AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070419449
447 pages
Gallimard (31/10/2001)
3.35/5   219 notes
Résumé :
Dans le petit milieu littéraire, seules deux ou trois choses comptent vraiment : les pages que l'on noircit, les femmes que l'on séduit, l'argent que l'on amasse. Le tout en évitant les pannes. Francis a eu tout cela, du temps où il était un auteur à succès.

Mais la roue a tourné, la gloire a déserté et, en attendant une improbable réédition, il ne lui reste plus guère que les femmes, la sienne mais surtout celles des autres. Il s'y jette donc à corp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,35

sur 219 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
3 avis
1
1 avis

Ambages
  02 mars 2018
« Parce que, au bout du compte, pour un écrivain, quelles sont les trois qualités indispensables ? La générosité, la colère et le sens de la dérision. »
« Les écrivains font les compagnons les plus exécrables que l'on puisse imaginer. (...) Les écrivains utilisent la littérature comme un coup de pied dans les couilles. »
Bien que Francis l'annonce clairement, Edith est toujours là pour le soutenir, voire lui souffler des idées originales du genre... demande à la femme de ton copain si elle ne serait pas tenter par un porno ?
« Toutes les histoires sont des histoires d'amour, malheureusement. »
Sitôt dit, sitôt... la belle Nicole se laissera-t-elle tenter ? Son époux, un grand écrivain, plus jeune que le mari d'Edith, la délaisse un peu, Nicole semble froide aux avances de Francis, voire frigide selon les termes échangés entre les hommes, qui s'entendent bien.
Ils partent même faire une promo du livre de Patrick et rencontrent des japonaises qui les lient davantage par des activités, comment dire... couteuses dans une chambre d'hôtel.
De retour, Francis reprend tout naturellement ses habitudes.
le jour :
- vente de vitamine C ou d'algues en poudre pour payer les écoles des enfants -la vente de ses livres s'essoufflant quelque peu ;
- Nicole (Olga aussi, mais elle c'est une vraie copine, jamais de pénétration, juste les a-côtés) qui se prend au jeu de Francis (voire même un peu plus, bondage en prime).
La nuit : l'inspiration, il gribouille quelques pages, et recherche la chaleur d'Edith au fond du lit.
La vie de Francis semble bien rythmée, tout est rangé dans des tiroirs, chaque chose à sa place. Edith est là. Son phare. Elle le retient et le ramène toujours à la réalité. Francis s'inquiète cependant du fait que Nicole ne semble pas être au fait des « tiroirs » et tombe folle amoureuse de lui, prête à quitter son mari.
« (...) en fait le monde est tel que l'on veut qu'il soit ou, mieux encore, tel que l'on est soi-même »
Un livre drôle et mouvant. J'aime beaucoup l'écriture de Philippe Djian, une manière de construire ses chapitres qui me font dérouler un bout d'histoires de manière rapide à chaque ouverture, comme un looping. Cela parle du monde de l'édition, du travail des écrivains et ...de sexe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          375
Mijouet
  15 octobre 2012
Les singes bonobos ont tout compris, nous les humains : pas grand-chose...
Imaginons être bonobos: « la vie sexuelle de Catherine M. » serait un catalogue anodin, Willi Pasini, auteur de « Nourriture et amour » ne serait pas sexologue, mais un grand cuisinier d' une grande ville italienne, imaginant des actes sexuels personnalisés pour accueillir chacun de ses hôtes, et « Vers chez les blancs » de Philippe Djian un manuel scolaire.
Hélas, depuis des temps immémoriaux, on nous a séquestré notre sexualité en l'émaillant de tabou et en jugulant son expression…. Bref, maintenant on est tout sauf bonobos !
Car les singes bonobos eux pratiquent une sexualité conviviale, non exclusive, et bisexuelle, (rien que ça !) mais encore à une fréquence étonnante… et pour un oui ou pour un non : calmer un membre de son groupe ou accueillir un autre groupe, les femelles allant spontanément s'accoupler avec les mâles arrivants. Une espèce sans agressivité aucune, qui mène une vie de « hippie » puissance dix.
Mais voilà : une fois encore, nous ne sommes pas bonobos, et il faut faire avec !
Alors, en cas de doute sur sa sexualité, au pire, il est toujours possible de vérifier qu'on est bien dans la norme, en se plongeant (ou se replongeant) dans les livres de sexologie de Pasini… (relégués avec les livres de Millet et Djian sur la plus haute étagère de la bibliothèque, hors de portée des enfants)
Pour en venir tout de même au vrai sujet, une critique de « Vers chez les blancs » (là où, un jour, Djian a planté sa voiture) en deux mots: c'est cocasse et déjanté (à cause de l'accident ) ! Comme d'autres babeliotes se sont déjà fendus d'en faire la description, Mijouet souhaite juste relever une jolie phrase à propos de Monsanto: « Ils ont infiltré la Food and Drug Administration. Ils ont commercialisé l'aspartame, le Roundup® et l'hormone de croissance ovine recombinante. Ils veulent lancer Terminator sur le marché. Tu sais ce que c'est ? Une semence dont la descendance s'autodétruit. Tu vois le tableau ? »
Mijouet: oui. Nous, les humains, on va disparaître irrémédiablement et assez vite, quant aux bonobos, eux qui ne fréquentent pas les « Fast Food », ils leur restent quelques chances de survie !
Pour en savoir plus sur les bonobos , une bonne adresse : http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/08/03/la-vie-revee-des-bonobos.html#more
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Iboo
  14 janvier 2014
Je n'avais jamais lu Philippe Djian. Une amie qui apprécie beaucoup cet auteur m'a donc prêté ce roman qu'elle considère comme un de ses meilleurs.
Durant le premier tiers du bouquin, j'avoue m'être passablement ennuyée. Il est vrai que ces derniers mois, le hasard a voulu que mes amis m'offrent, me prêtent ou me conseillent des livres traitant de ces bobos, plus ou moins désoeuvrés et revenus de tout, qui délayent à l'envi leurs crises existentielles.
Je craignais donc de réitérer cette lassante expérience et commençais à compter les pages mais... alléluia ! les deux derniers tiers ont sauvé le premier.
Cela dit, et bien que j'ai beaucoup aimé le style de son écriture, je ne suis pas conquise au point d'envisager de m'atteler à toute l'oeuvre de Djian.
Petit plus de l'affaire : j'y ai perfectionné mes connaissances, jusque-là rudimentaires, en techniques de bondage... mais, pour reprendre une expression de Danny Glover dans l'Arme Fatale, "Je suis trop vieille pour ces conneries là !".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          196
zabeth55
  13 mars 2021
Abandonné à la page 115 (sur 375)
Un milieu d'écrivain libertaires sans pitié les uns envers les autres.
Un goût prononcé pour la pornographie.
Des scènes très crues.
Des intérêts d'éditeurs.
Tout ça m'a lassée et je ne me suis pas senti le courage de continuer.
Mêmes sentiments que pour le livre « Oh »
Finalement, je crois que j'aime de moins en moins lire Philippe Djian.
Commenter  J’apprécie          233
bagus35
  22 février 2020
Francis ,un écrivain en déclin ,est poussée par sa femme ,Edith ,à avoir une liaison avec Nicole ,la femme de Patrick ,un grand écrivain qui la délaisse pour s'octroyer des liaisons avec ses fans.Les deux écrivains sont amis et Francis accompagne même Patrick à Toronto pour la promotion d'un livre ,bravant sa frayeur des avions ,Patrick ayant l'espoir d'y rencontrer Madonna qu'il adule depuis de nombreuses années.Seulement ,il ne sont pas au bout de leur surprise .Un bon Djian plein d'humour.
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
AmbagesAmbages   12 février 2018
Demandez-vous ce que vous cherchez dans un livre. Demandez-vous ce que vous y apportez. Et laissez moi tranquille. Je tourne en rond depuis des heures, sans pouvoir écrire la moindre ligne.
Commenter  J’apprécie          240
MijouetMijouet   21 novembre 2012
Je me tournai vers Patrick:
- Bon alors écoute-moi bien, je ne vais pas le répéter: cette fille n'est pas Madonna, tu as saisi?!...
Elle ricana dans mon dos tandis que je fixais Patrick droit dans les yeux. Pour finir il se mit à ricaner lui aussi:
-C'est tout ce que tu as trouvé?
[...]
Il me fallut donc boire la coupe jusqu'à la lie et m'abaisser à commettre une action que j'aurais vivement désapprouvé en temps normal.
Mais aussi, j'étais tellement furieux, tellement blessé.
D'un geste brusque, je baissai sa culotte et lançai un regard noir à Patrick:
"Depuis quand Madonna a-t-elle un grain de beauté sur la fesse droite, hein, dis-moi ?!... Hein, réponds-moi, j'aimerais bien le savoir?!!..."

Inutile de le dire, Patrick encaissa le coup très mal. Très très mal.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PinceauPinceau   14 janvier 2016
...La télé, mais nous ne voyons que des choses horribles:des politiciens véreux, des forêts en flammes, de longues colonnes de réfugiés, des enfants arrachés à leur mère, des foules prosternées, des centrales sur le point de nous péter à la gueule, des hommes battus, des femmes violées, des empires bâtis avec du sang et de la merde.
Alors, je l'éteins.
Commenter  J’apprécie          90
bagus35bagus35   16 février 2020
En fait, il n'était pas très difficile de constater qu'avec ardeur et obstination tous les connards du monde se tenaient fermement la main.
Commenter  J’apprécie          170
Paris75Paris75   12 août 2015
imaginons que tu écrives, non pas « Brigitte se fait enculer », ce qui est une pâle copie de l’image et en ce cas la partie est perdue d’avance, mais au contraire « J’encule Brigitte ». De quel côté a basculé la charge émotive, d’après toi ? Ne te sens-tu pas, en tant qu’écrivain, en possession d’une arme magique ? Quelle image, encore une fois, rendît-elle les mouvements et les sons, se rapprochera un jour de ce « J’encule Brigitte » que rien ne peut remplacer ? Un chemin étroit mais lumineux, comme tu vois
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Philippe Djian (55) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Djian
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/delphine-saada-celle-qui-criait-au-loup-53274.html Quel lien peut-il y avoir entre la médecine et l'écriture. Delphine Saada ne se pose pas la question même si elle reconnait que le lien à l'autre, la volonté d'interroger et le souhait d'apaiser les maux sont peut-être des points communs. Delphine Saada s'est toujours rêvée médecin, elle s'est aujourd'hui spécialisée en dermatologie. Mais grande lectrice depuis l'adolescence, elle a répondu à une envie d'écriture il y a quelques années, s'essayant à des textes courts, pour le plaisir. Pourtant, l'idée de ce qui allait devenir son premier roman était déjà là. Il faudra la participation à un atelier d'écriture animé par l'écrivain Philippe Djian pour que Delphine Saada franchisse le pas et s'autorise à proposer son texte à un éditeur. Voilà comment nait ce livre, « Celle qui criait au loup » publié chez Plon. Anabelle a tout pour être heureuse. Une profession qu'elle aime et exerce avec rigueur, elle est infirmière dans un hôpital parisien, un mari attentionné, Sebastian, deux beaux enfants, Arthur et Emma, un appartement confortable. Pourtant dans cette vie réglée comme du papier à musique, Anabelle cache des failles. Au fil de quelques semaines, tout semble vaciller, des souvenirs resurgissent. Et bientôt, sa fille de 6 ans devient comme une ennemie. Son coeur de mère se dessèche face à cet enfant qui semble toute l'opposée d'elle-même. Sur le thème du désamour maternel, Delphine Saada nous offre un premier roman saisissant, violent, qui se lit comme un thriller psychologique tout en abordant des thèmes sociétaux universels. L'écriture, très maitrisée et littéraire, est intense et glaçante. L'intrigue est parfaitement menée et le malaise s'installe sournoisement dans cette famille bien sous tous rapports. Mais au-delà du plaisir de lecture avec ce roman à rebondissements où le suspense est habilement construit, le roman aborde des sujets sur la famille, l'éducation, les souvenirs, auxquels chacun pourra coller sa propre expérience. Ce premier roman est une vraie réussite. « Celle qui criait au loup » de Delphine Saada est publié aux éditions Plon.
+ Lire la suite
autres livres classés : écrivainVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philippe Djian - méli-mélo de titres

Avant d'attaquer ses titres, on commence par son année de naissance.

1939
1949
1959
1969

12 questions
90 lecteurs ont répondu
Thème : Philippe DjianCréer un quiz sur ce livre