AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782756018805
63 pages
Delcourt (20/05/2009)
3.86/5   45 notes
Résumé :
Parce qu'il fallait dépasser les capacités humaines, la science les a fabriqués. Parce qu'ils étaient incontrôlables, l'armée les a rejetés. Parce qu'ils se battront de la Marne à Verdun, la France en fera ses plus grands héros.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 45 notes
5
1 avis
4
9 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

Alfaric
  22 décembre 2016
La France regorge de talents, mais il y a pénurie de décideurs pour permettre à leurs projets d'aboutir (mentalité IIIe République : être rentier, pas entrepreneur). du coup, il faut s'expatrier pour trouver chaussure à son pied… le projet rétrofuturiste consacré au personnage d'Ironman ayant été recalé par Marvel Comics, le talentueux Xavier Dorison a décidé de transformer son projet et on se retrouve avec les détournements grimdark de Captain American, Ironman et Rocketeer dans un mélange entre "Les Sentiers de la gloire" de Stanley Kubrick (vous savez, ce film interdit en France jusqu'en 1975 parce qu'il fallait laisser tranquille les bouchers de la WWI et de la Guerre d'Algérie) et "Robocop" de Paul Verhoeven (vous savez, le film qui parodiait l'agonie de la ville de Détroit euthanasiée par les remèdes de chevaux des Chicago Boys néolibéraux) !
On passe donc du cyberpunk au dieselpunk et on sent les influences des comics punk du magazine anglais 2000 A.D., qui était entré en résistance avant de déclarer la guerre à Margaret Thatcher : c'est violent voire gore, désespéré voire nihiliste, et dès qu'un soupçon d'espoir et d'amitié pointe le bout de son nez les auteurs décapitent toute tentative de faire preuve d'héroïsme en plongeant la tête des personnages dans toute la noirceur du monde… Gabriel l'humaniste est devient le premier exemplaire d'un machine à tuer, Djibouti le brave légionnaire est bien conscient d'être devenu un boucher accro à la violence, le Baron Hubert Marie de Clermont qui n'est qu'honneur militaire découvre les horreurs de la sale guerre… Et des milliers d'hommes meurent tandis les crevards continuent en salon leurs petits games of thrones à la con, où avant chaque décision on pèse le pour et le contre pour savoir qui sera loué en cas de réussite et qui sera vilipendé en cas d'échec car il faut offrir ses réussites à ses supérieurs et assumer leurs échecs à leur place… Et l'incorporation d'images d'époque nous plonge dans un contexte que nos ancêtres ont connu et vécu : une guerre totale qui s'enlise pour devenir une guerre d'attrition qui déshumanise, où chaque mètre gagné sur l'ennemi l'est au prix de milliers de vies pour que les crevards ploutocrates puissent compter bien tranquillement leur argent…

Dans ce tome 1, intitulé "Les Moissons d'acier", tout commence au Maroc où le colonel Alphonse Mirreau teste les nouveaux prototypes de son projet Sentinelles menés par un transfuge allemand qui tient autant du Docteur Frankenstein que du Docteur Mabuse… Face à ses échecs répétés, il est mis au placard par son supérieur hiérarchique le général Brouillard, mais il voit dans les travaux de Gabriel Féraud sur les piles au radium la dernière chance de pouvoir compléter la nouvelle étape de son projet Taillefer !
Lorsque durant l'été 1914 le scientifique pacifiste reçoit son ordre de mobilisation, il détruit tous ses travaux ce qui l'oblige Mirreau à envoyer Djibouti, un ancien légionnaire lui aussi prototype du projet Sentinelles, pour le ramener du front quel qu'en soit le prix… Tandis que Mirreau court-circuite Brouillard en jouant la carte du défenseur de Paris Galliéni, Djibouti parvient réussi à exfiltré son protégé, mais pas en un seul morceau… On laisse alors le choix au scientifique pacifiste entre garder ses convictions et revenir chez lui amputé des quatre membres, ou renier ses convictions et repartir au front en tant que nouveau fer de lance des armées de la République Française : Gabriel Féraud est mort, vive Taillefer !!!
Belles qualités et chouette potentiel pour cette série mais je n'ai mis que 3 étoiles seulement à ce gros tome d'introduction : j'ai été pris à froid par les partis-pris grimdark d'autant plus qu'on joue volontiers sur les stéréotypes pour mieux les détourner (le militaire carriériste, le savant fou), et de manière abrupte parfois
comme ce passage où Taillefer massacre une patrouille allemande parce qu'il pensait que les soldats allemands s'apprêtaient à violer une femme, alors qu'en fait ils la retenaient de se jeter dans les flammes pour sauver son enfant prisonnier d'un incendie…
Tout le monde n'aimera pas les dessins et les couleurs de l'artiste argentin Enrique Breccia, mais son travail colle parfaitement aux ambitions de la série. Et mention spéciale aux clins d’œil, notamment à "V pour Vendetta" ! ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
saigneurdeguerre
  04 juillet 2021
Maroc (Le Rif). 1911.
Ah ! Comme ils sont intelligents ces beaux officiers de Saint-Cyr ! Charger à la baïonnette contre les fellouzes ! Ah, les cons ! Les Allemands ont fourni aux Marocains des mitrailleuses Maxim qui se régalent à faucher nos fantassins…
Moi, adjudant Djibouti, j'ai pour mission de faire en sorte que nos « sentinelles » ne tombent pas entre les mains de nos ennemis. Les sentinelles font partie d'un programme très secret, alors ne comptez pas sur moi pour vous le dévoiler. Sachez juste que ce sont des pauvres types plus morts que vivants sur lesquels on a greffé des membres artificiels. Ils sont presque indestructibles. Presque… Car une fois leurs batteries à court de jus, ils s'effondrent. Pas encore morts, mais plus vraiment en état de vivre. Alors, c'est à moi de jouer…
Critique :
Mêlant habilement véritables infos historiques et steampunk, Xavier Dorison nous plonge au tout début de la Grande Guerre en compagnie d'un lieutenant de réserve, Féraud, qui détient une pile révolutionnaire, une pile au radium. L'armée, en la personne du colonel Alphonse Mirreau, voudrait s'approprier sa découverte. Gabriel Féraud, qui, bien qu'officier de réserve ne porte pas l'armée dans son coeur, refuse que sa pile serve à massacrer des gens. le colonel a beau lui dire que ce que l'armée est prête à payer chèrement aujourd'hui, elle l'obtiendra gratuitement demain par le miracle de la réquisition. le scientifique préfère cacher sa découverte et ses plans en attendant que la guerre se termine. Féraud va partir à la guerre et très vite va connaître sa douleur. Il aurait bien besoin d'une petite pile…
Ce scénario passionnant est servi par le dessin très caricatural d'Enrique BRECCIA, avec des personnages vraiment typés. Pas sûr qu'il plaise à tout le monde tant il se démarque mais il est fort bien adapté à ce récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2912
LycJeanFrancoisMilletCherbourg
  12 décembre 2014
J'ai apprécié cette bande dessinée et je la recommande car la Première Guerre mondiale est abordée mais romancée. le thème principal abordé selon moi est la guerre et je m'intéresse beaucoup à l'Histoire du 20e siècle. L'écriture propre à beaucoup de bandes dessinées est lisible et correspond bien au thème, elle est violente et accroche le lecteur. Il n'y a presque pas de cartouches, c'est une histoire racontée presque totalement par les personnages. L'histoire se suit mais quelques fois, sur la même page, on peut changer de scène, de lieu, ce qui est troublant et nous pouvons nous rattraper qu'au texte pour suivre car lors de changements de scènes, les images ne sont pas claires, lisibles. Les graphismes sont très intéressants, ils donnent une impression de réalisme et d'une colère impressionnante. La plupart du temps, les images sont variées. A l'intérieur d'une seule case, on peut trouver jusqu'à 9-10 couleurs. Je trouve les décors très intenses et importants, beaucoup de zooms sont faits sur des visages, parties du corps ou même des objets comme par exemple à la page 17 où le dessinateur a zoomé sur une tête, une jambe ou encore une main.. Les images sont destinées d'après moi à un but informatif, elles rajoutent un support au texte mais sont secondaires par rapport au texte, sauf à la page 46, où il n'y a qu'une case et juste une cartouche de deux mots pour la page entière. La lecture m'a motivé et j'avais envie de lire au fur et à mesure que l'histoire avançait.
J'ai rencontré quelques difficultés car il y a beaucoup de désordre entre les vignettes et quelque fois, nous avons du mal à nous repérer. J'ai eu aussi beaucoup de mal à entrer dans l'histoire mais lors que je l'ai compris, j'aimais beaucoup ce que je lisais. La fin n'était pas du tout prévisible, et il y a un tome 2 donc l'histoire n'est pas encore terminée.
Cette bande dessinée est très réaliste mais un peu fictive, ce qui ajoute un peu d'imagination et de fantaisie. La guerre est très bien représentée et violente. Cette bande dessinée est parfaite pour les amateurs d'histoire surtout s'il sont intéressés par la Première Guerre mondiale.
Aurélien B.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
un_Riou
  11 janvier 2021
La grande guerre, théâtre d'expérimentation permettant l'avènement de super-héros français. le thème est prenant, ce qui différencie les capes à la françaises des masques américains, c'est qu'ils servent toujours l'intérêt et l'honneur de la nation avant de personnifier un idéal, ils sont plus fonctionnaires de la république qu'entrepreneurs à la destinée manifeste.
Je plaisante à moitié, mais la naissance du Taillefer, cet Ironman hexagonale, est dans la ligné de ce qui fait dans le super héroïsme français, le rôle social prime sur la personnalité. Ils n'ont pas de plans, mais des valeurs. Pas d'ambitions, mais des devoirs. Ils ne sont pas civils mais intégrés aux instances régaliennes de l'Etat. Leurs zones d'ombres ainsi gommées par le glorieux phare qu'est l'intérêt supérieur de la Nation et pleinement intégrés à sa vigie.
Dorison nous propose là un univers intéressant qui pourrait s'accommoder de poncifs en la matière et clichés culturels sus-cités, mais décide d'en faire un peu plus, de pousser sa logique plus en avant. En dotant son protagoniste rétif d'une âme il lui épargne le patriotisme sirupeux, lénifiant, lui rend sa croix afin que le chemin lui soit propre et non celui d'un peuple. Il l'américanise finalement, mais sans ôter sa patine française.
Un petit tour de force.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Erik_
  01 septembre 2020
Les sentinelles, c'est l'histoire de la Première Guerre Mondiale revisitée par Xavier Dorison qui introduit subtilement des éléments de science-fiction à travers une arme secrète. C'est le récit étonnant d'un homme métallique à la manière d'un Frankenstein qui serait susceptible de faire basculer le cours de la guerre.
Outre que l'idée pas bien nouvelle soit géniale, c'est la façon de l'imbriquer dans une intrigue à caractère historique qui m'a le plus surpris. Bref, il y aurait presque de la crédibilité dans ce récit ponctué de photos d'archives d'époque. C'est du grand art ! On ne peut que souligner le génie créatif de Dorison. Il s'est d'ailleurs adjoint un dessinateur de talent qui a su réintégrer les codes d'un dessin jauni dans un parfait mélange rétro science-fiction.
Nous avons là une oeuvre contemporaine qui allie parfaitement le passé et le présent jusque dans sa technique. J'ai littéralement adoré donc vivement la suite !
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   07 mai 2015
Le seul moyen d'arrêter ça, c'est la victoire. Alors si vous ne voulez pas combattre l'Allemagne, Féraud, combattez au moins la guerre.
Commenter  J’apprécie          50
EL-marokinoEL-marokino   04 janvier 2014
vous allez etre un hèros ,papa c'est chouette !vous allez tuer plein d'allemand !
Commenter  J’apprécie          20
EL-marokinoEL-marokino   04 janvier 2014
vous n'avez pas le droit de crever pour si peu !
Commenter  J’apprécie          20
Erik_Erik_   05 octobre 2020
La mémoire est la sentinelle de l'esprit.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Xavier Dorison (61) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xavier Dorison
Ouverture du Glénat BD Festival avec Xavier Dorison (Le troisième testament), Michaël Sanlaville (Lastman; Banana Sioule), Benoît Cousin (éditeur), Cy (Radium Girl) et Xavier Dorison (Le troisième testament) *** REPLAY - du 27 au 30 janvier, nous vous invitons à notre Festival 100% live à suivre sur Twitch. Au programme : des rencontres avec nos auteurs et éditeurs, des battles de dessins, des conférences, des quiz, des surprises, le tout présenté par Ken Bogard !
autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

le château des animaux

Quell est le prénom du lapin qui garde les chatons ?

Michel
César
Jean
Benoit
Paul

6 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le château des animaux, tome 1 : Miss Bengalore de Xavier DorisonCréer un quiz sur ce livre