AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Sang des 7 Rois tome 4 sur 7
EAN : 9782367933146
410 pages
L’Atalante (20/06/2014)
4.09/5   80 notes
Résumé :
Alors qu'il se sauvait à toutes jambes, l'incompréhensible brasier le suivait dans sa fuite, explosant la montagne en milliers d'éclairs. Celui qui l'attaquait ne pouvait être qu'un mage surpuissant ! Orville réfléchit aussi vite qu'il bondissait pour échapper au déluge de feu. Bon sang ! Mais que ferait un mage dans une telle situation, sinon brûler comme une poignée d'herbes sèches dans les feux de l'enfer ?
Que lire après Le sang des 7 Rois, tome 4Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 80 notes
5
6 avis
4
9 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Un quatrième tome intéressant et assez animé, peu de nouveaux personnages, par contre ceux qui sont apparus dans le tome précédent prennent du volume et contribuent à bonifier une intrigue qui gagne en complexité.
A mi-parcours on peut discerner trois à quatre factions dont les objectifs pour certaines restent assez flous, les composantes de cette intrigue étant on ne peut plus diverses et variées.
Orville, Rosa, Vallade, les pirates, Lothar, Rufus, Rouault, Silvan, Alléïde, Braseline sans parler des seconds rôles, plusieurs destins et plusieurs histoires parallèles pour arpenter un monde en guerre, un monde en résistance et comprendre les enjeux.
Orville est plus que jamais le personnage central de cette histoire et ce même s'il est pour l'instant cantonné à vivre sa propre destinée, il prend petit à petit conscience de son potentiel dont on ne connait pas encore la limite...
Une belle saga sombre et violente qui n'a pas encore révélé son épilogue loin de là.
Un petit break et j'enchaîne les trois derniers volumes début janvier.
Commenter  J’apprécie          615

“Ils s'étaient trouvés là au plus mauvais moment de l'histoire; celui où passait un convoi, le hasard de la naissance comme trahison du destin.”

***

Toujours aussi intense, toujours aussi passionnant, toujours aussi maîtrisé - une suite qui tient ses promesses! Je me suis régalée du début à la fin. 

Savamment orchestrée, l'intrigue continue à s'étoffer et à se complexifier. Alors que le Sang bleu étend sa suprématie sur l'ensemble des sept Royaumes, la résistance secrètement s'organise. Soif de pouvoir, désir de vengeance, combat pour la liberté et la paix, jusqu'où chacun sera-il prêt à aller? 

Plutôt qu'introduire nombre de nouveaux personnages (comme il en était le cas dans le tome précédent),  l'accent est mis sur leur développement. Ainsi gagnent-ils davantage d'épaisseur et de place dans le coeur du lecteur qui les suit avec beaucoup d'engouement.

En multipliant les points de vue et les décors, l'auteur insuffle un vrai dynamisme à son récit. Pas une once de lassitude ni d'ennui, les chapitres défilent à vive allure. Nul doute,  Régis Goddyn est un conteur de talent qui sait capter et sans cesse relancer l'intérêt du lecteur mais aussi entretenir le mystère ou plutôt les devrais-je dire les mystères. le voile se lève par endroit, des connexions s'établissent; néanmoins, de nombreuses interrogations demeurent. 

Ce quatrième tome marque un tournant dans la série, de la fantasy à la SF il n'y a parfois qu'un pas. Je n'en dirai pas plus si ce n'est que je suis impatiente de découvrir comment vont évoluer les événements. Et même terriblement impatiente, je tré-pi-gne !!!

***

Pensées pour ma fidèle complice sans qui l'aventure ne serait assurément pas si belle. Rendez-vous tout bientôt pour le prochain épisode… :D


Commenter  J’apprécie          5117
Le tome 3 était placé sous le signe de la mélancolie, et l'auteur continue ici d'explorer le fardeau de l'immortalité avec par exemple un Léo plus Highlander que jamais qui nous fait ici de bien tristes adieux... Mais ce tome 4 est plutôt placé sous sous le signe de la flânerie : nous flânons toujours avec les tribulations du chevalier-mage Orville, mais aussi avec le Gardien Sylvan accompagné de Falco puis de Martin, avec le Gardien Tarman confronté à la folie de Braseline la petite pyromancienne psychopathe puis à celle de Sa Majesté Lothar, avec Rouault et d'André en infiltration sur la Crête, avec Mother Aléïde, Luigi, Rombus et Ethercos en quête de l'arme pour vaincre le sang bleu, avec Fernest dans le désert méridional aidant tantôt Rosa a retrouver Sébédia la mage rebelle, tantôt Ferrand à entraîner les amazones immortelles du Jourd, avec Fanette et Martha dans une auberge de la capitale, avec Adelmond et Asertimas qui continuent à développer le Huitième Royaume créé par Orville, avec les pirates Jof, Poète et La Bûche qui entrent à leur tour en rébellion...
Pendant ce temps-là, Sa Majesté Lothar continue sa politique suprématiste et ses délires eugénistes et productivistes, dignes des dirigeants nationaux-socialistes du IIIe Reich, conduisant ainsi le monde à sa perte... Régis Goddyn se lâche niveau grimm & gritty sans pour autant verser dans le voyeurisme : il faut qu'ils soient haïssables ces méchants, sinon comment pourrions-nous vraiment les détester ? ^^

Et puis Orville retrouve Léo et Pétrus, et après avoir délivré cette pourriture de Vallade, synthèse de tout ce que le capitalisme prédateur a produit de dégueulasse (l'ennemi de mon ennemi est mon ami, mais avec des amis comme ça, plus besoin d'ennemis hein !), il décide de passer à la vitesse supérieure : penser en mage tout en restant Orville... C'est donc tout naturellement qu'il prend la tête de la coalition pirate !
Et enfin les choses s'accélèrent : les Compagnons du Verrou et les Compagnons de l'Alambic entrent en action, tandis que les Troisième et Quatrième royaumes entrent en guerre contre la dictature du sang bleu. Le roi Arcol le Lâche devient le roi Arcol le Brave et son fils Geluin marche dans les pas des héros de légendes en œuvrant à la seule cause qui lui reste encore : être le sauveur de son peuple ! Sa Majesté Lothar lance alors une contre-offensive générale pour écraser les derniers bastions de résistance : la bataille entre les réfugiés escortés par la coalition pirate et la flotte de Lothar aura lieu au Goulet où convergent les derniers défenseurs du monde libre...
Cette conclusion volontiers épique pourrait faire penser à un détournement du SdA, la noble et vénérable Minas Tirith étant remplacée par un trou paumé dont personne ne voulait ayant pris pour emblème un pigeon à crocs... Mais inconsciemment on touche du doigt un archétype universel : en Occident, "La Bible" nous racontait comment Moïse voulait éloigner son peuple du courroux du pharaon Ramsès ; en Orient, "Le Roman des Trois Royaumes" nous racontait comment Liu Bei voulait éloigner son peuple du courroux du dictateur Cao Cao...


Le roman-feuilleton tragi-comique de Régis Goddyn continue et c'est toujours avec grand plaisir que je poursuis l'aventure d'Orville et ses amis (et je m’amuse d’autant plus quand je tombent sur les critiques des prescripteurs d’opinion ayant pignon sur rue qui n’ont toujours pas compris au bout de 2000 pages qu’on était dans un roman-feuilleton et dans le tragi-comique, et qui pestent contre des longueurs bien modestes alors qu’ils n’en voient pas dans "La Roue du Temps" de Robert Jordan, célèbre dans le monde entier pour ses longueurs qui durent parfois des tomes entiers… mdr !). Mine de rien, on retrouve beaucoup de classiques du genre que l'auteur prend un malin plaisir à détourner, d'où l'impression de familiarité, mais tout est fait par un auteur autodidacte qui déboule de nulle part avec une bonne volonté évidente et une bonne humeur débordante : ce qu'il fait, on ne le retrouve pas ailleurs... Régis Goddyn est sans doute aussi à l'aise avec la gravité qu'avec la légèreté (mort de rire le passage avec le désorceleur Egon Stantzman : remember "Ghostbusters" ! ^^), du coup on se retrouve avec quelque chose qui se situe entre les romans fantasy humanistes de David Gemmell et les romans fantasy humoristiques de David Weber (qui lui aussi s'amusait à détourner les archétypes tout en les aimant et en les respectant). Je crois même que l'auteur a désormais les épaules assez larges pour réaliser un vrai truc epicness to the max : s'il souhaite emprunter cette voie, je le suivrai là-bas avec joie !

Mais le côté autodidacte joue aussi parfois en défaveur de l'auteur... On assume carrément mais joliment de se laisser plus ou moins porter par ses créations, mais la séparation Orville / Oldarik fait hiatus, la jonction entre le groupe d'Orville et celui de Jof est assez bordélique, tout ce qui se passe autour de Martha est bien nébuleux, quand aux très Science-Fiction pilotes devant qui Sa Majesté Lothar serre des fesses ils sont plus mystérieux tu meurs... Va-t-on vers un bon vieux Planet Opera vancien ou un truc plus novateur lorgnant vers le cyberpunk des Wachowskis ? Malin comme un singe ce Régis Goddyn... ^^
Commenter  J’apprécie          283
C'est avec un plaisir renouvelé à chaque tome que je retrouve la petite bande et les décors propres au Sang des 7 rois.
Toujours accompagné de mon indispensable comparse, Plumette, nous avons arpenter les terres et braver les mers des 7 royaumes. Il nous aura fallu avoir le pied marin et le coeur bien accroché car les turbulences auront été nombreuses.

Les chapitres défilent à toute vitesse. On suit alternativement les différents groupes de protagonistes et même si, pour certains, on ne voit pas très bien où l'auteur veut en venir, on espère un évènement à la hauteur de notre attente, d'autant plus que ce ne sont pas les plus intéressant à suivre.
Mais Regis Goddyn a plus d'un tour dans son sac et nous a concocté des chapitres passionnant mettant en scène une sombre assemblée des maitres en poison dans une foret hantée ou bien encore un virtuose du déguisements. Son imagination semble sans limite, pour mon plus grand plaisir.
Ceux concernant les mystérieux maitres sont énigmatiques et relancent par la même occasion une intrigue qui tend à s'essouffler.

Le travail concernant les personnages préserve le récit et pousse le lecteur à suivre les aventures des pauvres bougres qui sont empêtrés dans l'histoire.
Qu'ils soient du coté des bons ou des moins bons, voir des carrément méchants, chacun apporte un petit plus qui pimente la narration et tient le lecteur en haleine.

Certains passages du roman sous entendent une orientation SF. Beaucoup de point restent encore sans réponses et ce tome en apporte peu, étant plus porté sur l'action et l'avenir proche des personnages.
Comment Regis Goddyn va faire évoluer la situation ? le mystère reste entier, un de plus à résoudre donc. Vite, la suite !
Commenter  J’apprécie          155
Tournant.

Orville et Rosa ont passé un cap, quelles sont les épreuves qui les attendent désormais ?

Après un tome 3 consacré au développement des personnages secondaires, le tome 4 se reconcentre sur l'intrigue principale. Orville est ainsi le pivot central de ce tome, là où les personnages secondaires n'ont que quelques chapitres dédiés.

Les différentes factions commencent à prendre leur forme définitive avec les différents regroupements entre personnages. Un nouveau personnage secondaire est introduit et annonce du très lourd pour la suite. J'ai hâte de voir cet aspect développé.

Même s'ils prennent moins de place, les personnages secondaires restent bien mis en valeur. Certains seront admirables par leur sens du sacrifice pour leur faction, là où d'autres seront détestables par leurs actes pour leur faction.

Cette série est toujours un immense plaisir à lire. La suite va selon toute vraisemblance me surprendre.
Commenter  J’apprécie          150


critiques presse (1)
LesVagabondsduReve
16 juillet 2014
Une lecture qui permet d’ores et déjà de penser que l’auteur se tirera très honorablement de son projet d’heptalogie, somme toute fort ambitieux pour un premier roman.
Lire la critique sur le site : LesVagabondsduReve
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Alors qu'il se sauvait à toutes jambes, l'incompréhensible brasier le suivait dans sa fuite, explosant la montagne en milliers d'éclairs. Celui qui attaquait ne pouvait être qu'un mage. (...) Orville réfléchit aussi vite qu'il bondissait pour échapper au déluge de feu. Bon sang? Mais que ferait un mage dans une telle situation, sinon brûler comme une poignée d'herbes sèches dans les feux de l'enfer?
Commenter  J’apprécie          340
Je l'écrase car les traîtres me dégoûtent. Ils me sont utiles mais ils me dégoûtent. Celui-là en particulier. Qu'on trahisse par contrainte, je l'admets, surtout si c'est moi qui contrains, mais qu'on trahisse de soi-même…
Commenter  J’apprécie          290
La Compagnie du Verrou ne pardonne jamais, à personne et nulle part, or nous avons demandé la tête du fautif, qui nous a été refusée. Nous irons la chercher, ainsi que celles de tous ceux qui l'ont protégé.
Commenter  J’apprécie          30
Sylvan acquiesça. Il se remémorait la femme qu'il avait épousée dans le sixième royaume, entre glaces et océan. Il ignorait pourquoi il tenait tant à retourner là-bas, mais il savait qu'il n'imposerait jamais plus à quiconque la malédiction de sa propre stérilité, de sa propre longévité.
Commenter  J’apprécie          10
Il est de grandes bravoures anonymes qui marquent la chair et de grandes lâchetés royales qui marquent l'Histoire. On appelle cela la hiérarchie.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Régis Goddyn (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis Goddyn
A l'occasion du festival "Imaginales" à Epinal, rencontre avec Régis Goddyn autour de son ouvrage "L'ensorceleur des choses menues" aux éditions Atalante.
Retrouvez l'ouvrage : https://www.youtube.com/edit?ar=3&o=U&video_id=L4jPlW2X9WY
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (164) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4753 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}