AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Maurice Rambaud (Traducteur)Michel Mohrt (Préfacier, etc.)
ISBN : 2070428230
Éditeur : Gallimard (20/05/2003)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 73 notes)
Résumé :
Apprenant le succès de son second roman, David Bourne, jeune écrivain américain qui passe sa lune de miel sur la côte méditerranéenne, est impatient de se remettre à écrire. Jalouse de son travail, sa femme, Catherine, lui fait rencontrer une inconnue, Marita, et s'emploie à créer une étrange relation érotique qui les enferme dans le triangle d'un invivable huis clos. Jusqu'à quelle extrêmité peut aller l'amour de l'autre, le désir de le connaître et de s'assimiler... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Ambages
  19 juillet 2016
Oh Catherine, mon petit Démon... tes changements de physionomie, tes courbes soignées jusqu'au bout des seins et puis ta faim, constante, de vouloir toujours plus. Plus pour toi, plus pour lui et plus pour elle, et avec elle. J'ai lié ton personnage à des vers extraits du poème ''Léda dans son premier sommeil'' de Paul Eluard car il me semblait que cela te ressemblait :
'' J'étouffais de soleil j'étais noyée d'air pur
L'abus du coeur et de la chair m'anéantit.
...
Mes beaux yeux rendez-moi visible
Je ne veux pas finir en moi. ''
Vous étiez un joli petit couple, lui écrivain et toi dilettante, mais déjà ton instabilité apparaissait. Tout son amour n'y pouvait rien.
« - Je ne pleure jamais, dit-elle. Mais je ne peux me retenir.
- Je sais et tu es très belle quand tu pleures.
- Non. Ne dis pas ça. Mais jamais encore je n'ai pleuré, n'est-ce pas ?
- Jamais. »
Et puis, tes démons ont pris de l'ampleur. « Vraiment David, je ne suis pas encore une salope. Je me comporte et je parle comme une salope, c'est tout. » D'hôtel en hôtel, sous le soleil de la Côte d'azur et dans la mer, tu te cherchais et tu te faisais peur. Tu lui faisais peur aussi. Tes humeurs changeantes, ta blondeur sur ta peau noire et bronzée. Tu pensais trouver une femme, ton autre 'toi' pour que David puisse être aimé comme tu le souhaitais et toi assouvir tous tes phantasmes. Mais tu diras « jamais je n'ai senti à ce point que jamais je n'ai rien su. »
Et lui... il voulait écrire. Il voyait tes changements. Et il prenait tout ce que tu lui donnais. Toi, tes décolorations, tes envies et il acceptait tout. Un peu passif David selon moi. Il avait l'écriture qui le maintenait à flot. Il s'isolait pour avancer son roman et ainsi retrouver l'âme de son unique ami -un éléphant rencontré et trahi alors qu'il était tout enfant en Afrique- au travers des souvenirs de son père et peut-être se réconcilier avec lui.
Un passage agréable qui indique peut-être comment Hemingway écrivait :
« Aussi dois-tu relater chaque journée mieux encore que tu n'en es capable et utiliser le chagrin que tu éprouves maintenant pour comprendre comment t'est venu le tout premier chagrin. Et tu dois toujours te rappeler les choses auxquelles tu croyais parce que si tu les comprends, elles seront là dans le récit et tu ne les trahiras pas. le récit est l'unique progrès que tu fais. »
Qu'êtes-vous devenus tous les trois ? Et le livre ? Est-il un franc succès ? Parce que celui-ci j'ai réellement apprécié la progression des personnages (surtout Catherine) et du roman dans le roman.
Et puis quelle sensualité dans ce livre ! La moiteur des corps sur la plage... Ernest Hemingway manie la volupté avec tant de facilité qu'en lisant cet extrait, je n'avais presque plus la vision d'une bouteille.
« Il referma la porte de la glacière et, tenant ferme la bouteille bien froide, fit sauter le cachet et desserra le fil de fer puis précautionneusement fit jouer le bouchon entre le pouce et l'index, conscient du pincement du capuchon de métal contre son pouce et de la promesse, longue, fraîche et galbée de la bouteille. »
Ou alors j'ai trop arrosé ma lecture ! Comme eux j'ai bu « selon le vent ». Il faut dire que ce roman est un condensé de boissons alcooliques diverses et variées (une préférence pour le Tavel). Il fallait bien se rafraîchir avec cette chaleur aujourd'hui...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Nicolas9
  28 août 2016
Un récit étonnant pour l'époque (années 30) puisqu'il aborde le ménage à trois et la vie de bourgeois-bohème que le narrateur mène entre Camargue et Nice.
J'ai beaucoup apprécié l'ambiance décalée qui se dégage de ce livre et qui donne un aperçu de la vie très agréable que pouvaient mener les personnes aisées durant l'entre-deux guerres.
En effet, l'argent n'est ici jamais un problème, mais une clé qui ouvre les portes de ce qui relève de l'ordre du fantasme pour la plupart d'entre nous : des vacances à durée indéfinie, où on le désire et comme on en a envie...
D'où la jubilation de se placer dans la peau de David, le narrateur. On se prélasse sur une belle plage déserte (!) en compagnie de deux femmes hautement désirables, on prend l'apéritif et l'on se restaure dans de petits bistrots sans prétention mais à la cuisine savoureuse et on passe des nuits torrides sans devoir aller travailler le lendemain.
Au-delà du décors de rêve, c'est un intéressant drame psychologique qui se déroule sous nos yeux.
Hemingway à l'intelligence d'explorer tous les aspects du ménage à trois et de pousser la logique jusqu'au bout, ce qui réserve quelques surprises...
Un livre qui se lit d'une traite tant il est agréable et bien construit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
JPB
  07 mai 2012
Un jeune écrivain américain, David Bourne, passe sa lune de miel sur la côte d'azur avec son épouse Catherine, qui n'aura de cesse de le jeter dans les bras de la belle Marita.
Je pense que je vais arrêter là mes lectures d'Hemingway, tant je me suis ennuyé (le mot est faible) à lire celui-ci. La préface de Michel Mohrt aurait pourtant dû m'alerter : "Il n'y a peut-être pas une page où l'on ne voit les personnages boire une bouteille de vin, ou un martini, ou un whisky et le plus souvent les trois. ils épiloguent sans fin sur la nourriture..." Et plus loin : "Le lecteur qui lirait les scènes de bain de mer (il y en a presque à chaque page) et de repas, sans voir plus loin, ne comprendrait rien à ce roman et serait vite déçu".
Bien qu'ayant tout de même tenté de voir plus loin, je confirme en tous points.
Marita sort d'on ne sait où, Catherine est jalouse du travail de son mari, mais sans raison, ils dépensent sans compter, boivent, nagent et mangent sans cesse, leurs dialogues sont insipides. A ne pas lire, vraiment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Altona
  10 juillet 2010
De l'avis général, ce n'est pas le meilleur roman d'Hemingway. Roman inachevé, il a peu été modifié par l'éditeur. Dans la préface, on apprend que celui-ci a fait quelques coupes, mais que l'auteur en aurait certainement effectué plus. On comprend pourquoi. Il faut quand même s'accrocher car les dialogues sont un peu creux et les actions souvent répétitives.
France, après la Seconde Guerre mondiale. Un jeune écrivain américain, David Bourne, vit une « lune de miel » (« expression ridicule. Je ne l'ai jamais aimée. Ça fait poisseux », dira l'un des personnages) avec sa femme Catherine, une jeune Américaine rencontrée voici quelques mois à Paris.
Dans le Sud de la France, ils vivent des moments de passion, rythmés par des moments sensuels, suggérés plus que décrits, des sorties à la plage, de bons repas et de nombreux verres. (Il faudrait faire le compte du nombre de verres d'alcool que boivent les personnages dans ce roman…).
Mais très vite, à cette passion se mêle un certain malaise. Ce malaise est causé par Catherine, qui, dans une volonté fusionnelle, cherche à ressembler à son mari… et à assumer un rôle d'homme. Ce qui aurait pu apparaître anodin et n'être qu'un jeu révèle un malaise plus profond, un déséquilibre de cette femme qui finit par se décrire elle-même comme «folle».
Jalouse du travail d'écrivain de son mari, elle lui fait rencontrer une belle jeune femme, Marita. Un trio va peu à peu s'instaurer… Et le malaise gagner du terrain, toujours dans cette atmosphère oisive et étouffante.
Je n'en dirai pas plus. Il faut découvrir ce roman, passer au-delà des répétitions, pour découvrir ses non-dits. Les répétitions et certaines platitudes des dialogues font aussi partie de son charme. le Jardin d'Eden est un ouvrage très psychologique dont il faut savoir lire entre les lignes et qui est intéressant dans ce qu'Hemingway nous dit de lui-même et du processus d'écriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CLAVIE
  27 janvier 2016
J'ai attendu la fin de « Paris est une Fête » avant d'écrite cette critique. le personnage de Catherine est réputé avoir été inspiré par Zelda Fitzgerald. Ce constat est indéniable, sans pouvoir savoir la part.
A mon avis la complémentarité de ces deux romans va plus loin, les deux visages opposés que l'auteur a trouvés en France.
Le « Jardin d'Eden » décrit l'épicurisme dans ses excès. Trop de boissons, trop d'oisiveté bourgeoise, trop de passion poussée à l'extrême. le style d'Hemingway vit une nouvelle fois, en accomplissement d'une oeuvre riche.
Je conseille donc cette lecture, en association à « Paris est une fête ».
Commenter  J’apprécie          71
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
AmbagesAmbages   19 juillet 2016
- Elle est ta femme et je suis ta femme, dit Catherine. Et maintenant cesse d'être guindé et sois gentil avec tes femmes. Elles ne te plaisent pas comme elles sont ? Je suis la blonde que tu as épousée.
- Tu es plus noire et plus blonde que celle que j'ai épousée.
- Toi aussi et je t'ai amené une fille très noire en guise de présent. Tu n'aimes pas ton présent ?
- Il me plaît beaucoup, mon présent.
- Et est-ce que ton avenir te plaît ?
- Je ne sais rien de mon avenir.
- Ce n'est pas un avenir noir, n'est-ce pas ? demanda la jeune fille.
- Très bien, dit Catherine. Non seulement elle est belle et riche et saine et affectueuse. Elle est capable de faire des plaisanteries. N'es-tu pas heureux de ce que je t'ai amené.
- Je préfèrerais être un noir présent qu'un noir avenir, dit la jeune fille.
- Elle remet ça, dit Catherine. Donne-lui un baiser David et fais-lui un beau présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
tamara29tamara29   12 novembre 2016
David continuait à la regarder. Il se sentait complètement vide. C’était comme franchir soudain un virage sur une route de montagne et voir que la route avait disparu et que devant il n’y a qu’un gouffre.
Commenter  J’apprécie          200
QuartierLivreQuartierLivre   05 octobre 2010
David l'avait emmenée en voiture à Cannes pour récupérer le vieux gros cabriolet Isotta et ses bagages à l'endroit où la voiture était restée garée devant le café.
En route elle dit, "Votre femme est merveilleuse et je suis amoureux d'elle."
Elle était assise à côté de lui et David ne tourna pas la tête pour voir si elle rougissait.
"Moi aussi je suis amoureux d'elle, dit-il.
-De vous aussi je suis amoureuse, dit-elle. Est-ce que c'est grave ? Est-ce que je peux ?"
Il laissa retomber son bras et referma la main sur son épaule et elle se pencha tout contre lui.
"Il faudra qu'on voie ça, dit-il."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Paris75Paris75   22 janvier 2013
Jamais les filles honnêtes ne s'étaient fait couper les cheveux aussi courts dans cette partie du pays et même à Paris c'était rare et bizarre et pouvait être soit très beau soit très laid, cela pouvait vouloir dire trop de choses ou alors tout simplement que l'on voulait mettre en valeur la forme d'une jolie tête mieux qu'il eût été possible de le faire autrement.
Commenter  J’apprécie          10
Paris75Paris75   22 janvier 2013
bien sûr c'est très joli d'écrire de façon simple, et plus c'est simple mieux c'est. Mais ne te mets surtout pas à raisonner de façon simpliste, bon sang. Rends-toi compte à quel point tout est compliqué et ensuite exprime tout, simplement.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Ernest Hemingway (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ernest Hemingway
Attention, voici un album poilant ! Alain Kokor adapte avec brio le roman culte de William Kotzwinkle. Quand un ours se rend à New York avec le manuscrit abandonné d?un roman, il ne faut pas longtemps pour que le plantigrade devienne la coqueluche du monde des lettres. Et vous, on vous a déjà dit que vous ressembliez à Hemingway ?
autres livres classés : drame psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le vieil homme et la mer

En quelle année est paru ce texte ?

1951
1952
1953

10 questions
154 lecteurs ont répondu
Thème : Le Vieil Homme et la Mer de Ernest HemingwayCréer un quiz sur ce livre