AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2752908822
Éditeur : Libretto (07/05/2013)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 33 notes)
Résumé :
En mai 1845, les navires Terror et Erebus, sous le commandement de Sir John Franklin , un explorateur britannique, quittent l'Angleterre pour découvrir le fameux passage du Nord-Ouest. Francis Crozier est le commandant du Terror, l'adjoint de Franklin. C'est lui le personnage central de ce roman, personnage romanesque peu connu, il est tout le contraire de Franklin. Il est un des rares hommes de l'équipage à s'intéresser à l'autre aux esquimaux, considéré comme des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
raton-liseur
  21 juin 2012
Lady Jane m'aurait opposé son mépris, moi aussi lorsqu'on m'a parlé d'une expédition de Franklin, j'ai pensé au Benjamin scientifique et politique, me disant qu'il avait dû être bien vieux pour diriger cette expédition partie en mai 1845… John Franklin est bien moins connu en France qu'il ne l'est en Angleterre ou au Canada (l'exploration polaire a de façon générale peu intéressé les Français au XIXème siècle).
Ce livre, dont le titre reste pour moi énigmatique, est un récit romancé de l'expédition polaire dirigée par John Franklin, à la recherche du passage du Nord-Ouest, qui relierait l'Atlantique au Pacifique, un passage qui a toujours été au coeur des enjeux du trafic maritime, mais qui ne commence à exister que maintenant avec le changement climatique. Dans une oeuvre polyphonique, Dominique Fortier conte en parallèle l'histoire des homme de l'expédition et celle de ceux qui sont restés derrière, chaque monde incarné principalement par Francis Crozier, commandant du Terror, l'un des vaisseaux de l'expédition et Lady Jane, femme de l'illustre explorateur, elle-même grande voyageuse et présentée comme une tête encore plus forte que son époux.
Ce livre demeure peut-être un peu obscur pour ceux pour qui cette histoire et ces personnages ne sont pas connus. J'ai compris plusieurs allusions en lisant l'article de Wikipédia, en particulier l'empoisonnement au plomb dont est victime l'équipage. Cette construction du roman qui suppose une connaissance préalable a probablement rendu ma lecture moins intéressante et plus superficielle. Ce qui est un peu dommage car, même si j'ai trouvé quelques maladresses dans le style et la construction, le livre m'a happée et je l'ai lu presque d'une traite.
De plus, je n'ai pu m'empêcher de penser au Retour d'Anna Enquist, qui fait le même parallèle entre celle qui reste et celui qui part, en l'occurrence James Cook, mais les deux n'exploitent pas le même thème : ici c'est la vacuité de la société victorienne bien-pensante qui est dénoncée, dans le Retour, c'est la vie en parallèle, la distance, les liens indissolubles et l'incompréhension entre ceux qui partent et ceux qui restent qui m'a tellement marquée tant ces sentiments étaient aussi les miens lorsque je l'ai lu il y a plusieurs années. le livre de Dominique Fortier devait donc se mesurer dans mon esprit à ce souvenir si vivace que je ne suis pas certaine de l'avoir apprécié à sa juste valeur.
J'en retiens finalement un livre qui manie les paradoxes, la confrontation entre la vanité des salons de Londres et le lugubre mess des officiers ; entre l'expérience frileuse et précautionneuse et la bravoure insouciante de ceux qui ne savent pas le danger ; mais peut-être surtout entre l'euphorie de l'exploration de grands espaces et le confinement des hivernages dans des bateaux pris dans la glace. J'ai pensé à L'Odyssée de l'“Endurance” de Shackleton, où j'avais découvert cette pratique de l'hivernage, avec ces grands bateaux à voiles immobilisés dans la banquise, une image qui me paraît tellement impossible. Etrange attrait des grands espaces, de l'aventure, qui se solde par une immobilité paradoxale et un confinement sans issue. Un livre qui donne un relief insoupçonné aux idées un peu oiseuses que l'on est né un siècle trop tard alors qu'il ne reste plus de terres à découvrir, aux songes un peu puéril qu'on aurait voulu être de ces expéditions. le quotidien de l'aventure n'est pas à la hauteur du rêve, mais je suppose que nous continuerons à rêver, pas d'être Franklin, mais peut-être le grand Shackleton ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Malivriotheque
  23 janvier 2016
La grande expédition qui veut trouver un passage navigable au coeur de l'Arctique s'organise. le capitaine Franklin et son second Crozier prennent place à bord de l'Erebus et du Terror avec 129 hommes et s'apprêtent à passer les prochaines années dans le froid glacial et mystérieux du Grand Nord. Tout le monde est confiant, excité. Mais la glace emprisonne très vite les explorateurs...
Lecture d'une critique dithyrambique et me voilà à la bibliothèque pour emprunter l'ouvrage qui a reçu tant d'éloges. Verdict personnel : il y a des fois où je me demande pourquoi je me précipite.
C'est un roman bien écrit, documenté, mais malgré le côté aventurier, l'étincelle n'a pas brillé. le rythme est finalement assez lent, et les parties sur ces dames restées sur le Vieux Continent peinent à éveiller le moindre intérêt.
Et puis, le hasard a fait que j'ai appris que cette histoire était une interprétation de l'une des plus grandes énigmes de l'exploration polaire dont l'un des bateaux perdus s'est d'ailleurs vu retrouvé en 2014. Moi qui ai une certaine fascination pour les épaves, cela a relancé mon intérêt pour ce récit qui tentait pourtant désespérément de me faire comprendre qu'il était basé sur des faits réels. Grand bien m'en fasse, ma culture s'est accrue. Mais malgré ce côté historique que j'adore, la narration n'en a pas moins continué par la suite à être lente. Les rares moments appréciables sont finalement quand la fiction rejoint la réalité et qu'on lit toutes ces lignes où lady Franklin se démène pour monter une expédition de secours, ou quand les marins laissent des indices plus tard retrouvés.
Au final, j'ai été bien plus captivée par la page Wikipédia qui relate les faits que par l'ouvrage de Fortier, trop scindé, pas assez bien organisé et trop axé sur du vent supputé, même si l'auteur revendique bien que c'est un roman et rien de plus. Notons quand même que la couverture des éditions Alto est absolument magnifique et fait clairement rêver...
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
adtraviata
  04 février 2019
Du bon usage des étoiles (sous-entendu : pour savoir naviguer et se diriger correctement) est le premier roman de Dominique Fortier et j'ai beaucoup aimé son ambiance. Il raconte de façon éminemment romancée l'expédition Franklin, destinée à trouver et ouvrir le passage Nord-Ouest à travers les glaces de l'Arctique. C'st l'Angleterre victorienne conquérante, qui n'imagine pas d'autre civilisation que la sienne, qui se met en route avec les deux bateaux de l'expédition. le roman alterne différents points de vue : un narrateur interne à travers le journal du capitaine d'un des deux bateaux, Francis Crozier, un homme timide, qui n'a jamais osé déclarer sa flamme à une femme qui le hante tout au long du voyage, mais aussi un scientifique, un homme – un es rares de l'équipage – ouvert à la nouveauté, à la découverte de cultures et de peuples nouveaux ; un narrateur externe qui tantôt observe la vie et les personnages à bord du Terror et de l'Erebus, tantôt rend compte de la vie à Londres de Lady Jane, épouse du chef de l'expédition, Lord Franklin, et de sa nièce, Sophia Cracroft (celle dont Crozier est amoureux). L'a peinture de deux mondes, l'un exclusivement masculin, l'autre très féminin. le livre est aussi entrecoupé de quelques « illustrations » historiques ou anecdotiques des événements plus ou moins importants vécus par les uns et les autres : un extrait d'une pièce de théâtre jouée sur le bateau, la recette authentique du plum-pudding, la marche à suivre pour calculer la route maritime…
Des connections mystérieuses se nouent entre les marins et celles qui sont restées à Londres : une certaine langueur atteint Sophia alors que les bateau sont de plus en plus figés dans la glace, Lady Jane fait d'abord montre d'une confiance aussi forte que l'arrogance des commanditaires de l'expédition avant de s'inquiéter de la bonne marche de cette dernière.
Ce n'est pas le récit d'aventures, bien sûr, qui est au premier plan dans ce premier roman, même s'il est très intéressant et s'il se base sur une expédition bien réelle, mais plutôt l'évocation – presque en touches impressionnistes – de l'influence, du travail opéré par la mer, le voyage, la glace, par une certaine forme de pouvoir aussi, un pouvoir finalement bien dérisoire.
Lien : https://desmotsetdesnotes.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
exarkun1979
  26 octobre 2014
Avant la lecture de ce livre, je trouvais que l'histoire semblait prometteuse. C'est le récit romancé de l'expédition de sir John Franklin pour trouver la route maritime du Grand Nord. Malheureusement pour moi, le livre n'a pas répondu à mes attentes.
Pour ce qui est du négatif, je dois commencer avec ce qui m'a achalé le plus. Je n'ai vraiment pas aimé les parties avec Lady Jane et Sophia en Angleterre. je n'y voyais aucun intérêt et ces parties m'ennuyaient beaucoup. Moi ce que je voulais, c'était des récits de bateau, pas de la vie mondaine dans l'Angleterre victorienne. Je n'ai aimé non plus le remplissage de certaines pages avec une recette de Plum-Pudding ou un extrait d'une pièce de théâtre.
Un dernier point négatif est le manque de description lors de l'expédition. Il y a une partie intéressante avec les esquimaux mais pour le reste, c'est très vague. L'auteure parle beaucoup de magnétisme mais n'élabore pas trop sur l'usage.
J'ai bien aimé les parties avec Crozier qui me faisaient parfois penser légèrement au chef-d'oeuvre qu'est Moby Dick. En fait, c'est peut être ça le problème. je m'attendais trop à voir des ressemblances avec le roman d'Hermann Melville.
Je crois qu'en résumé, je ne suis pas le public cible pour la lecture de ce livre qui selon moi pourrait convenir à des gens qui trouverait Moby Dick trop lourd avec ses descriptions à n'en plus finir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Sachenka
  10 avril 2011
Dominique Fortier a réussi un tour de main, c'est-à-dire rassembler habilement deux trames narratives ainsi que moults détails en un tout fort agréable à lire. du bon usage des étoiles est surtout l'histoire de la recherche du mythique passage du Nord-Ouest, relatée dans les journaux de Sir John Franklin et Francis Crozier (dans lesquels la personnalité, la voix de chacun ressort énormément) ainsi que par les échanges de quelques marins. Cette histoire, qui aurait pu être refroidie par la rude aventure de ces explorateurs, est allégée par des retours en arrières mais surtout par le récit des aventures de Lady Franklin. En effet, pendant que son mari est prisonnier des glaces de l'Arctique, Jane se promène en Europe et dans la haute société anglaise. À cela s'ajoute des extraits de pièce de théâtre, de traité scientifique, de recette, etc. Et que dire du style de l'auteure? Il est fluide, évocateur, à la fois recherché et sans prétention... Bref, le lecteur a droit à un récit d'exploration, à une histoire d'amour et à une chronique des moeurs victoriennes qui sauront le charmer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
raton-liseurraton-liseur   21 juin 2012
Du blanc, à perte de vue. Le blanc du ciel qui se fond dans le blanc de la terre enfouie sous la neige, qui se fond dans la blanc de l’eau couverte de glace, qui se font dans le blanc qu’on finit par avoir sous les paupières quand on ferme les yeux.
Un blanc gris sous les nuages lourds de neige, un blanc d’ombre qui avale les distances et trompe la prunelle. Un voile blanc qui recouvre tout.
Un blanc noir les jours d’hiver sans soleil. (p. 187, Partie 2, “Les Voiles”).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
raton-liseurraton-liseur   22 juin 2012
Vous n’avez pas, mon cher Crozier, l’habitude de ces récits de voyage. Sachez donc que si l’essentiel de ce qu’on y raconte est vrai, il arrive que l’on éprouve le besoin d’enjoliver quelque peu les évènements, ou alors de les faire paraître plus terribles qu’ils ne le sont en réalité. Moi-même, qui suis pourtant d’une grande rigueur, à l’occasion, j’ai dû… (p. 165, “18 septembre 1846, 69° 6’N, 102° 23 O, 17° F”, Partie 2, “Les Voiles”).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SachenkaSachenka   10 avril 2011
L'hiver est une créature redoutable, qui mord, griffe, ronge et dévore ses victimes à petit feu. Il fait fendre les clous, et éclore dans les glaces et sur le verre des floraisons délicates comme des dentelles à la beauté maléfique, il engourdit les membres et l'esprit, jusqu'à l'âme qui bientôt ne souhaite plus que se fondre dans ce tout silencieux dont la pureté meurtrière semble repos et paix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BMRBMR   23 août 2013
[...] Lady Jane écrivait donc à Sir John presque tous les soirs, des lettres longues, regorgeant de détails, de nuances, d'observations et de recommandations. Il ne lirait pas ces missives avant son retour, mais elle croyait presque qu'il lui suffisait d'en tracer les mots sur le papier pour que, mystérieusement, ils trouvent le moyen de parvenir à son mari, sous une forme ou une autre, en rêve, qui sait. Au fond, un tel échange de pensées par-delà l'océan n'aurait pas été si différent des merveilles que l'on attribuait au magnétisme, et si un pôle de la Terre pouvait attirer sans coup férir toutes les aiguilles aimantées, pourquoi l'esprit de son mari n'attirerait-il pas les mots que lui destinait son épouse par-delà l'océan ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SachenkaSachenka   03 avril 2011
Quant à moi, je suis allé au bout de la Terre, j'ai basculé dans ce vide où il n'y a ni monstres marins ni poulpes géants ni sirènes ni même Dieu ; je n'ai trouvé que la nuit dans cet abîme, et c'est sans doute, de toutes les découvertes, la plus terrible.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Dominique Fortier (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Fortier
Ho?tel Lonely Hearts | Heather O?Neill
Dans un orphelinat de Montréal, toutes les filles s?appellent Marie, et tous les garçons, Joseph. Mais parmi la grisaille des enfants abandonnés brillent deux étoiles?: Rose et Pierrot.
Les deux orphelins se produisent en spectacle devant de riches Montréalais pendant les Années folles. Il joue du piano, elle danse, et ils rêvent ensemble de fonder le plus grand cirque du monde. Arrivent plutôt la Crise, la pauvreté crasse et une double plongée dans l?univers interlope. La Dépression est cruelle aux rêveurs, qui continueront pourtant de chercher à se réunir au clair de la lune.
L?auteure de la vie rêvée des grille-pain signe un conte sentimental d?une magie brute, porté par un érotisme troublant, où la misère se voile de paillettes et l?amour a raison de toutes les tempêtes.
Traduit de l?anglais par Dominique Fortier
editionsalto.com/catalogue/hotel-lonely-hearts-heather-oneill/
+ Lire la suite
autres livres classés : canadaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1544 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..