AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253119869
85 pages
Le Livre de Poche (14/03/2008)
3.58/5   71 notes
Résumé :
Un jeune chef rebelle et talentueux, Gaspar Coimbra, est appelé à New York pour y recevoir le prix de la 'cuisine poétique'. A JFK, il est refoulé pour un problème d'homonymie avec un délinquant fiché au FBI. De retour à Paris, il trouve sa femme au lit avec son associé : il envoie tout promener et part au hasard dans sa voiture avec juste ce qu'il a sur le dos et dans les poches. Il descend dans le sud. C'est le haut du Lubéron, c'est l'été, et il se sent renaître.... >Voir plus
Que lire après ÉtoilesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 71 notes
5
3 avis
4
8 avis
3
6 avis
2
2 avis
1
0 avis
Un délicieux roman, à dévorer à belles dents, avec 14 recettes - aquarelles .
Miam : "petits chèvres en bouchée mouillée au romarin, pommes de terre tièdes aux pétales de truffes ..."


Le chef Gaspard, un Maître-queue attaché à ses fourneaux, "Le lauréat du meilleur chef de l'année, cuisine créative" a été trompé par sa femme...
"Quand on vous fait très mal, la seule revanche qui vous reste est celle de vous en faire plus encore.".


Il fonce vers le sud de la France et va renaître, face aux chants des cigales. Pour revenir aux fondamentaux de sa cuisine : les recettes simples ,le goût des produits et la convivialité.


Un petit camion, quelques tables et quelques plats uniques, au gré de ses envies. Les clients affluent, alléchés par l'odeur de sa cuisine porté par le Mistral ou la Tramontane...


Té peuchère, des cigales ?
En voilà une : Stella qui a un appétit d'oiseau (elle est anorexique, coquin de sort !) et à qui il va redonner le goût de... Vivre?
"Alors elle l'embrassa comme les femmes embrassent les hommes pour les consoler de ne jamais les comprendre tout à fait."." Un roman rempli de gourmandises et de saveurs qui donnent l'eau à la bouche (huile d'olive, truffe, saint Jacques, basilic, etc) avec des personnages attachants ...


"Gaspard, parmi les chefs les meilleurs et les plus brillants du monde, avec Ferran Adrià et Pierre Koffmann, venait de prendre la succession d'une vieille dame inconnue, dans une buvette du fin fond de nulle part, et souriait béatement dans le soir tombant, heureux comme lorsqu'il avait décroché sa troisième étoile au Michelin."
"Les macarons, c'est comme toi: craquants au-dehors et moelleux en-dedans."


"... une noix de Saint-Jacques en carpaccio avec une larme d'oursin sur une feuille de roquette, arrosée de trois gouttes d'huile d'olive."
"Et par-dessus tout ça on vous donne en étrenne
L'accent qui se promène et qui n'en finit pas." Les Marchés de Provence, de Gilbert Bécaud.
Merci à piccolanina et OSOLEMIO : "bella ragazza" pour ce rayon de soleil d'Italie... Simonetta Greggio est de Rubano, Padoue, si signora, signor!
Commenter  J’apprécie          977
Miam ! il met l'eau à la bouche ce tout petit roman !

Il sent bon les tomates séchées, le fromage de chèvre, le thym et le romarin, on voit le filet d'huile d'olives caresser les rondelles toutes fraîches de courgettes et on n'a qu'une envie, plonger les doigts dans la salade de fruits et croquer un dés de pomme verte ou laisser glisser une framboise sur sa langue.
Bref, c'est une mise en bouche extra si on a juste envie de passer une heure de lecture agréable sans prise de tête.

Car il faut reconnaître que l'histoire est très attendue, pleine de clichés et de bons sentiments bien dégoulinants ( bah oui, un homme qui est trahi par sa femme, qui quitte tout et qui repart de zéro en redonnant goût à la vie à une très jolie fille au passage ce n'est pas vraiment original) mais si on accepte de la lire comme une petite fable, un conte pour adulte, alors on passe un joli moment et on ressort de ces pages avec un grand sourire.
Et franchement 80 pages de sourires et de senteurs provençales, ça ne se refuse pas !

Commenter  J’apprécie          350
Gaspard est l'étoile montante de la gastronomie française. Il est marié à une femme superbe et il a un associé très impliqué. Et puis, un soir, son petit monde parfait s'écroule. Alors, Gaspard s'en va et roule pendant des kilomètres. « Quand on vous fait très mal, la seule revanche qui reste est celle de vous en faire plus encore. Il était prêt pour toutes les conneries quand il arrêta le 4x4 au bord de la route. Il en descendit sans la fermer à clé, car tout ce qu'on aurait pu lui voler avait déjà été pris. On avait cambriolé son coeur, dévalisé ses chimères, il avait été dépouillé, escroqué. Il était fini. » (p. 33)

Gaspard trouve refuge dans un petit village du sud de la France et s'installe dans une buvette perdue au bout d'un sentier pierreux et perdu. Inconnu, anonyme, il reprend goût à la vie et cuisine à nouveau avec plaisir. Et surgit Stella Amor, une fille si fine que la lumière lui passe à travers. Avec amour, Gaspard va lui rendre le goût de manger.

Voici une courte nouvelle qui se lit très bien et propose une histoire plutôt mignonne sur l'anorexie et les miracles de l'amour. « Depuis qu'elle vivait près de Gaspard, elle comprenait que manger n'est pas se tuer à petit feu, mais entretenir son petit feu. » (p. 66) le mot à retenir, c'est mignonne… Stella Amor, vraiment ? C'est le nom de personnage le plus ridiculement guimauve que j'ai jamais lu ! Et que dire que la romance entre l'homme, force de la nature au coeur blessé, et la femme, fragile et meurtrie, qui reprend vie dans les bras de son Jules ? À 15 ans, cette histoire m'aurait enchantée. À mon âge canonique, elle m'a simplement sourire, parfois un peu méchamment.

Sur la forme, je déplore un style inégal : la plume est majoritairement très fine, mais plonge parfois dans le potache. Dommage également que des règles de grammaire de base n'aient pas été respectées. Dernier mauvais point pour la couverture : l'illustration ne correspond pas au roman et quid du carnet de recettes annoncé en quatrième de couverture ? Bref, une lecture plaisante, mais que j'oublierai très vite.
Commenter  J’apprécie          250
Quelle jolie découverte!
Cette nouvelle est un véritable régal. Simonetta Greggio nous régale au sens propre et figuré.
Gaspard Coimbra est un jeune chef talentueux, tout semble lui sourire. Reconnu par ses pairs il est parti pour New-York recevoir son prix .. une embrouille à la douane, retour direct à la maison et le ciel lui tombe sur la tête.
Gaspard repart en errance jusqu'au jour où ses pas le conduisent dans le Haut Lubéron à la porte d'une petite buvette ... il revit et Stella apparait ...
Portée par la plume allègre de Simonetta Greggio, ce court récit est tout à la fois un hymne à la cuisine et un hymne à la vie et à l'amour . Parce que une cuisine faite avec amour c'est tout autre chose..
A consommer sans modération , promis vous ne prendrez pas un gramme .

Commenter  J’apprécie          240
J'ai passé un très bon moment avec ce court récit. Gaspard voit sa vie basculer du jour au lendemain et l'on assiste peu à peu à sa renaissance. Grand cuisinier, il découvre que son restaurant tourne très bien sans lui et que sa femme le trompe avec un ami a lui... Il décide de tout quitter du jour au lendemain pour reprendre un tout petit restaurant dans un village isolé.... Voila comment tout commence. Au fil des pages, on découvre l'écriture vive de Simonetta Greggio et surtout on salive devant l'évocation des plats que prépare notre cuisinier (petits chèvres en bouchée mouillée au romarin, pommes de terre tièdes aux pétales de truffes et j'en passe....).
Commenter  J’apprécie          220

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
« Quand on vous fait très mal, la seule revanche qui reste est celle de vous en faire plus encore. Il était prêt pour toutes les conneries quand il arrêta le 4x4 au bord de la route. Il en descendit sans la fermer à clé, car tout ce qu’on aurait pu lui voler avait déjà été pris. On avait cambriolé son cœur, dévalisé ses chimères, il avait été dépouillé, escroqué. Il était fini. » (p. 33)
Commenter  J’apprécie          240
L'incandescence s'accommode-t-elle du bonheur ? Le bonheur, de l'incandescence ? La tranquillité, de la passion ? La passion, de la vie ensemble ? Marche-t-on ailleurs que sur un fil quand quand on vit réellement sa vie au lieu de la subir ?
Commenter  J’apprécie          120
Quand on vous fait très mal, la seule revanche qui vous reste est celle de vous en faire plus encore.
Commenter  J’apprécie          240
Choisir des légumes, des fruits, de la viande et du poisson sur un marché, décider la meilleure manière de les arranger, de les découper, de les cuire, de les servir, tout cela, c'était une forme d'amour. Il l'avait désappris à force d'oeuvrer dans un restaurant trop cher, trop chic, trop loin de ses premières amours. Il lui restait maintenant à le redécouvrir
Commenter  J’apprécie          50
Il avait toujours prôné l'immédiateté du geste, cette pertinence de la légèreté, comme une dignité, une contenance qui serait la vraie valeur du savoir manger.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Simonetta Greggio (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simonetta Greggio
Alors que 2023 marque le 150e anniversaire de sa naissance, Colette est à l'honneur dans "La Grande Librairie". A cette occasion, Augustin Trapenard accueille Antoine Compagnon, pour "Un été avec Colette", publié aux Editions des Equateurs, Emmanuelle Lambert, pour "Sidonie Gabrielle Colette, édité chez Gallimard, et Frédéric Maget, pour "Notre Colette : Un portrait de Colette par ses lectrices", paru chez Flammarion. Frédéric Beigbeder, Amélie Nothomb, Chantal Thomas, Mona Ozouf et Simonetta Greggio sont également présents sur le plateau de l'émission, ainsi que Marie-Christine Barrault qui lira des textes de Colette.
Durant cette soirée, les invités vont revenir sur cette femme aux multiples facettes qui a marqué le XIXe siècle grâce à sa présence dans de multiples domaines. Tout au long de sa carrière, elle n'a cessé de changer de costume, entre celui d'écrivain, de journaliste ou encore de pantomime. Une situation qui lui allait à ravir puisque Colette a toujours refusé d'être étiquetée, mais aussi qui lui permettait de vivre de manière décente. En effet, comme elle l'a confié plusieurs fois, elle écrivait pour vivre, notamment après que son troisième mari Maurice Goudeket a été pris dans une rafle, le 12 décembre 1941. du fait de ses origines juives, il est arrêté par la Gestapo, lors de la rafle dite "des notables" et transféré au camp de Compiègne. Colette va alors tout mettre en oeuvre pour l'en sortir en faisait intervenir des personnalités très influentes. Il sera finalement relâché le 6 février 1942. N'ayant pas d'autres sources de revenus, Colette va continuer à publier pour des rédactions pas très fréquentables, mais sans jamais se compromettre dans des textes idéologiques ou propagandistes. 
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
+ Lire la suite
autres livres classés : anorexieVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (168) Voir plus



Quiz Voir plus

Les nourritures livresques : la cuisine dans la littérature

Qui est l'auteur de la célèbre scène où le personnage principal est assailli de souvenirs après avoir mangé une madeleine ?

Emile Zola
Marcel Proust
Gustave Flaubert
Balzac

10 questions
455 lecteurs ont répondu
Thèmes : gastronomie , littérature , cuisineCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..