AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782203097506
139 pages
Casterman (14/09/2016)
3.68/5   188 notes
Résumé :
Après Le Dahlia Noir, Miles Hyman adapte un nouveau grand classique de la littérature américaine.
Dans un village de la Nouvelle-Angleterre, chaque année, au mois de juin, on organise la Loterie, un rituel immuable, où il est moins question de ce que l'on gagne que de ce que l'on risque de perdre à jamais.
Que lire après La LoterieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
3,68

sur 188 notes
♫Dans une région de merde
Dans un pays de merde
Dans un groupe de merde
Avec une ambiance de merde
Bourre l'anus
Bourre l'anus
Bourre l'anus
Ouvre l'anus
Un point noir sur une feuille blanche
Tu regardes le point noir
Ou tout le blanc qu'il y a autour !? ♫
Philippe Katerine- 2019 -
----♪---♫---😟---🎰---😟---♫---♪----
Une Incantation méca-nique
Automnale voire à l'air-gicle
Une référence à les ghoriques
Ya vho l'O-caustique...
Mauvaise Nouvelle
Face à lire rationnel
l'Adaptation graphique
meilleure note critique
Que le Roman Originel...!!?



Commenter  J’apprécie          877
Cette nouvelle fut interdite en Afrique du sud, des lecteurs américains s'insurgèrent:
"..je vous autorise à garder le silence, le droit constitutionnel vous y autorise. Mais par pitié, pourriez vous au moins nous expliquer le message de cette satanée nouvelle."


Dans une ville de 300 âmes, une Loterie a lieu en juin, tous les ans.
" J'ai entendu parler de sectes loufoques, mais celle-ci m'inquiète vraiment!"
Un lecteur de Californie.


Les habitants tirent au sort un papier, en espérant ne jamais être " l'heureux élu ".
" Votre histoire est basée sur des faits réels, n'est ce pas? En tant que psychiatre, je suis fasciné par les possibilités psycho-dynamiques que suggèrent ce rituel anachronique".Un lecteur de l'Ohio.


Les habitants ont la mine grave, les sourcils froncés, l'air résigné. Il y avait auparavant, une incantation mécanique, atonale, débitée chaque année, avec diligence.
"Il me semble que ces coutumes se pratiquaient jadis, en ...France. Par contre, je n'ai jamais entendu parler d'un tel phénomène aux États-Unis."
Un lecteur de Californie...


Le conte décrit avec une subtile économie, la transformation d'une anodine cérémonie ( une Loterie) qui devrait être festive, en une...


"La Loterie"avait touché un nerf à vif dans l'Amérique profonde. Une blessure secrète non cicatrisée... La violence des réactions des lecteurs montraient que cette nouvelle avait éveillé un sentiment aussi profondément enfoui qu'irrationnel!
Commenter  J’apprécie          816
Années 50, au coeur de l'Amérique. Tard dans la soirée, un homme entre dans le magasin général de la ville, visiblement attendu par le propriétaire des lieux, Joe. Les deux hommes se saluent, gravement. Ils pénètrent dans le local de l'arrière-boutique, y prennent une urne qu'ils déposent religieusement sur une table. Puis ils la remplissent de petits papiers blancs pliés en deux. Sauf sur l'un où Harry dessine un gros point noir.
Le lendemain, en cette journée ensoleillée du 27 juin, les habitants se préparent à l'évènement annuel : la loterie. Dans certaines villes, la loterie pouvait durer jusqu'à deux jours mais ici, dans ce village de 300 âmes, elle ne dépassait pas 2 heures. Chacun s'affaire à ses petites occupations avant de se rendre sur la place où le rendez-vous est fixé à 10 heures. Une place où trône en son centre l'urne...

Adapté de la nouvelle éponyme écrite par sa grand-mère, Shirley Jackson, en 1948, Miles Hyman nous plonge, dès les premières pages dans une atmosphère pour le moins étrange et oppressante. Dans un silence presque solennel, l'on suit le tirage de la loterie. Dans l'urne, maintes et maintes fois utilisée, seulement des petits papiers bancs excepté celui marqué d'un rond noir. Que peut bien signifier ce dernier ? Qu'y a-t-il à gagner... ou à perdre ? C'est tout l'enjeu de cette loterie que le lecteur, dans un climat tendu, découvre au fil des pages. Un climat parfaitement retranscrit de par ses visages fermés et froids, la langueur de la narration et la conclusion surprenante et effroyable. Pour illustrer cette nouvelle qui fit grand bruit lors de sa sortie, Miles Hyman réalise de magnifiques planches surannées et figées dans le temps. Des portraits d'un autre temps d'une Amérique rurale, des cases pour la plupart silencieuses, des tons chauds et un trait particulièrement travaillé.

Commenter  J’apprécie          660
Epoustouflant !
Le 27 juin, une loterie a lieu dans une petite ville américaine de 300 âmes. Il fait beau, tout le monde se prépare...
Mais qu'y a-t-il donc bien à gagner pour générer une telle fébrilité parmi les habitants ?
La tension est palpable alors même que les dessins et les couleurs douces semblent refléter la sérénité.
Adaptée d'une nouvelle de Shirley Jackson, sa grand-mère, cette bande dessinée de Miles Hyman est une totale réussite.
Les dessins fabuleux et le texte réduit au minimum confèrent une ambiance incroyable à cette histoire aussi originale que terrifiante.
Commenter  J’apprécie          650
Des dessins aux traits nets, travaillés, plus en angles qu'en courbes. Des couleurs chaudes et des planches qui s'enchaînent silencieuses, énigmatiques. Des images d'une Amérique rurale d'un autre temps. Une urne, des petits papiers dont un seul est marqué : une loterie.

Une ambiance lourde plane sur ces pages, les visages sont fermés, l'instant semble grave. La tension est palpable. Les premières paroles apparaissent mais l'atmosphère reste pesante, lourde d'un sens qui m'échappe. Tout le monde semble savoir. le village sait mais moi je suis l'étrangère et le village n'a pas envie de parler aux étrangers de la loterie.

J'attends. Spectatrice impuissante et intriguée je cherche à comprendre mais le sens se dérobe tandis que le malaise s'intensifie. Chaque famille pioche son papier mais un seul est marqué. le temps s'étire les discussions tournent autour de ces villages qui ont abandonné la loterie, ce qui semble être une folie. Pourquoi ? Quel est le but de cette loterie ? D'importantes choses semblent en dépendre.

Puis vient l'instant de vérité et apparaît le papier marqué. Et m…. ! je ne l'avais pas vu venir celle là !


Stephen KING dit de Shirley JACKSON qu'elle n'a jamais eu à hausser la voix. Effectivement elle exploite avec brio la vie quotidienne et le banal et elle nous laisse KO par forfait. Pas besoin d'invoquer les monstres du placard quand on a la nature humaine pour inspiration.

Cette nouvelle c'est du grand art. le problème c'est que personne n'en a jamais su le sens « officiel » alors débrouillez vous avec ça et faites vous votre propre idée. Évidemment j'ai la mienne., évidemment je ne vous dirai rien.

Cette nouvelle a été censurée en Afrique du Sud, ce qui a rendu très fière Shirley, qui fut ravie de constater qu'il y avait enfin des gens qui avaient compris le sens de la nouvelle. Sacrée Shirley !
Commenter  J’apprécie          5752


critiques presse (2)
Telerama
26 juin 2019
Il s’agit aussi d’un concentré de l’art subtil, minutieux et glaçant de Shirley Jackson : distiller le malaise, l’anxiété, et même l’effroi, dans le quotidien d’individus ordinaires.
Lire la critique sur le site : Telerama
Sceneario
26 septembre 2016
Un album troublant qui a le mérite de faire réfléchir, d'ouvrir des débats !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
C'est en effet précisément cet aspect banal et quotidien des événements rapportés dans La Loterie qui semble avoir tant dérangé ses lecteurs. Dans une implacable économie de moyens, le conte décrit avec brio la subtile transformation d'une anodine cérémonie bucolique en boucherie sanguinolente. Que cela nous plaise ou non, Jackson nous oblige à regarder l'intolérable sauvagerie qui sommeille sous la surface de nos vies quotidiennes. Elle pose sans détour cette question à laquelle nous préférerions ne jamais devoir répondre : nos enfants, notre époux, nos amis et voisins se retourneraient-ils contre nous si la société et ses coutumes l'exigeaient ? Le profond désarroi qui émane des innombrables lettres adressées à ma grand-mère constitue une sorte de cliché pris sur le vif de l'état d'esprit américain - celui d'une toute nouvelle super-puissance qui, à peine remise de l'apocalypse de la Seconde Guerre mondiale, se trouve déjà empêtrée dans une longue guerre froide.
Commenter  J’apprécie          50
Le matin du 27 juin était clair et ensoleillé et dégageait déjà la douce fraîcheur d’une journée d’été. Les parterres fleurissaient à profusion, et l’herbe éclatait d’un vert luxuriant. Il y avait tellement de monde dans certaines villes que la loterie prenait deux jours et devait commencer le 26 juin. Mais dans ce village de trois cents âmes, la loterie ne prenait pas plus de deux heures en tout. Même en commençant à dix heures, elle prenait fin à temps pour que les villageois puissent rentrer déjeuner.
Commenter  J’apprécie          60
Dans certaines villes, il avait tant d’affluence que la loterie prenait deux jours et devaient commencer le 26 juin. Mais dans ce village de trois cents âmes, la loterie ne prenait pas plus de deux heures en tout. Même en commençant à dix heures, elle prenait fin à temps pour les villageois puissent être rentrés pour le déjeuner. Les enfants étaient toujours premiers à se rassembler.
Commenter  J’apprécie          70
Le matin du 27 juin était clair et ensoleillé et dégageait déjà la douche fraîcheur d’une journée d’été. Les parterres fleurissaient à profusion, et l’herbe éclatait d’un vert luxuriant.
Commenter  J’apprécie          70
À écouter les jeunes, rien n’est assez bien pour eux. Bientôt ils voudront vivre dans des grottes, plus personne de travaillera. Mais ils ne tiendront pas longtemps comme ça.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Miles Hyman (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Miles Hyman
Ptit Cab La vie secrète des écrivains
autres livres classés : loterieVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (286) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5257 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}