AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020348898
252 pages
Éditeur : Seuil (23/08/2007)
3.56/5   34 notes
Résumé :
« C’est fini. L’Algérie, c’est fini. » : telle est la certitude qui s’empare du narrateur tandis qu’il contemple le coucher du soleil sur la baie d’Alger.

Nous sommes en 1955, il a 15 ans, la décolonisation n’est encore qu’une rumeur lointaine et un peu abstraite : l’Indochine, la Tunisie…

Issu d’une vieille famille coloniale, il vit avec sa grand-mère, Zoé, qui l’a élevé seule après le départ de ses parents pour le continent, à la Li... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
dido600
  23 septembre 2016
Une oeuvre profondément marquée par l'Algérie et l'aventure coloniale. Dès le début de l'année 1955, le narrateur encore adolescent a compris avant les adultes que tout est fini et qu'il devra quitter l'Algérie. “Mon goût du bonheur est une connerie. La réalité, c'est la violence. C'est fini. ça mettra le temps que ça mettra, mais l'issue est fatale”, écrit Gardel. Dès lors, poursuit-il, “je dois fixer ces rives où je suis né et où je ne vivrai pas”. Son adolescence algéroise hésite entre l'insouciance du lycéen bon élève, plutôt privilégié, et l'inquiétude face aux attentats et à la montée des tensions entre les colons et la population arabe. le narrateur s'enthousiasme pour les cours de lettres au “lycée maréchal Bugeaud” et découvre “les vraies richesses” chez un vieux libraire d'Alger. On croise alors en ville Albert Camus ou l'écrivain Emmanuel Roblès. Mais “Alger dans ces années-là était très malsain pour l'intelligence”, comme l'affirme un personnage du livre, et Gardel quittera l'Algérie en 1957 pour la métropole.
Un livre qui suscite l'interet .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
lalahat
  02 mai 2021
Légère et enjouée, l'écriture de Louis Gardel exprime à merveille les délices de la vie des pieds noirs à Alger au début des années 50. C'est un petit paradis savoureux qu'il décrit, et on se représente immédiatement, lorsqu'il parle des couffins que portent les femmes de ménage par exemple, à quoi tiennent les plaisirs de la vie des colons. le soleil beigne le texte. C'est une immersion fort agréable. Cela n'empêche pas toutefois une réflexion plus grave sur les différences au sein de la population qui compte arabes, pieds noirs et juifs, menée par le truchement un jeune protagoniste, très lucide et clairvoyant. de profondes fissures vont faire éclater l'univers idyllique. L'adolescent en saisit déjà les prémices.
Alors qu'il essaye de déchiffrer le fonctionnement du monde qui l'entoure, le narrateur découvre la complexité de l'être humain et de sa place dans une société en mouvement. Un personnage, son professeur Marco, le fascine, à un âge où on a besoin de modèles pour se forger sa propre personnalité. Il y a aussi sa truculente grand-mère, Zoé, et son ami, Solal. Louis Gardel décrit avec beaucoup de justesse et de sensibilité les états d'âmes qui traversent l'adolescent, ses émerveillements, les chocs que lui causent les évènements qui agitent son univers. Il en est le spectateur attentif et déjà tente de trouver sa place dans ce qui ressemble à un chaos quelque peu déstabilisant. Son personnage garde une certaine retenue due à son manque d'assurance. Il aperçoit Camus dans la librairie du quartier mais ne l'approche pas.
L'Algérie des années 50 semble un terrain assez privilégié pour les colons, où les adolescents jouissent d'une grande liberté. La baie d'Alger peut se classer dans le genre roman d'apprentissage, et autobiographique. Il échappe toutefois aux épanchements nostalgiques. C'est plutôt un regard qui enveloppe l'ensemble de la société algérienne de l'époque, et s'attache à comprendre les tenants et les aboutissants d'une situation à l'issue fatale. Les frontières des camps adverses s'avèrent poreuses. Les personnages retournent leur veste selon les circonstances. Rien ne semble figé ni définitif. Louis Gardel prête à son héros et à sa grand-mère un profil qui échappe totalement aux clichés classique des pieds noirs. Ils portent au fond d'eux-mêmes un universalisme qui est sans aucun doute celui de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cathe
  20 septembre 2015
L'auteur (dont j'avais lu "Fort-Saganne il y a bien longtemps...) revient sur son enfance en Algérie. On est en 1955. Il a quinze ans. Elevé par sa grand-mère au tempérament fantaisiste, il jouit d'une grande liberté et est élevé dans les idées de l'Algérie française. Des amis algériens et aussi un professeur de français vont lui inculquer le respect des indépendantistes, ce qui l'obligera à tenir des positions parfois délicates dans les discussions ! Mais il est adolescent et, malgré les événements politiques, c'est aussi l'âge des premiers amours. La belle Michelle n'est-elle qu'une allumeuse, à partir de quand n'est-on plus puceau ??? Il fait son apprentissage amoureux et sexuel dans ce pays baigné par le soleil, près de cette baie d'Alger qu'il n'oubliera jamais.
Ces souvenirs assez classiques d'un adolescent dans un pays en conflit sont extrêment bien écrits, pleins de tendresse et d'amour pour ce pays qui restera à jamais le sien.
Commenter  J’apprécie          50
Aela
  13 mars 2011
Le narrateur est né en Algérie quand elle était encore française. Au début de l'histoire, nous sommes en 1955, le narrateur a 15 ans. Il sort de l'adolescence quand la guerre d'indépendance commence. Il mène une vie normale d'adolescent. Issu d'une vieille famille coloniale, il vit avec sa grand-mère, Zoé, qui l'a élevé seule après le départ de ses parents pour le continent, à la Libération. Élève au lycée français d'Alger, il fréquente la jeunesse dorée, mais aussi les notables, au premier rang desquels André Steiger, le chef des colons à Alger, ami de longue date de Zoé. Il discute avec son ami Solal, s'enflamme pour la littérature, pêche avec les camarades sur la plage de Surcouf. Mais petit à petit des dérapages apparaissent et vont le conduire à quitter l'Algérie.
Un roman intéressant, très autobiographique et qui nous montre la vie en Algérie à la veille de l'accession à l'indépendance.
Commenter  J’apprécie          40
Wilena
  21 mars 2016
Un très beau roman autobiographique qui nous plonge dans l'Algérie coloniale des années 50. le narrateur nous entraîne dans le sillage de son adolescence de colon français en nous faisant partager ses craintes, ses désirs, ses peurs. Une belle écriture qui nous donne à voir l'Algérie de ces années-là ainsi que le tumulte politique qui ont secoué nos deux pays pour arriver à l'indépendance.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
AelaAela   13 mars 2011
Pour gagner ma vie, j'avais trouvé un poste d'assistant dans un institut de formation des cadres administratifs africains. On venait d'y créer une section pour les étudiants algériens.
Bien que vivant à Paris depuis plusieurs années, j'étais, je restais un pied-noir. On me prêtait les opinions et les préjugés de ma communauté d'origine. Pour les gens d'extrême-droite, nous étions, j'étais forcément de leur bord, pour les gens de gauche, des colonialistes qui méritions ce qui nous était arrivé. Etre ainsi catalogué et jugé a priori le peinait et m'exaspérait .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
cathcorcathcor   10 décembre 2015
Pour me réconforter ou, en tout cas, tenter d'arrêter mes larmes, je me dis que la géographie résiste à l'histoire.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2021
Il ne m’aimait pas plus que les autres. Il a cru, au début de l’année, que j’étais de son bord, du côté des opprimés méritants, parce que je n’avais pas des manières de bourgeois, que j’étais un bûcheur et, en plus, que j’étais juif. Toi, tu lui as hérissé le poil au premier regard. Tu es né dans la bonne société, tu ne le caches pas, tu ne t’en vantes pas non plus. Tu t’en fous. C’est incompréhensible et impardonnable pour lui. Tu es un ennemi de classe. Moi, il a pu se faire des illusions. À la fin, c’est ça qui a complètement miné Maguelon : s’apercevoir que les pieds-noirs ne correspondent pas aux catégories qu’il a dans la tête, bien enfoncées, et que les pires colonialistes ce sont les petits blancs, les prolétaires et même les juifs qui sont, dans ses schémas, les premières victimes du racisme et qui devraient donc se ranger du côté des Arabes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2021
Le conventionnel n’est pas son fort. Si elle aime bien ce qui est convenable, elle préfère ce qu’elle trouve beau. « Les belles choses, ça fait du bien. » Elle a commencé mon éducation artistique quand je ne savais ni lire ni écrire. C’était à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Mon père, qui avait interrompu ses études pour s’engager et libérer la France, terminait sa formation de médecin à Paris. Ma mère l’avait accompagné et gagnait leur vie comme ouvreuse de cinéma. J’étais resté sous la garde de Zoé. Le ravitaillement était difficile à Alger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2021
Je n’ai pas prêté beaucoup d’attention à ce qui est arrivé au Maroc et en Tunisie, convaincu que les départements d’Algérie n’étaient pas concernés, comme on le tient pour acquis autour de moi et comme les ministres le martèlent à Paris. En revanche, j’ai été impressionné par la chute de Diên Biên Phu, dont j’ai vu des photos dans Paris Match : celle d’un général, en short, se rendant, bras levés, à de frêles Indochinois, celle d’Yvonne de Galard, héroïque et touchante madone des soldats vaincus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Louis Gardel (3) Voir plusAjouter une vidéo

De bons romans pour vos vacances
Bernard PIVOT a invité plusieurs auteurs de romans susceptibles d'agrémenter les loisirs des vacanciers : les deux duettistes italiens Carlo FRUTTERO et Franco LUCENTINI présentent leur roman policier "La nuit du grand boss". Geneviève DORMANN défend sa "Fleur de pèché" avec une digression sur les femmes battues et contentes de l'être. Louis GARDEL raconte son "Fort saganne", histoire de...
autres livres classés : algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
271 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre

.. ..