AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782355845277
72 pages
Sonatine (10/11/2016)
3.37/5   250 notes
Résumé :
Après une enfance difficile, la narratrice anonyme devient travailleuse du sexe. Des années d'expériences ont développé chez elle un véritable don pour décrypter la psychologie de ses interlocuteurs, leurs intentions et leurs envies. Aussi lui arrive-t-il d'officier occasionnellement comme voyante. Lorsqu'elle rencontre Susan Burke, une femme aisée aux prises avec une situation dramatique, elle accepte de l'aider. Susan et sa famille ont emménagé à Carterhook Manor... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (78) Voir plus Ajouter une critique
3,37

sur 250 notes

Le dernier Gillian Flynn , c'est 60 petites pages dans un écrin cartonné . Vous me direz : à peine 60 , et je vous dirai , oui hélas ...

Ça commence très bien , mordant , ironique... avec une 1° phrase qui scotche le lecteur dés le début...: "Si j'ai cessé de branler des mecs, ce n'est pas parce que je n'étais pas douée pour ça. J'ai cessé de branler des mecs parce que j'étais la meilleure ."

Ça y est, vous êtes dans l'ambiance ? ;-))

La narratrice est une" jeune branleuse" donc ,et raconte avec une ironie mordante et légèrement désabusée , son parcours . Obligée dés son plus jeune âge de mendier , elle avait enfin trouvé un métier qui rapportait, mais un léger problème de santé inhérant à sa profession l'empêche de continuer . Pas grave! Elle passera de la salle du fond, à celle de devant et exercera le poétique métier de voyante . Après tout , "péripatéticienne " et "cartomancienne" , ça finit pareil .

Un jour , une femme lui demande de l'aide , dans" sa vie , sa maison" et là, à mon humble avis , ça part en c... L'histoire perd du mordant, et finit comme il est écrit sur la 4° de couverture : "Quelqu'un vous ment. On dirait que vous allez devoir choisir à quelle histoire vous accordez votre foi. Qu'est ce qui vous rassurerait le plus ?"

L'auteur au bout de 60 pages, te laisse comme une étudiante en médecine devant un QCM (questionnaire à choix multiples ) , sauf qu'elle n'a pas pris le temps de vraiment installer l'histoire . 60 pages , c'est trop court pour s'attacher aux personnages, trop court pour flipper, tachycarder etc... ce qui était un peu le but de cette phrase d'accroche ... J'aurais aimé qu'elle en fasse un roman , ça en avait le potentiel , ( et là, je pense à "celle qui en savait trop" du génial Linwood Barclay ) .

Alors voilà, ça part très bien, le personnage principal d'authentique branleuse est très original , on monte en pression, on y croit , ça va être une histoire géniale et puis flop ....

Il y a une expression pour ça , non ?!

Commenter  J’apprécie          425

Habituellement, les soucis avec le canal carpien sont l'apanage des secrétaires, des caissières, des personnes âgées… Mais je n'avais jamais pensé à ces filles qui travaillent du poignet, celles qui "peignent la girafe" de ces messieurs en manque de branlette.

Et oui, messieurs dames et jeunes gamins prépubère : si la masturbation ne rend pas sourd, elle vous nique le canal carpien ! C'est pas le curé du coin qui vous le dit, mais une spécialiste de la branlette…

Non, ce n'est pas de moi dont je parle, mon canal carpien va bien, merci pour lui, mais c'est notre narratrice anonyme qui nous l'apprend.

L'exercice de la nouvelle est assez difficile : il faut en dire le plus possible en peu de pages, ou laisser les lecteurs sur leur faim pour certains détails.

Gillian Flynn y est arrivée brillamment : en 96 pages (et pas en 69), sans nous donner le prénom de sa narratrice, elle est arrivée à me happer dans son récit et à me filer les chocottes, me laissant à la fin de sa nouvelle, hébétée et retournée.

Évidemment, la frustration est au rendez-vous car le scénario – excellent – aurait mérité plus de pages, plus de développement, hélas, cette histoire a été écrite pour un recueil de nouvelles et à la demande de G.R.R Martin.

Alors que nous en savons très peu sur la narratrice – hormis le fait qu'elle est une branleuse professionnelle, qu'elle ne suce pas et que des hommes sont prêts à payer pour qu'elle leur fasse ce qu'ils sont en principe capable de se faire tout seuls – nous nous attachons assez vite à elle, découvrant sa vie présente, son métier atypique, et son passé, peu agréable et miséreux.

Sans nous laisser le temps de souffler, l'auteur nous plonge ensuite dans une ambiance fantastique/terreur avec une maison que la proprio dit hantée, et puisqu'à cause de son carpien qui se bouche notre narratrice est passée au job de voyante, elle va se piquer de nous jouer à l'Exorciste pour sa cliente.

Je ne sais pas qui a manipulé qui, qui a joué avec les pieds de qui, qui était le coupable, mais en tout cas, je sais que l'auteur a joué avec moi comme le chat avec la souris et je me demande si à la fin, elle ne ma pas croquée.

Notre narratrice était peut-être la reine de la branlette, mais l'auteure est, une fois de plus, la reine de la manipulation !

C'est court, c'est fort, c'est intense, c'est rapidement lu, c'est plus long à digérer car les questions vous hantent et on se demande où on s'est fait baiser…. heu, manipuler ! C'est bourré d'ironie et d'humour noir.

Bref, une nouvelle qui vous masturbe le cerveau et vous laissera avec un sourire béat de plénitude, un sentiment de frustration parce que "Oh non, putain, c'est déjà terminé" et des questions sans réponses "Qui a manipulé qui ??".

Jouissif.


Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          260

J'ai d'abord été déroutée par ma lecture il faut dire que la narration est surprenante au début je me suis demandé sir Gillian Flynn n'avait pas changé de genre littéraire. le personnage principal exerce un double métier surprenant.

Les pages se tournent avec une facilité déconcertante pour ce très court texte de 60 pages nous déroute et nous emmène la ou on ne s'attend pas au début de la lecture.

On perçoit alors le talent de Gillian Flynn de nous faire un texte si court mais si dense et avec une fin totalement ouverte.

Commenter  J’apprécie          290

Envie d'une courte, mais intense lecture ? de découvrir la plume acérée de Gillian Flynn, cette excellente auteure qui retourne les esprits ? J'ai ce qu'il vous faut ! Nous allons mourir ce soir publié chez la pointue maison d'édition Sonatine, coche toutes ces cases et plus encore. Nouvelle de 70 pages, celle-ci n'en est pas moins soumise à un rythme endiablé. Oscillant entre fantastique et psychologie, la romancière met en scène une anti-héroïne désabusée dont la vie n'est pas très folichonne. Élevée par une mère irresponsable qui l'initie dès son plus jeune âge à la manche, elle s'adapte rapidement à son environnement en décodant la psychologie de ses "proies". Plus tard, "chargée de clientèle" à l'arrière d'une officine, elle est contrainte de passer à l'avant afin d'exercer la "voyance" en mettant à contribution ses dons d'observation. Lorsqu'une cliente lui fait part de sa terreur concernant sa maison qu'elle pense hantée, notre narratrice flaire la bonne arnaque et lui propose une purification des lieux. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu... Dès la première page le ton est donné, l'ironie et l'immoralité se découpent à la faveur de la noirceur où le mensonge devient un art. Machiavélique !

Après avoir survécu à une enfance miséreuse et une mère immorale, notre narratrice ne s'en sort pas complètement indemne. Faire la manche depuis tant d'années l'a certes aidé à développer ses dons en psychologie, mais ne l'a pas rendu riche pour autant. Chargée de clientèle à l'arrière d'une boutique, c'est-à-dire branleuse professionnelle au sens littéral du terme, elle est contrainte de passer à l'avant. En cause ? le syndrome du canal carpien. Ben oui les branlettes, c'est bien joli, mais un moment, ça use ! C'est ainsi qu'elle fait la rencontre d'une nouvelle cliente terrorisée par la maison qu'elle occupe depuis peu avec son mari. de plus, elle est persuadée que le fils de celui-ci est influencé par la demeure elle-même. Trop beau pour être vrai, notre protagoniste saute sur cette arnaque providentielle et s'immisce dans la vie de la mère de famille, décidée à lui soutirer le maximum d'argent. Quelques purifications plus tard, elle perçoit d'étranges phénomènes. Pire, le jeune garçon au comportement étrange devient de plus en plus agressif... Phénomènes paranormaux ou simple manipulation ?

De cette écriture franche que l'on retrouve dans Les lieux sombres, Gillian Flynn pose une ambiance délétère dès les premières lignes. Non sans ironie, elle propose une protagoniste détestable qui à son tour va subir les affres de la psychologie. Doucement, le voile du doute se lève pour non seulement induire la fausse voyante en erreur, mais aussi le lecteur. Arroseur arrosé !

De cette exquise noirceur les portraits esquissés, aboutis et absolument terrifiant, font le jeu des apparences, marque de fabrique de la romancière. Une excellente nouvelle en somme, dotée d'une chute aussi renversante que ses personnages. Pourquoi s'arrêter en si bon chemin Gillian ? (Ceci était un message d'une lectrice frustrée qui aurait bien aimé que ça continue encore et encore. Cabrel sort de ce corps.)


Lien : http://bookncook.over-blog.c..
Commenter  J’apprécie          221

Gillian Flynn est de retour, et elle est en pleine forme.

Certes, le format est court ( une soixantaine de pages ) mais il permet de patienter jusqu'au prochain méfait de l'auteure de "Les lieux sombres" ( oui, le bandeau autour de ce superbe format cartonné indique "par l'auteur des Apparences" mais ma claque personnelle a davantage été son second roman ).

A l'origine, cette nouvelle a été commandée par Georges R.R. Martin ( Game of thrones ) pour son anthologie "Rogues" publiée en 2014 ( dans laquelle elle porte le titre "What do you do ?" ). On y retrouvait également des auteurs comme Neil Gaiman, Joe Abercrombie, Scott Lynch ou Lisa Tuttle.

Le texte de l'Américaine a ensuite été publié indépendamment sous un autre titre -"The grownup"- et l'édition française lui en accorde donc un troisième, plus sombre : "Nous allons mourir ce soir".

Je n'évoquerai rapidement que les dix premières pages afin de ne pas trop en dire mais pour donner un premier aperçu.

La narratrice décrit son enfance dans la saleté, la pauvreté, la mendicité et la façon dont elle a été amenée à masturber les hommes par milliers jusqu'à ce que la douleur au poignet soit trop intense et qu'elle doive se reconvertir. Tout ça dans l'arrière salle d'une diseuse de bonne aventure.

Et quoi de plus facile pour elle, au vu de son expérience, que de s'inventer des talents divinatoires ?

"les clientes voyance étant presque toutes des femmes, et les clients branlettes étant bien sûr tous des hommes, nous faisions marcher la boutique avec une précision d'horloge."

La couverture - une femme nue tenant une boule de cristal - illustre donc parfaitement les deux principales activités de notre héroïne.

C'est glauque, certes, mais pas aussi oppressant que pouvaient l'être ses romans.

La narratrice est relativement intelligente ( "Du coup j'ai constamment l'impression que je suis plus intelligente que tous ceux qui m'entourent mais que si je me retrouvais en présence de gens vraiment intelligents - des gens qui sont allés à l'université, qui boivent du vin et qui parlent latin - je les ennuierais à mourir" ) et elle parle avec beaucoup de détachement et même une forme de sérénité de ces aléas de la vie. Ce sont des contretemps davantage que de la souffrance.

L'humour est davantage au rendez - vous cette fois que le malaise malgré la gravité de certains sujets abordés.

L'histoire part donc sur des bases similaires à celles du roman "Celle qui en savait trop" de Linwood Barclay, mais avec un développement tout à fait différent.

"Ce jour-là, donc, nous avons discuté des thèmes de la solitude et du besoin dans Hantise de Shirley Jackson (...)"

Hantise est le nom de l'adaptation cinématographique du roman initialement paru sous le titre "Maison hantée", et cette référence n'a rien d'un hasard.

Mais pour savoir si Gillian Flynn s'est essayé au surnaturel le temps d'un court récit, je ne peux que vous encourager à vous laisser manipuler non pas par les mains expertes de la narratrice mais bien par le talent de l'auteure, qui nous mène à nouveau exactement où elle veut.

Merci pour ce trop court intermède.

Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation

Lorsque les gens me posaient la question que pose tout le monde : " Qu'est ce que vous faites dans la vie ? ", je répondais : "Je suis chargée de clientèle", ce qui était vrai. Pour moi, quand je fais sourire un maximum de clients, c'est une bonne journée de travail. Franchement, je préférerais être bibliothécaire, mais je m'inquiète pour la sécurité de l'emploi. Les livres , ça pourrait bien être temporaire ; les bites sont éternelles .

Commenter  J’apprécie          210

Ma patronne , Viveca, est une ancienne réceptionniste qui exerce maintenant la profession de chiromancienne en tout bien tout honneur. ( Même si Viveca n'est pas son vrai nom ; son vrai nom, c'est Jennifer, mais les gens ne font pas confiance à une Jennifer pour lire l'avenir ; une Jennifer, ça peut vous conseiller pour acheter d'adorables escarpins ou vous indiquer un marché pittoresque, mais ça n'a pas à se mêler de l'avenir des gens.)

Commenter  J’apprécie          121

Ils vous veulent amicale et agréable, mais pas faible. Ils ne veulent pas se donner l’impression d’être des prédateurs. Ils veulent une transaction. Une prestation de service. Alors vous échangez quelques propos polis sur le temps qu’il fait ou sur une équipe de sport qu’ils aiment bien. Je m’efforce en général d’instaurer une espèce de private joke que nous pouvons nous répéter à chaque visite – une private joke, ça permet de créer un semblant d’amitié sans avoir à effectuer le boulot nécessaire à entretenir une amitié véritable. Alors vous dites : « Je vois que c’est la saison des fraises ! » ou : « Il va nous falloir un plus gros bateau » (ce sont des exemples authentiques que je vous donne là) et la glace est brisée ; comme vous êtes amis, ils n’ont pas l’impression d’être des ordures, le ton est posé et vous pouvez vous y mettre.

Commenter  J’apprécie          20

Ils vous veulent attirante, mais pas vulgaire. Par exemple, dans la vie, je porte des lunettes, mais je ne les mets pas quand je suis dans le fond parce que ça constitue une distraction – ils s’imaginent que vous allez leur faire le coup de la Bibliothécaire Sexy, et ça les perturbe, parce qu’ils attendent alors les premiers accords d’une chanson de ZZ Top, et quand ils ne les entendent pas, ils sont gênés d’avoir pensé que vous alliez faire le coup de la Bibliothécaire Sexy et ils se déconcentrent.

Commenter  J’apprécie          40

Un type qui veut une branlette est une créature très différente d’un type qui veut se faire sucer ou qui veut baiser. C’est vrai, pour certains mecs, la branlette, ce n’est qu’une entrée en matière. Mais j’avais beaucoup de clients réguliers : ils ne voudront jamais davantage qu’une branlette. Ils ne considèrent pas qu’une branlette, c’est de l’infidélité. Soit ça, soit ils ont peur des maladies, soit ils n’ont pas le courage de demander plus. En général, ce sont des hommes mariés, tendus, nerveux, des hommes avec des boulots moyens, presque toujours sans influence.

Commenter  J’apprécie          30

Videos de Gillian Flynn (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gillian Flynn
3 avril 2013
Le suspense le plus éprouvant depuis Ne le dis à Personne et Avant d'aller dormir. Amy, une jolie jeune femme au foyer, et son mari, Nick, forment en apparence un couple modèle. Victimes de la crise financière, ils ont quitté Manhattan, leur vie aisée, leur travail dans la presse, pour s'installer dans la petite ville du Missouri où Nick a grandi. le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, celui-ci découvre dans leur maison un chaos indescriptible : meubles renversés, cadres aux murs brisés, et aucune trace de sa femme. L'enquête qui s'ensuit prend vite une orientation inattendue : sous les yeux de la police, chaque petit secret entre époux et autres trahisons sans importance de la vie conjugale prennent une importance inimaginable et Nick devient bientôt un suspect idéal. Alors qu'il essaie désespérément de son côté de retrouver sa femme, celui-ci découvre qu'elle aussi lui dissimulait beaucoup de choses, certaines sans gravité, d'autres bien plus inquiétantes. Il serait criminel d'en dévoiler davantage tant l'intrigue que nous offre Gillian Flynn recèle de surprises et de retournements. Après Sur ma peau et Les Lieux sombres, la plus littéraire des auteurs de polars, qui dissèque ici d'une main de maître la vie conjugale et ses vicissitudes, nous offre en effet une véritable symphonie paranoïaque, dans un style viscéral dont l'intensité suscite une angoisse quasi inédite dans le monde du thriller. À propos des Lieux Sombres : « Une étoile du roman noir est née. L'intrigue est dense, sophistiquée, diabolique. Un polar hypnotisant. » Olivia de Lamberterie, Elle À propos de Sur ma peau : « Dire que c'est un roman exceptionnel, oui, très bien, mais ça ne suffit pas. Je pense, croyez-moi si vous le voulez, que je n'ai pas lu un thriller aussi entêtant depuis des années. » Stephen King À propos des Apparences : « Je viens de passer une semaine où je me suis senti tour à tour manipulé, trahi, provoqué, trompé et confondu. Sans compter que toutes mes certitudes se sont révélées fausses. Cela pourrait sembler suffisant, eh bien non ! Figurez-vous que je pense sérieusement à le relire sans perdre une minute ! » Arthur Phillips « C'est un livre à la fois exceptionnel et terrifiant. Je n'ai jamais rien lu de tel sur la façon dont la normalité apparente et les ténèbres qui hantent chacun de nous peuvent à ce point se confondre qu'il en devient impossible de les distinguer. » Tarta French
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus




Quiz Voir plus

Les Apparences

Nick et Amy quittent New York au début du livre pour s'installer à...

Carthage
North Carthage
South Carthage
New Carthage

15 questions
138 lecteurs ont répondu
Thème : Les Apparences de Gillian FlynnCréer un quiz sur ce livre