AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Vidal Damien (Autre)
EAN : 9782505123477
176 pages
Dargaud (02/06/2023)
4.17/5   93 notes
Résumé :
Un scénario/document mâtiné de fiction qui raconte la prise en otage des montres Lip par les ouvriers de l'usine. 329 jours de lutte racontés à travers le prisme d'une ouvrière, Solange, d'abord réticente puis partie prenante... L'affaire Lip a tenu en haleine toute la France en 1973, les ouvriers ayant décidé d'occuper l'usine et de cacher le stock de 25 000 montres comme trésor de guerre. Un roman graphique de 176 pages – dont un cahier supplémentaire inédit – pou... >Voir plus
Que lire après Lip : Des héros ordinairesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
4,17

sur 93 notes
5
6 avis
4
10 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Mis en péril par la concurrence américaine et japonaise, l'horloger Lip dépose le bilan en avril 1973. Les ouvriers réagissent, s'opposant au démantèlement de l'entreprise et aux licenciements. Ils manifestent, occupent les locaux, continuent à produire et à vendre des montres. La lutte dure presque un an, bras de fer entre salariés et actionnaires soutenus par le gouvernement. Ce conflit a été abondamment relayé par les médias et a suscité des mouvements de solidarité au niveau national et même au-delà des frontières.

Les auteurs inscrivent subtilement quelques trajectoires individuelles dans l'histoire de cette mobilisation sociale emblématique, notamment celle d'une femme qui s'émancipe de la domination de son mari. On entend des salariés prendre conscience de l'importance de la solidarité et de leur propre valeur, eux qui se dépréciaient en tant que "simples OS". On voit certains quitter le navire (il faut bien continuer à gagner sa croûte), d'autres rejeter toutes les propositions qui viennent d'en haut (question de principe).

BD à la fois simple et intéressante, avec la voix du chanteur François Béranger (1937-2003) en bande-son - réellement venu soutenir le mouvement à Besançon :
"La morale du travail,
La productivité,
L'Etat et les patrons,
Leurs mensonges et leurs lois...
Tu n'es que la victime
D'un complot bien monté,
Celui de l'exclusion
Parfaitement planifiée...
Pour faire marcher le monde,
Hier on t'exploitait,
Aujourd'hui on te jette,
Ça s'appelle le progrès..."
(p. 96 - Parole aux exclus)
Commenter  J’apprécie          200
Un livre magnifique sur les ravages du capitalisme et le mépris pour le travail et les travailleurs.

Les Lip, j'avais déjà entendu ce mot mais sans vraiment savoir de quoi il s'agissait précisément, cet ouvrage a comblé cette lacune et m'a donné envie d'aller plus loin encore dans mes recherches.

Les Lip semblent d'ailleurs être d'actualité, depuis ma lecture j'ai croisé sur les murs de Paris une affiche rappelant le 50è anniversaire de la lutte des Lip. Sans doute un écho aux derniers événements sociaux.

Les Lip, c'est l'histoire banale mais que l'on découvrait visiblement un peu à l'époque d'une logique financière bien différente de celle du commun des mortels.
Une grande entreprise internationale achète une petite usine de Besançon qui fabrique des produits renommés et dont la pérennité n'est absolument pas menacée.
Petit à petit le nouveau propriétaire, pour qui seul le nom de l'entreprise compte démantèle l'outil de production.
Et forcément, au bout d'un moment se pose la question de la survie du site de Besançon.
Les travailleurs vont alors se mobiliser et jour après jour démontrer leur détermination. Ils vont montrer grâce à leur persévérance et à leur créativité qu'un autre modèle est possible.

Au-delà de la lutte pour la survie d'une entreprise, on voit dans ce magnifique livre que c'est toute une ville, un département voire une région qui sont menacés et impactés par une telle fermeture.

C'est toute une époque qui est dépeinte ici, une époque où les femmes ne peuvent pas vraiment décider de leur sort (dans l'expérience Lip si) ; ou il y a une hiérarchie sociale stricte (pas chez les Lip), etc. Lip va créer une brèche dans tout cela.

Les Lip vont proposer de revenir à des valeurs très simples et efficaces, les valeurs du travail et de la lucidité économique, fabriquer des produits de qualité à des prix corrects dans le but de payer les travailleurs de façon convenable et ainsi créer un cercle vertueux et efficace.

Mais l'idée de ces coopératives ouvrières ne plait pas au patronat et ne plait pas non plus au gouvernement. Imaginez que cela fasse tache d'huile. Alors ils vont s'évertuer à détruire le projet réaliste et rentable pour prouver que cela n'est pas possible. 5 ans après mai 68 et alors que le Larzac s'enflamme il ne serait pas bon de créer des précédents et de laisser croire qu'un autre monde est possible.

En refermant ce livre, on se dit que Lip, ce fut un magnifique champ d'expérience qui aurait pu permettre une révolution industrielle positive mais que comme souvent dans les révolutions, on revient au point de départ lorsqu'elle s'achèvent.

Les Lip c'est un rêve, les Lip c'est une utopie peut-être mais surtout les Lip ce sont des hommes et des femmes qui ont essayé et un temps réussi à faire vivre un rêve, celui de travailler la tête haute. Ce livre rend vraiment hommage à ces hommes et à ces femmes.

Le contenu est fort et passionnant, le dessin le met superbement en valeur. En plus on peut trouver ce livre dans les nouveaux formats bd à moins de 10€.

Je suis très content d'avoir découvert cet ouvrage dans la librairie lyonnaise spécialisée « Expérience ».
Commenter  J’apprécie          110
Cette BD revient sur l'affaire LIP qui avait fait grand bruit dans les années 1970. A travers la vie de Solange, personnage de fiction ouvrière chez LIP, nous suivons le quotidien des ouvriers en grève, leurs actions, leurs coups d'éclat, leurs déboires, le soutien - ou non- des citoyens et des politiques.
C'est très intéressant à suivre et à découvrir. C'est beau de voir cette solidarité qui se met en place entre les êtres et la façon dont une idée, une volonté de donner le meilleur à tous de façon égalitaire peut motiver. Cette BD-documentaire montre aussi de façon très nette la façon, toutefois, dont le mouvement s'essouffle et atteint ces limites.
Pour le reste, je dois souligner quelques éléments qui m'ont beaucoup moins plu et à commencer par le système même de personnage de fiction que l'on suit au sein d'une histoire réelle. Je comprends, évidemment, cette démarche mais comme les auteurs veulent une personnalité attachante, il multiplient les scènes consacrées à la jeune-femme, Solange, et qui ne sont vraiment pas très intéressantes. Certes, elle est touchante par moment mais elle n'a pas du tout éveillé mon intérêt. D'autant que c'est souvent elle qui donne les bonnes idées (prendre les montres en otage, les cacher etc) alors que cet évènement historique ne peut, bien évidemment, pas être de son fait.
Second point décevant, et pas des moindres pour moi : la qualité du dessin. Je l'ai trouvé inégal, mal proportionné et peu attrayant...
Commenter  J’apprécie          140
J'aime tout dans cette bande dessinée : le fond et la forme.
Le format (pas trop grand) et les dessins (en noir et blanc et épurés) rendent la lecture vraiment agréable sur un sujet de fond qui me rappelle mon enfance car je me souviens de l'impact au niveau national d'un conflit social pour la sauvegarde de l'entreprise LIP en 1973.
Laurent Galandon et Damien Vidal ont bien réussi ce "LIP des héros ordinaires" préfacé par Jean-Luc Mélanchon qui confirme que la lutte pour l'emploi est toujours d'actualité au sein de l'entreprise.
Il est vrai qu'à l'époque, les travailleurs ont innovés par l'autogestion et la solidarité entre syndiqués et non syndiqués et qu'en cela cette lutte pour la défense de l'emploi reste encore un modèle.
Et puis, j'étais fan de François Béranger qui est venu soutenir le mouvement en chantant alors ça ne s'oublie pas.
Ce que je trouve très bien aussi, c'est que l'histoire est raconté par une femme qui s'est engagée par conviction et qui témoigne aussi de la difficulté d'émancipation des femmes, surtout quand elles sont seules et mères (et ce n'est pas si loin). Son expérience en tant que LIP va l'aider à rencontrer les bonnes personnes et choisir sa vie.
Il ne me reste plus qu'à compléter cette lecture avec le documentaire de Christian Rouaud "Les LIP, l'imagination au pouvoir".
Commenter  J’apprécie          101
Après Les Vieux Fourneaux que Michel avait dévoré avec un plaisir communicatif, la Bande dessinée continue, chez Dargaud du moins de nous parler social et lutte des classes.

En effet, une BD - enfin plutot un roman graphique -- Lip, des héros ordinaires, publié courant du mois de mars se charge de nous rafraichir la mémoire sur une affaire qui a tenu en haleine toute la France en 1973, et qui nous a vraiment emballé, Michel et moi. La bonne idée des auteurs c'est de raconter ces 329 jours de lutte à travers le prisme d'une ouvrière, Solange, d'abord réticente puis partie prenante... Un roman graphique de 176 pages – dont un cahier supplémentaire inédit – idéal pour se rafraichir la mémoire pour les générations de l'époque, ou pour les nouvelles pour découvrir la lutte des ouvriers dont le leitmotiv était : "On fabrique, on vend, on se paie !"

Et le récit est admirablement tissé par Laurent Galandon, le dessinateur Damien Vidal est au diapason en adoptant un trait simple et une mise en noir et blanc des plus sobres qui rendent parfaitement crédible l'histoire de Solange et de cette lutte si emblématique.

Et comme Damien Vidal est lyonnais -et carrément du même quartier que moi- on a pu le rencontrer autour d'un café ce samedi et on lui a posé toutes les questions qui nous brulaient les levres :
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          140


critiques presse (4)
Bibliobs
04 juin 2014
L'épopée autogestionnaire des Lip fait partie des grandes pages de la contestation politique qu'il faut revisiter régulièrement.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
BoDoi
28 avril 2014
La BD, bien documentée et rythmée par une double trame – la fiction amoureuse et le combat social –, a été conçue avec sérieux, sincérité et une pointe de fibre militante, sans idéaliser ses acteurs, fiers, solidaires ou convaincus, parfois radicaux.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest
11 avril 2014
Il permet ainsi aux plus âgés de dépoussiérer leurs classiques sociaux et à ceux, nés après le premier choc pétrolier, de s’adonner à un peu d’archéologie sociale ! Instructif et prenant.
Lire la critique sur le site : BDGest
Auracan
24 mars 2014
Un excellent roman graphique qui fait réfléchir !
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (75) Voir plus Ajouter une citation
- C'est qui, le vieux curé que t'embrassais? Tu sembles bien le connaitre.
- Pas curé, moine! Et c'est mon père.
- Ton père?! Mais s'il es cu... moine, il ne peut...
- Il est entré dans les ordres bien après ma naissance quelques mois après son retour d'Algérie. Il était traumatisé par les événements vécus là-bas. Il était militaire de carrière.
- Il vous a abandonné ta mère et toi, pour s'enfermer entre quatre murs?!
- Ma mère est morte lorsqu'il se battait en Algérie. J'ai fini de grandir auprès de mes grands-parents.
-C'est un peu lâche...non?
- Non...il a su prendre la décision qui lui convenait le mieux. Envers et contre tous. C'est plutôt courageux, je trouve
Commenter  J’apprécie          30
J'aurai bientôt quatre-vingts ans et je voudrais laisser un souvenir à mes enfants ; je pense qu'une montre fabriquée par des ouvriers libres sera le plus beau des cadeaux.
Commenter  J’apprécie          140
Ils sont allés jusqu'au bout : ils ont occupés l'usine...
...ils ont continué à fabriquer des montres, ils les ont vendues.
Pour la première fois dans l'histoire du mouvement ouvrier en France, les salariés de LIP se sont payés eux-mêmes sur le produit de leurs ventes de montres.
Commenter  J’apprécie          70
Notre usine reste occupée par les CRS. Malgré le froid, nous y retournons régulièrement, question de leur rappeler que nous restons mobilisés. Et quelques coups d'éclat réchauffent le coeur comme le drapeau LIP qui flotte sur la flèche de Notre-Dame de Paris. (p. 152)
Commenter  J’apprécie          70
Il n'y a plus de hiérarchie et nous avons un comité d'action où chaque ouvrier peut s'exprimer et proposer des choses. On peut dire qu'on s'autogère.
Commenter  J’apprécie          130

Lire un extrait
Videos de Laurent Galandon (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Galandon
L'alibi
autres livres classés : Conflits sociauxVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (170) Voir plus



Quiz Voir plus

L'envolée sauvage

Quel est le nom de l'acteur principal ?

Adrien
Simon
Alexandre

8 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : L'envolée sauvage, Tome 1 : La Dame Blanche de Laurent GalandonCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..