AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

René Huntzbucler (Traducteur)
EAN : 9782841092871
140 pages
Le Temps des Cerises (01/11/2001)
4.08/5   190 notes
Résumé :
Commencé en 1906, La Mère fut achevée à Capri où maxime Gorki était en convalescence.
Très vite, le roman allait être connu, traduit et admiré dans le monde entier. Les éditions allaient se succéder et ce livre allait inspirer d'autres artistes tels le cinéaste Poudovkine ou Bertolt Brecht. Mais ces dernières années ce roman fondateur était devenu introuvable en France. Témoignage sur le mouvement ouvrier russe, quelques années avant la révolution d'Octobre, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,08

sur 190 notes
5
9 avis
4
13 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

fanfanouche24
  18 juillet 2016
De cet écrivain russe, j'ai lu , il y a fort longtemps , avec passion et moult émotion la trilogie autobiographique, "Enfance", "Mes apprentissages",
et "Mes Universités", mais j'avoue bien honteusement n'avoir jamais parcouru ce grand classique...réédité magnifiquement par les éditions,
"Le Temps des cerises"....¨Pélagie, femme et mère d'ouvrier, illettrée,écrasée par une vie laborieuse et les coups d'un mari alcoolique , de son vivant...va apprendre au contact de son fils et de ses camarades la réalité du monde ouvrier et de l'engagement politique...

L'évolution extraordinaire, exemplaire d'une mère qui par amour pour son fils, va avoir l'élan de comprendre ses idéaux, ses révoltes...
Un témoignage des plus prenants sur le peuple russe quelques années avant la Révolution d'Octobre, ce roman met en scène le portait unique d'une figure maternelle, qui va s'éveiller intellectuellement, humainement....
Elle va apprendre à lire à 40 ans... et s'investir de toutes ses forces pour soutenir, participer à son niveau aux actions de son fils, dont elle admire l'intelligence et le courage !
Avec cette figure féminine emblématique, c'est un très beau texte que Gorki nous offre, où des camarades-ouvriers se mettent à lire, réfléchir, pour ne pas répéter la fatalité vécue par leurs parents ni les injustices criantes vécues
par les classes laborieuses, traitées depuis toujours comme "quantités négligeables" !!
Je ne peux résister à transcrire un extrait de l'excellente préface de François Eychart : "La Mère offre un des plus beaux portraits de femme de la littérature mondiale. (...)
Gorki, lui, a osé faire de Pélagie Vlassova le sujet d'une oeuvre dont le retentissement fut considérable parce qu'il s'agit d'une femme des plus ordinaires qui prend toute son amplitude en devenant une militante du combat pour la révolution.
On s'étonne que le courant féministe n'ait pas cru devoir revenir sur ce roman. (...)
Car c'est à une sorte d'insurrection que le roman de Gorki convie son lecteur, insurrection contre ce qui courbe les humbles, les maintient dans leur faiblesse, les désarme d'avance contre leur malheur. Au fur et à mesure qu'elle
se libère la mère s'affirme, devient de plus en plus elle-même. Elle dévoile ses qualités en devenant un élément actif du mouvement révolutionnaire.
C'était là, bien sûr, un scandale pour l'opinion de l'époque qui, même dans sa partie progressiste, n'acceptait une telle audace que pour des femmes instruites, appartenant aux milieux éclairés et aisés. La participation d'une
femme du peuple au mouvement socialiste restait un interdit" (p. 7-8)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          620
Sachenka
  14 juillet 2017
Avec son roman La mère, Maxim Gorki nous offre le portrait d'une femme du peuple ordinaire mais qui, par son amour pour son fils, se révèlera un des personnages les plus intrigants et poignants de la littérature russe. du moins, c'est mon opinion. Pélagie Vlassov est la veuve d'un mari tyrannique (alcoolique et violent). Son fils Paul deviendra-t-il comme son père ? Mais non. Il se détourne de cette voix. Et pas seulement, il effectue un 180 degrés. Il se met à lire (quoi ? la pauvre mère illettrée ne saurait le dire), puis à fréquenter des gens, même à recevoir chez lui ces « camarades », comme Nicolas Vessovchikov. L'action se déroule en 1906, alors on voit venir la suite… le communisme ou le socialisme, comme vous voudrez bien le nommer.
Fort heureusement, l'auteur nous épargne de longs passages descriptifs où d'autres auraient décrit en long et en large ces philosophies des débats politiques à n'en plus finir. Et c'est d'autant plus crédible que ses personnages centraux proviennent du peuple, pas des intellectuels (ceux qui ont échoué la révolution avortée de 1905). Un an plus tard, il va sans dire que le socialisme et le communisme sont fortement réprimés. Un jour, le directeur de la fabrique veut tirer profit d'un marais adjaçant et souhaite refiler la facture des travaux aux ouvriers (en retenant un kopek par rouble sur leurs salaires) sous prétexte que l'assainissement de l'endroit améliorerait les conditions de tous. Paul Vlassov est le premier à se lever et il encourage ses collègues à la résistance. Évidemment, il est emmené en prison. Sa mère aurait pu se désoler, se refermer sur elle-même et dépérir (comme elle s'était écrasée sous son mari) mais non ! Elle embrassera plutôt les idéaux de son fils.
C'est ainsi que Pélagie va se transformer. Elle prend sur elle de continuer le travail de son fils. Elle continue à héberger Rebyne malgré l'opprobe qui commence à s'abattre sur sa maison. Puis elle aide directement les amis de son fils. Réussissant à se faufiler partout (qui suspecterait une vieille femme), elle circule dans la région, distribue des tracts, fait passer des messages, etc. Elle se bagarre même avec la police ! de plus, elle apprend à lire à son âge afin d'appuyer le mouvement de son mieux. Ainsi, elle deviendra un des symboles de la classe laborieuse !
Pélagie, qui était au début un personnage de mal-aimée, une femme parmi les plus ordinaires, devient malgré elle une héroïne. (Pas vraiment le type de figures féminines auxquels les grands auteurs russes nous ont habitués!) de faible elle s'affirme. Qui aurait pu croire qu'elle deviendrait l'instrument de l'action politique, une militante du combat pour la liberté. de cheminement est tout de même long (et répétitif par moment), vers le dernier tiers du roman, bof… j'avais hâte d'en arriver à la fin. Mais, heureusement, la finale, si elle n'est pas enlevante, est tout de même dramatique et touchant. Dans tous les cas, je la trouvais appropriée. La mère ne pouvait revenir en arrière, redevenir la simple mère abusée qu'elle était jadis. C'était très réussi de Maxim Gorki, qui a su prévoir une décennie plus tôt la terrible révolution qui a secoué la Russie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
gouelan
  10 mars 2015
Pélaguée, une vieille femme russe, va petit à petit s'éveiller à la vie et sortir de sa condition de femme soumise et ignorante. Veuve d'un mari violent, elle va découvrir grâce à son fils Pavel, militant socialiste, la vérité sur leur vie de misérables.
Tous ces ouvriers du début du XXe siècle, exploités, maintenus dans l'ignorance, la peur et les mensonges, ne savent comment exprimer leur révolte. Irrités par leurs conditions de vie misérable, indignes d'un homme, ils sombrent dans l'ivrognerie et la violence.
Il faut leur apprendre qu'il est possible de vivre autrement, que leur misère n'est pas une fatalité. Se délivrer de la peur de l'oppresseur, chercher la vérité. Ils ne sont pas méchants, idiots et bruts par hasard. On les a maintenus volontairement dans cet état d'asservissement, afin de profiter de leur travail, de se divertir au prix de leurs peines.
Pélaguée et son fils Pavel vont être les symboles de cette révolte, les apôtres de la vérité.
Petit à petit le monde des ouvriers s'éveille à la révolte, les idées de liberté, de savoir et d'égalité font leur chemin. le monde fraternel des socialistes est en marche, soulevant aussi le monde paysan qui crève de faim.
Très beau portrait du prolétariat, mais aussi du monde paysan, et de la justice de l'époque.
Portrait d'un peuple courageux qui s'éveille, de son existence monotone et obscure, et allume en lui la flamme de la raison, la flamme de l'espoir d'une vie meilleure, qui fait enfin entendre sa voix pour anéantir l'autocratie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
MELANYA
  09 avril 2022
Désolée, car ce n'est peut-être pas le moment (quoique en littérature…) mais j'ai une chronique qui attend depuis pas mal de temps, celle de « La Mère » (« мама ») de l'écrivain russe Maxime Gorki (« Максим Горький : 1868-1936). En fait, Maxime était le prénom de son père et Gorki = « amer » en russe.
« La Mère » est un petit roman (140 pages, préfacé par François Eychart : "La Mère » offre un des plus beaux portraits de femme de la littérature mondiale. .. ), qui décrit l'évolution intellectuelle d'une mère de famille (Pélagie), ouvrière dans un faubourg industriel de la Russie pré-révolutionnaire. Son fils, Pavel (ou Paul) Vlassov est un militant socialiste.
Nous sommes en 1906. La Mère est d'abord effrayée par les idées de son fils : elle ne le comprend pas – puis elle tombe sous le charme des camarades de Pavel : ils sont pleins de fougue – ils ont des idéaux – et ressentent de l'amour pour l'humanité.
Ce roman décrit la vie quotidienne, l'organisation, les divers débats qui pouvaient avoir lieu au sein d'une section du Parti ouvrier socialiste-démocrate de Russie, mais aussi la nature des relations entre camarades. Même s'il n'y a pas deux militants identiques en termes de personnalités, les révolutionnaires paraissent relativement idéalisés.
On trouve la description de l'évolution psychologique, philosophie et même politique de la Mère, alors qu'au départ, elle est une femme sans éducation, sans personnalité particulière et prie ses icônes matin et soir.
Finalement, elle découvre qu'elle a des ressources qu'elle ne soupçonnait pas – bref, elle s'humanise et finit par s'identifier avec l'organisation des camarades.
Dans ce roman, Maxime Gorki nous propose de remarquer le passage de l'état de prolétaire soumis, à celui d'un niveau supérieur : le socialisme révolutionnaire. Mais son talent se trouve dans le fait de ne relater aucun débat politique. Quand le terme « socialisme » est utilisé, il laisse planer un doute.
Ce récit comporte de nombreux débats idéologiques sans le moindre détail politique.
En fait, ce que l'on retrouve le plus c'est le rôle et l'idéal du révolutionnaire – les raisons de sa révolte – son attitude face aux forces de l'ordre, au fatalisme des travailleurs non-révolutionnaires, aux mouchards….
Il y est plutôt question de la façon dont le révolutionnaire doit se comporter. Maxime Gorki parle du sacrifice – de la lutte contre l'injustice et bien d'autres débats. Et toutes ces questions touchent bien à des réalités politiques évoquées à peine.
On peut dire qu'avec « La Mère », Maxime Gorki a écrit un plaidoyer en faveur du socialisme révolutionnaire pouvant toucher les gens, les convaincre du bien-fondé du programme socialiste, pas par la théorie marxiste mais par la force des sentiments et des valeurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
mylena
  31 mai 2022
Pas mal pour un roman dont son auteur n'était pas vraiment satisfait : il le trouvait trop long, ennuyeux, écrit à la va-vite et d'après lui il imposait trop son point de vue. Effectivement il l'a écrit vite, pendant un séjour aux USA. Mais cela ne sent pas du tout. Ce roman s'appuie sur un personnage bien réel, Piotr Zalomov, l'un des organisateurs d'un des premières manifestations du premier mai à Sormovo, près de Nijny Novgorod, ville natale de Gorki, en 1902. La mère, c'est celle de Piotr. Il n'y a pas à proprement parler une intrigue, le coeur du livre, c'est l'évolution de Pélaguée, la mère, à partir de la confiance qu'elle a dans son fils. Son éveil social et intellectuel, ses états d'esprit, sont décrits et analysés dans le détail avec beaucoup de finesse. Ce qui est remarquable c'est l'angle choisi par Gorki pour raconter les mouvements sociaux du début du siècle, après l'échec de la Révolution de 1905, plus intellectuelle : un personnage féminin très ordinaire au départ, une veuve dont le mari était alcoolique et violent, qui s'émancipe, se met à lire à 40 ans, pour finir par devenir un rouage important de l'action révolutionnaire. le résultat est l'un des plus beaux personnages féminins de la littérature, ce qui était sans doute très choquant à l'époque. La peinture psychologique sonne vrai, de même que les dialogues. On est très loin du réalisme soviétique, d'autant que la mère reste croyante jusqu'au bout ! Un certain manichéisme est certes présent, mais en même temps, la diversité des personnages du côté des opprimés est bien présentée, on sent toute leur complexité, bien loin de ce que peut résumer un chapitre d'un livre d'histoire. Gorki a l'habileté de ne mettre en scène aucun débat politique théorique, ce qui permet de ne pas étiqueter ses personnages à l'intérieur du mouvement révolutionnaire (ils peuvent correspondre à n'importe lequel des courants de l'époque). Et pourtant le roman est saturé d'idéologie, mais il s'agit surtout de questions sur le comportement que doit avoir un révolutionnaire par rapport à ses idéaux, son attitude et ses actions par rapport à la police, aux mouchards, … C'est vrai que la lecture et l'histoire avancent très lentement, au rythme de l'évolution de Pélaguée plutôt qu'à celui des événements mais c'est cependant l'optimisme sans faille de cette vision humaniste et positive de l'être humain qui m'a le plus gênée. Cette optique est amplifiée par des comparaisons que le lecteur français ne relève même plus avec des métaphores bibliques (les héros sont comparés à des anges ou des apôtres, la manifestation est comparée à un chemin de croix, etc...) qui ont valu d'ailleurs à Gorki d'être inquiété pour blasphème ! C'est vrai qu'on peut trouver ce roman un peu long, qu'il aurait pu être moins manichéen tout en faisant passer le même message, mais il reste incomparable pour sa peinture de la vie quotidienne et de l'état d'esprit du milieu ouvrier russe de l'époque tsariste et au moins autant, pour le tableau qu'il dresse de la condition des femmes russes d'alors. Un très beau portrait de femme absolument remarquable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272

Citations et extraits (82) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   29 juin 2017
Chaque jour, dans la fumée et l'odeur de l'huile du faubourg ouvrier, la sirène de la fabrique mugissait et tremblait. Et des petites maisons grises sortaient en hâte, comme des blattes effrayées, des gens maussades aux muscles encore las. [...]
Le soir, quand le soleil se couchait et que ses rouges rayons brillaient aux vitres des maisons, la fabrique vomissait de ses entrailles de pierre, aux scories humaines, et les ouvriers, aux visages noirs de fumée, aux dents brillantes d'affamés, se répandaient à nouveau par les rues, laissant dans l'air des exhalaisons moites de graisse de machines. Maintenant, les voix étaient animés et même joyeuses ; leur travail de forçat était fini pour aujourd'hui, le souper et le repos les attendaient à la maison.
La fabrique avait englouti la journée ; les machines avaient sucé dans les muscles des hommes toutes les forces dont elles avaient eu besoin. Ce jour était rayé sans laisser de traces ; l'homme avait fait un pas de plus vers sa tombe, [...].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
fanfanouche24fanfanouche24   15 juin 2016
Camarades ! répéta -t-il, en puisant dans ce mot l'énergie et l'enthousiasme. C'est nous qui construisons les églises et les fabriques qui forgeons les chaînes et fondons l'argent. C'est nous, la force vivante qui donne à tous le pain et les plaisirs depuis le berceau jusqu'à la tombe...
-C'est ça ! s'écria Rybine.
-Toujours et partout, nous sommes les premiers au travail, et les derniers dans la vie. Qui se soucie de nous ? Qui nous veut du bien ? Qui nous considère comme des hommes ? Personne ! (...)

-Nous n'aurons pas un sort meilleur, tant que nous ne nous sentirons pas camarades, que nous ne formerons pas une famille d'amis étroitement liés par le même désir, celui de lutter pour nos droits. (p. 83)
(p. 83)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
JOE5JOE5   14 janvier 2018
— Ils t’ont humilié ?

— Oui ! répliqua-t-il. C’est pénible… j’aurais préféré aller avec eux…

Il sembla à la mère qu’il avait les larmes aux yeux ; et pour le consoler de son chagrin, qu’elle devinait vaguement, elle dit en soupirant :

— Patience… tu seras pris aussi !

— Je le sais, répondit-il.

Après un instant de silence, la mère ajouta avec un accent de tristesse :

— Comme tu es cruel, mon fils ! Si seulement tu me calmais… Mais non, je dis des choses terribles, et tu m’en réponds de plus terribles encore !

Il lui jeta un coup d’œil, s’approcha d’elle, et lui dit à voix basse :

— Je ne sais pas vous répondre, maman ! Je ne peux pas mentir ! Il faut vous y habituer…

Elle soupira et se tut ; puis, elle reprit, frissonnante :

— Et qui sait ? on dit qu’ils torturent les gens, qu’ils leur déchirent le corps en lambeaux et leur brisent les os. Quand j’y pense j’ai peur, Pavel, mon, chéri…

— Ils broient l’âme et non le corps… C’est encore plus douloureux que la torture, quand on touche à votre âme avec des mains sales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
SachenkaSachenka   30 juin 2017
- Pour nous, oui, petite mère, pour tous! s'exclama-t-il. Pour nous, il n'y a pas de nations, ni de races, il n'y a que des camarades, ou que des ennemis. Tous les travailleurs sont nos camarades, tous les riches, tous ceux qui gouvernent, nos ennemis. Quand on regarde le monde avec son bon coeur, et qu'on voit combien nous, les ouvriers, on est nombreux, quelle force il y a en nous, alors on est saisi d'une telle joie qu'on en a le coeur en fête!... Et c'est la même chose, petite mère, pour un Français et pour un Allemand, quand ils ont compris la vie, et l'Italien se réjouit de même! Nous sommes tous fils d'une seule mère, d'une même pensée invincible, celle de la fraternité des travailleurs de tous les pays. Elle nous réchauffe, c'est un soleil dans le ciel de la justice, et ce ciel-là, il est dans le coeur de l'ouvrier ; qu'il soit ce qu'il voudra, qu'il se nomme comme il voudra, le socialiste est notre frère en esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
JOE5JOE5   23 janvier 2018
— Nous sommes des socialistes. Cela signifie que nous sommes les ennemis de la propriété particulière, qui désunit les hommes, les arme les uns contre les autres et crée une rivalité d’intérêts inconciliables, qui ment en essayant de dissimuler ou de justifier cette hostilité, et pervertit tous les hommes par le mensonge, l’hypocrisie et la haine… Nous estimons que la société qui considère l’homme uniquement comme un moyen de s’enrichir est anti-humaine, qu’elle nous est hostile ; nous ne pouvons accepter sa morale à double face, son cynisme éhonté et la cruauté avec laquelle elle traite les individualités qui lui sont opposées ; nous voulons lutter et nous lutterons contre toutes les formes d’asservissement physique et moral de l’homme employées par cette société, contre toutes les méthodes qui fractionnent l’homme au profit de la cupidité… Nous, les ouvriers, nous sommes ceux dont le travail crée tout, depuis les machines gigantesques jusqu’aux jouets des enfants. Et nous sommes privés du droit de lutter pour notre dignité humaine ; chacun s’arroge le droit de nous transformer en instruments pour atteindre son but ; nous voulons avoir assez de liberté pour qu’il nous soit possible, avec le temps, de conquérir le pouvoir. Le pouvoir au peuple !…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Maxime Gorki (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maxime Gorki
Gorki et ses fils, correspondance (1901-1934) , traduit du russe et préfacé par Jean-Baptiste Godon, est paru aux éditions des Syrtes.
Près de dix mille lettres de la main de Maxime Gorki sont conservées par les archives de l'Institut de la littérature mondiale de Moscou. La présente correspondance inédite entre l'écrivain et ses fils représente 216 lettres échangées entre 1901 et 1934.
Plus d'info sur https://editions-syrtes.com/produit/gorkietsesfils/
Nos remerciements à la Bibliothèque russe Tourguenev à Paris pour avoir gracieusement accueilli le tournage.
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
9714 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre