AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782246857440
122 pages
Grasset (13/01/2016)
3.01/5   96 notes
Résumé :
Vous connaissez Emma Bovary ? Voici sa cousine américaine, une adorable petite vache au destin tout aussi romanesque. Pour Elsie Bovary, le bonheur a toujours été dans le pré ? jusqu'au jour où elle comprend qu'elle est vouée à finir en steak haché. Flanquée de deux complices, Shlomo le cochon converti au judaïsme et Tom le dindon qui voulait voir Istanbul, Elsie, déterminée à éviter l'abattoir, se lance dans un rocambolesque projet de Grande Évasion.

... >Voir plus
Que lire après Oh la vache !Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
3,01

sur 96 notes
Elsie la vache fait sa vie dans la ferme avec sa copine Mallory. Mais quand l'un des humains laisse l'enclos ouvert, un nouveau monde s'offre à elles. Dans l'action, Elsie se retrouve à la fenêtre de la maison des humains et découvre qu'ils adorent le Dieu de la Boîte qui montre plein d'images. L'une d'elles lui révèle le triste sort qui l'attend : l'abattoir, la conversion en steak haché ou sac à main. C'est le choc pour la vache qui se met à déprimer. Mais un beau jour où elle se décide à retourner voir le Dieu de la Boîte, elle découvre qu'il existe un pays où les vaches sont vénérées. C'est décidé, elle part pour l'Inde !

David Duchovny auteur ? Si ça peut surprendre à la première seconde, il n'y a en fait pas de quoi s'étonner vu que maintenant les gens, et surtout les artistes, aiment à enfiler plusieurs casquettes. David Duchovny auteur ? Après tout pourquoi pas !
On sent clairement derrière l'histoire la patte de Duchovny, son franc parler, son humour personnel... On sent l'homme qu'il est, son essence propre. le rôle de Mulder dans X Files qu'il a incarné pendant une bonne décennie n'est pas que mystérieux et torturé. Dès la deuxième saison, la série et le personnage se permettent un humour qui semble tout droit venu de l'interprétation de Duchovny. Certains épisodes écrits par l'artiste sont marqués par ce même ton décalé qui définit l'acteur. Et puis n'oublions pas son rôle décalé d'auteur en mal d'inspiration dans Californication. du coup, se retrouver avec un conte déluré comme premier roman, it makes sense, on n'aurait presque pas le droit en fait de prendre cet air interdit de la première seconde précitée.
L'histoire est assez inclassable, un petit OVNI littéraire (connotation sci-fi facile !), car c'est un conte destiné aux adultes mais qui pourrait passer dans sa délicatesse et sa simplicité pour un conte pour enfants (avec des images en plus) ; c'est fourni de jeux de mots sympas mais l'humour peut s'avérer un peu lourdingue sur la longueur ; c'est à la fois mignon et candide tout en tirant sur le simplisme.
En réalité ça se laisse complètement lire, les chapitres sont ultra-courts et la morale gentille (néanmoins vraie), mais ça s'oublie aussi très rapidement.
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
Commenter  J’apprécie          210
"... Ce qui compte, c'est d'avoir un rêve, qui vous pousse à faire les premiers pas.", et d'en transmettre le message.
Elise Bovary (tiens donc!), vache audacieuse, aidée de son co-auteur, David Duchovny (pour ceux qui ne connaissent pas, acteur américain, créateur de l'agent du FBI Fox Mulder dans la série culte X-Files), a décidé de partir à la quête de son "paradis" terrestre en Inde et d'échapper ainsi à son destin de vache américaine (les européennes peuvent lui en être reconnaissantes!), vouée à l'abattoir.
Elle ne sera pas seule. Shalom en route pour Israël (porc converti au judaïsme où l'on ne les mange pas), et Turkey le dindon en route pour la Turquie (le mot en anglais signifie et le volatile et le pays) l'accompagneront.
La grande aventure leur fera croiser humains et autres vaches sacrées.
Ils tireront des conclusions que je ne dévoilerai pas.
Leurs réflexions, leurs regards sur eux et nous entraînent jeux de mots (parfois lourds), mise en exergue de contradictions, mise en valeur d'habitudes peu recommandables.
De courts chapitres, des références à la culture pop, les desideratas d'une éditrice cherchant à vendre, placements de produits (ironie et références), mise en place d'une forme scénario (on ne sait jamais - Hollywood n'est pas loin...), dénonciation des travers humains (addiction : télé, téléphone, selfies, malbouffe, sur bouffe...), plaidoyer pour le végétarisme (l'auteur est végétarien), situations politiques (Israël et l'intervention du chameau Joe est parlante), économique (Bombay - pauvreté et richesse), le tout évoqué avec légèreté.
Rire constitue un moyen pour éveiller le regard et l'auteur s'en sert largement (onomatopées, jeux, détournements de mots, accents,...).
Même si tout cela a déjà été dit et mieux dit, la fable est plaisante, divertissante.
L'imagination vive et fertile de David Duchovny est incontestable, se servant de tous les travers (et gadgets) de notre époque et apportant une lucidité en plus sur ses contradictions.
Best-seller aux Etats-Unis, il est taxé d'ovni de la littérature en 4ème de couverture.
Cependant je trouve cette appellation un peu excessive tout en reconnaissant à l'ouvrage une indéniable drôlerie rafraîchissante.
Commenter  J’apprécie          100
Je vous propose la chronique d'un livre que je n'ai pas vraiment choisi. Alors que j'étais avec mes 4èmes au CDI avec ma collègue documentaliste, un des élèves a voulu choisir ce livre, rangé dans les rayons. Ma collègue s'est interrogé sur ce livre qu'elle n'avait pas encore lu, et s'il avait véritablement sa place au collège. Je me suis alors proposée pour le lire et voir s'il peut, oui ou non, garder sa place dans les rayons destinés aux collégiens. En plus, j'adore les vaches, et les premières pages parcourues m'ont tout de suite charmée !

Elsie Bovary est une vache. Elle vit paisiblement dans une ferme avec ses semblables et autres cochons, chiens, volailles. Un beau jour, alors qu'elles rendent une visite aux taureaux avec sa copine Mallory, Elsie s'arrête devant la maison des fermiers. Là, elle découvre que les animaux sont élevés pour finir dans l'assiette des humains. Ni une, ni deux, Elsie met au point un plan pour s'évader et rejoindre l'Inde où les vaches sont sacrées. Accompagnée d'un cochon et d'un dindon, tous trois s'enfuient vers un monde meilleur… Mais comment prendre l'avion quand on est une vache, un cochon et un dindon ?

Le récit d'une vache à la première personne permet de mettre une distance entre l'humain et l'animal. Grâce à ses nombreuses pointes d'humour, la satire de la société est légère. Pourtant, des sujets tabous sont traités : la question de la religion ou de notre mode de vie. J'ai eu un vrai coup de coeur pour cette fable des temps modernes qui est destinée aussi bien aux adolescents qu'aux adultes !
Commenter  J’apprécie          120
Pour son premier roman David Duchovny a choisi, plutôt que de la science-fiction, de nous offrir une fable animalière ayant pour fonds l'amitié, la religion et la barbarie de la race humaine comme on le voit à travers les yeux remarquablement perspicaces d'une vache du nom d'Elsie Bovary.
Elsie est une vache assez heureuse de vivre dans une ferme des États-Unis, elle passe ses journées à se faire traire, à dormir, manger... Bref Elsie est heureuse dans son pré, jusqu'au jour où elle comprend qu'elle va devoir quitter son petit pré pour finir à l'abattoir. Elle se rend compte que la seule façon d'échapper à son terrible destin est de voyager en Inde, où les vaches sont adorés plutôt qu'abattus. Pour ce drôle de périple elle s'entoure de Shlomo le cochon converti au judaïsme et de Tom la dinde candidate à l'émigration en Turquie...
Attention ce livre n'est pourtant pas un livre pour enfants, mais il s'agit bien d'une comédie légère pour adulte, histoire brève mais originale.
Commenter  J’apprécie          100
La vie paisible d'Elsie Bovary, vache de son état, bascule le jour où elle apprend la vérité sur le destin funeste des vaches et autres animaux de la ferme...Accompagnée de Tom le dindon et de Schlomo le cochon converti au Judaïsme, elle part (en avion) en quête d'un monde meilleur pour elle et ses amis comestibles...

Tiens, David Duchovny en tant qu'auteur : "oh ça peut être intéressant !" Tiens, une fable à la George Orwell et sa ferme des animaux mélangée à du Tex Avery et des sujets actuels (élevage industriel, questions éthiques et végétarisme, conflit israélo-palestinien...) : "oh, de mieux en mieux!" Tiens, tous les jeux de mots possibles et imaginables pas forcément de haut niveau impliquant les animaux, du yiddish non traduit, des leçons de morales sans finesse et des clichés politico-religieux (en même temps, les gros sabots dans une ferme...), un anthropomorphisme poussé à l'extrême et ridicule : Elsie et sa copine qui se font "belles" pour aller flirter avec les taureaux...ok mais il aurait fallu pousser le concept plus loin, avec faux cils et chapeau de paille, au moins, ça aurait été drôle! Et puis l'argot style "jeune" dans la bouche d'une vache et d'un dindon, je sais pas...mmmmh...tout ça, c'est non en fait! Mais WTF?? Tout s'explique : Mulder et ses OVNIS ont encore frappé! (oui moi aussi je peux faire des allusions pop culture plus ou moins cryptiques)

Dommage, l'histoire était pourtant rigolote avec ces trois animaux qui font le tour du monde pour trouver le bon endroit où ils ne se feront pas dévorer et la morale est là mais pas de surprise et pas conquise!
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
I went off to see if I could find some coffee. I’d heard Turkish coffee was the best and strongest in the world. How do I take my coffee? Well, the milk looks tempting, but you people pasteurize it and that takes out all the flavor. And what’s with this low-fat and 2 person crap? The fat in the milk is what we live for. You humans are funny, constantly thinking about eating and trying to look like you never eat at the same time.
Commenter  J’apprécie          130
Il est clair que l'homme a un faible pour les murs, mais ce que les bâtisseurs de murs et les planteurs de clôtures ne comprennent pas, c'est que quand ils empêchent l'autre d'entrer, ils s'empêchent également de sortir. Un mur ne crée pas une prison mais deux. Peut-être que la prison du côté des constructeurs de mur est un peu plus grande, un peu plus jolie, mais ce n'est qu'une question d'échelle.
Commenter  J’apprécie          60
Eh bien, je ne ferais jamais l'honneur de traiter un humain d'animal, parce qu'un animal tue peut-être pour vivre mais jamais un animal ne vit pour tuer.
Commenter  J’apprécie          100
Au bout d’un quart d’heure environ nous sommes revenus devant chez le mohel (le circonciseur) . La porte s’est ouverte et Shalom est apparu, une couche de fortune autour de la taille et une sucette dans la bouche. S’il est possible pour un cochon d’être plus pâle et plus blanc et plus rose que d’habitude, alors il était plus pâle et plus blanc et plus rose que d’habitude.
« C’était rapide », a dit Tom, s’efforçant d’être drôle.
Le visage de Shalom était cendreux. « Mon pauvre schvantz. Nous ne parlerons jamais de ce qui est arrivé ici. C’est compris ? »
Tom et moi on a acquiescé en réprimant un fou rire.
« Jamais, dit Shalom, jamais de la vie. Ce type… ce type est un boucher ! J’ai vu des choses… croyez-moi, j’ai vu des choses qu’un cochon ne devrait pas voir. Des choses qu’on ne peut pas oublier. Ce qui s’est passé ne s’est jamais passé. »
On s’est mis en route. « Juste pour être sûr, dit Tom, d’un air faussement sérieux. Pas un mot un seul sur le mohel et le shtupper ? »
Shalom, qui boitait légèrement, a sifflé : « Ne prononce pas ce mot !
– Allez, oublie ça. C’est du passé, c’est zizi facile d’oublier. » Tom se tordait de rire.
« Schmuck.
– Quel mot ? Mohel ? demandai-je.
– Oh mais qu’est-ce qu’ils sont drôles ! » grogna
Shalom.
Ce fut plus fort que Tom : « Petit Papa Mohel…
– Assez de blagues pupick, espèce de putz ! »
Quelques moments de silence, puis : « Meuh-el, mugis-je.
– La ferme !
– Quoi ? je meuglais juste, dis-je, tu peux pas demander à une vache de ne pas mo-euhler…
– Pas drôle, les gars, ma couche m’irrite. Vous êtes pas drôles du tout. Tous les mêmes, ces goyim… »
Commenter  J’apprécie          00
Apparemment, cette partie du pays était coupée en deux - d'un côté ceux qui croyaient que le nom de leur dieu était YHWH (je peux piocher une voyelle ?) et de l'autre ceux qui pensaient que le nom de dieu était Allah. (...) Ils prétendaient tous adorer le même dieu (...) mais à part ça ils étaient incapables de trouver le moindre terrain d'entente paisible et durable.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de David Duchovny (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Duchovny
Retrouvez le premier roman de David Duchovny "Oh la vache !" : http://livre.fnac.com/a9149450/David-Duchovny-Oh-la-vache L'univers de l'acteur sur Fnac.com : http://www4.fnac.com/David-Duchovny/ia189246
autres livres classés : végétarienVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (187) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
20397 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..