AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782311101546
Éditeur : La Librairie Vuibert (07/02/2017)
3.93/5   67 notes
Résumé :
CComme le chat aime les souris, moi, j'aime les fautes. Les attraper, c'est mon plaisir - et mon gagne-pain : je suis correctrice au journal Le Monde.
Les fautes, elles sont partout car tout le monde en fait. Beaucoup sont drôles ou instructives, certaines sont belles comme des bijoux précieux.
Avec ce livre, j'ai voulu vous ouvrir la porte du bureau des correcteurs, lieu mystérieux où l'on tutoie les dictionnaires et où l'on s'interroge sur la couleur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 67 notes
5
8 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis

Kittiwake
  29 avril 2017
Jubilatoire. Tous les amoureux des mots vont tourner les pages en espérant qu'il en reste encore beaucoup, des pages à tourner.
On entre dans les coulisses d'un quotidien prestigieux, le Monde, où l'auteur sévit au « cassetin », en tant que correctrice. Fautes sur les mot, les accords, les noms propres (dans la presse, c'est capital, oserais-je dire), les données aussi. il faut donc se positionner non comme un lecteur mais comme un analyste de la construction et de l'orthographe , tout en repérant d'éventuelles grosses bourdes de sens ou de contresens. (Cela arrive au lecteur non spécialiste, lorsque justement une faute d'orthographe est repérée au décours d'un bon thriller : finie l'intrigue, on est en mode fureteur, inquisiteur de la coquille, au détriment du scénario)
Muriel Gilbert démystifie le métier : non elle n'est pas infaillible, oui elle doit vérifier certains accords avant de confirmer ou non la suggestion qui lui est faite dans un couloir.
Son rôle est aussi particulièrement ingrat : ce n'est que quand une faute est passée à la trappe de son sixième sens qu'elle reçoit les mails, lettres, coups de téléphoniques de lecteurs outrés. Jamais de félicitations pour un article paru indemne de bourdes.
C'est l'occasion aussi de revoir de façon ludique et dynamique les règles qui sont régulièrement bafouées, aussi bien par des pros que par des amateurs. C'est le traité de langue française le plus drôle qu'il m'ait été donné à lire, et dont les exemples me paraissent diablement efficaces. Car elle a la plume alerte, la pourfendeuse d'anacoluthe!
C'est un vrai bonheur, comme annoncé dans le titre, à lire et à relire avant de se plonger dans son Bescherelle et son Petit Robert, plus complets, mais moins drôle.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          746
blandine5674
  25 avril 2018
J'ai trouvé le début sympa, expliquant les difficultés pour une bonne orthographe de la langue française. Ensuite, trop c'est trop. de toute façon qu'allons-nous retenir ? Muriel Gilbert manque d'humilité et se met tellement en avant que le lecteur est soit admiratif, soit agacé ou se sent humilié. Je n'en mets pas plus, parce que si j'ai fait une faute gare à la traqueuse de coquille. A propos de ce denier mot, il est dommage qu'elle n'a pas raconté cette anecdote :
André Gide rapporta ainsi cette anecdote dans son Journal, à la date du 15 décembre 1937 :
« On raconte que Rosny, exaspéré par les erreurs typographiques que les protes faisaient ou laissaient passer, écrivit un article vengeur intitulé « Mes coquilles ». Quand Rosny le lendemain ouvrit le journal, il lut avec stupeur, en gros caractères, cet étrange titre : « MES COUILLES ». Un prote, négligent ou malicieux, avait laissé tomber le q… »
Commenter  J’apprécie          260
enjie77
  01 juin 2017
Ce livre s'adresse aux timbrés de l'orthographe, à tous ceux qui s'insurgent devant les erreurs de syntaxe, les fautes de prononciation du style "cote du rhone" et non "côte du Rhône", s'énervent devant les commentaires des journalistes truffés d'erreurs, qui rectifient les commentaires sur les réseaux sociaux, qui se tapent la tête contre les murs en demandant à ceux qui sont proches d'eux "tu écris avec un s ou sans s", bref à ceux qui désespérément tentent d'éviter à notre belle langue française de sombrer dans un marécage où les modes de communication d'aujourd'hui comme l'école risquent de l'entraîner. Et ce livre nous apprend encore beaucoup de choses, il nous remet en mémoire nos cours et nous oblige encore et encore à nous poser des questions "comment j'écrirais...." le tout avec beaucoup d'humour!
Commenter  J’apprécie          211
pchion
  02 juin 2017
Tranches de vie d'une correctrice de presse. Muriel Gilbert travaille au service de correction de presse du quotidien le Monde et raconte la démarche qui l'a conduite à exercer ce métier peu courant et qui tend à tomber en désuétude (alors qu'il serait fort utile en de fréquentes occasions). C'est plaisant à lire, bourré de petites anecdotes et de remarques orthographiques instructives. le fil conducteur est léger et ce livre fait plutôt penser à un recueil de chroniques journalistiques plus qu'à une autobiographie ou à une réflexion profonde sur le métier. En tout cas, l'accès est facile et n'est pas rébarbatif. Excellente lecture pour se reposer la tête entre deux narrations plus complexes !
Commenter  J’apprécie          120
Errant
  20 juillet 2020
Fascinant, c'est le mot qui me vient en tête en refermant ce livre. Correctrice de son métier, l'auteure parvient avec brio à nous faire partager sa passion : la traque des fautes de tout acabit. L'humour omniprésent et la ton léger font de cette lecture, qui aurait pu être aride, un pur enchantement, jamais cependant, au détriment de la précision chirurgicale du propos. La construction du texte avec des chapitres courts, des insertions pour présenter des cocasseries de la langue française, l'usage modéré d'anecdotes professionnelles, facilite la compréhension et allège le tout.
Bien sûr je ne retiendrai pas tous les enseignements rencontrés et j'espère ne pas être figé par l'hésitation lorsque des difficultés de rédaction surviendront. Mais chose certaine je garderai le sourire devant l'adversité, ce sera toujours cela de gagné... Et ciel comme il est rassurant d'apprendre que je ne suis pas le seul à peiner avec les accords du participe passé! Je crois vraiment que tout lecteur aimant un tant soit peu la langue française y trouvera son compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
luocineluocine   30 avril 2017
Emma, une jeune Britan­ni­que fraî­che­ment débar­quée à Paris avec qui j’ai travaillé comme inter­prète au BHV, se deman­dait ce qu’étaient deve­nus les ponts un à huit à Paris, puis­que nous avions un « pont neuf ». Quand j’ai expli­qué en rigo­lant que neuf était syno­nyme de nouveau, elle s’est moquée de moi en me montrant dans un guide que c’était le plus vieux pont de Paris. Avouez qu’il y a de quoi en perdre son latin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
luocineluocine   30 avril 2017
les Fran­çais ont une passion pour le sexe des mots. Le Fran­çais dit une huître mais un escar­got, une voiture mais un camion. L’huître n’est pour­tant ni femelle ni mâle, elle est herma­phro­dite, chan­geant de sexe à la fin de chaque saison ou après chaque émis­sion de semence ; quant à l’escargot, il produit à la fois des sper­ma­to­zoï­des et des ovules.
Mais le plus étrange n’est-il pas que le mot « fémi­nin » soit du genre mascu­lin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
abcdefghijklmabcdefghijklm   19 juillet 2017
Ce brave homme voudrait ajouter deux animaux à la gamme de quadrupèdes qu'il présente à la curiosité des badauds. Il opte pour cet élégant élan nord-américain qu'on appelle "original". De sa plus belle plume, il écrit à un confrère canadien : "Cher collègue, accepteriez-vous de me vendre deux originaux ?" Ce pluriel lui semblant douteux, il recommence : "Accepteriez-vous de me vendre deux originals ?" Mais il hésite encore. Soudain, il a une idée, et il écrit : "Cher collègue, accepteriez-vous de me vendre un original ?" Et il ajoute : "P.-S. Tant que vous y êtes, mettez-m'en donc un deuxième."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
emilielettresemilielettres   05 août 2017
Soudain, quel métier je faisais, je m'en fichais pas mal. Une petite main en forme d'étoile de mer dodue si incroyablement douce se posait sur mon genou et le monde était dans cette main. J'étais maman. C'était compliqué, tendre, sucré, drôle et triste, et rien n'avait été plus riche. Je ne voyais pas ce que j'aurais pu faire de mieux.
Commenter  J’apprécie          40
blandine5674blandine5674   25 avril 2018
Mais le plus étrange n’est-il pas que le mot féminin lui-même soit du genre masculin ?
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Muriel Gilbert (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Muriel Gilbert
La fabuleuse histoire de la langue française ! de ses origines à ses influences et ses évolutions. Cette semaine, François Busnel reçoit des invités qui l'étudient et retracent son histoire. Alain Rey, François Morel, Muriel Gilbert, Bernard Cerquiglini et Bertrand Périer sont les invités de la Grande Librairie.
Retrouvez tous vos extraits de l'émission ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/replay-videos/
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2576 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre