
421 Intégrale 2
autres livres classés : vengeanceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

6 questions pour voir si vous avez lu le Scorpion, tome 6:Le trésor du temple, moyen

comment s'appelle l'égyptienne, amoureuse de scorpion?

Réjaï
Méjaï
Thaï

6 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le Scorpion, tome 6 : Le Trésor du Temple de Stephen DesbergCréer un quiz sur ce livre