AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Rovini (Autre)
ISBN : 2070701050
Éditeur : Gallimard (11/10/1984)

Note moyenne : 4.31/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Tout en faisant le point des connaissances sur l'œuvre et la personne de Montaigne, Hugo Friedrich entend subordonner cette information à l'analyse de ce que Montaigne appelait «science morale» ; non pas une morale normative, mais une discipline descriptive qui s'intéresse à la variété comme à la motivation des mœurs et qui, à travers les «moralistes» français, aboutira à notre anthropologie moderne.
D'où un nouvel examen des problèmes classiques : la singula... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
AuroraeLibriAuroraeLibri   09 septembre 2016
Le style antiquisant donné à cette décision de vivre dans la solitude est évident. Achever une période d'activités publiques et politiques par un retour à l'oisiveté et à la méditation passait, dans les milieux cultivés du siècle d'Auguste, pour l'acte qui convient à la vieillesse; Ciceron, dans le De Senectute, Sénèque et Pline le Jeune dans leurs lettres, ont dit leur sentiment là-dessus. Otium cum litteris (Sénèque, Lettres, 82), la formule est celle d'une forme de vie adoptée par les humanistes de la Renaissance. Pétrarque leur montre la voie; il fournira le modèle même de la solitude érudite transportée de la cellule monacale au cabinet du savant, type profane qui allait désormais évoluer parallèlement aux formes religieuses du renoncement au monde. Plus tard, s'inspirant de motifs platoniciens tirés du Banquet, ce seront des cénacles qui s'isoleront ainsi, par exemple les cercles ésotériques de l'Académie médicéenne; ces formes passeront ensuite en France : l'utopie rabelaisienne de l'abbaye de Thélème en est le reflet littéraire le plus connu. La retraite de Montaigne reste aussi dans la ligne de cette tradition cultivée. Il se décida pour la solitude personnelle dans sa sphère privée domestique. Quoique atténuée, une atmosphère de réclusion lettrée, humaniste, de méditation soliloquante, flottera jusqu'à la fin sur les Essais, convenant beaucoup plus à ses goûts que le commerce du monde avec ses devoirs d'état, de politique, de conversation. Sans manifester toutefois de sentiments rigoureusement hostiles au monde, ni quelque orgueil ésotérique que ce soit, son livre baigne dans un espace serein où la vie de l'auteur, qui poursuit son cours habituel nullement inactif encore, ne pénètre plus que tamisée, et tempérée par le recul de la contemplation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AuroraeLibriAuroraeLibri   18 septembre 2016
Montaigne est un des auteurs classiques que l'on relit, parce qu'il remplit le fond de ce qu'il dit de possibilités inexprimées ou à peine suggérées que l'on peut chaque fois imaginer différentes. Il se prête à toutes les humeurs de la lecture et garde toujours en réserve le mont dont on a justement besoin : même les subtilités d'interprétation, si dangereuses ailleurs, ne tombent jamais tout à fait à côté de lui. Et il gagne en qualité au fur et à mesure qu'on le lit plus souvent. "C'est un vin qui s'amende en vieillissant", disait déjà des Essais la sagace Melle de Gournay.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AuroraeLibriAuroraeLibri   08 septembre 2016
Ses fonctions de juge et de conseiller le mirent en contact avec les troubles religieux qui éclataient alors et qui formeront la grande toile de fond historique de sa vie. Comme magistrat, aussi bien que dans le privé, il était toujours resté catholique conservateur. Ce trait est d'autant plus remarquable qu'il n'y avait de notables divergences confessionnelles dans son proche milieu familiale. Un de ses frères et deux de ses soeurs s'étaient ralliés à la Réforme. Une nièce, élevée dans le calvinisme, se convertit par la suite au catholicisme, sous son influence, prétend-on (elle fut même béatifiée au siècle suivant). Un de ses cousins était jésuite. Dans la famille de sa femme, on était notoirement ennemi des huguenots. Les divisions religieuses de l'époque se reflétaient donc dans l'entourage immédiat de Montaigne. Il put prendre ainsi une vue directe du déchirement confessionnel, ce qui est important pour définir, comme nous le ferons, son attitude dans les questions religieuses. (...)
Il faut garder ces faits présent à l'esprit pour savoir que le drapé personnel des Essais couvre une couche d'expériences qui s'étendent aux grandes affaires de la Couronne et de l'Eglise de la France d'alors. Les problèmes de la liberté philosophique et de son accommodement avec la vie de société et la vie politique, qui traversent tous les Essais, Montaigne leur avait fait subir, comme à l'idée maîtresse de son conservatisme sceptique, l'épreuve d'une réalité à laquelle il avait pris lui-même une part active.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AuroraeLibriAuroraeLibri   18 septembre 2016
Sous le désordre de la pensée et de la forme des essais, ce qui vit, c'est la physionomie intellectuelle et humaine de Michel Montaigne, "qui passa pour ce qu'il fut, tel qu'il fut lui-même. Sous le désordre de la pensée et de la forme des Essais, ce qui vit, c'est la physionomie intellectuelle et humaine de Michel de Montaigne, "qui passa pour ce qu'il fut, tel qu'il fut lui-même", suivant l'expression de Ranke. Au reste, la difficulté de cette pensée au style vagabond consiste dans l'obligation de mettre dans ses dires la vertu même et la réalité singulière de l'objet, du moment considérés. Elle est entièrement réduite à elle-même. Elle ne peut pas s'en remettre à l'automatisme d'un schéma systématique, qui oriente tout suivant des lignes prescrites et oblige l'auteur, par respect de l'ensemble, des transitions et des enchaînements logiques, à dire des choses qu'il n'eût pas dites pour elles-mêmes. Elle reçoit sa clarté de l'inspiration et sait que l'inspiration peut être plus féconde que la marche ordonnée : à sa lumière, la banalité usée à force d'être dite redevient elle-même un miracle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AuroraeLibriAuroraeLibri   08 septembre 2016
Un trait qui avait frappé tous les lecteurs contemporains des Essais est la prétention nobilaire de leur auteur, qui aimait bien viser un peu plus haut qu'il ne convenait au rejeton d'une famille de bourgeois commerçants. Montaigne a parlé de lui-même comme s'il appartenait à la noblesse la plus ancienne. Cet homme par ailleurs si porté à l'humilité semble ici en proie à une vanité dont il n'est pas maître. le fait d'avoir, après la résignation de sa charge, servi à l'occasion comme officier dans les rangs de la noblesse périgourdine l'induisit à s'attribuer la noblesse d'épée. On se hâta d'en sourire ou de s'en moquer, et ce fut un des rares points sur lesquels ses contemporains et la génération suivante ne le prirent guère au sérieux. Scaliger, Bratôme, puis Guez de Balzac plaisantèrent ce travers. Il joue encore un rôle dans la critique de Montaigne minutieusement détaillée par la Logique de Port-Roayl, où il sert à illustrer la folie, la vanité et l'égocentrisme humains dont Montaigne sera le modèle aux yeux des cercles jansénistes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Dans la catégorie : EssaisVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Essais (404)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Hugo Friedrich (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
287 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre