AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Paul Manganaro (Autre)
EAN : 9782020097635
285 pages
Éditeur : Seuil (01/10/1987)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :
L'Adalgisa, la Connaissance de la douleur et l'Affreux Pastis de la rue des Merles sont l'œuvre proprement romanesque de Gadda. Les deux premiers ont été écrits simultanément - la Connaissance sur le fond d'une image des Préalpes lombardes, tandis que l'Adalgisa explore le monde de la ville. C'est donc, ici, une sorte d'épopée milanaise au premier quart de ce siècle.
Plus que jamais chez Gadda, la satire et la dérision portent la narration : le célèbre dynami... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
ManonReal
  30 janvier 2018
Bienvenue dans l'univers de Carlo Emilio Gadda, un univers centré sur la ville de Milan, son dynamisme et sa démesure de grande métropole du Nord de l'Italie! Ici, c'est cette ville qui est le personnage principal et c'est ensuite que vient l'Adalgisa, veuve s'occupant du cimetière Monumental. C'est aussi l'essor et l'omniprésence de la Bourgeoisie et de l'urbanisme, ajoutant à cela le dialecte milanais et la "milanesità", aspects typiques de la vie milanaise et de ses habitants. L'histoire aurait pu être intéressante, malheureusement la difficulté du dialecte associé à la langue italienne standard a rendu ma lecture très complexe :(
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   01 novembre 2018
L’image de la Gaule, des druides, de la cisalpinité en tant que mythe archétypal, se dresse comme écran réfléchissant et polysémique d’une barbarie déconcertante, parce qu’elle déplace toute intention, tout effort logique de la pensée : il ne suffit plus de souligner la caricature, ou l’ironie, ou le répertoire de l’imagerie prosodique de Gadda ; la tension de l’écriture se crée cette fois à travers la cosmogonie d’un espace à jamais perdu où l’auteur se retrouve mnémoniquement étranger, comblé justement parce que dépourvu de mémoire, et babillant, ce qui mieux lui permet d’opérer perte et dépense de ce qui appartient au territoire natal, maternel et patronymique. La langue, dans l’Adalgisa, se décide dans l’effort et l’affrontement entre italien, dialecte lombard et jargons, tous de régime celtique, qui l’émaillent ; et quoique ce système soit repris ailleurs, il y a dans ces récits-là comme la pureté immédiate, et par moments maladroite, d’une grande décision linguistique, avant qu’elle ne soit érigée en système absolu dans l’Affreux Pastis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 novembre 2018
Des femmes passent, et des filles : et parfois, pour certaines d’entre elles, les hommes ou les gars se retournent et murmurent entre eux ce qu’ils pensent ou ce qu’il leur semble devoir désirer : ils marchent et rient : en se retournant, le plus hardi trébuche. Et l’un parfois a un regard qu’une fillette reçoit silencieusement : et celui-là alors, en s’en allant, emmène en son âme comme un espoir et une douceur consolatrice, après les heures de fatigue. Une automobile dans sa course, comme eût fait un projectile, a dépassé, en l’effleurant, celui qui marchait. Elle l’assourdit, le couvre de poussière : il n’y prête pas attention. Les esprits patients et forts, quand ils sont pris par une affection subite ou un soudain bouleversement des sens, ignorent la poussière de la route, la lacération des sirènes en furie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 novembre 2018
De vrais pigeons.
« Que sûr ! » : l’histoire de la loterie, avec le Saint-Sépulcre en premier prix. Pour arracher de la poche, à certains grands bambins bouche bée, le cœur de leurs, quatre sequins, c’est-à-dire des économies gagnées à la sueur de leur front, qui leur avaient coûté toute une vie ; pour les plumer comme il faut, ces petits poulets (à maman), sans qu’ils aient à criailler trop fort, et arriver même enfin à les combler d’une belle porte close, scellée réglementairement « par l’autorité judiciaire » ; pour parvenir à ce but suprême du « crédit »et de l’« activité de crédit », on peut bien s’ingénier et se servir d’une croix ; de la patrie, puis, n’en parlons même pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 novembre 2018
Quel raffinement du sentir, quel doux imaginer entraînent les possesseurs de jardins mystérieux à en peupler le parfum profond de rêves vivants ! Un susurrement religieux accompagne le souffle de la nuit : et une pensée, ou plusieurs autres, viendront certes à l’esprit des propriétaires. Parfois, ils reçoivent des hôtes qui, ayant voyagé sur les mers et couru des pays lointains, veulent s’attarder en ces jardins, et boire cette chaleur, cette respiration profonde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 novembre 2018
Elles frissonnaient encore, dans leur rêve-souvenir, en caressant les pavillons desséchés par l’âge, presque pour s’assurer qu’ils étaient toujours bien emmanchés à leur caboche : et à l’élyséen délire de la caboche en question. Elles palpaient, émues : leurs doigts glissaient vers les lobes : deux lardons délicats, sur chacun desquels persistait la brillance de l’inestimable polyèdre gemmé.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Carlo Emilio Gadda (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carlo Emilio Gadda
Pour italiens... A propos de "L'affreux Pastis de la rue des Merles"
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
564 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre