AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782203001237
60 pages
Éditeur : Casterman (04/05/1993)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 1270 notes)
Résumé :
Lors d'un voyage au San Theodoros, la Castafiore et les Dupondt sont arrêtés par le régime du général Tapioca, sous prétexte d'un complot dont Haddock serait à la tête. Après quelques télégrammes d'insultes, Haddock et Tournesol acceptent de se rendre à Tapiocapolis pour discuter avec le général, sans Tintin... Peu à peu, ils découvrent que l'invitation était un piège. C'est alors que Tintin les rejoint... Une fausse tentative d'évasion orchestrée par Tapioca échoue... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
rabanne
  30 juillet 2016
Tout est bien qui finit bien !...
J'ai enfin achevé mon exploration tardive de l'univers tintinesque sur cette aventure colorée et réjouissante.
Un gage de qualité estampillé AAA : Aventure-Amitié-Amusement.
Et pour alberthenri : "vieux motard que j'aimais"... Hein ?!! ;-)
Commenter  J’apprécie          358
Kenehan
  07 novembre 2011
Ultime aventure, tout du moins qui soit achevée, dans l'univers de Tintin. Je dois avouer qu'elle m'a laissé un sentiment mitigé mais surtout un goût amer...
C'est l'album du changement, de la désillusion, de l'alcool, du mensonge et de la supercherie. Pourquoi ? Je vais m'expliquer.
Depuis les premiers albums, on remarque l'empreinte temporelle dont ils sont marqués. Le colonialisme dans Tintin au Congo, puis véritablement les aventures ancrées dans les années 1930 puis 1940 et ainsi de suite. Avec ce 23ème album, nous atteignons les sixties et seventies. Et comme Tintin vit avec son temps, forcément l'influence est là. Ainsi, c'est un jeune reporter en motocyclette que nous découvrons. Affublé d'un jean marron et coiffé d'un casque orné du symbole de la paix, il arrive dans Moulinsart.
Là aussi, l'évolution est présente tout du moins à travers la technologie. De sorte que les choses ont changé depuis les Bijoux de la Castafiore (Vol 714 pour Sidney ne se déroulant jamais à Moulinsart). En effet, la télévision est maintenant blanche, design, et surtout offre une image nette et en couleur.
Plus tard, au San Théodoros, on remarquera également l'influence de l'époque comme en témoignent l'art et l'ameublement qui décorent la villa où les aventuriers sont assignés.
Mais là où le bât blesse, c'est au niveau du caractère de Tintin. Que lui est-il arrivé ? Alors qu'il apprend les mésaventures de ses amis Dupond et Dupont et la Castafiore, il reste calmement à Moulinsart. Seuls Haddock et Tournesol s'envoleront pour aider leurs amis. Où est le Tintin toujours prêt à l'aventure quand bien même cela conduisait à un traquenard ? Et surtout, qu'est-il advenu à celui qui bravait tous les dangers pour venir en aide à ses amis, parfois sous le coup d'une simple intuition comme dans Tintin au Tibet ? Heureusement, il rejoindra tout le monde en Amérique du Sud. Pour autant c'est la première fois où le jeune reporter aura été si longtemps absent dans les planches de la BD.
C'est aussi un Tintin plus pacifique que jamais que nous découvrons. Certes, il n'a jamais était très violent mais il ne se souciait pas plus que ça de l'avenir de ses ennemis. Ainsi, le symbole de paix sur son casque n'est pas si anodin que cela, puisqu'il finira pas tout mettre en œuvre pour que la révolution se fasse sans effusion de sang.
Un opus avec beaucoup de changements donc. Mais aussi un opus où l'alcool est omniprésent. La question de l'alcoolisme est presque un fil conducteur pour l'intrigue. Outre le sevrage de Haddock puis des autres personnages au fil de l'aventure, c'est aussi l'utilisation de l'alcool comme "arme" qui apparait ici.
En effet, on retrouve les Arumbayas : tribu perdue dans la jungle dans l'Oreille Cassée, elle est désormais victime de la civilisation dont elle était préservée jusqu'à présent. L'alcool a eu raison de ce peuple et on fera automatiquement le rapprochement avec ce qu'ont connu les indigènes à travers l'histoire : les Amérindiens, les aborigènes etc...furent eux aussi les victimes de l'alcool importé par les européens entre autres choses.
De là on en arrive à la désillusion et au mensonge dont je parlais tout à l'heure. Mensonge tout d'abord, parce que le San Theodoros nous offre deux visions opposées : d'un côté Tapiocapolis, la capitale où les touristes découvrent la modernité de l'architecture et de l'art ainsi que les rues propres et sécurisées ; et d'un autre côté, la misère cachée du peuple qui vit dans un bidonville sur un tas d'immondice.
Mensonge et supercherie également au niveau du complot accablant Tintin et ses amis sur la base de preuves, bien entendu falsifiées, et amenant à des procès truqués et douteux. Supercherie et tromperie aussi dans la ruse de Tintin pour renverser le pouvoir en place. Mais c'est un juste retour des choses...
Enfin, la désillusion face à la réalité de ce monde. Les vieux amis peuvent vous trahir, et puis difficile de changer le monde... Tintin nous avait habitué à rétablir la justice, à se battre pour des causes justes et honorables, à défendre ses amis et tout se terminait par un happy end et une amélioration de la situation. Les complots, les divers trafics prenaient fin, les ennemis étaient systématiquement mis en échec, le bien prenait le dessus. Or, ici ce n'est plus le cas. Pour preuve, peu importe le dirigeant du pays, une dictature est une dictature et le peuple reste dans son bidonville et sa misère. La dernière case de l'album sera, pour la première fois dans la saga, empreinte d'une sorte de pessimisme.
En conclusion, c'est loin d'être mon opus préféré. Dommage que tout s'arrête sur une telle note...
J'ai malgré tout beaucoup apprécié les clins d'oeil à Astérix, Mickey et Donald dans le carnaval. Peut-être en ai-je manqué d'autre, mais c'était amusant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
cicou45
  08 novembre 2011
Tout débute par la visite puis par l'arrestation de la célèbre cantatrice La Castafiore, de son pianiste, de sa femme de chambre et des deux Dupont et Dupond par le général Tapioca lors de leur visite au San Theodoros. Ils sont en effet accusés, à tord bien sûr, d'avoir voulu préparer un attentant contre le susdit général. Tintin, le capitaine Haddock et le professeur Tournesol sont aussi mêlés à l'affaire puisqu'ils sont accusés à leur tour d'avoir participé au complot.
Ces derniers se rendent donc au San Theodoros afin de s'expliquer avec le général Tapioca et de prouver leur innocence ainsi que celle de leurs amis.
Tout aurait dû être élucidé au plus vite mais cela était sans compter sans le traquenard dans lequel ils sont tomber qui a été organisé par le chef de la police, le colonel Esponza, mieux connu pour le lecteur sous le nom de Sponz puisqu'il l'a découvert en Syldavie dans un album précédent. Autre personnage que le lecteur retrouve est celui de Ridgewell, un occidental qui s'est mêlé au peuple indigène des Arumbayas, tribu qui est d'ailleurs devenue uns des alliées des Picaros qui sont sous le gouvernement du général Alcazar que le lecteur a déjà rencontré dans plusieurs albums.
Vous penserez sans doute que je me répète mais j'ai également adoré cet album car je l'ai trouvé extrêmement drôle tout en traitant de sujets assez difficiles puisque Tintin demande au général Alcazar de faire sa révolution sans effusion de sang, ce qui paraît inconcevable dans la tradition du San Theodoros et qu'il traite également de la peine de mort pour tout opposant au régime en place. D'ailleurs, un passage que j'ai trouvé à mourir de rire est celui où le général Tapioca et le général Alcazar se retrouvent côte à côte et ne comprennent pas la façon de penser de Tintin. Alors que le général Tapioca aurait dû être fusillé par Alcazar, tous les deux se parlent presque comme des vieux amis en s'offusquant du fait que cette révolution se déroule sans effusion de sang.
Les costumes empruntés par le général Alcazar et par les Picaros au groupe de touristes menés par Séraphin Lampion, afin de s'introduire dans le palais sont des plus originaux et mettent une note de gaieté à l'album en le remplissant de couleurs. Normal, avant d'être une révolution, c'est le carnaval, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Plumedoie
  29 mars 2017
Cela fait longtemps que je ne lis plus les tintin mais j'ai toujours du plaisir à me replonger dans cette excellente bande dessinée ! Tintin et les picaros ne m'a pas marqué mais j'aime beaucoup les héros qui interviennent : le général Tapioca,les Dupont ,la Castafiore et bien sur,le capitaine Haddock !
Commenter  J’apprécie          260
MissG
  24 mars 2012
Accusés de fomenter un complot contre le général Tapioca, dirigeant du San Theodoros, Tintin, le capitaine Haddock et le professeur Tournesol s'envolent pour ce pays afin de rétablir la vérité et de libérer leurs amis injustement emprisonnés : Bianca Castafiore, son pianiste, sa camériste et les Dupondt.
Leur route croisera celle du général Alcazar, reclus dans la forêt avec ses guérilleros : les Picaros, qui ne rêve que de déloger le général Tapioca et prendre le pouvoir au San Theodoros.
Derrière cette aventure qui pourrait passer pour noble, Hergé y dénonce au contraire les dictatures, les pays d'Amérique du Sud ayant accueilli des Nazis et s'inspire grandement de Cuba et de Fidel Castro pour la situation politique au San Theodoros.
Il n'hésite pas à dénoncer l'omniprésence des forces militaires dans les régimes de dictature, il n'y a qu'à voir l'escorte qui emmène le capitaine Haddock acheter du tabac.
Il n'est pas non tendre avec son général Alcazar, si Tintin sert de personnage canalisateur de violence en lui faisant promettre aucune effusion de sang dans sa révolution, Hergé le dépeint comme un homme ayant peu d'idées, imbu de lui-même, sous le joug d'une femme à la poigne de fer, et à la limite de l'illettrisme, preuve en est la lettre laissée à sa femme truffée de fautes d'orthographe.
Même l'arrivée inopinée de Séraphin Lampion avec ses Joyeux Turlurons dans le camp des Picaros n'apporte pas de réelle légèreté et un peu d'humour à ce récit.
Et la révélation du prénom du capitaine Haddock, Archibald, passerait presque inaperçue tant l'arrière fond de cette histoire prend de l'importance pour le lecteur.
Mais finalement, c'est surtout un goût d'amertume qui se dégage de cette histoire.
Car quelque soit le dirigeant du San Theodoros, la population elle ne voit pas de différence.
C'est en tout cas ce que montre Hergé, avec une vignette lors de l'arrivée des personnages portant sur un bidonville avec une pancarte "Vive Tapioca" et un militaire patrouillant arme à la main, et une vignette lors du départ portant sur ce même bidonville, avec toujours ce même militaire, seule la pancarte a changé et indique "Vive Alcazar".
Ce qui à la première lecture apparaît comme une aventure somme toute ordinaire de Tintin se révèle finalement une histoire bien plus profonde laissant un goût d'amertume au lecteur.
La qualité des dessins et le choix des couleurs, particulièrement vives lors du carnaval, rendent cette lecture très agréable mais ne sont qu'un vernis pour masquer les opinions affichées par Hergé avec cette histoire.
"Tintin et les Picaros" est en effet une dénonciation par Hergé de la situation politique à l'époque où il a publié cette bande dessinée, et de façon plus générale des régimes totalitaires et de la violence qui les accompagne.
Un album à relire plusieurs fois pour bien en saisir toutes les nuances et qui laisse à réfléchir.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
WiewowasWiewowas   25 mai 2020
Haddock: Vous avez tort, Tintin ! Et vous le regretterez un jour ! Souvenez-vous qu'un bienfait ne reste jamais impuni !
Commenter  J’apprécie          210
TbilissiTbilissi   17 avril 2018
- Voyon, professeur !
- Ma soeur ???... Eh bien quoi, ma sœur...? Je vous prie de la laisser à l’écart de tout cela, ma sœur !...
[...]
- Vous êtes un sinistre farceur !
- Je vous répète que ma sœur n’est absolument pour rien dans tout ceci !
[...]
- Mais bien sûr, professeur...
- Et pour l’amour du ciel, cessez de me parler de ma sœur !... Ma sœur... Voyons... Ma soeur ??? ... Et d’abord, je vais vous dire une bonne chose : je n’ai jamais eu de soeur !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
genougenou   20 août 2015
Haddock : Mille millions de mille sabords ! Quel est le sombre oryctérope qui a remplacé mon whisky par cet extrait d’eau de Javel ?...
Tintin : De l’eau de Javel ?!?
Haddock : Ou une sorte de vitriol du même tonneau… si j’ose dire ! Tenez, goûtez-moi ça…
Tintin : Heu… Je ne suis pas un expert comme vous, naturellement, mais il me semble que c’est bien le goût du whisky…
Haddock : Du whisky !... Mon jeune ami, si ceci est du whisky, je veux bien être changé en coquille Saint-Jacques !... Et vous venez de le dire, je m’y connais un petit peu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TelKinesTelKines   14 avril 2016
- Mais vous êtes fou ?...
- Moi, non !... Lui !... Ce garçon m'a fait jurer sur l'honneur que mon coup d'Etat se passerait sans effusion de sang !... Je suis désolé...
- Je vois : un idéaliste, n'est-ce pas ?... Ces gens-là ne respectent rien, hélas ! Pas même les plus vieilles traditions !
- Oui, triste époque...
Commenter  J’apprécie          120
VFanelVFanel   03 juillet 2014
- ... En un mot : voyez ces faces de brutes !... Ça des policiers ? Des imposteurs, des fourbes, des tueurs !... Et qui, pour prendre l'aspect de loyaux partisans du général Tapioca-et de la noble idéologie de Plekszy Gladz-ont poussé la duplicité jusqu'à porter la moustache !

- C'est faux !... Nous portons la moustache depuis notre plus tendre enfance !...

- Parfaitement...Depuis notre france entendre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Hergé (166) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Hergé
Un moine chartreux est enfermé dans son monastère depuis 25 ans. Obligé d'en sortir pour aller chez un notaire, il est confronté au monde, à la ville, et aux femmes… Zep publie "Un bruit étrange et beau" chez Rue de Sèvres. Il explique ici à Anne Douhaire comment il a procédé.
Zep, invité de l'émission "Si tu écoutes j'annule tout" de Charline Vanhoenacker en direct de l'exposition Hergé au Grand Palais : https://www.franceinter.fr/emissions/si-tu-ecoutes-j-annule-tout/si-tu-ecoutes-j-annule-tout-07-octobre-2016
Zep, invité du "Nouveau Rendez-vous" de Laurent Goumarre : https://www.franceinter.fr/emissions/le-nouveau-rendez-vous/le-nouveau-rendez-vous-11-octobre-2016
Zep dans "La bande originale" de Nagui https://www.franceinter.fr/emissions/la-bande-originale/la-bande-originale-14-octobre-2016
Et aussi l'interview https://www.franceinter.fr/livres/un-bruit-etrange-et-beau-l-ode-au-silence-de-zep par Anne Douhaire
Plus de "Comment j'ai dessiné...", la leçon de dessin de... https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
+ Lire la suite
autres livres classés : aventureVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tintin, presque...

Tintin est ... ?

rapporteur
reporter

5 questions
405 lecteurs ont répondu
Thème : HergéCréer un quiz sur ce livre
.. ..