AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070375929
512 pages
Gallimard (07/06/1984)
4.27/5   33 notes
Résumé :
L'enfance et la jeunesse d'Adrien Zograffi se situent dans une misérable banlieue du port de Braïla, sur les bords du Danube. Adrien devient le protégé de Codine, le bon géant. Puis il se fait vagabond et, pendant huit ans, a Mikhaïl pour inséparable compagnon. A Alexandrie, Le pêcheur d'éponges lui raconte sa vie. Chacun de ces textes pourrait lui aussi s'appeler Mes départs. Avec ces quatre titres, qui composent La jeunesse d'Adrien Zograffi, Panaït Istrati, qui r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
viou1108_aka_voyagesaufildespages
  12 mai 2020
"La jeunesse d'Adrien Zograffi" regroupe quatre livres : "Codine", "Mikhaïl", "Mes départs" et "Le pêcheur d'éponges". Adrien Zograffi est le double littéraire de Panaït Istrati, auteur roumain écrivant en français, né en 1884 à Braila, sur les rives du Danube.
Vivant dans un quartier pauvre avec sa mère, Adrien/Panaït a, dès l'enfance, un don pour se lier d'intense amitié avec des personnages extraordinaires qu'on dirait échappés d'un conte. Ainsi, Codine, ancien forçat et honorable terreur du quartier, le prend sous son aile alors que le gamin n'a que 7 ou 8 ans. Quelques années plus tard, il rencontre Mikhaïl, sorte de vagabond taciturne qui, sous son aspect misérable, est riche de grande sagesse, et avec qui Adrien parcourra pendant huit ans les pourtours de la Méditerranée. Mais avant de s'en aller courir les chemins, Adrien a quitté l'école très tôt, au désespoir de son instituteur, pour gagner de l'argent et ainsi soulager sa mère. Engagé dans une taverne où il subira mille humiliations, il se lie avec le capitaine Mavromati, qui lui offre le plus beau des cadeaux pour un jeune garçon assoiffé de connaissance : un dictionnaire. Plus tard, rêvant de découvrir la France, il embarque clandestinement sur un bateau pour Marseille, mais, démasqué à bord, il sera débarqué à Naples, où il vivra de presque rien, jusqu'à ne manger que de la salade chapardée dans un champ pendant une semaine, avant de réussir à monter sur un bateau qui l'emmènera vers d'autres aventures.
Ces quatre livres, qui ne sont pas toujours chronologiques et sont écrits, bizarrement, parfois à la 1ère personne, parfois à la 3ème, sont donc des tranches de jeunesse de l'auteur qui, entre petits boulots et voyages, entre débrouille et bourlingue, côtoie la misère, l'exploitation, le désespoir, le racisme, l'injustice. Tantôt récit picaresque haut en couleurs, tantôt réflexions plus intimistes sur les amitiés ardentes d'Adrien, ces quatre textes forment un roman d'apprentissage et d'aventures au style un peu désuet et lyrique. Entre grandes envolées et grands sentiments (notamment une exaltation de l'amitié masculine qui m'a parue excessive), "La jeunesse d'Adrien Zograffi" est une ode à la liberté, au sens de l'honneur et à la justice.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
Pancrace
  07 juillet 2018
Préambule : Ce livre contient quatre romans regroupés sous le titre :
« La jeunesse d'Adrien Zograffi ». Ce commentaire est issu du premier roman : « Codine »
Et voila, je me suis fait une nouvelle fois ensorceler par ce sorcier roumain, conteur et humaniste. Je vais être dithyrambique, dégoulinant de compliments.
Panaït enfile les phrases comme des perles nacrées de sentiments sur la corde sensible de la vie.
Non, bien trop sirupeux et bien lourd ça !
Il faut dire : avec Panaït les tournures glissent comme crème. C'est juste jeun's comme expression.
Codine : C'est le prénom d'un bagnard, d'un forçat au coeur gros « comme ça », laid comme un chimpanzé, poil compris, avec des valeurs humaines comme il n'y en a plus.
Dans ce monde de « laisser pour compte », l'amitié se mesure à la croix tracée sur le bras à la pointe du couteau où le sang gouttant vient abreuver l'ami à la vie à la mort, désigné.
Adrien : C'est un jeune garçon égaré mais ébloui par un nouvel univers où sa mère maintenant, est tenue de loger.
Leur rencontre mêlera deux castes sociales, enrichira l'un et l'autre pour notre plus grand plaisir.
« Dieu tout-puissant ! Hurla-t-il, ouvrant ses bras. Ça vaut encore la peine d'être un homme, même quand on a une gueule de singe, si on peut se faire aimer, à tel point, par un enfant. »
Ce gamin protège de ses débordements un énergumène que la vie a pollué.
« Je me dirigeais vers mon but, vivant des minutes éternelles. »
De son côté, Codine est le rempart puissant de la mère et l'enfant des dangers de ce monde agressif et cruel.
Que j'aime les phrases de Panaït avec de l'honneur dedans et de l'amour qui mouille les yeux.
A chaque ligne son lot d'étonnements, à chaque strophe son lot de catastrophes.
Maintenant, s'il vous plait, laissez-vous vous enivrer des pleins et des déliés de ce roman qui se savoure et se déguste comme du petit lait.
Les vrais « bons sentiments » sont tellement difficiles à exprimer qu'il faut savoir en profiter.
Défaire sa cuirasse, avancer l'âme nue que l'on pourrait voir les gènes de la bonté tatoués dessus.
La palette de ces élans est à présent compactée par : Respect cousin ! Autre temps, autre moeurs.
Ecrit en 1926, lu en 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
PiertyM
  11 février 2014
Dans ce premier volume des aventures d'Adrien Zograffi, il est question de sa jeunesse. Une jeunesse remplit de rencontres mais vraiment pas ordinairement qu'on arrive à se demander pourquoi depuis son enfance Adrien bénéficie incroyablement de l'amitié et la confiance des hommes que la société pourrait traiter d'anormaux. Face à trop d'injustice, ces hommes se sont poser des gardes fous contre le genre humain. A défaut de devenir misanthropes, ils se méfient des hommes à tous les niveaux ou accomplissent des insensés une manière certaine de déprécier leur dépression.
Adrien rencontre son oncle Dimiqui le préfère à ses propres enfants. Ainsi tous ses actes mêmes les plus absurdes ou sont connus de son neveu. Quand ses crises de nerfs éclatent, à défaut de taper sur tout ce qui bouge, il tape sa femme. Codine est celui qui, ayant été victime de l'injustice depuis son enfance par ses parents, n'a fait que colleter des injustices sous diverses forme tout le long de son parcours. Alors il se révolte contre la race humaine. Il est le plus vilain, eh alors? Il est aussi le plus fort, ça compense. Il commence d'abord, prendre sa rechange, par taper sa mère chaque soir, petit, celle-ci lui rouait de coups quand il refusait d'aller voler. Codine n'hésite pas à tuer les amants de sa mairesse. Mais quand il rencontre Adrien et le petit s'engage à devenir son frère de croix, il a tant essayé de faire grâce à la race humaine, trop tard, la barre est trop haute, la gangrène a déjà tout nécrosé...
Un livre de jeunesse qui est bien remplit de sagesse et beaucoup d'interrogations que peut vraiment se poser un adolescent. Ce livre est presque une épreuve!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Warrenbismuth
  26 février 2021
Deuxième cycle des aventures d'Adrien Zograffi, héros et double d'ISTRATI, à travers de nouvelles errances, de nouvelles rencontres. Comme pour le premier cycle, quatre romans sont au programme, ils furent écrits entre 1926 et 1930. Romans ? Rien n'est moins sûr. Ce qui est sûr en revanche, c'est que, contrairement au premier cycle, celui-ci fut réuni dans un recueil incluant les quatre romans.
« Codine » (1926)
L'un des romans les plus connus d'ISTRATI, peut-être aussi le plus réédité en France (récemment chez Libertalia), « Codine » raconte la vie d'un ancien détenu telle qu'il va la décrire à Adrien. Ce dernier est alors chez son oncle Dimi dans l'est de la Roumanie. Dimi est un ardent travailleur doublé d'un être violent, par ailleurs oncle de l'Anghel rencontré lors du premier cycle, et joueur de flûte. Dans l'une de ses errances, en partie due aux conditions difficiles de vie avec Dimi, Adrien fait la connaissance de Codine, ancien bagnard aujourd'hui libéré. Homme de deux mètres de hauteur, colossal, excessif, une silhouette impressionnante, violent avec sa propre mère, Codine vacille entre dégoût et tendresse.
Dans ce bref volume (le format est plus proche de celui de la novella que du roman), il est question de philosophie de la Liberté, de simplicité volontaire, de révolte, mais aussi de nature et de choléra qui frappe. Adrien et Codine vont sceller une sorte de pacte d'amitié et devenir inséparables. Mais certaines vengeances sont prêtes à être assouvies et le drame n'est pas loin.
Après ce texte suit une autre nouvelle, plus courte, « Kir Nicolas ». Écrite juste avant « Codine », elle en est en fait une première version. Kir Nicolas est boulanger, Adrien son apprenti et, somme toute, « Codine » n'en est pas tout à fait une redite. Dans « Kir Nicolas », ISTRATI rend également un vibrant hommage à DOSTOÏEVSKI, écrivain qu'il appréciait particulièrement.
Dans ces deux récits, on peut noter que l'ambiance change par rapport au cycle précédent : moins d'intervenants, moins de légèreté dans les dialogues, ISTRATI semble aller plus directement au but, gagner encore en profondeur, rendant peut-être le texte plus puissant car épuré.
« Mikhaïl » (1926)
Le jeune Adrien a maintenant 18 ans, nous sommes en 1904 et Adrien se positionne comme un non-ambitieux dans les rues de Braïla (Roumanie, ville natale d'ISTRATI). « Une bonne place dans la vie ? Quoi ? Ne vivre que pour devenir un gros patron, un gros marchand ? N'y a-t-il donc que l'aisance, le bien-être matériel, qui comptent ? Ces pauvres gens et toi-même, vous voudriez que j'emploie toutes mes heures, tous mes jours, toute ma vie à apprendre la façon dont on fait fortune, et à la fin, à en faire une. Alors, vous m'estimeriez… Mais, moi, je vous dis que je ne tiens pas à cette estime et que cette fortune me laisse indifférent ». Après avoir exercé plusieurs métiers, Adrien s'essaie désormais, et sans grand succès, à la peinture en bâtiment. Vient Léana, fille de la propriétaire de l'habitation où Adrien et sa mère vivent. Léana, c'est une « vieille » connaissance, pourtant, elle et Adrien ont le même âge et ne sont pas indifférents l'un à l'autre.
Adrien est de plus en plus oisif et pris dans ses lectures, il découvre la littérature et semble prendre cette passion très au sérieux entre deux conversations avec Kir Nicolas, son ancien patron (voir volume précédent). « Flâner… N'est-ce pas une façon de vivre intensément, que de flâner parfois ? Et n'a-t-on pas le droit de « couver son ennui », de temps à autre, un jour ouvrable, en gardant la chambre ? Alors, qu'est-ce que la vie ? ».
Les errances d'Adrien vont à nouveau le faire rencontrer un nouvel homme original, une sorte de Codine, mais en plus mystérieux, peut-être plus dépouillé encore. Il s'appelle Mikhaïl, a 25 ans, travaille lui-même pour Kir Nicolas et a visiblement déjà une vie tragique derrière lui. Lui et Adrien vont mutuellement s'adopter et en quelques heures seulement devenir complices. C'est ainsi que la petite ville les soupçonne d'homosexualité.
Nous n'allons pas tarder à faire connaissance avec Petrov, personnage ambivalent plaçant immédiatement Adrien sur un piédestal, et surtout acharné à faire le bien des autres, à les sauver de leurs souffrances, presque malgré eux, un bon apôtre qui s'est donné une mission terrestre de bon samaritain.
Ce petit roman est un vibrant hommage à l'amitié, aux coeurs entiers libérés de toute contrainte. Il y souffle un air de révolte et de liberté absolue. Les descriptions de la nature sont puissantes et les rencontres nombreuses. Ce deuxième cycle entamé avec « Codine » est plus directement axé sur les personnages, sur celui d'Adrien en particulier, les dialogues sont longs, philosophiques, profonds, et rappellent de plus en plus ceux de DOSTOÏEVSKI, par leur psychologie appuyée, leurs âmes déshabillées, leurs débats contradictoires et leur passion. Comme son maître, ISTRATI est capable en quelques paragraphes de dresser le portrait d'un être qui restera longtemps gravé dans l'imaginaire collectif. Après Codine, c'est ce Mikhaïl qui hante nos songes dès le livre refermé. du très grand art.
« Mes départs » (1927)
Un grand virage dans le cycle Adrien Zograffi s'effectue avec ce tome. Exit Adrien, bonjour Panaït ! En effet, ici ISTRATI se revendique tout entier et se raconte à la première personne du singulier. Pas de figure majeure à ses côtés comme dans les romans précédents, il est temps pour ISTRATI de cesser pour un temps de se substituer en Adrien. Dans la préface du tome suivant « le pêcheur d'éponges », il s'expliquera : « Certains lecteurs que j'estime m'ont, tout dernièrement, demandé pourquoi, depuis « Mikhaïl (1927), j'ai « arrêté » la suite d'Adrien Zograffi. Je ne l'ai pas arrêtée, je l'ai suspendue ».
Les premiers métiers sont plutôt inintéressants, comme celui d'apprenti cabaretier dans un troquet tenu par le violent Kir Léonida, patron du jeune Panaït. le père d'ISTRATI est mort alors que Panaït ne venait que de naître, aussi ce dernier brosse le portrait de sa mère, femme écrasante, celle qui l'a en partie élevé.
Rencontre avec le capitaine Mavromati, personnage singulier (encore un !) qui a beaucoup souffert. Un Mavromati qui a passé vingt ans sur les mers, ancien capitaine au long cours qui fut forcé de démissionner à cause de ses « amis ». Quant à l'auteur, il s'est fabriqué une sorte de bulle psychologique dans laquelle il s'isole avec son trésor, un dictionnaire offert par le capitaine. Pressé de part et d'autre, acteur de la misère et du désarroi, ISTRATI décide de quitter son pays natal, la Roumanie, pour la France avec étape à Naples où il crève la dalle. Voyage cauchemardesque en bateau, il donne de nombreux détails sur cette traversée en tous points houleuse.
« Mes départs » est beaucoup plus personnel que les précédents volumes de la saga, ISTRATI nous parle directement de lui, avec moins d'humour mais autant de pudeur. Ce récit est sombre, le narrateur sans vrai but, sinon celui de la France en terre d'accueil lointaine. Texte toujours engagé avec des mèches allumées ici et là : « Combattre une idée, combattre pour un sentiment, pour une passion ou pour une folie, mais croire en quelque chose et combattre, voilà la vie. Qui ne sent pas la nécessité du combat ne vit pas, mais végète ».
ISTRATI commence à envisager la vie de manière peu lumineuse en ce début de XXe siècle : « Je sais que je suis un homme perdu et que pour moi n'existe plus ni Dieu ni âme qui vive. Homme seul au monde, homme plus en détresse qu'un chien vagabond, homme qui n'a plus qu'à s'étendre au milieu de la rue pleine de passants et y mourir ! ». On n'en est pas encore là, les aventures continuent, mais ce volet pessimiste tranche cruellement avec le début de la série. Il s'arrête avec le voyage en bateau à partir de Naples. Durant cette traversée, la roue semble enfin tourner…
« le pêcheur d'éponges » (1930)
Retour sur la fiction (faite il est vrai d'une copieuse autobiographie). Ce dernier volet du cycle est assez étonnant. Hétéroclite, il semble constitué de chutes de textes formant cinq nouvelles qui ne se suivent pas, n'ont pas été écrites à la même période (entre 1926 et 1930) ni ne possèdent un ton similaire. Si la première « le pêcheur d'éponges » est une fuite en avant du petit héros Adrien, quittant sa famille à 13 ans, la deuxième « Bakär » est une nouvelle rencontre avec un inconnu qui a tutoyé la misère et sera ensuite condamné pour falsification de bank-notes internationaux.
Puis le petit Adrien va revoir son ami Mikhaïl rencontré deux tomes plus tôt, il va aller en Grèce, en Egypte. Dans la dernière nouvelle il fait la connaissance de Sotir, avec lequel il va errer puis découvrir un oncle millionnaire en Egypte alors qu'il vient pour la énième fois de quitter son pays, la Roumanie, pour découvrir le monde et les hommes. « J'avais repris ma navrante vie d'éternel chercheur d'hommes ». Cet oncle pourtant de premier abord chaleureux sera le cercueil de son amitié avec Sotir.
Dans ce roman comme dans tout le cycle, les phrases philosophiques pleuvent et font mouche. « Une vie pleinement vécue, si par vie on veut bien entendre ‘le culte de nos désirs' ». Une plume percutante pour un tome peut-être moins intense que les précédents du cycle (il en est aussi en quelque sorte une redite, et la barre est de toute façon placée très haut), mais qu'il serait dommage de bouder tant certaines images sont fortes. Ce cycle est dans son ensemble une claque énorme pour la liberté et la simplicité volontaire. « Il y a des hommes qui ne sont heureux que dans la pauvreté. Je suis de ceux-là ».
https://deslivresrances.blogspot.com

Lien : https://deslivresrances.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
viou1108_aka_voyagesaufildespagesviou1108_aka_voyagesaufildespages   25 avril 2020
- Mais comment est-il possible d'écrire des livres pour les hommes, sans aimer les hommes?
- Très bien: c'est pour gagner de l'argent et...
- Gagne-t-on de l'argent en écrivant des livres?
- Beaucoup, preuve barba Spiro; et puis, de la gloire.
- Quelle gloire? Il n'y a pas de gloire si l'on a le cœur sec.
Commenter  J’apprécie          170
PiertyMPiertyM   11 février 2014
Le destin de l’homme n’est rien autre que sa propre personnalité, et il se manifeste dès sa sortie du berceau. On a beau prétendre que le milieu social influence et façonne l’être humain, il ne change rien. Qu’il soit né dans la pourpre et qu’il soit élevé par des Fénelon, celui qui est destiné à diriger une épicerie restera épicier, aura âme et intelligence d’épicier, même si son milieu social le hisse à la direction d’un royaume. Il a pu venir au monde sur un tas de fumier, vivre parmi les voyous et rester illettré toute sa vie, cet autre qui, dans le brasier mystérieux des conceptions, a reçu les trésors de la pensée et des hauts sentiments, il sera toujours un penseur et un foyer de haute existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
viou1108_aka_voyagesaufildespagesviou1108_aka_voyagesaufildespages   26 avril 2020
Sache donc ceci: l'étranger est une ombre qui porte son pays sur le dos. Cela ne plaît pas aux patriotes et c'est pourquoi l'étranger est partout un homme de trop. Mais il y a pis. Il arrive que l'être dépaysé déplaise à ceux-là mêmes qui l'ont aimé et voilà ce qui est triste.
Commenter  J’apprécie          140
PiertyMPiertyM   11 février 2014
Du bon génie, le milieu social ne fera jamais un mauvais génie ni une fripouille ; de l’homme-pantin, il pourra faire à volonté un marchand de vin ou un stupide avocat. Sur celui-ci l’influence du milieu exercera tous ses caprices ; sur l’autre, elle ne pourra absolument rien. Et ainsi, rien ne sera changé, ni dans un cas ni dans l’autre.
Commenter  J’apprécie          80
PancracePancrace   06 juillet 2018
Il a la bonté dans les yeux, et je crois au langage du regard, l'homme peut tout feindre par la parole, rien par le regard.
Commenter  J’apprécie          225

Videos de Panaït Istrati (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Panaït Istrati
Golo publie chez Actes Sud BD "Istrati ! tome 1, le Vagabond". Une biographie vivante de l'écrivain d'origine roumaine Panait Istrati. le livre est dans la sélection officielle du Festival international de la BD d'Angoulême. Il explique ici à Anne Douhaire comment il s'y est pris pour dessiner son personnage. Plus d'informations sur la BD : https://www.franceinter.fr/culture/bd-l-energie-balkanique-d-istrati-de-golo Plus de Leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : roumanieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1239 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre