AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claude Schopp (Éditeur scientifique)
ISBN : 2221064518
Éditeur : Robert Laffont (26/11/1990)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 43 notes)
Résumé :

La Comtesse de Charny succède immédiatement à Ange Pitou : il débute le 6 octobre 1789 pour s'achever, le 21 janvier 1793, avec l'exécution du roi. L'aventure collective relègue à l'arrière-plan les destins individuels et les personnages ne subsistent plus que comme symboles d'une idée ou d'un groupe social. Billot incarne le peuple, Charny, l'aristocrate loyal, Gilbert, le constitutionnel, Pitou, la gén&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
PiertyM
  19 février 2016
Pour ce quatrième et dernier module de Mémoires d'un médecin, le moment est crucial de toute part, la tension recueillie dans Ange Pitou se suspend, on attend ou on laisse les choses se faire d'elles-mêmes, la royauté est emprisonnée, la noblesse est en décadence et le tiers état se rentre dedans, parmi ces derniers, il y en a qui se radicalisent dans leur position contre la monarchie et ceux qui se modèrent quant à supprimer la monarchie en condamnant à mort le roi Louis XVI
Commenter  J’apprécie          190
Laureneb
  11 mai 2018
Un peu long - les événements révolutionnaires se précipitent, diluant l'intrigue romanesque des personnages que l'on suit depuis plusieurs tomes. Mais cela fait plaisir qu'Andrée soit enfin heureuse.
Et puis, même si Dumas "emprunte des passages" à Michelet comme il le dit lui-même, c'est bien fait - la fuite de Varennes, le 10 août, la mort du roi.
Commenter  J’apprécie          30
mimi09
  20 novembre 2017
Livre découvert lors du challenge multi défi
et j'ai beaucoup apprécié le style de Dumas, soit: ajouter une fiction romanesque en parallèle de l'histoire des dernières années de vie de Louis XVI. du coup c'est un récit historique pas barbant du tout.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LaurenebLaureneb   02 septembre 2018
Gilbert, dit Cagliostro en étendant la main vers Robespierre, aussi vrai que celui-ci relèvera l'échafaud de Charles Ier, aussi vrai celui-là – et il étendit la main vers le Corse aux cheveux plats, – aussi vrai celui-là reconstruira le trône de Charlemagne.
- Alors, s'écria Gilbert découragé, notre lutte pour la liberté est donc inutile ?
- Et qui vous dit que l'un ne fera pas autant pour elle avec son trône que l'autre avec son échafaud ?
- Ce sera donc un Titus, un Marc-Aurèle, le dieu de la paix venant consoler le monde de l'âge d'airain ?
- Ce sera à la fois Alexandre et Hannibal. Né au milieu de la guerre, il grandira par la guerre, et tombera par la guerre. Je vous ai défié de calculer le sang que coûterait à la noblesse et au clergé le sang que perd Robespierre ; prenez le sang qu'auront perdu prêtres et nobles, entassez multiplications sur multiplications, et vous n'atteindrez pas au fleuve, au lac, à la mer de sang que versera cet homme avec ses armées de cinq cent mille soldats, et ses batailles de trois jours dans lesquelles on tirera cent cinquante mille coups de canon.
- Et que résultera-t-il de ce bruit, de cette fumée, de ce chaos ?
- Ce qui résulte de toute genèse, Gilbert ; nous sommes chargés d'enterrer le vieux monde, nos enfants verront naître le monde nouveau
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LaurenebLaureneb   02 septembre 2018
C'est-à-dire que, vous aussi, vous le jugez comme tout le monde... Oui, c'est vrai, sa voix faible, un peu aigre ; sa maigre et triste figure ; la peau de son front, qui semble collée à un crâne comme un jaune et immobile parchemin ; son oeil vitreux, qui ne laisse échapper qu'un jet de flamme verdâtre, et qui presque aussitôt s'éteint ; cette continuelle tension des muscles et de la voix ; cette laborieuse physionomie, fatigante par son immobilité même ; cet invariable habit olive, habit unique, sec, et sévèrement brossé ; oui, tout cela, je le comprends, doit faire peu d'impression sur une assemblée riche en orateurs, qui a le droit d'être difficile, habituée qu'elle est à la face léonine de Mirabeau, à la suffisance audacieuse de Barnave, à la repartie acérée de l'abbé Maury, à la chaleur de Cazalès et à la logique de Sieyès ; mais, à celui-là, on ne lui reprochera point, comme à Mirabeau, son immoralité ; celui-là, c'est l'honnête homme ; il ne sort pas des principes, et, s'il sort jamais de la légalité, ce sera pour tuer le vieux texte avec la loi nouvelle !
- Mais, enfin, demanda Gilbert, qu'est-ce que c'est que ce Robespierre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SZRAMOWOSZRAMOWO   16 février 2016
Si le lecteur veut bien se reporter un instant à notre roman d’Ange Pitou, et, ouvrant le roman au second volume, jeter un instant les yeux sur le chapitre intitulé : La nuit du 5 au 6 octobre, il y retrouvera quelques faits qu’il n’est point sans importance qu’il se remette en mémoire avant de commencer ce livre, qui s’ouvre lui-même dans la matinée du 6 du même mois.
Après avoir cité nous-même quelques lignes importantes de ce chapitre, nous résumerons les faits qui doivent précéder la reprise de notre récit, dans le moins de paroles possible.
Ces lignes les voici :

« À trois heures, comme nous l’avons dit, tout était tranquille à Versailles. L’Assemblée elle-même, rassurée par le rapport de ses huissiers, s’était retirée.
» On comptait bien que cette tranquillité ne serait pas troublée.
» On comptait mal.
» Dans presque tous les mouvements populaires qui préparent les grandes révolutions, il y a un temps d’arrêt pendant lequel on croit que tout est fini, et que l’on peut dormir tranquille. On se trompe.
» Derrière les hommes qui font les premiers mouvements, il y a ceux qui attendent que les premiers mouvements soient finis, et que, fatigués ou satisfaits, mais, dans l’un et l’autre cas, ne voulant pas aller plus loin, ceux qui ont accompli ce premier mouvement se reposent.
» C’est alors qu’à leur tour, ces hommes inconnus, mystérieux agents des passions fatales, se glissent dans les foules, reprennent le mouvement où il a été abandonné, et, le poussant jusqu’à ses dernières limites, épouvantent, à leur réveil, ceux qui leur ont ouvert le chemin, et qui s’étaient couchés à la moitié de la route, croyant la route faite, croyant le but atteint. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Alexandre Dumas (61) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Dumas
Catherine Meurisse publie une ode à Delacroix écrite par Alexandre Dumas qu?elle illustre en dessins et en peinture. Elle a agrémenté le texte de l?auteur des Trois Mousquetaires de saynètes dessinées, de petits commentaires facétieux, et pour la première fois, de peinture. Elle explique ici comment elle s'y est prise pour le dessiner.
Plus d'informations sur la BD : Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : RoyalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages des Trois Mousquetaires et Vingt ans après

Sous quel nom connaît-on monsieur du Vallon de Bracieux de Pierrefonds ?

Athos
Porthos
Aramis
D'Artagnan

9 questions
118 lecteurs ont répondu
Thème : Alexandre DumasCréer un quiz sur ce livre