AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques sur Sois sage, ô mon bagage (21)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
saphoo
  21 mai 2020
Merci aux édition YOVANA pour cet envoi, fort intéressant.

En cette période de confinement, un bel ouvrage pour voyager à toute époque vers toute contrée sans bouger de chez soi.

On apprécie la multitude d'information sur cet objet indispensable ou presque pour les voyageurs de tout poil.
Certes, beaucoup se contente d'un simple sac à dos mais pour d'autre c'est tout une avalanche de valises, et autres paquetages.

Et si votre bagage serait le reflet de votre personnalité ? Allez savoir ! Tout comme on dit : dit moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es. N'en serait il pas de même avec : Montre moi ton bagage et je te dirai qui tu es !

Un récit parsemé d'anecdotes, d'histoires, d'humour, on ne s'ennuie pas.
En lisant dernièrement un célèbre roman de Dumas, j'y croisai un fameux "portemanteau" qui était aussi le bagage de l'époque, ce dit portemanteau est devenu depuis sédentaire et trône à demeure. Ce point je ne l'ai pas croisé dans cet opus, un manque, mais il est déjà si riche et ce qui nous permet de dire, que le bagage à long à nous dévoiler depuis la nuit des temps à nos jours.

Un livre fort agréable à lire, j'ai beaucoup aimé le style, l'humour, les anecdotes etc... c'est enrichissant.

Les vacances approchent, alors maintenant vous ne ferez plus vos valises sans penser à ce livre et à l'histoire de tous les bagages que vous avez croisés et que vous croiserez encore.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
fbalestas
  24 mars 2020
En cette période de confinement et d'empêchement à voyager, la lecture de ce petit opuscule à propos des bagages a de quoi réjouir les esprits les plus grincheux.
C'est brillant.
C'est enlevé, c'est vif, c'est drôle, et c'est très agréable à lire.
Il faut dire qu'Hélène Honnorat a collectionné une quantité extraordinaire de récits à propos des bagages : ce recensement exhaustif de récits de voyages accompagnés de tous ses impedimenta est digne d'un encart dans Wikipédia !
Malles, coffres, sacs à dos, balluchon ou autres besaces destinés à accompagner les voyageurs, voilà une anthologie de tout ce qui peut devenir bagage pour son propriétaire, qu'il soit explorateur, aventurier, globe trotter, aristocrate ou simple bourlingueur.
On y croise le Dieu Mercure, le dieu des voyageurs, Scot Fitzgerald, Georges Marchais, Mary Kingsley dans la jungle africaine, Albert Londres, qui séparait les individus en deux catégories (ceux qui avaient des meubles et ceux qui avaient des valises), Umberto Eco et un très curieux saumon fumé, mais aussi des crabes échappés d'une soute à bagage, Sarah Bernhardt à la douane américaine, Phileas Fogg, Georges Perec, les passagers à bord du vol « Air Cocaïne », Landru, le voleur de la Joconde, Yvan Colonna, Albert Camus, Antonio Machado et bien d'autres encore, l'auteure faisant ici montre d'une grande érudition.
Cet ouvrage passionnant nous dit beaucoup de nous-mêmes : la valise dit beaucoup de nous. Parmi les voyageurs, il y a les minimalistes, et les maximalistes. Selon que vous voyagez léger, avec un baluchon rudimentaire pour simple bagage, ou comme la Reine Élisabeth, avec un fourniment de première classe, vous appartenez à une catégorie ou à une autre.
Que celui ou celle qui ne s'est jamais assis sur sa valise pour la boucler jette la première pierre à Hélène Honnorat. Et ce ne sera sûrement pas moi !
« Sois sage ô mon bagage » est aussi un superbe florilège de citations, à l'exemple de celle-ci : « Vais-je rester là, dans la poussière, à contempler la vieille peau de cochon de ma chère valise, ma douce compagne ? ». On aimerait toutes les citer. Comme celle-ci aussi : « Qui dit bagage, dit nouvelles racines. Je vis avec et dans mon balluchon comme l'enfant dans ses langes. J'emporte, je recrée ma maison, j'habite ce lieu fantôme installé dans ma valise ou mes malles. Chambre, salle de bains, cuisine, bureau, bibliothèque... L'objet qui paraît le plus spécifiquement pensé pour s'en échapper, conçu pour le nomadisme, est encore un reflet du bercail que j'ai quitté."
On aimerait aussi raconter ce mot que Desdemona fait porter à son amoureux pour qu'il lui apporte un petit lion plutôt que des lévriers afghans – lion qui se transformera à la dernière minute en tigre, avec de fâcheuses conséquences. Ou parler de très belles histoires de bagages, comme celle de la « malle d' Evangelia » qui va retrouver sa véritable destination 80 ans plus tard, ou celle de cette valise mexicaine pleine des négatifs que Robert Capa, Gerda Taro et Chim prirent pendant la guerre d'Espagne, retrouvées bien des années après.
« Je hais les voyages et les voyageurs ». La citation est de Claude Levi Strauss, bien sûr, au début de Tristes Tropiques, tout le monde le sait. Mais on sait moins le penchant de l'ethnologue pour choisir de la verroterie de bonne qualité destinée aux cadeaux et au troc avec les indiens.
Je ne crois pas qu'Hélène Honnorat haïsse vraiment les voyageurs et leurs bagages accompagnés. Je crois même qu'elle réussit le tour de force de nous captiver en 156 pages à propos d'un objet qu'on croyait jusque là purement utilitaire.
Vraiment réjouissant.
En période de confinement, quel régal de s'évader ainsi par l'esprit… le livre d'Hélène Honnorat en poche !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
FLaureVerneuil
  15 octobre 2020
Faire sa valise, le début du voyage.
Un livre qui m'a appris beaucoup. Cependant, je l'ai lu "par petites doses". La lecture n'est pas coulée, ce n'est pas un roman. Il y a des noms, des histoires, des anecdotes à engranger. L'humour n'est pas absent.
Instructif, intéressant avec un sujet pas souvent évoqué. le premier sens des mots, que l'on retrouve au cours de notre lecture, éveille notre curiosité comme le mot "layette" qui n'a rien à voir avec le sens actuel, mais vous comprendrez pourquoi.
À vous maintenant d'assouvir votre curiosité sur les bagages. Dorénavant, vous penserez à votre lecture au moment de les faire.

Lien : https://vie-quotidienne-de-f..
Commenter  J’apprécie          120
essirard
  07 mai 2020
Qu'emporterez-vous avec vous sur une île déserte ? Nous connaissons ce jeu qui nous pousse à réfléchir à ce qui nous est indispensable. Depuis l'antiquité jusqu'aux voyages organisés de notre société mondialisée, le contenu des valises est un révélateur. Dans ce livre érudit et joyeux, Hélène Honnorat nous fait découvrir la vie cachée des bagages de quelques personnalités célèbres qui, par ce qu'ils emportent avec eux nous dévoilent une partie de leur intimité et de leurs obsessions. Vous apprendrez dans Sois sage, ô mon bagage… que la reine Victoria voyageait avec son lit et sa chambre à coucher, que les malles s'adaptent à la demande : aux crinolines, aux livres – en 1911, Vuitton fabrique une malle dédiée à l'Encyclopaedia Britannica en 29 volumes – aux parfums et à toutes les lubies possibles.
Histoire du bagage mais aussi des voyages. Certains partent légers, trouvant sur place de quoi subsister, ou non. D'autres comme les escargots partent avec leur maison sur le dos. Va-t-on plus loin avec un sac à dos ? Pas sûr. Les explorateurs du XIXème qui étaient prévoyants, s'embarrassaient de plusieurs tonnes de matériel. le on ne sait jamais ce qui peut arriver arrive qu'on soit chargé ou non.
Pas de répit, les anecdotes se suivent selon un plan qui bientôt échappe au lecteur pris dans le tourbillon des noms et des expériences. On croise Blaise Cendrars, Albert Londres, Alexandra David-Neel, on admire l'auteur qui a transformé un essai sur les valises en un récit protéiforme et jubilatoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LEPISSIER
  01 mars 2020
"Sois sage, ô mon bagage"" ... Une échappée littéraire, nous dit la couverture. Certainement.
Plus exactement, c'est un péché de gourmandise avec une boîte de chocolats littéraires. Ils sont parfois bien emballés, ou nus (mais pas encore à roulettes), bruns, noirs ou blancs. Ils viennent tous de loin, d'Amérique latine, d'Afrique ou d'Asie. Quel tourbillon ! On en a presque le tournis (sans doute l'alcool des chocolats).
On passe d'un auteur à l'autre (et ils sont très nombreux !), on voyage de pays en pays, du passé au présent, d'un explorateur à Harry Potter en passant par le roi Salman d'Arabie Saoudite et une princesse russe, et on revient parfois sur le précédent.
Un vrai feu d'artifice !
Si vous aimez les voyages, les découvertes, les autres . . . et la littérature, "Sois sage, ô mon bagage" est un must. Vous allez vous régaler.
Bagage n'est qu'un prétexte, une clef : voyage et déguste.
Commenter  J’apprécie          40
Livresenchantsthes
  19 mars 2021
Imaginez que vous visitiez une vieille maison et que dans le grenier vous découvrez une vieille malle, qui contient des récits et d'autres vieux bagages.
Et aussi beaucoup d'odeurs qui évoquent tous les continents et toutes les époques.
Helene-Honnorat sait nous embarquer dans le sillage de personnages célèbres, leurs façons de s'équiper dévoilant des facettes qui confortent l'image que nous en avons ou qui déconcertent et font sourire.
On se retrouve au fin fond des explorations, aux temps où le confort était réservé aux plus puissants, mesuré au nombre de porteurs qui étaient engagés, le nombre laissant imaginer l'extravagance des voyageurs impudents. L'opulence des détails est redevable à l'abondance des écrits qui, reliés à L Histoire ou aux écrivains de renom nous délectent de souvenirs de lectures savoureuses. La gamme est variée, avec aux détours les noms d'Albert Cohen et de Franz Bartelt.
le fond des anecdotes est au-delà des potins. Elles révèlent que les accessoires ne sont pas subalternes. Et le livre approfondit ce que l'image du bagage dit de l'humanité, avec les traces de voyages de de tous les anonymes en recherche de survie.
L'épilogue confirme que nous sommes loin, très loin du catalogue.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
pascaletheriez
  13 juin 2020
Ce livre est un très bel objet à la présentation aussi originale et élégante que son contenu.
Le lecteur y voyage dans les bagages de personnages ayant existé, plus originaux, talentueux ou foldingues les uns que les autres, certains seront connus-ou reconnus- d'autres garderont l'anonymat. D'autres encore feront l'objet d'une enquête de l'auteur. Il s'agit que tout bagage perdu retrouve son propriétaire!
On commence la lecture comme un départ: dans l'excitation, qu'elle soit frivole, angoissée, perfectionniste ou franchement déjantée! On chemine, on chemine, le long d'un long fleuve rarement tranquille qu' enfin on traverse pour atteindre l'inconnu.
On s'est régalé d'anecdotes croustillantes, on a beaucoup appris, découvert la diversité des cultures puis on a gagné en profondeur pour atteindre l'universalité des grands mythes. Et on a envie de refaire un tour de manège, c'est un livre à relire.
Sois sage, ô mon bagage.. par le choix du sujet, sa montée en puissance et la documentation éclectique et riche sur laquelle s'est appuyée Hélène Honnorat a ajouté une pièce de choix à mon bagage littéraire.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Natito
  04 mai 2020
Quel bonheur de se plonger dans le dernier opus d'Hélène Honnorat et d'oublier l'affreuse bestiole qui s'acharne contre le genre humain. S'il est un antidote au mal qui nous ronge, c'est bien cet univers farfelu et cocasse qu'elle crée (ou recrée) et auquel il est difficile de résister. Et puis elle a, je crois, inventé un genre novateur qui mêle le réel à la fiction sans qu'il soit toujours possible de décider d'emblée "which is which". J'ai trouvé l'ensemble vraiment jubilatoire au point que les rares moments d'apaisement de ces dernières semaines, c'est à "Sois sage, ô mon bagage..." que je les dois.
Commenter  J’apprécie          30
irushi21
  12 avril 2020
Le bagage, cet objet du quotidien à première vue insignifiant peut, si l'on y réfléchit, nous faire vivre tout un faisceau d'émotions... Il évoque pour moi principalement trois choses : l'excitation (du grand départ, des découvertes à venir, de l'évasion), le stress de la préparation (que mettre dedans ? vais je réussir à le fermer ? ai je pensé à tout ?), et l'angoisse de la disparition quand devant le tapis roulant de l'aéroport, notre bien tarde à surgir de dernières les lanières en plastiques du portillon. 
Le livre d'Hélène Honnorat aborde toutes ces thématiques qui nous sont familières en détail et va bien au delà. Dans "sois sage ô mon bagage", on fait le tour du monde, on s'immisce dans l'intimité d'écrivains, explorateurs et autres personnages, on traverse l'histoire et les cultures, on rit à la lecture d'anecdotes surprenantes vécues par l'auteure : "c'est aussi l'époque où tout au long d'un vol entre les Antilles et Paris, j'entendis glapir et protester un passager clandestin. Enfourné par une belle matrone dans le compartiment au dessus de ma tête : un coq vivant, hérissé de colère. Et l'époque où, au cours d'une semblable traversée, les occupants de l'avion au sein duquel s'était mise à régner une étrange agitation, furent surpris par la voie pincée de l'hôtesse : "la personne qui voyage avec des crabes vivants est priée de se faire connaître. "

Pour notre plus grand plaisir, le bagage se fait exotique, drôle, complexe, utile ou futile, minimaliste ou conséquent, il se charge de sens et pique notre curiosité. Voilà un ouvrage fortement recommandé pour sortir de la monotonie du confinement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Iskandar
  09 mars 2020
Je conseille très vivement la lecture de ce livre, de ce joli livre, où l'auteure, avec sagesse et enthousiasme, s'amuse et nous amuse, à repérer ce que cachent et révèlent les usages des bagages. Cet amusement est, bien sûr, très sérieux, mais avec douceur, légèreté, et une belle érudition, pleine, joyeuse, pédagogique. On apprend beaucoup, on sourit très souvent, on est charmé par un vrai style que, pour ma part, j'aime infiniment parce qu'il est tout d'ironie, de distance, mais aussi de chaleur et, ai-je déjà dit, d'enthousiasme. C'est un récit de basses (au sens musical) méditations, de réflexions et observations sur les voyageurs, lesquels sont tout simplement, mais gentiment, dépecés ou vidés avec leurs bagages ! Un régal ! Et aussi, sans doute, une leçon de lucidité.
Commenter  J’apprécie          30


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz - Claude Gueux

En quelle année a été publié " Claude Gueux " ?

1859
1903
1834

14 questions
570 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre