AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Philippe Chatrier (Collaborateur)
ISBN : 2266161253
Éditeur : Pocket (01/02/2006)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 98 notes)
Résumé :
« J’ai failli mourir dans l’eau glacée, j’ai senti les crocs des ours polaires contre mon visage, j’ai survécu à des températures de - 60°C ; (…) j’ai eu les doigts, la figure et même les poumons gelés (…), l’Arctique est sans pitié. Tout ce que j’ai affronté était nouveau pour moi. Je n’ai trouvé le courage de surmonter certaines épreuves que parce que j’ignorais les souffrances qu’elles représ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
17 février 2017
« Aventurier de l'extrême » (avec un grand A), celui que l'on appelle aussi « L'Homme qui marche », ne pense qu'à se donner de nouveaux défis. Je veux parler de Mike Horn bien sûr, né en Afrique du Sud et qui a déjà à son actif de multiples exploits qu'il nous relate pour notre plus grand plaisir. Des exploits époustouflants, hors du commun, avec des sensations très fortes : par exemple, sa descente du fleuve Amazone à la nage et son tour du monde ("Latitude Zéro", livre paru en 2001, qu'il faudra que je ressorte de ma bibliothèque).
Ici, dans ce nouvel ouvrage « Conquérant de l'impossible », il s'agit encore une fois d'une expédition folle, qui a duré deux ans et au cours de laquelle il a risqué sa vie de nombreuses fois.
Malgré une très bonne organisation logistique, il aura affaire à de nombreux imprévus, certains très graves et on peut affirmer que, pendant la lecture, pleine de frissons (de froid et d'angoisse pour lui), où les moyens financiers sont souvent évoqués (à cause souvent d'intermédiaires véreux), il arrive à garder son humour et on rit quelquefois, à son détriment (lorsqu'il a l'impression de pratiquer le moonwalk de Michael Jackson, page 38).
Il va affronter le froid extrême : - 60°C car son aventure se passe en Arctique – la soif (malgré toute la neige présente) – la faim (alors qu'il avait un super approvisionnement) – l'épuisement total... Mais il arrive toujours à se relever.
Il veut absolument faire ce tour du cercle polaire en solitaire.
D'ailleurs, il nous explique page 19 : « J'ai recherché un nouveau défi à relever, avec trois critères d'exigence : la nouveauté pour moi, que le niveau de difficulté soit au moins équivalent et, surtout, que personne ne l'ait fait ».
Par chance, il fait quelques rencontres qui lui sont bien utiles (quand elles sont humaines), mais il en fait également d'autres bien particulières quand il se retrouve nez à nez avec un boeuf musqué ou des ours polaires sans parler d'autres.
Son épouse, Cathy, lui est d'un grand secours ainsi que certains amis et sponsors pour l'aider lorsque des incidents trop graves lui arrivent.
Ses péripéties sont vraiment très nombreuses. Les contrées traversées sont époustouflantes de beauté – il a failli mourir dans l'eau glacée – il a enduré des souffrances vraiment terribles. Mais, même s'il lui arrive à l'idée de renoncer, son mental le fait poursuivre malgré son affaiblissement physique et moral. Il frôle souvent le désespoir. Pourtant, il veut arriver à tout prix au terme de cette fascinante expédition. Il calcule chaque jour le nombre de kilomètres parcourus car il a prévu un planning qu'il tient à respecter au maximum.
Chaque page représente une nouveauté pour le lecteur et c'est avec stupeur que l'on voit comment, parfois, il essaie de se dépanner, suite à un problème. Et on tourne vite les pages pour connaître la suite. Difficile de lâcher ce page-turner.
Pour ma part, j'ai admiré Mike Horn et le côté nature writing car on peut aussi qualifier ce livre de cette façon.
Par contre, si cette aventure a été terriblement éprouvante, je me demande comment il s'en serait sorti s'il n'avait pas eu autant d'aides. Il lui suffit de contacter par radio sa femme et ses amis pour que tout le monde se mette en quatre pour lui porter secours. Et ne parlons pas des problèmes administratifs, notamment de la part des autorités russes qui font preuve (à leur habitude) de mauvaise volonté mais Cathy s'en charge et arrive à s'en sortir tant bien que mal.
Tout cela n'enlève rien au courage de Mike Horn, à sa détermination et comme l'a écrit Télé Z :
« Conquérant de l'impossible est un livre saisissant que vous lirez passionné du début à la fin par le récit jamais privé d'humour de ce diable d'aventurier de la banquise jouant à survivre, dit-il, comme d'autres vont au bureau ».
Voilà, c'est un bon résumé de ma critique.
C'est sa vie, même si parfois il est mélancolique en pensant à sa petite famille ; c'est un baroudeur qui cherche à tester ses limites en sillonnant le globe.
Alors, que lui souhaiter de plus, sinon de vivre encore de bien belles aventures à partager avec lui ?
Le petit plus de cet ouvrage est qu'il comporte deux cahiers photos dans lesquels on voit bien de quoi il parle. de magnifiques photos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
Nadouch
14 juillet 2015
Mike Horn s'est lancé un défi : faire le tour du cercle polaire en solitaire. Blindé de matériel hi-tech, fort de son expérience passé de "survivor" dans la jungle, il se lance, cette fois dans des températures frisant les -50°C ! Ce livre est le récit de son expédition, sur les presque 2 ans que cette dernière a duré.
Pour moi qui aime le "nature writing", les récits d'aventure et de voyage, évidemment j'ai bien aimé le côté aventurier, les péripéties (le feu à la tente, la glace qui rompt, le bateau pris dans la glace...), en revanche j'ai été déroutée de trouver peu de descriptions de la nature, peu de moments de communion avec les éléments, mais davantage un récit d'exploits sportifs, mais aussi de rencontres humaines (intéressantes, au demeurant), de défis techniques (beaucoup de descriptions du matériel, en citant bien les sponsors au passage, mais aussi de la logistique énorme nécessaire à cet exploit, logistique qui a un peu gâché à mes yeux le côté humain et "nature" du truc... Genre on affrète un hélico quand Mike est en panne de bouffe, on lui amène son bateau au point où il en a besoin... Bon, c'est pas franchement de l'aventure à la sauvage ! Sans compter les lignes interminables consacrées aux tracasseries administratives russes, intéressantes d'un point de vue social, mais un peu répétitives !).
Ce que j'ai aimé en revanche, ce sont donc les rencontres, les considérations humaines et psychologiques (rares mais distillées çà et là, sans modestie mais après tout il peut se le permettre !), les descriptions des prouesses physiques, les deux cahiers de photos qui donnent l'ambiance, les rencontres (rares) avec les animaux.
Au final un récit d'aventure bien huilé, dépaysant mais plus sportif que nature et humain !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
languedeliee
16 septembre 2015
Mike Horn, constamment en compétition avec lui même et grand aventurier des temps modernes, parcourt le monde pour relever des défis toujours plus impressionnant.
Après sa grande expédition polaire en solitaire pendant presque 2 ans, il décide de nous raconter son aventure dans ce récit de voyage de 460 pages. Préparatif, départ, problèmes de douane, rencontre avec des inuits... on le suit jusqu'à son arrivée.
"Je n'établis pas de nouveaux records à battre, je modifie une certitude: ce qui était théoriquement impossible ne l'est plus."
Le texte est écrit à la première personne de façon fluide, dynamique et "parlé" rendant la lecture accessible à tous avec une touche de convivialité. Les phrases sont plutôt longues mais bien ponctuées. Il se lit tout seul.
Le livre, traité comme un journal de bord, est découpé en plusieurs grands chapitres "étapes", en fonction de son parcours. A chacune de ces entrées il y a une carte indiquant le tracé que Mike Horn va effectuer. C'est très pratique pour se repérer tout au long de la lecture car il cite énormément de lieux.
Ce livre est très intéressant à plusieurs point de vue. Tout d'abord, on y découvrir la vie d'un aventurier des temps modernes qui voyage seul en utilisant un voilier, un vélo, ses pieds, un kayaks... tout ce qui n'a pas de moteur, avec différentes difficultés et à travers toutes les saisons. Toute l'organisation que cela implique, les sacrifices, les moments de joie, les pensés...
On y découvre également la vie de différentes tribus coupées du monde, des paysages, les animaux...
Plusieurs photos animent le livre et rendent plus concrètes son aventure. On met des visage sur des noms, des images sur des mots.
"Beaucoup de gens se gâchent la journée - et celle des autres - pour des détails. J'ai appris que les choses qui méritent de nous compliquer l'existence sont très rares."
Le bémol est la longueur des préparatifs de son aventure, en début du livre (presque les 70ère pages). Il décrit très précisément tout son matériel comme si nous lisions un "guide pour bien se préparer avant une expédition au Pôle Nord". Ca donne un côté trop "catalogue". Ils citent tous es sponsors. C'est dommage car c'est technique et très intéressant. Mais trop long. On ne veut pas y aller nous, on veut juste savoir ;)
Du coup cette partie est sur-développer alors que le reste est survolé et mériterait de s'attarder d'avantage sur certains passages, tel que la survie (il faut tout de même attendre la fin du livre pour savoir comment un marcheur du cercle polaire à -50° fait ses besoins alors qu'il ne peut pas enlever ses gants plus de 30 secondes sans qu'ils gèlent).
Si j'étais mauvaise langue, je dirais que ce survole donne le sentiment qu'avec un peu de documentations n'importe quel auteur de fiction aurait pu écrire ce livre. Il est vrai que cela ne doit pas être évidant de raconter 2 ans d'aventure en quelques pages. Ca m'a frustré.
Parfois il nous dit qu'un problème est résolu alors que nous ignorions son existence. Il fait des aller-retour de temps en temps, comme s'il avait oublié de nous parler de quelques chose.
La fin est un peu rapide.
Dans l'ensemble ça forme un déséquilibre.
La petite chose surprenante du livre est la double page de fin dans laquelle Mike Horn nous livre une 15ène de ses propres citations. Il s'auto-cite !
En tout cas, ce livre ravira les amoureux d'aventure, de découvertes et de dépassement de soi. Les petits curieux y trouveront aussi leur bonheur.
Il obtient la note de 3*/5*.
Quel aventure, c'est un sacré bonhomme !
Plus tard je lirais peut-être un autre livre de lui. Celui de sa remontée de l'amazone à la nage me tente bien.
Bonne lecture
LD
Lien : http://langue-deliee.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
Oxy
26 mai 2014
J'avais adoré son tour du monde de l'équateur, je reste toujours aussi admiratif de la performance, c'est juste incroyable mais ce qui m'a frappé dans celui-ci et que je n'ai pas aimé, c'est son manque d'humilité, cet homme s'aime à un point que ses exploits en sont "minorés" : je n'ai pas apprécié cette façon de s'auto-congratuler, de s'estimer différent des autres, tellement au-dessus ...
je sais que je vais choquer certaines consciences mais c'est mon ressenti et j'essaie d'être sincère avec mes émotions et mes impressions !
Commenter  J’apprécie          61
Croquignolle
15 décembre 2014
Une aventure fascinante, inquiétante et bouleversante qui m'a permis de voyager aux confins du Pôle Nord à la découverte des étendues d'icebergs, de toundra et de mers gelées. J'ai eu froid et peur aux côtés de l'aventurier et je me suis laissée toucher par les rencontres plus belles et plus improbables les unes que les autres.
Quelle aventure !
Commenter  J’apprécie          50
Citations & extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
CroquignolleCroquignolle15 décembre 2014
Beaucoup de gens se gâchent la journée - et celle des autres - pour des détails. J'ai appris que les choses qui méritent de nous compliquer l'existence sont très rares.
Commenter  J’apprécie          320
nadiouchkanadiouchka04 mars 2017
Je dois franchir Fury et Heckla au plus étroit afin de rester le moins longtemps possible en zone dangereuse, celle où les îlots provoquent des turbulences qui ouvrent la glace et rendent sa surface accidentée. Plus elle sera lisse, plus j’irai vite.
Je trouve le passage idéal à l’entrée du détroit : vingt-huit kilomètres qui séparent l’île de Baffin de la pointe de Nuvaluk, le cap nord-est de la péninsule de Melville.
P.160
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
nadiouchkanadiouchka18 février 2017
Après mon tour du monde en suivant la ligne de l’équateur, je décide de m’attaquer au cercle polaire arctique. Certains se demandent comment un Sud-Africain peut survivre sur la banquise, j’ai bien l’intention de le leur montrer.
P.129
Commenter  J’apprécie          180
margomargo19 août 2012
Je n'établis pas de nouveaux records à battre, je modifie une certitude: ce qui était théoriquement impossible ne l'est plus.
Commenter  J’apprécie          210
CroquignolleCroquignolle15 décembre 2014
On qualifie d'impossible les choses que l'on n'a pas vraiment envie de faire.
Commenter  J’apprécie          280
Videos de Mike Horn (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mike Horn
Interview biographie de Mike Horn
>Géographie générale>Géographie des pays>Océan Arctique, Antarctique (23)
autres livres classés : pôle nordVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
316 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre