AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266273515
Éditeur : Pocket (06/04/2017)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 69 notes)
Résumé :
« On ne grimpe qu'une fois la montagne de la vie. Il faut savoir faire un pas de côté, vivre ses rêves, ne pas se laisser emprisonner. L'homme ne doit jamais se sentir plus grand que la vie. Chaque jour, je le répète à mes filles : en gardant les pieds sur terre, on peut toucher les étoiles. »Mike horn est un aventurier de l'extrême connu dans le monde entier pour repousser les limites du possible. il a descendu l'Amazone, suivi la ligne d'équateur sur 40 000 kilomè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Nastie92
03 octobre 2015
Mike Horn mène une vie trépidante. À son actif, des aventures aussi diverses que l'ascension de sommets de plus de huit mille mètres, le tour de la terre sur l'équateur, un tour du monde en suivant le cercle polaire arctique ou la descente de l'Amazone en hydrospeed : Mike Horn a la bougeotte !
Il nous raconte ses aventures dans ce livre, mais surtout il partage ses motivations et nous parle de son enfance qui explique sa personnalité hors du commun.
Une enfance atypique, avec des parents qui laissent leurs enfants très libres tout en leur inculquant le sens des responsabilités. Quand il était petit, Mike Horn avait pour héros Vasco de Gama, Christophe Colomb, Magellan et sir Edmund Hillary.
Pas étonnant qu'il n'ait eu de cesse de marcher sur la trace de ses illustres prédécesseurs, et plus encore, d'innover et de vivre ses propres aventures.
Il monte avec trois amis alpinistes le projet fou d'enchaîner l'ascension de quatre sommets himalayens de plus de huit mille mètres (Gasherbrum I, Gasherbrum II, Broad Peak et K2) dans le plus pur style alpin (sans cordes fixes, sans porteurs) et de plus, sans oxygène. C'est cette incroyable épopée qui sert de fil rouge dans ce livre, les différentes étapes étant entrecoupées de souvenirs d'aventures diverses et variées aux quatre coins du globe.
En ce qui concerne l'alpinisme, Mike Horn nous emmène dans ses ascensions, son récit est vivant, à la fois enthousiaste et plein de réalisme.
Il arrive formidablement bien à partager ce qu'il ressent, comme lorsqu'il décrit l'état second dans lequel il s'est trouvé au sommet du Gasherbrum I, cet état d'hébétude que connaissent de nombreux alpinistes, et qui a été, hélas, fatal à nombre d'entre eux. Grimper, arriver au sommet, savourer la vue est exaltant, mais il faut vite repartir sous peine de manquer de forces et de lucidité pour la descente. À cette altitude, dans ce que l'on nomme la "zone de la mort" car les facultés physiques et intellectuelles sont diminuées, l'homme ne peut pas vivre très longtemps.
Ces pages sont très belles, l'émotion est palpable.
Le livre ne manque pas non plus d'humour, comme lorsque Mike Horn raconte son arrivée avec sa femme Cathy à la cérémonie des Laureus Awards (cérémonie qui rassemble le gratin du sport et du cinéma) : alors que les flashs crépitent et que des journalistes les interpellent, "Mike, Cathy !", un couple gravit les marches et Cathy murmure : "Tu sais qui c'est ? Michael Douglas et Catherine Zeta-Jones. Mike et Cathy c'est eux, pas nous !"
Pour Mike Horn, "Explorer, cela signifie trouver des réponses et revenir les partager avec les autres."
Le partage : voilà ce qu'il arrive très bien à faire dans ce livre. Et il a tellement de choses à nous raconter, lui qui a tant vécu et qui n'est jamais blasé : "J'ai choisi d'explorer le monde pour rester surpris, émerveillé, curieux."
Si vous avez envie de parcourir la planète et vivre par procuration de grandes aventures, suivez Mike Horn et sa drôle de vie. Vous en ressortirez avec des images plein les yeux et des idées plein la tête.
Au-delà du plaisir que j'ai eu à lire ce livre, je garde en mémoire ce conseil : "Il y a 30 000 jours dans une vie ! Vivez tous les jours au maximum."
Un grand merci à Babelio et aux Éditions XO pour cette lecture mouvementée et passionnante dont je ressors tout ébouriffée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
QueLire
30 octobre 2015
Je vous l'avoue d'emblée, j'ai été fortement attirée par ce livre car le personnage de Mike Horn m'impressionne grandement. Pour moi, c'est l'aventurier par excellence. Non seulement, il excelle dans plus d'un domaine, mais surtout, il s'attaque à tout, son mental étant sa force.
Déjà enfant, il était attiré par le voyage et la découverte mais ayant pour obligation de rentrer chez lui pour 18h, ses expéditions étaient soumises à cette contrainte horaire. A 17 ans, il s'engage dans l'armée Sud-Africaine, devient très vite un excellent élément et participe à des missions à haut risques. Ensuite, il s'est essayé à la vie de businessman, toujours avec succès mais sans passion. L'argent, les relations, la reconnaissance sociale ne lui suffisaient pas et un jour il donne tous ses biens : "Prenez mes chers amis, je pars..."
Et pour Mike Horn, c'est le début de la galère. Petits boulots qui payent mal, difficulté à voyager avec un passeport Sud-Africain,... Il ne se décourage pas et c'est en Suisse qu'il rencontre Cathy, celle qui deviendra son épouse, son étoile du sud comme il la surnomme. Sportif, intrépide, rigoureux et extrêmement intelligent, Mike Horn attire les sponsors, là ou d'autres émettent des objections, Mike se fie à son intuitions... Tout lui réussi, il enchaîne les exploits les plus fous : descentes de chutes en Hydrospeed, tour du monde en suivant la ligne l'équateur, plus de deux ans de marche autour du cercle arctique par des températures pouvant atteindre les -60°, ascensions des plus hautes montagnes du monde, traversées de déserts... Mike Horn vient à bout de toutes les difficultés grâce à son sens pratique, son instinct et sa volonté.
Dans "Vouloir toucher les étoiles", il nous parle de l'ascension de 4 hautes montagnes. Ascension qu'il entreprend avec des alpinistes chevronnés. Ils devront affronter la peur, le froid, la fatigue et la mort. Les chapitres parlant de ces ascensions sont entrecoupés de récits sur sa vie, ses divers exploits, sa famille. Mike Horn nous dévoile énormément de choses personnelles dans ce livre à commencer par sa relation avec son père qui a fortement contribuer à façonner l'homme qu'il est devenu.
J'ai littéralement dévoré ce livre, je connaissais le personage de nom mais je me rends compte à présent à quel point je n'avais qu'une infime idée de ce qu'il avait accompli. Mettant sa popularité au profit de l'environnement, Mike Horn à créé les expéditions Pangaea, dans lesquelles il embarque des jeunes dans ses périples afin de les rendre sensibles au milieu naturel. Je vous invite à suivre le lien ci-dessus pour en apprendre plus sur ce programme.
Je vous conseille vraiment cette lecture qui mêle nature, sport extrême, et une belle leçon de vie, celle d'un passionné qui à suivi la petite voix qui lui disait que le monde n'attendait que lui.
Merci à XO éditions pour ce livre plein de bon sens écrit par un homme qui enchaine les exploits fous.

Lien : http://que-lire.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
coincescheznous
28 janvier 2016
Les biographies ne font généralement pas partie de mes lectures préférées. Je n'en lis pour ainsi dire jamais. Mon mari, lui, en est féru : de Steeve Jobs (l'organique) à Mike Tyson (le romantique), en passant par Michael Jordan, et enfin la dernière en date Mike Horn. Pour cette dernière, j'avoue m'être laissée persuader, d'abord parce que j'avais envie de lire quelque chose de léger, abordable qui se lit facilement, et puis Mike Horn c'est quand même quelqu'un pour la pseudo-aventurière idéaliste qui veut sauver le monde et aider son prochain qui sommeille en moi. Et puis mon mari m'a quasiment ordonné de le lire : «Allez, tu vas lire ça en deux jours et tu verras tu ne le regretteras pas». Avec tous ces arguments en faveur de Mike, j'ai cédé.

Alors pour ceux qui ne situeraient pas le bonhomme, Mike Horn c'est quand même :
– l'ascension de 4 sommets de plus de 8000 mètres sans assistance ni oxygène ;
– le tour du monde (soit 40000 kilomètres) en solo, sans moyen motorisé et en autosubsistance – au cours de son périple il aurait survécu à une piqûre de serpent et rien que pour ça il aurait déjà eu toute ma considération mais il a aussi réussi à se sortir d'un bataillon d'exécution au Congo… et oui, il est balèze le mec !
– la descente du fleuve Amazone en hydrospeed, toujours en solitaire et autosubsistance, car il aime ses petites habitudes d'homme seul ;
– et je ne parle pas des excursions dans le cercle polaire ou ailleurs où il fait froid….
Tout ça dans un seul homme et de moins de 50 ans qui plus est.

Alors j'avoue que l'homme m'intrigue. Pour moi, qui ait envie d'aventure, qui n'ose rien et qui a peur de tout et qui pourtant a terriblement envie de tout ! (Oui c'est pas facile d'être moi). Et me voilà donc partie dans la lecture.

Alors voilà, le style littéraire est assez simple, c'est une lecture accessible à tous. Rien de transcendant dans le déroulé : pas de suspens ou de retournement de situation; évidemment c'est une biographie. Mais l'objectif de ma lecture, et de tous ceux qui lisent ce genre de livres est tout autre: personnellement, je veux en savoir plus sur les valeurs et les idéaux de cet homme et par là-même, pourquoi pas essayer de débloquer ce petit rien qui m'empêche de vivre vraiment, comme lui le fait.
Et là, je ne suis pas déçue : Mike est carrément inspirant. Yes! Je vais peut-être pouvoir me passer d'un psy! Je ne dis pas qu'il m'a donné envie d'aller survivre en solo dans la jungle ou d'affronter un ours blanc dans la banquise mais en bonne représentante de cette génération qu'on appelle Y, le Mike c'est un peu notre pionnier générationnel. Il a bien identifié son objectif de vie et ce qui l'anime et le rend vivant: c'est tout simplement VIVRE sans limite. On est peu dans le cliché de la psychologie 2.0 ou les fameux adages préféré des adulescents «Il ne faut pas rêver ta vie mais il faut vivre tes rêves» ou encore «Sky is the limit» et autres blablablas… (ah ben tiens j'y avais pas pensé, je suis sotte). Mais à la différence, que lui il existe et cette vie «rêvée» (tout du moins selon lui) il la vit. C'est en ça qu'il est inspirant. Il démontre malgré tout que vivre et être heureux est une quête au quotidien à laquelle il ne faut pas se donner de limite et à laquelle il faut croire. Et c'est cela que je garde de ma lecture et que j'aimerais pourvoir transmettre à mon fils.
Mike Horn dégage en plus de cela une simplicité, aucune vanité ressentie de ses exploits réalisés, il reste humble face à la force de la nature. Non, vraiment, il est sympathique. Alors là oui, je vous entends déjà me dire «Ben ouais, c'est sa biographie, il va pas se décrire autrement» sauf que:
1- j'ai un radar à tête de C… et lui il a une tête de gentil;
2- ce n'est pas écrit tel quel c'est juste mon ressenti personnel en lisant le livre.

J'adore l'homme et ses valeurs, et le rencontrer serait d'ailleurs un honneur pour moi. J'ai un tas de questions à lui poser, j'en profite d'ailleurs: «Mike si tu lis ça, appelle moi!!!!»

Alors oui, ça ne vaut pas un Douglas Kennedy ou le dernier Joel Dickers (que je suis en train de lire grâce à la critique de Jo la Frite) mais lisez-le:
– si vous cherchez à être inspiré dans un quotidien parfois / souvent inutilement morose;
– si vous voulez voyager car en plus d'être un voyage intérieur, ce livre alimentera votre imagination de paysages enthousiasmants;
– parce que vous avez envie de lire un livre;
– parce que vous avez aimé cette critique, et avez envie d'en savoir plus.


Alexou Bidou, une autre coincée chez elle :-)


Lien : http://coincescheznous.unblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
Chinouk
24 octobre 2015
À peine ce livre est arrivé chez moi, qu'il me fallait le commencer. J'ai mis de côté ma lecture en cours et à moi les nouvelles aventures de Mike Horn que le grand public a pu découvrir dernièrement sur M6 dans The Island.
On retrouve l'auteur avec une nouvelle tentative d'exploit: il veut tenter de gravir 4 sommets de 8000 mètres à la suite, le problème? Il n'a jamais fait d'alpinisme, mais cela ne l'arrête pas. Il s'entoure de personnes compétentes dans lesquelles il a toute confiance. Je pense d'ailleurs que rien ne peut arrêter cet homme de toute façon. Mais la montagne est sans pitié et, de camp de base en camp de base, d'échec en échec, nombreux sont les morts qui vont jalonner sa route.
P34 «la montagne ne pardonne pas la moindre erreur. Les quarante derniers mètres sont incroyablement éprouvants. Il faut lever le bras – une torture. Abattre le piolet- un effort dément. Soulever le pied – une quasi-impossibilité. Hisser le corps en entier – un enfer. Chaque millimètre parcouru est une victoire»
Le livre est découpé en chapitres qui alternent ses tentatives pour dompter l'Everest et des chapitres assez intimistes où il nous livre son histoire passée . Il nous confie comment il est devenu le grand aventurier de l'extrême qu'il est aujourd'hui.
De son enfance en Afrique du Sud, où il n'hésite pas à plaquer un boulot très bien rémunéré pour partir à l'aventure, sans rien, et prendre le premier avion en partance pour l'ailleurs.
Il atterrira en Suisse et fera la connaissance de Kathy, son épouse qui acceptera que son homme ait la bougeotte. Elle l'assistera à distance dans la logistique lors de ses nombreuses expéditions autour du monde.
C'est un livre qu'il lui dédie. Elle a lutté pendant des années contre un cancer qui a eu raison d'elle. Mike se dévoile beaucoup dans ce livre.
Cet ouvrage je l'ai dévoré, les exploits de Mike sont toujours aussi passionnants à lire. On y retrouve succinctement toutes ses aventures passées qui font, elles aussi, pour certaines, l'objet d'un livre. Cet opus est idéal pour découvrir l'auteur.

Je vous livre deux passages qui m'ont profondément touchée et qui m'ont fait énormément réfléchir.
P123 :« chacun de nous, dans sa vie, a son propre K2 à gravir. Si on ne lâche rien, et qu'on prend les bonnes décisions, on peut trouver les solutions. L'important c'est d'essayer, de ne pas rester sur un échec. Comme moi qui ne suis pas toujours arrivé au sommet ; il faut continuer de se battre. En gardant les pieds … sur terre, on peut toucher les étoiles »
P253 :«Il ne faut pas oublier de vivre, parce qu'on ignore quand tout finira»
J'ai un profond respect pour cet homme qui sait parfaitement transmettre sa passion pour l'aventure et surtout qui nous montre que, si on le veut, tout est possible. Il suffit juste de le vouloir.
J'ai eu un réel coup de coeur pour ce livre, qui est une ode au dépassement de soi. Il nous donne de la force d'accomplir nos projets si petits soient-ils. Il m'a fallu quelques temps pour me remettre de cette lecture intense.
Je vous recommande donc très fortement ce livre, pour découvrir cet aventurier de l'extrême, et moi je ne vais pas tarder à me replonger dans ses anciennes aventures.
Merci infiniment, Mike!

Lien : http://www.lespassionsdechin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
IdeesLivresMandarine
01 novembre 2016
Né en 1966 à Johannesburg, en Afrique du sud, Mike Horn, ancien militaire des forces spéciales a descendu l'Amazone à la nage, fait le tour du monde en suivant la ligne de l'Équateur, il a également fait le tour du cercle polaire arctique à pieds et a atteint le pôle nord, pendant la nuit hivernale.
Cet homme est, vous l'aurez compris, atypique. J'ai adoré son livre que j'ai littéralement dévoré et je dois dire que je suis pas loin du coup de coeur.
Mais ce personnage, cet aventurier de l'extrême est une énigme pour moi… Je n'arrive pas à comprendre ce qu'il le fait courir comme cela. Il ne fait jamais de pause, il pense toujours à sa prochaine aventure alors qu'il n'a pas fini celle en cours.
Cet homme défie la mort depuis des années grâce à un mental incroyable, une précision d'horloger et un ressenti de la nature sans pareil. Il traverse les années en laissant derrière lui multitudes d'amis et de connaissances eux aussi aventuriers de l'extrême mais finalement victimes. Il en est à chaque fois bouleversé mais entre cela dans son cerveau comme une donnée obligatoire. En effet, cela n'a jamais entravé son goût pour toujours aller voir ce qu'il y a « derrière le mur ».
Ce livre est formidable car il me montre que je peux admirer quelqu'un pour ce qu'il fait même si nous n'avons pas les mêmes valeurs. Ce Mike Horn me déstabilise tellement sa relation à la vie est tellement particulière et vraie.
Cette lecture facile, hautement instructive (surtout pour l'alpinisme des 8000 mètres) est un petit bijou. A lire !!
J'avoue que le livre de Mike Horn sur sa descente de l'Amazone à la nage m'interpelle et je vais essayer de me le procurer.
Lien : http://ideeslivres.jimdo.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91

Les critiques presse (1)
LaPresse03 février 2016
Jamais auparavant l'aventurier ne s'était-il autant révélé.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations & extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie9229 janvier 2016
Au cœur de la longue nuit polaire, je me suis laissé guider par mon instinct. Tout était simple : vivre, chercher un endroit pour se reposer, manger. C'est dans les grandes épreuves que se révèle l'étincelle humaine. c'est devant l'immensité de la montagne que je suis moi-même, petit, mais bien là. Il serait bien sûr illusoire de rejeter notre civilisation moderne. Mais il faudra bien retrouver le sens premier des choses. Le miracle des feuilles au printemps, le parfum du vent, le bourdonnement des abeilles, la beauté de l'horizon... Toutes nos puces électroniques, nos ordinateurs, nos écrans et nos robots ne nous donneront jamais le bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Nastie92Nastie9205 octobre 2015
J'entends le chant de la montagne. Toutes les montagnes ont leur propre chant, leur propre voix, à travers les vents. Et quand les vents tombent, la montagne devient silencieuse, tellement silencieuse qu'on croit entendre ce silence. C'est là, en ne percevant plus que les battements de son cœur, que l'on prend conscience de son engagement.
Et que l'on se sent pleinement vivant.
Commenter  J’apprécie          290
QueLireQueLire30 octobre 2015
En quelques jours Pangaea existe dans nos têtes. Ce sera un des plus grands projets éducatifs pour l'environnement jamais tenté !
Ce que je propose est tellement énorme qu'il faut une sacrée dose de confiance pour me suivre. (...) Comparé à celle d'un Tiger Woods, d'un joueur de basket, d'un pilote de formule 1, ma valeur commerciale est très limitée, j'en suis conscient. Mais j'ai toujours préféré valoriser un projet plutôt que mon image de sportif extrême.
Même si le projet leur paraît dingue et à la limite de la faisabilité, les sponsors qui s'engagent à me suivre croient en des valeurs fortes. Ils me connaissent assez pour savoir que si un rêve ne me fait pas peur, c'est qu'il n'est pas assez grand !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Nastie92Nastie9217 novembre 2015
J'ai un goût amer dans la bouche. Je sais, depuis longtemps, que lorsque les hommes sont confinés dans des espaces réduits, ou forcés à une cohabitation difficile, les conflits s'enflamment facilement. Sur un bateau, dans une forêt, sur une montagne, le moindre dérapage psychologique prend des proportions terribles. Les querelles de personnes ont tué, dans l'histoire des escalades. Des dissensions simples se sont muées en guerres épouvantables, des alpinistes menaçant même de couper les cordes de leurs adversaires, pour les fair chuter. Nul doute que certains ont mis leur menace à exécution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Nastie92Nastie9203 octobre 2015
L'alpiniste Günther Messner a été le premier à nommer cette couche au-delà des 7 500 mètres, "zone de la mort". Avec son frère Reinhold, il en a constaté et décrit les symptômes : l'apathie, le manque d'appétit, la vulnérabilité. Chaque effort devient immense. Le simple fait de planter son piolet est hallucinant. À 6 000 mètres, lacer ses chaussures devient un acte difficile. À 7 000 mètres, le risque d'œdème est massif. À 8 000 mètres, lever son pied pour effectuer un pas est quasiment impossible. La seule chose qui surnage, c'est la volonté. On ne tient que par elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Mike Horn (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mike Horn
Interview biographie de Mike Horn
autres livres classés : alpinismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
830 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre
. .