AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782283034484
150 pages
Éditeur : Buchet-Chastel (15/10/2020)
3.73/5   43 notes
Résumé :
"Je vais essayer de me souvenir de tous les animaux qui m'ont aidé à vivre, à qui j'ai envie de dire merci."
Voilà comment démarre cette déclaration d'amour au genre animal.
Puis les interrogations se succèdent : comment leur dire bonjour ? Doit-on les tutoyer ? Comment écrit-on à un chien ou un lapin pour leur dire notre reconnaissance du coeur ou du ventre ? D'ailleurs peut-on manger ceux qu'on aime ? Pourquoi les animaux ont-ils la politesse de ne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 43 notes
5
8 avis
4
8 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

mcd30
  28 octobre 2020
Un livre à mettre sous le sapin si vous avez la patience. C'est toujours une fête de retrouver, Jean-Louis Fournier. Cette fois-ci, cerise sur le gâteau, il nous parle des animaux.
Avec l'aide de Artdéco, sa minette, l'auteur facétieux, désopilant, tendre, émouvant, donne la parole aux animaux avec son humour bien particulier.
Il nous parle de maltraitance, d'abattoir, d'abandon, de l'usage que nous en faisons. Un tour d'horizon des souffrances que nous leur imposons.
Il s'insurge contre Descartes et nous dit : « Je préfère l'intelligence animale à l'intelligence artificielle, elle est naturelle comme les fleurs. »
Si les animaux revendiquent leurs droits, Jean-louis Fournier leur écrit des lettres, leur offre des rubriques et pendant ce temps, Artdéco pouffe, s'esclaffe, souris pardon sourit, se moque de son maître et ne s'en laisse pas compter.
Merci qui ? Merci mon chien est un très bel hommage aux animaux qui se lit trop vite. Merci monsieur Fournier.
Merci aux éditions Buchet.Chastel pour leur confiance.
#Merci qui ? Merci mon chien#NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          577
fanfanouche24
  24 juin 2021
"Tendre savoir-vivre avec les animaux"... sous-titre des mieux choisis !
« On ne dit jamais "merci" aux animaux. Pourtant, on devrait. Ils enchantent le ciel, la mer et la terre. Sans les animaux, il n'y aurait pas de paradis terrestre. Ils ne méritent pas l'ingratitude des hommes. Ils méritent leur reconnaissance. Alors, comme ils ne le demandent jamais, on va leur dire "merci".
Jean-Louis Fournier
Un auteur,grand ami de Desproges est un écrivain dont j'apprécie toujours beaucoup l'humour, l'ironie, l'autodérision, les jeux de mots et calembours… tout en disant souvent à l'Espèce humaine ses quatre vérités !!...
Cet opus, que j'avais manqué à sa sortie, je l'ai lu en une soirée, avec bonheur et attendrissement…Là Jean-Louis Fournier rend hommage à tous les animaux et à ceux qui l'ont accompagné de leur affection…tout en pointant de façon drôle et virulente, les multiples manquements que nous avons envers eux…tout en prenant à témoin, son chat, Artdéco,dans un dialogue drôlatique !
« Je vais essayer de me souvenir de tous les animaux qui m'ont aidé à vivre, à qui j'ai envie de dire merci. » (p. 36)
Au fil de brefs chapitres thématiques, l'écrivain nous distille quelques souvenirs de sa vie, comme cette brève période, où, tout jeune, il a dû se transformer en « apprenti-fermier », pour l'amour de la belle fille de « fermiers »… Expérience qu'il a racontée avec beaucoup de verve, toujours, dans « Poète-paysan » !
De cette période , est née son affection pour les gentilles vaches placides… s'ensuivit la création de la fameuse et sympathique « Noiraude » !
Un livre à la fois très drôle et poignant, nous interpellant , nous, « fichus humains »…de la plus verte façon, quant à nos défaillances envers le règne animal… !
« «Les dindes, les vautours, les bécasses, les buses, les pintades, les corbeaux, les serins, les pies...et les morues, les thons, les requins, les cochons, les vipères, les taupes, les cafards, les cancrelats, les chacals, les gloutons, les hyènes, les chiens, les chiennes, les chameaux se sont regroupés pour créer l'association Les Colériques homonymes.
Ils ne supportent plus que leurs noms servent d'insultes.
En revanche, les tourterelles, les lapins, les biches, les colombes sont enchantés que leurs noms soient utilisés par les humains dans leurs déclarations d'amour. » (p. 30)
Un joli moment de lecture avec toutefois, «de nombreux moments de honte quant à nos comportements « d'humains non-humains » envers tous les animaux. ! Une bonne leçon à méditer...avec l'humour et le Rire, toujours au rendez-vous...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
lecassin
  01 février 2021
Noël. Un cadeau. Chouette : un Fournier !
J'aime bien, Fournier. Enfin… J'aimais bien ; les premiers… Mais il faut reconnaître que depuis quelques temps, je décroche. J'ai de plus en plus l'impression de l'application d'une méthode qui a marché…
Ici, Merci qui ? Merci mon chien. Une expression qu'employait souvent ma mère, bonne éducation oblige. C'est alléchant…
Malheureusement, une déclinaison à l'infini (encore une recette ?) de la constatation : je t'aime de ton vivant, l'animal ; pour ta douceur, pour ton chant, pour ta beauté… Mais je t'aime bien, aussi, dans mon assiette ! Etonnant, non ? Comme aurait dit son copain Desproges…
A l'heure où certains parlent « d'interdire » les expressions comme « sale comme un cochon », « bête comme un âne », etc. , un petit bouquin qui surfe bien sur la vague de l'air du temps. Tout ce qu'il faut pour un beau succès de librairie.
Nota : ce n'est pas dans mes habitudes d'être négatif à ce point. Peut être suis-je très déçu par un auteur que j'ai encensé par la passé. Déçu…

Allez, un chapitre qui rattrape un peu « l'affaire », « la grande » où « la grossièreté, la vulgarité, l'autosatisfaction d' « humoristes » autoproclamés, ainsi que « l'enthousiasme d'un public ravi et hilare » ont dépité l'auteur de l'excellente « minute de Monsieur Cyclopède ». allez, deux étoiles quand même…
Et puis Artdéco, la petite chatte qui apparaît de temps en temps, à la manière de la coccinelle de Gotlib … bon ! trois étoiles, finalement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Zephirine
  10 avril 2021
Alléchée par le titre, j'ai plongé dans l'histoire animalière de Jean-Louis Fournier, auteur que j'apprécie. Hélas, je n'ai pas retrouvé le même plaisir de lecture que pour ses plus anciens ouvrages comme Où on va papa ? ou Poète et paysan. Ça ne casse pas trois pattes à un canard et si j'ai été déçue, c'est sans rancune et je ne lui garderai pas un chien de ma chienne !
Sans vouloir chercher la petite bête, ça reste tout de même très léger, ça papillonne avec des déliés et beaucoup de creux.
Certains écrivains viennent à la rescousse de Jean-Louis Fournier, et, à côté de Descartes qui affirmait que les animaux n'avaient ni conscience ni pensée, on trouve des citations de Théodore Monod, Erri de Luca ou encore Sylvain Tesson pour la cause animale.
Les chapitres sont courts, et très disparates, on passe du coq à l'âne, normal me direz-vous pour un recueil qui parle de bêtes. Ah non, pardon, il vaut mieux dire animal plutôt que bête qui a une connotation péjorative.
Ça se termine en queue de poisson sur la mort du petit chat et la sentence d'Artdéco.
C'est un roman vite lu, plaisant à lire, mais pas de quoi fouetter un chat, n'en déplaise à Artdéco, la petite chatte de l'auteur qui, tout au long des pages, approuve ou se moque des propos de son maître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
coquinnette1974
  14 février 2021
Je remercie les éditions Buchet-Chastel pour l'envoi, via net galley du dernier ouvrage de Jean-Louis Fournier (que j'adore) : Merci qui ? Merci mon chien.
"Je vais essayer de me souvenir de tous les animaux qui m'ont aidé à vivre, à qui j'ai envie de dire merci."
Voilà comment démarre cette déclaration d'amour au genre animal. Puis les interrogations se succèdent : comment leur dire bonjour ? Doit-on les tutoyer ? Comment écrit-on à un chien ou un lapin pour leur dire notre reconnaissance du coeur ou du ventre ?
Et de nombreuses autres questions du même acabit.
Je suis très sensible à la plume de Jean-Louis Fournier, à son humour noir, un peu (beaucoup..) grinçant, qui me fait souvent sourire. Rares sont ses ouvrages que je n'apprécie pas.
Merci qui ? Merci mon chien est un très bel hommage aux animaux. Il a une chatte, Artdéco, qu'il évoque évidemment à plusieurs reprises.
En tant qu'amoureuse des animaux, j'ai aimé les réflexions de l'auteur, toujours bourrées d'humour noir.
C'est pince sans rire, j'ai souvent souri et vraiment passé un bon moment de lecture.
Merci qui ? Merci mon chien est un hommage original, tout en tendresse et subtilité, que je recommande à tous et qui mérite bien cinq étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220

Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
mcd30mcd30   04 novembre 2020
Je suis très triste.
Je rencontre un voisin qui s'étonne de me voir dans un tel état de tristesse. Pour me consoler, il ne trouve rien de mieux que cette phrase :
"C'est pas grave, c'était qu'une bête."
J'ai eu un instant la tentation de l'imaginer mort à mes pieds et de pouvoir lui dire :
"C'est pas grave, t'étais qu'un homme."

Aujourd'hui est un jour particulier et j'avais envie de partager cet extrait avec quelques babeliotes qui ont vécu la perte d'un ami ces derniers temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
fanfanouche24fanfanouche24   24 juin 2021
Cher Monsieur Orsenna,

La nouvelle génération d'animaux ne supporte plus que le mot "bête" les désigne en même temps qu'il qualifie l'inintelligence.
Cette confusion très méprisante entre le substantif et l'adjectif péjoratif doit cesser.
Quel sentiment d'injustice chez nos jeunes ! C'est dur, dès sa naissance , d'être appelé "bête".
Combien de dépressions, de révoltes, de suicides...!
Quelle serait votre attitude, vous les humains, si les deux mots , "humain" et "crétin", étaient interchangeables et devenaient synonymes ?
L'Académie française peut nous aider à trouver une solution.
Ne pourriez-vous pas envisager de supprimer définitivement du dictionnaire l'adjectif "bête", pour ne garder que le substantif "bête" pour nous désigner et le remplacer par "animal" ?
Cette seconde solution a notre préférence.
Dans "animal" , il y a anima.
Anima en latin, c'est l'âme.
Et les animaux ont une âme. (p. 25)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
fanfanouche24fanfanouche24   24 juin 2021
Les dindes, les vautours, les bécasses, les buses, les pintades, les corbeaux, les serins, les pies...et les morues, les thons, les requins, les cochons, les vipères, les taupes, les cafards, les cancrelats, les chacals, les gloutons, les hyènes, les chiens, les chiennes, les chameaux se sont regroupés pour créer l'association Les Colériques homonymes.
Ils ne supportent plus que leurs noms servent d'insultes.

En revanche, les tourterelles, les lapins, les biches, les colombes sont enchantés que leurs noms soient utilisés par les humains dans leurs déclarations d'amour. (p. 30)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
lecassinlecassin   01 février 2021
La grande poilade. Avec ce titre, on pouvait s’attendre au pire, je n’ai pas été déçu. Le pire est arrivé.
On atteint le fond. Des rigolos de fin de banquet, « humoristes » autoproclamés, racontaient leurs histoires les plus drôles.
La grossièreté, la vulgarité, l’autosatisfaction des « humoristes » et l’enthousiasme d’un public ravi et hilare, m’ont accablé.
Commenter  J’apprécie          150
mcd30mcd30   28 octobre 2020
Les leçon de savoir-vivre avec les hommes

Des lapins peuvent-ils assister à l'enterrement d'un chasseur tué dans un accident de chasse ?

Oui, à condition de ne pas rigoler pendant la cérémonie.
Commenter  J’apprécie          241

Videos de Jean-Louis Fournier (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Louis Fournier
Parole d'écrivain avec Jean-Louis Fournier
Pour ce quatrième episode de la nouvelle saison de « Parole d'ecrivain », Sarah Masson avait rendez-vous avec Jean-Louis Fournier, qui vient de publier son nouveau roman « Je n'ai plus le temps d'attendre ». Pour Jean-Louis Fournier, l'écriture est un jeu, un plaisir de raconter et une grande liberté. C'est aussi un homme pressé qui nous parle de notre rapport au temps. Bonne ecoute !
Un podcast de Sarah Masson, egalement auteure d'un premier roman chez JC Lattes : « le Silence apres nous ».
#paroledecrivain #podcast #sarahmasson #jeanlouisfournier #jenaiplusletempsdattendre #ecriture
+ Lire la suite
autres livres classés : animauxVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Huit titres de Jean-Louis Fournier.

Il a jamais tué personne, ...

mon tonton
mon pépé
mon frangin
mon papa

8 questions
127 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Louis FournierCréer un quiz sur ce livre