AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Horville (Éditeur scientifique)
EAN : 9782253096269
384 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/12/1995)

Note moyenne : 4.56/5 (sur 17 notes)
Résumé :
La Mauvaise Graine est un album posthume de Léo Ferré paru en 2006. Il s'agit d'une compilation entièrement inédite de ses passages radiophoniques tout au long de l'année 1959 à l'émission Avant-premières, animée par le poète Luc Bérimont.

Outre ses propres chansons, il y interprète essentiellement des poèmes et des textes d'autrui qu'il vient de mettre en musique : Louis Aragon, Paul Verlaine, Pierre Seghers, et Luc Bérimont lui-même. L'album est com... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
moertzombreur
  15 septembre 2014
J'ai bu du waterman et j'ai bouffé Littré
La BO de mon adolescence résonne : Pink Floyd, The Cure et les chansons de Léo Ferré. Bien entendu ce sont aussi des textes et des poèmes qu'on prend plaisir à relire, même sans musique, avec les acouphènes qui bruissent dans une demeure en papier, baignée d'encre, d'un livre qui prend la poussière joliment sur l'étagère d'une bibliothèque. C'est grâce à Ferré que j'ai commencé à lire de la poésie, à vraiment l'apprécier. Non seulement ses poèmes explosent de fulgurances, de jeux de langages merveilleux, mitraillent la connerie de ses contemporains avec panache, mais il m'a aussi fait découvrir d'autres poètes d'abord adaptés en musique dans ses chansons, mais que j'ai lu ensuite avec bonheur : Rimbaud, Baudelaire, Apollinaire, Verlaine, Villon, Rutebeuf et Aragon... Pour ne citer qu'eux, c'est tout de même une belle brochette ! On trouve dans ce volume le texte intégral de la mémoire et la mer, poème qui me fascine tout autant que le Bateau ivre de Rimbaud. Je feuillette ce bouquin encore et encore, et j'y trouve toujours des perles rares.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
manoufad
  01 mars 2015
on a l'impression qu'il parle d'une seule femme , je penses sa bien aimé
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
HardivillerHardiviller   21 octobre 2017

***********************LES ROMANTIQUES*********************

Ils prenaient la rosée pour du rosé d'Anjou
Et la lune en quartiers pour Cartier des bijoux
Les romantiques

Ils mettaient des tapis sous les pattes du vent
Ils accrochaient du crêpe aux voiles du printemps
Les romantiques

Ils vendaient le Brésil en prenant leur café
Et mourraient de plaisir pour ouvrir un baiser
Et regarder dedans briller le verbe aimer
Et le mettre au présent bien qu'il fût au passé

Ils ont le mal du siècle et l'ont jusqu'à cent ans
Autrefois de ce mal ils mouraient à trente ans
Les romantiques

Ils ont le cheveu court et vont chez Dorian Guy
S'habiller de British ou d'Italianeries
Les romantiques

Ils mettent leurs chevaux dans le camp des jaguars
En fauchant leur avoine aux prairies des trottoirs
Avec des bruits de fers qui n'ont plus de sabots
Et des hennissements traduits en stéréo

Ils mettent la nature aux pieds de leurs chansons
Ils mettent leurs voitures au pied de leurs maisons
Les romantiques

Ils regardaient la nuit dans un chagrin d'enfant
Ils regardaient L'ennui sur un petit écran
Les romantiques

Ils recevaient chez eux dans les soirs de misère
Des gens vêtus de noir qu'ils prenaient pour leurs frères
Aujourd'hui c'est pareil mais fraternellement
Ils branchent leur destin aux abonnés absents
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
HardivillerHardiviller   09 janvier 2018

********************** LA MUSE EN CARTE *******************

Je suis l'Apocalypse et tire à perdre haleine
Les sons ultra-diésés d'un cornet à chansons
Je suis le verbe chair , je suis l’huître marenne
Que l'on crève et qui verse une eau d'autre saison

Mes globules en week-end dans les vieux dictionnaires
Se sont caillés en lettres feu sur mon bouquin
Je suis la rengaine du sang qui désespére
Et qui draine l'amour d'un cœur européen

Je suis l'orgue de ceux qui n'ont plus de musique
Et mes trente deux pieds m'empêchent de marcher
Je suis l'homme sucré qui vient de Martinique
Une cane à la main et l'autre pour pleurer

Je suis l'enfariné dans le pétrin à rire
Je suis la poésie et je me bois cul sec
Et la goulée de Dieu que je pipe à ma lyre
M'empoumonne de rimes à dégueuler du bec

Je suis le paradis terrestre avec la pomme
Et vaginalement , je coupe tout à coeur
je suis l'intérêt d'août , foi d'animal et d'homme
Etant ventriculophagiquement d'ailleurs

Je suis le fleuve doux , le mors aux dents sans brides
Qui s'en va vers le Havre , en couleur de chanson
Je me prends pour la Seine et me retrouve humide
Au creux d'un lit crasseux , parmi des rêves cons .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
HardivillerHardiviller   22 octobre 2017
*******L'ANARCHIE EST LA FORMULATION POLITIQUE DU DÉSESPOIR ******

... Ce n'est pas un fait de solitaire , le désespoir non plus ...... Cela a été dit ; il importe que cela soit redit : le christ , le péché , le malheur , le riche , le pauvre , nous vivons embrigadés par des idées-mots . Nous sommes des conceptuels , des abstraits , rien . Une morale de l'anarchie ne peut se concevoir que dans le refus . C'est en refusant que nous créons . C'est en refusant que nous nous mettons dans une situation d'attente , et le taux d'agressivité que recèle notre prise de position , notre négativité , est la mesure même de l'agressivité inverse .......Nous ne savons pas que les conventions , qu'elles soient linguistiques , morales , religieuses , économiques , nous enferment dans le " social " comme une toile invisible qui nous met en situation de faire quelque chose , de penser cette chose comme si de toute évidence elle était une création de notre volonté de faire et de penser , alors que nous sommes la mouche prise , réduite par une araignée qui nous observe sans nous manger . L'homme est mangé par la société mais il se réinvente perpétuellement par une sorte de connivence inconsciente qui fait de la victime l'élan vital de son bourreau . sans crime , point de bourreau ! ......L'histoire de l'humanité est une statistique de la contrainte . Je ne pense pas , dans nos modes habituels de penser qu'il puisse y avoir une vie possible sans la contrainte .La loi , quelle qu'elle soit ( fût-elle la plus désintéressée ) comprend toujours ce qui est en dehors d'elle , son contraire , l'anti-loi , ce qui est derrière la promulgation . Il y a dans la pensée du législateur des coins d'ombre où mûrissent les activités louches et nécessaires de la jurisprudence . Une loi contre la torture est incomplète si elle ne prévoit pas la torture pour qui torture .
Ce qui saute aux yeux et à la gorge de l'homme c'est bien cette contrainte sans quoi la société ne pourrait subsister ......
L'anarchie , cela vient du dedans . Il n'y a pas de modèle d'anarchie , aucune définition non plus . Définir , c'est s'avouer vaincu d'avance . Définir , c'est arrêter le train qui roule dans la nuit quand il s’écartèle de l'aiguillage ........
L'homme est seul . Le mot "seul" est chargé de brume , c'est une parole de réflexion , de lumière réfléchie , noire , à peine valide . C'est dans le " seul " que je me retrouve chaque soir après la pause des travaux journaliers et divertissants ...... Cette solitude viscérale .......L'isoloir est une place publique . Cette psychologie du vote secret est un rejet de la confession , on se confesse à un bulletin . L'isoloir , vespasienne sèche , ce couvent du socialisme à l'heure apéritive .... j'enrage à la pensée que des hommes acceptent de s'isoler administrativement autrement que pour uriner . La souveraineté nationale à ce point traquée dans un cabinet municipal , cela monte du fond de mon cœur comme une nausée de principe . Les idées qui sentent , je ne sais rien de plus définitif dans notre condition de peuple-roi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HardivillerHardiviller   21 janvier 2018

*************** C'EST LA VIE ******************

La mer qui vient et puis qui va
La nuit qui fait gris tous les chats

Le jour qui traîne comme un chien
A la recherche de ton bien

Le Pape qui prend le Boeing
Le gangster qui prend les sterlings

L'auto qui rate son effet
L'avion qui n'arrive jamais

C'est la vie .....

La vierge qui attend l'amant
La putain qui vend ses serments

L'oiseau qui trouve son manger
A la barbe du boulanger

La loi qui met les gens au trou
Et celle qui te prend tes sous

La grève qui n'a rien donné
Le ministre dans le fumier

C'est la vie .....

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
HardivillerHardiviller   07 janvier 2018

Ecoute , écoute ... Dans le silence de la mer , il y a comme un balancement maudit qui vous met le cœur à l'heure , avec le sable qui se remonte un peu , comme les vieilles putes qui remontent leur peau , qui tirent la couverture .

Immobile .... L'immobilité , ça dérange le siècle . C'est un peu le sourire de la vitesse , et ça sourit pas lerche , la vitesse , en ces temps .

Les amants de la mer s'en vont en Bretagne ou à Tahiti....
C'est vraiment con , les amants .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Léo Ferré (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léo Ferré
Leo Ferré - L'école de la poésie
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Léo Ferré et la poésie

"Étranges étrangers/Vous êtes de la ville/Vous êtes de sa vie/ Même si mal en vivez/ Même si vous en mourez."

Blaise Cendrars
Jacques Prévert
Léo Ferré
Louis Aragon

9 questions
61 lecteurs ont répondu
Thème : Léo FerréCréer un quiz sur ce livre