AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2889440060
Éditeur : Slatkine (02/06/2016)

Note moyenne : 4.34/5 (sur 587 notes)
Résumé :
New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de « rêve américain ». C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils.
Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (223) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  06 juillet 2017
Dans les années 20, Cetta une jeune Italienne quitte son pays natal après avoir été violée et être devenue mère d'un petit garçon. Ils se dirigent vers les Etats Unis . Mais la vie n'est pas facile pour cette belle jeune fille qui vit son destin avec résignation. Par contre elle a de plus grandes ambitions pour son fils Christmas. Mais quel avenir est réservé a cet enfant qui vit au milieu de la mafia ?
Parfois certaines rencontres font que notre vie est boulversée pour toujours. C'est ce qui va arriver a Christmas lorsqu'il va sauver Ruth, une jeune fille riche et juive.
Ce roman tient franchement le lecteur en haleine. L'écriture est agréable, fluide et très scénarisée. D'ailleurs , moi, qui ne suis pas du tout pour les adaptations cinématographiques je pense réellement que ce roman pourrait faire un merveilleux film.
Les personnages sont sympathiques, et deviennent au fils des pages des amis. On se prend a aimer et a vivre dans ces quartiers de new york. En fait l'auteur a réussi a utiliser une merveilleuse machine a remonter le temps pour nous immerger dans son monde, dans son temps, dans son imagination.
Ce roman est un vrai pavé (ceux qui me connaissent savent que j'aime ça), mais, quand même, j'ai trouvé certaines longueurs. Ce qui a malheureusment déséquilibré un peu la narration. En effet, j'ai dévoré certains passage puis le rythme de lecture est devenu beaucoup plus lent, voir même trop lent à mon goût. C'est le seul petit bémol que j'aurais a faire a ce livre.
En tout cas je sors ravie de cette lecture que je conseille fortement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11712
isabelleisapure
  08 janvier 2017
Coup de coeur !
Voilà. En six petits jours je viens de terminer les quelques 700 pages de ce monument. Je tourne la dernière page en me posant une question : que lire après ça ? J'ai passé six jours à me répéter que je lisais un roman génial, à mettre mon réveil une heure plus tôt pour lire un petit peu et c'est déjà fini. J'ai connu des personnages fantastiques, détestables, touchants, ils sont devenus mes compagnons de lecture, je m'y suis attachée, je les ai adorés, détestés, j'ai pleuré, ri, bref j'ai lu. Je pense que je n'aurai pas de mots assez forts pour dire à quel point ce livre m'a plu.
Oui, mais de quoi ça parle ? Je vais essayer de vous le dire en peu de phrases car un pavé pareil ne se raconte pas, IL SE LIT !
Nous sommes en 1909, Cetta, jeune italienne de 15 ans arrive à New York avec un enfant sur les bras, né d'un viol. Mais, le rêve américain n'est pas au rendez-vous et la jeune femme finira sur le trottoir pour survivre et élever son fils.
Chrismas grandit comme il peut dans les rues de Manathan. Il apprend à se construire et devient un jeune homme courageux qui n'hésite pas à venir au secours de Ruth, une jeune fille sauvagement agressée.
De là naîtra une passion dévorante, qui hantera le jeune homme toue sa vie, car bien sûr le destin va se charger de les séparer !
Cette histoire est loin d'être seulement une histoire d'amour, c'est aussi une plongée dans les années 20, époque du cinéma parlant et de la radio. Mais également celle du règne des gangsters et des mafieux qui font la loi dans les quartiers pauvres. Les gens de couleur subissent la ségrégation.
L'auteur se livre aussi à une réflexion sur la violence faite aux femmes, le racisme, la solitude, les rêves brisés.
C'est un roman violent, tendre, cruel, passionnant, foisonnant. Un grand, un TRES grand roman.
J'en ressors à regret étourdie et bouleversée.
S'il vous plait, ne le ratez pas ! LISEZ-LE !!!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11022
Kittiwake
  10 décembre 2016
Si ce roman est un coup de coeur, c'est sans doute parce qu'il porte tout ce que j'attends de la lecture :
- voyager dans le temps et l'espace : l'histoire commence en Italie au début du siècle dernier, et emporte rapidement la jeune Cetta et son enfant vers les Etats-Unis, pour fuir ce court passé de violence ordinaire.
- suivre l'évolution d'une noyau de personnages riches, (pas d'un point de vue économique, bien au contraire, et l'on pourra vérifié que l'argent ne fait pas le bonheur)), denses, animés d'une flamme telle que jamais ils ne renoncent. Cetta, et son bébé issu d'un viol, condamnée à vendre son corps, faute de pouvoir nourrir son enfant, Christmas, le gosse des rues qui se la raconte, l'outsider des paris du destin, Ruth, la gamine riche dont l'imprudence brise la voie dorée qui lui était promise, lorsqu'elle a le malheur de croiser sur sa route le pestiféré de l'histoire, le démoniaque Bill.
- revivre le passé d'une société en pleine évolution (mais ne l'est-elle pas en permanence?), ici New-York avec ses bas-fonds du Lower East side, aux lois imposées par la mafia.
La construction fait alterner les époques, les retours en arrière apportant un éclairage sur les situations plus récentes, et les personnages, qui se croisent ou se perdent pour leur malheur ou leur bonheur. Pas question de s'ennuyer un instant, car on redoute ou on espère ces rendez-vous capitaux.
C'est un pavé, mais rien n'est de trop. La précision avec laquelle l'auteur décrit les personnages, à travers leurs actions, leurs doutes et leur sentiments rend l'ensemble vivant. Les dialogues sont réalistes, et le décor bien planté (l'histoire fourmille de détails qui témoignent de la qualité de la documentation (les marques de voiture à la mode, les noms des acteurs qui faisait le buzz à Hollywood -gloire éphémère : la plupart sont tombés dans l'oubli-, la marque d'un whisky frelaté….)

Un bandeau mentionne « coup de coeur des lecteurs 2016 » dont je n'ai pas identifié l'origine.
Peu importe , j'approuve totalement le choix de ce panel obscur.

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1064
jeunejane
  28 décembre 2017
Cetta, jeune Italienne pauvre , embarque seule pour l'Amérique avec son petit bébé, Natale, rebaptisé Christmas à son débarquement à New York.
On va suivre Cetta, Christmas et Sal, son gangster protecteur à partir de 1909 dans les bas quartiers de la ville au moment de la prohibition, des bandes rivales, de la prostitution mais aussi de l'amour maternel, de l'amitié, de la débrouillardise.
Car il est débrouillard, ce petit Christmas qui ne veut plus fréquenter l'école suite à une humiliation mais grâce à son intelligence, ses arguments, ses bavardages, ses mises en scène, il se sortira d'affaires bien périlleuses.
Dans son enfance, il tombe amoureux de Ruth, une jeune Juive riche. Cet évènement sera un des fils de l'histoire sans tomber dans l'eau de rose du tout : au contraire.
Un roman présenté en alternant les différentes périodes de 1909 à 1929 , les chapitres courts permettent une lecture très vivante.
Les personnages comme
- Cetta, Italienne courageuse , qui croit envers et contre tout au rêve américain pour son fils
- Sal, son compagnon protecteur à la carapace de gangster qui craque
- Christmas , ce gamin, notre personnage principal et très attachant, élevé dans les bonnes valeurs par sa mère.
Il sera donc déchiré entre devenir gangster sans foi ni loi et homme bien avec un rêve.
Un roman réaliste, cruel parfois qui me fait terminer mon année de lectrice 2017 en beauté.
Et ce titre " Le gang des rêves", il fallait les trouver ces deux mots en opposition qui traduisent pourtant bien tout le livre.
A la fin, Luca Di Fulvio remercie tous ceux qui l'ont aidé à construire cette oeuvre et on comprend ainsi pourquoi ce n'est pas un petit récit sans valeur.
Challenge pavés 2018

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          812
sandrine57
  19 janvier 2017
Christmas Luminita n'est encore qu'un adolescent vantard quand il rencontre Ruth Isaacson pour la première fois. Elle a 13 ans et vient de perdre son innocence, molestée, violée, amputée d'un doigt par Bill, le jardinier au rire aussi joyeux que trompeur. Pourtant, dans ce visage tuméfié et bleui par les coups, Christmas ne voit que deux yeux vert émeraude dont il tombe immédiatement amoureux. Mais l'apprenti gangster du Lower East Side, fils d'un violeur et d'une immigrée italienne devenue prostituée, peut-il espérer un avenir avec une riche héritière juive de Park avenue ?
Un roman énorme ! Par son nombre de pages, par tous les thèmes qu'il brasse, par le plaisir de lecture qu'il procure.
Le gang des rêves est le roman de l'immigration, de la misère, de la prostitution, des logements insalubres, du rêve américain pas toujours accessible, de la difficile intégration des étrangers sur leur terre d'accueil.
C'est aussi un roman de gangsters, des mafias italienne ou juive, des flics corrompus, des casseurs de grèves, des bordels et des salles de jeu clandestines, du code d'honneur des voyous et des représailles sanglantes s'il est rompu.
C'est aussi un roman d'amour, le pudique qui se tait mais qui agit, celui qui fait déplacer les montagnes, que ni le temps ni l'espace ne peut altérer, qui fait d'un voyou une vedette.
C'est aussi le roman de New York, d'Ellis Island à Park avenue, en passant par le Lower East side, Broadway ou Harlem, la ville de tous les possibles, de tous les rêves.
C'est aussi le roman de l'Amérique du début du XXè siècle, des théâtres en plein essor, des premières radios libres, de la naissance d'Hollywood et du cinéma, des stars, des dérives.
C'est aussi le roman de l'amitié à la vie, à la mort, celle qui fait redescendre sur terre quand on prend la grosse tête, celle qui fait accomplir des exploits parce qu'ensemble on est plus forts.
Et, le gang des rêves est aussi le roman de Christmas, Ruth, Cetta, Sal, Santo, Joey, Rothstein, Lepke, Bill, Karl, Cyril, les Isaacson, etc. Une galerie de personnages attachants ou détestables, courageux ou vils, doux ou dangereux, des hommes et des femmes qui ont vécu leur bout de rêve américain, ont réussi ou se sont brûlés les ailes. Des personnages devenus si proches au fil des pages qu'on peine à les quitter...Heureusement, ce n'est que le premier tome d'une trilogie, ce n'est donc qu'un au revoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          747
Citations et extraits (142) Voir plus Ajouter une citation
canelcanel   19 octobre 2017
Et c'est avec cette fureur qu'il regardait les hommes et les femmes de son quartier : il les voyait plus petits que d'ordinaire et plus poilus, avec des sourcils tellement fournis qu'ils ne dessinaient qu'une grosse ligne noire au-dessus des yeux. Et tous ces regards de vaincus, ces dos courbés par la misère et la résignation, et ces poches toujours vides qui criaient la faim, grandes ouvertes comme les bouches hurlantes de leurs enfants mal nourris. Et pendant qu'il s'éloignait, c'était comme si les éternels discours de tous ces gens, des malheureux comme lui, résonnaient dans ses oreilles. Il les entendait parler du ciel et du soleil de leur pays natal [l'Italie], qu'ils avaient fui sans pouvoir s'en débarrasser et gardaient accroché à leurs épaules comme un parasite ou une malédiction ; il les entendait parler de mules, moutons et poulets, et puis de la terre, cette terre qu'il fallait labourer à la sueur de son front et nourrir avec le sang de ses mains et qui était, à les entendre, la seule chose qui vaille quoi que ce soit dans ce monde. Et il entendait aussi toutes leurs rengaines sur l'Amérique, l'extraordinaire nation qui promettait tout mais qui, à eux, ne donnait rien. Et tandis qu'il les poussait, se frayant un passage parmi les marchands ambulants de lacets et bretelles, et parmi les femmes occupées à envelopper dans du papier une saucisse qui devrait suffire à quatre bouches, il retrouvait la sensation de malaise et d'exaspération qu'il avait toujours ressentie, parce que ces gens parlaient de l'Amérique comme d'un mirage, comme de quelque chose qui n'existait que dans les histoires, alors qu'elle était pourtant là, devant leurs immeubles : comme s'ils ne savaient pas la voir, la saisir ! Comme s'ils étaient partis mais jamais arrivés !
Tête baissée, il traversa ce que tout le monde appelait le Bloody Angle, à Chinatown, entre Doyer, Mott et Pell Street. La couleur de la peau changeait, les maillots de corps tachés de sauce tomate laissaient place aux tuniques sans col, la forme des yeux était différente ainsi que les odeurs flottant dans les rues - ici, c'était un mélange d'oignon, opium, huile de friture et amidon des teintureries - mais les regards étaient les mêmes. Il s'agissait simplement d'un autre ghetto. Une autre prison.
(p. 273-274)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          295
canelcanel   21 octobre 2017
[ 1927 ]
[Il] donna un grand coup de pied à la base d'un des deux poteaux en bois qui maintenaient en place un panneau du décor. Il fit de même pour le second. Puis il écarta les deux montants de bois et le panneau tomba bruyamment sur le sol, résonnant dans tout le hangar. Voilà ce qu'il avait appris, à Hollywood : tout dépendait de quel côté du décor tu te trouvais. Si tu étais devant, tu pouvais être qui tu voulais. Aujourd'hui un pacha, demain un riche industriel, mais de toute façon le roi du monde. Tu avais une villa de rêve, un bureau de grand patron et une piscine chauffée. [Il] se retourna pour contempler le décor mutilé. A présent, le luxueux harem dans lequel on avait tourné toute la journée des scènes saphiques était pathétique et ridicule. Si tu étais à l'arrière du décor, toutes ces réalités se révélaient pour ce qu'elles étaient : des panneaux de carton peints, maintenus en place par des poteaux en bois. Bientôt ces panneaux seraient repeints pour inventer une autre escroquerie. [...] Parce que c'était ça, Hollywood : du néant. Pire, de l'illusion.
(p. 547-548)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
canelcanel   17 octobre 2017
[ USA, 1922 ]
- Bordel de merde ! On se croirait à un enterrement, alors que ce devrait être une fête ! gronda le vieux.
- Tu peux servir, Nate, interrompit Sarah Isaacson en s'adressant au serviteur.
- Je croyais que les riches ne disaient pas de gros mots, observa Christmas.
- Les riches font ce qu'ils veulent, mon garçon ! s'écria Saul Isaacson en riant d'un air satisfait.
- Certains riches, intervint le père de Ruth pour répondre à Christmas. D'autres, comme tu l'as remarqué avec justesse, évitent ce genre de langage.
- A savoir ceux qui se sont retrouvés riches sans aucun mérite ! commenta le patriarche.
(p. 199)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
ninamarijoninamarijo   27 mai 2017
La première chose que j'ai vu en arrivant en bateau de Hambourg, c'est la statue de la liberté, racontait toujours son père dans ses élucubrations d'ivrogne. C'était le soir et on ne voyait rien de la ville. Mais la silhouette de cette statue, cette escroquerie, se détachait sur le ciel. C'est la première chose que j'ai vue, et j'ai pas compris que c'était une foutue torche qu'elle tenait à la main : j'ai cru qu'elle montrait une liasse de billets ! J'ai cru que c'était mon fric, le fric que je voulais gagner dans le Nouveau Monde, l'unique raison pour laquelle j'avais quitter ma mère et mon père.... et non seulement j'ai trouvé ni fric ni liberté dans cette ville merdique... et chaque fois que je lève les yeux, au marché, je vois cette connasse de statue qui est là-bas et se fout de ma gueule. Avec sa torche, elle a brûlé tous mes rêves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
SebthosSebthos   26 août 2017
Ce n'est pas ma mère ! C'est Harriet Tubman ! C'était une esclave. Son patron la prêtait à d'autres négriers. On l'a battue et enchaînée, on lui a fracassé la tête et brisé le os, et elle a vu ses sœurs être vendues à d'autres patrons. Et, quand elle a réussi à s'enfuir, son mari, qui était un noir libre, l'a abandonnée, par peur de perdre ce qu'il avait, c'est-à-dire rien ! À partir de là, Harriet a aidé de dizaine et des dizaines d'esclaves à fuir. Après la Guerre de Sécession, il y avait une prime de quarante mille dollars sur sa tête. Plus que pour n'importe quel criminel de l'époque. Parce que Grandma Moses, comme nous l'appelons, elle était pire qu'un criminel, pour vous les blancs. Elle parlait de liberté : ce mot, vous les blancs vous en avez plein la bouche et c'est du vent. Mais, dans la bouche d'un noir, ce mot devient un crime.

Page 485, Pocket, 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Luca Di Fulvio (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luca Di Fulvio
LES COUPS DE COEUR DES LIBRAIRES SUD RADIO 15-06-2018
L'émission "Les coups de cœur" des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h00. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment !
Gérard et vos libraires préférés vous transmettent leurs passions pour les livres, vous parlent de leurs coups de cœur du moment et parfois, de leurs coups de gueule et Bien sûr TOUT Y PASSE : Polar, Roman, Bd, Art etc !!!!!!
Toujours à l'affut des dernières petites pépites littéraires ou encore, du roman, qui sera vous rendre heureux, vos librairies se donnent corps et coeur à leur passion, à votre passion, La Lecture et le plaisir de la partager !

Le Gang des rêves de Luca di Fulvio et Elsa Damien aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/79358-d...
Les Enfants de Venise de Luca Di Fulvio et Françoise Brun aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/105747-...
Un clafoutis aux tomates cerises de Véronique de Bure aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/100415-...
La Voix des vagues de Jackie Copleton et Freddy Michalski aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/108011-...
Tu me vertiges de Florence M.-Forsythe aux éditions Le Passeur https://www.lagriffenoire.com/75359-d...
Les Cygnes de la Cinquième Avenue de Mélanie Benjamin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/103936-...
La veuve des Van Gogh de Camilo Sanchez et Fanchita Gonzalez Batlle aux éditions Liana Lévi https://www.lagriffenoire.com/79498-d...
Ragdoll Ragdoll de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/104626-...
L'Appat de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/108397-...
+ Lire la suite
autres livres classés : new yorkVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
477 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre
. .