AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221094875
Éditeur : Robert Laffont (19/04/2001)

Note moyenne : 4.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Nous vivons dans un monde de violence. Et nous ne pouvons que nous interroger sur ce besoin de cruauté propre à l'homme. Erich Fromm dissèque ici tous les aspects de cette destructivité en faisant appel à toutes les disciplines qui peuvent jeter une lumière nouvelle sur la question : la neurophysiologie, la préhistoire, l'anthropologie, la psychologie animale, la psychanalyse.
Fromm va au-delà de la controverse entre les instinctivistes, tel Lorenz, qui voie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Tatooa
  12 mars 2015
Un peu daté, mais intéressant... La bataille entre l'instinctivisme et le behaviourisme a fait long feu... le sujet de l'agressivité humaine est en perpétuelle évolution en psychologie, et ma fille, si elle regarde un peu ces vieilles théories, a des cours considérablement plus intéressants...
Cependant, le bon sens d'E. Fromm fait plutôt mouche, et j'avoue que j'aime bien le fait qu'il n'a pas peur de pointer du doigt les défauts de nos sociétés dites "modernes" mais qui, sur le plan de l'âme humaine et son "évolution", sont bien en retard (par rapport à d'autres cultures en passe de disparaître).
Toute la fin du bouquin est intéressante, et l'étude d'Hitler, à comparer avec celle d'A. Miller (que je trouve plus pertinente), l'est également, ne serait-ce justement que pour avoir un autre point de vue !
De ce fait, c'est une lecture qui s'est avérée plutôt agréable pour moi.
Commenter  J’apprécie          50
Kadjagoogoo
  29 mai 2017
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   06 février 2015
Ce n'est que dans les années 20 que le centre d'intérêt de la psychologie a basculé radicalement du "sentiment" au "comportement" ; en même temps les émotions et les passions ont disparu du champ de vision d'un grand nombre de psychologues comme autant de notions dénuées de signification, du moins d'un point de vue scientifique. L'objectif principal de l'école dominante en psychologie est devenue le "comportement", et non pas "l'homme se comportant". La science de la psyché s'est transformée en science de la mécanique de la conduite animale et humaine. Cette évolution a atteint son point culminant avec le néo-behaviorisme de Skinner, théorie psychologique qui est aujourd'hui (ndr : 1973) la plus largement acceptée dans les universités des Etats-Unis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TatooaTatooa   02 février 2015
Terminologie
l'usage équivoque du terme "agression" a créé une grande confusion dans l'abondante littérature qui lui est consacrée. Le mot a été indifféremment appliqué au comportement de l'homme qui protège sa vie contre une attaque, au voleur qui tue sa victime pour lui prendre son argent, au sadique qui torture un prisonnier. La confusion va même plus loin : le mot a été appliqué à l'approche sexuelle de la femelle par le mâle, aux impulsions qui incitent l'alpiniste ou le représentant de commerce à aller de l'avant et au paysan qui laboure la terre. Cette confusion est peut-être due à l'influence de la pensée behavioriste en psychologie et en psychiatrie. Si on appelle "agressions" tous les actes "nuisibles", c'est à dire ceux qui ont pour effet d'endommager ou de détruire un objet inanimé, une plante, un animal ou un homme, il est évident que la qualité de la pulsion qui conduit à l'acte nuisible perd toute signification. Si les actes commis dans l'intention de détruire, dans l'intention de protéger et ceux qui ont un but constructif sont tous désignés par un seul et même mot, il est évident qu'on ne peut espérer comprendre leur "cause" ; ils n'ont pas de cause commune parce qu'il sont des phénomènes totalement différents les uns des autres.
(ndr : resituer le livre à son époque, 1973)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TatooaTatooa   11 février 2015
L'homme le plus sadique et le plus destructeur est humain - aussi humain que le saint.
[...] Ces considérations n'impliquent aucunement que la destruction et la cruauté ne soient pas des vices ; elles signifient simplement que le vice est humain. Elles sont en effet destructrices de la vie, du corps et de l'esprit non seulement de la victime, mais également du destructeur. Elles constituent un paradoxe : elles expriment que la vie se retourne contre elle-même dans son effort pour se donner un sens. Elles sont les seules véritables perversions. Les comprendre n'est pas les excuser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TatooaTatooa   27 février 2015
La véritable révolution apportée par Freud est de nous avoir fait reconnaître l'aspect inconscient de l'esprit humain et l'énergie qu'il met à refouler la prise de conscience de ses pulsions indésirables. Freud a montré que les bonnes intentions ne signifient rien si elles dissimulent des désirs inconscients ; il a démasqué la malhonnêteté "honnête" en démontrant qu'il ne suffit pas d'avoir eu "consciemment" l' "intention" d'agir bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TatooaTatooa   12 février 2015
Parce que le néo-behaviourisme n'a pas de théorie de l'homme, il ne peut voir que le comportement, et non l'homme se comportant. Si quelqu'un sourit pour me cacher son hostilité, ou si une vendeuse sourit dans un magasin parce qu'elle en a reçu la consigne (dans les bons magasins !) ou si un ami me sourit parce qu'il est content de me voir, tout cela, pour le néo-behaviouriste, est une seule et même chose : "un sourire est un sourire". Que cela ne fasse aucune différence pour le Pr Skinner en tant que personne, c'est quelque chose de très difficile à croire, à moins qu'il ne soit si aliéné lui-même que la réalité de l'individu n'ait plus aucun intérêt pour lui. Mais si la différence a quelque importance, alors comment une théorie qui l'ignore pourrait-elle être valable ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Video de Erich Fromm (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erich Fromm
Fabrice Midal, directeur de la collection L'Esprit d'ouverture des éditions Belfond, présente le livre "L'Art d'aimer" d'Erich Fromm. Pour Erich Fromm, éminent psychanalyste, l?amour est un art qui s?apprend et se cultive. Accessible, lumineux, profondément humaniste, "L?Art d?aimer" est un ouvrage majeur, un classique indispensable, plus que jamais en résonance avec notre époque.
Lire un extrait de "L'Art d'aimer" : http://bit.ly/1GJN04S http://www.espritdouverture.fr
autres livres classés : psychologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
301 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre