AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Ubersfeld (Préfacier, etc.)
ISBN : 2080701851
Éditeur : Flammarion (04/01/1999)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 67 notes)
Résumé :
Que si nous avions le droit de dire quel pourrait être, à notre gré, le style du drame, nous voudrions un vers libre, franc, loyal, osant tout dire sans pruderie, tout exprimer sans recherche ; passant d'une naturelle allure de la comédie" à la tragédie, du sublime au grotesque ; tour à tour positif et poétique, tout ensemble artiste et inspiré, profond et soudain, large et vrai...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Nelja
  14 juin 2013
J'avais entendu parler de "Cromwell" comme de la pièce que Victor Hugo avait écrite quand il était jeune, royaliste et très fan de Shakespeare. Au total, ça rend très bien !
Le principe de base : Cromwell, avec des alliés puritains et républicains, a fait exécuter le roi Charles I et règle, de fait, sur l'Angleterre. Il se prépare à se faire lui-même sacrer roi.
Le premier acte commence avec une conspiration pour l'assassiner le jour de son couronnement. Elle mêle des partisans de l'ancien roi (qui, à part leur chef, sont plutôt le genre joyeux fêtards), et des puritains intégristes de la république qui pensent que c'est un sacrilège. Autant vous dire que même s'ils sont d'accord sur le principe, on ne peut pas dire qu'ils s'entendent bien... vu le grand nombre de persos, j'avais peur de m'y perdre, mais non, chacun est bien écrit, a son histoire personnelle, entre celui qui a un ami fidèle dans la garde de Cromwell, le poète qui embête tout le monde avec ses vers, celui qui a été rendu fou par des années de prison... certains sont des nobles âmes, d'autres sont lâches et intéressés, d'autres juste intégristes, certains ne comprennent pas dans quoi ils s'engagent, il y a même un espion de Cromwell.

J'aime la façon dont Hugo évite le manichéisme par le mélange de motivations dans le même camp. Cromwell lui-même est un politicien manipulateur, hypocrite et parfois cruel, mais sa lucidité, et ses remords occasionnels font qu'il est facile d'avoir de la sympathie pour lui. Quant à ses semi-échecs dans sa vie de famille ou politique, je suppose que selon vos goûts il est possible de le compter pour ou contre lui... et j'adore comment il maîtrise la petite phrase à double sens.
Et ensuite, dans les actes 2 à 5, tous ces personnages aux loyautés divergentes sont lachés pour constituer le scénario, avec un certain nombre de retournements et de combinaisons inattendues. C'est là que Victor Hugo veut imiter Shakespeare, il y a un mélange constant entre la tragédie et la farce ; il y a de nobles motivations et des conclusions brillantes, et à côté de ça il y a des malentendus ridicules. D'habitude je déteste l'humour basé sur ça. Mais là, vu comme ils s'intègrent au scénario, l'humour gras en tourne presque à de l'ironie désabusée, à du "à quoi tiennent les trônes". Donc, même si je trouve que ça tire parfois sur la corde, je n'ai pas trouvé que ça se mélangeait mal avec le plot. J'irai même jusqu'à dire que c'est une idée brillante d'avoir un des comploteurs qui croit que sa "romance" avec la fille de Cromwell va faire triompher l'amour, alors que non, il est dans une histoire purement politique (accessoirement, elle n'a pas remarqué son existence)
Sinon, bien sûr, on peut être gêné par certains points idéologiques. Un mélange de royalisme et de foi très naïve dans le peuple, avec une pincée d'antisémitisme. Mais bon, il était jeune, et au moins, même cela reste servi avec ses nuances.
Une agréable surprise pour moi, j'ai plus aimé que certaines des pièces plus connues de Hugo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Laura94
  04 janvier 2014
Après la lecture de cette oeuvre, j'avoue avoir quelque difficultés à comprendre les critiques assez violentes que j'ai pu en entendre... Certes, elles est très longue pour une pièce de théâtre. Mais cela ne me semble pas être un réel argument dans le sens où une oeuvre ne se juge pas à sa taille. Il est vrais que ce drame peut être perturbant par son éparpillement. Mais à y voir de plus près, Victor Hugo parvient tout de même, non sans talent, à resserrer son drame dans un lieu précis (tout se déroule à Londres), et chacun des nombreux groupes de personnages possède un "porte-parole" en quelque sorte (Carr pour pour les conjurés puritains par exemple). Enfin, en ce qui concerne l'écriture de la pièce, elle m'a parut très bonne (même si je ne pense pas qu'il soit utile de le préciser s'agissant de Victor Hugo..) avec un savoureux mélange de burlesque et de tonalité parfois plus grave selon les situations.
Commenter  J’apprécie          20
olivberne
  21 février 2012
Plus connu pour sa préface, la pièce est longue, très politique et complexe et sans véritable intérêt littéraire. La préface par contre est un véritable manifest du drame romantique et des idées Hugoliennes. A lire absolument pour des études littéraires.
Commenter  J’apprécie          60
Aurel82
  22 février 2017
C'est une pièce de théâtre très, très longue et très complexe. Parfois même difficile à suivre, elle est reste très bien écrite malgré tout. (du Victor Hugo en même temps!).
Commenter  J’apprécie          60
johaylex
  09 août 2011
Lisez la célèbre préface de Victor Hugo, elle défend le drame romantique face à la tragédie Classique, ou la modernité face au conservatisme; elle fait exploser la règle des 3 unités avec arrogance et mauvaise foi, mais toujours avec le talent et l'audace de celui qui deviendrait le Classique de son siècle.
La pièce lorgne avec bonheur vers Shakespeare.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ElwingsElwings   13 mai 2014
ORMOND - Alliance !

LAMBERT - Amitié ! (ils se serrent la main. A part) J'aurai le diadème !
Quand tu m'auras servi comme j'aurai voulu,
L'échafaud de Capell n'est pas si vermoulu
Qu'il ne supporte encore un billot pour ta tête !

ORMOND (à part) - Il croit marcher au trône, et son gibet s'apprête !
Commenter  J’apprécie          30
Virgule-MagazineVirgule-Magazine   11 octobre 2016
Ce que nous appelons le laid […] est un détail d’un grand ensemble qui nous échappe, et qui s’harmonise, non pas avec l’homme, mais avec la création tout entière » ; « tout dans la création n’est pas humainement beau, […] le laid y existe à côté du beau, le difforme près du gracieux, le grotesque au revers du sublime, le mal avec le bien, l’ombre avec la lumière. 
(Préface)
Commenter  J’apprécie          10
FranceFideleFranceFidele   27 mars 2017
Il en est des idiomes humains comme de tout. Chaque siècle y apporte et en emporte quelque chose. Qu'y faire ? Cela est fatal. C'est donc en vain que l'on voudrait pétrifier la mobile physionomie de notre idiome sous une forme donnée.
Commenter  J’apprécie          10
jujusorel75jujusorel75   05 juin 2019
CROMWELL (Amèrement, bas à Thurloë)

Oui ! ce peuple innombrable, heureux, ivre d'amour,
Qui de mon haut destin semble un puissant complice,
N'applaudirait pas moins si j'allais au supplice.
Il voit dans mon triomphe un spectacle éclatant,
Il y court, en jouit et rien ne lui plaît tant,
Lorsqu'en joyeux transports tu le vois se répandre,
Que me voir couronner, sinon de me voir pendre.
- Bon peuple ! - Vois, ici, quel silence d'ailleurs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FranceFideleFranceFidele   27 mars 2017
Toute époque a ses idées propres, il faut qu'elle ait aussi les mots propres à ses idées.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Victor Hugo (259) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor Hugo
Émission "Une Vie, une Œuvre", par Maylis Besserie et Guillaume Baldy, sous-titrée « l’insurgé », diffusée le 3 novembre 2018 sur France Culture. Présences : Anne Martin-Fugier, Jean Maurel, Jean-Marc Hovasse, Dinah Bott, Agnès Perry, Roy Bisson et Gérard Audinet.
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Victor Hugo (niveau facile)

Lequel de ces livres n'est pas de Victor Hugo ?

Les Misérables
Notre-Dame de Paris
Germinal
Les Contemplations

10 questions
938 lecteurs ont répondu
Thème : Victor HugoCréer un quiz sur ce livre