AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782940544158
211 pages
J Editions (08/01/2016)
3.78/5   18 notes
Résumé :
Pour un juge londonien de premier plan, un assassin est un homme comme les autres et, quelque soit l’atrocité de ses crimes, il faut songer à le réinsérer dans la société. Malheureusement pour lui, quelqu’un n’est pas de son avis et considère qu’il est temps de mettre un terme à la carrière de ce magistrat.
Sa brutale disparition risquant de provoquer de sérieuses perturbations, qui d’autre que l’inspecteur Higgins pourrait éteindre l’incendie ?
Mais d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LePamplemousse
  28 mars 2020
Un juge a été assassiné chez lui. L'ex-inspecteur Higgins va donc enquêter pour découvrir qui a pu tuer cet homme.
Les suspects ne manquent pas, car le juge était connu pour faire libérer de prison les pires criminels, violeurs, assassins d'enfants et autres gibiers de potence du même acabit, car il pensait que chacun avait droit à une seconde chance.
Le dernier criminel qu'il venait de faire libérer venait d'ailleurs de tuer plusieurs petites filles.
Mais qu'importe, pour Higgins, tout crime se doit d'être élucidé.
Cette enquête est un peu particulière car d'ordinaire, il n'y a pas beaucoup de violence dans cette série, mais là, on parle de crimes odieux, de récidives et de châtiments.
Les suspects sont nombreux mais le nom du coupable n'est pas une grosse surprise.
Commenter  J’apprécie          270
DawnG
  22 février 2016
Cela faisait un moment que je voulais découvrir un des romans policiers de Christian Jacq. C'est une lecture qui fut rapide, sympathique mais qui ne restera pas, cependant, gravé des années dans ma mémoire.
Le juge Fichter est un juge convaincu que chaque homme qu'il soit voleur ou assassin, a le droit à une seconde chance et il plaide en faveur de soins médiaux et de réinsertion rapide dans la société. C'est ainsi que ce juge parvient à remettre rapidement en liberté un tueur de fillettes. Quelques temps plus tard, quelqu'un se présente au domicile du juge alors qu'aucun domestique ne s'y trouve. Cette personne a quelque chose à confier au juge. Ce dernier bien que fatigué et d'humeur peu cordiale accueille cette personne. le juge meurt peu de temps après. le coupable le quitte sur ces mots " Justice est faite".
Le superintendant Marlow est chargé de l'enquête. Il décide de contacter l'ex inspecteur Higgins, qui a à son actif de nombreuses enquêtes résolues, pour le seconder. L'inspecteur qui avait déjà décidé de prêter main forte au Yard accepte d'enquêter avec Marlow. Qui a bien pu s'en prendre au juge ? de nombreux suspects viennent allonger la liste des inspecteurs. Un journaliste qui tente par tous les moyens de discréditer le juge , les parents des pauvres victimes du tueur en série. A moins que ce ne soit le tueur de fillettes lui même ?
L'inspecteur Higgins est un mélange de Colombo et d'Hercule Poirot. Raffiné, patient, préférant la déduction et l'intuition, aux interrogatoires musclés et aux courses poursuites. Ce style que ne renierait pas Agatha Christie, charme anglais fait de cottage, thé et vielles dentelles est agréable. Cependant, on est quand même loin de la grande dame qui en général, fait se torturer beaucoup plus et plus longtemps les méninges de son lectorat ^^
Pendant une partie du livre ont est balloté d'une hypothèse et d'un coupable à l'autre mais j'ai trouvé que les allusions sur le vrai coupable sont trop tôt distillées, les alibis trop vites confirmés, tout cela oriente trop rapidement le lecteur vers la solution de l'énigme. La lecture, bien qu'agréable, n'est pas franchement surprenante. L'intrigue est bien ficelée mais reste classique. le livre est court, les chapitres aussi, ce qui donne du rythme, c'est vraiment vite lu. C'est parfois agréable mais c'est aussi un peu dommage, moi j'aurai préféré plus de détails sur les affaires du juge, sur celle du tueur en série, sur les fausses pistes, ... que ça soit plus dense, les personnages plus creusés et que cela dur plus longtemps.
J'ai apprécié la réflexion sur la Justice et sur les hommes qu'amènent la lecture et le sujet. Il faut défendre les criminels mais jusqu'où aller? Parce que le juge représente quand-même un extrême, surtout quand on obtient des informations sur le tueur en série. Qui rend la justice finalement ? Peut-on lui faire confiance ? Peut-on comprendre et accepter le geste du meurtrier du juge ? Qui est le véritable assassin ? Etc. etc.
En tout cas, pas besoin de lire les 19 premiers pour comprendre, on ne creuse pas la vie du personnage suffisamment pour qu'il manque des clés de lecture ni pour s'y attacher en fait. J'ai trouvé d'autres personnages plus attachants notamment du côté de la famille des victimes que cet inspecteur. Mais son style m'a bien plu.
Je reste intriguée par les premières enquêtes de l'inspecteur. Peut être qu'à l'occasion, je relirai un autre titre pour voir si toutes les enquêtes d'Higgins sont construites ou non de la même façon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Domichel
  04 février 2018
La moustache poivre et sel amoureusement taillée, une élégance vestimentaire hors du commun, une rigueur morale et professionnelle qui lui ont valu de prendre une retraite anticipée à la suite de désaccords avec sa hiérarchie, et pour simples accessoires de travail un crayon Stadler B finement affûté et un carnet de moleskine noire… Si l'on y ajoute un regard malicieux et pénétrant et une impassibilité désarmante, vous aurez le portrait authentique d'un expert en criminologie nommé Higgins, ancien inspecteur-chef de Scotland Yard, à qui l'on doit respect et que rien n'ébranle.
Les lecteurs de Christian Jacq l'auront reconnu dès les premières lignes, les autres auront peut-être envie de faire plus ample connaissance.
Depuis maintenant plus de 20 enquêtes, quasiment toujours au Royaume-Uni, Higgins n'a qu'une ambition : aider son vieil ami le Superintendant Marlow à résoudre les intrigues les plus délicates, mettant souvent en cause des personnages importants du Gotha politique, mondain ou scientifique, mêlés de près ou de loin à un ou plusieurs crimes, et que l'évidence désigne comme coupables ; mais comme il ne faut jamais se fier aux évidences…
Cette fois encore, Higgins rejoint Marlow pour une affaire bien sordide. le meurtrier d'une enfant a été acquitté à la surprise générale et au grand dam des parents, le juge considérant que tout homme a droit à une seconde chance et que c'est à la société de prendre en charge la réinsertion voire la rémission du coupable. Très vite, la menace plane sur le juge qui fait l'unanimité contre lui et c'est une autre justice qui risque de s'abattre sur lui.
Multipliant les références à ses maîtres en écriture comme A. Christie ou A.-C. Doyle, Ch. Jacq offre aux lecteurs fausses pistes, chausse-trappes et coupables bon teint. Mais c'est mal le connaître de penser qu'il va nous servir la solution sur un plateau. Comme à son habitude c'est au bout d'un raisonnement bien étayé que Higgins, comme ses alter-ego, Poirot ou Holmes, va confondre à la toute fin le vrai coupable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aranae
  17 février 2016
L'enquête que l'on suit est digne de celles menées par Hercule Poirot : un meurtrier mystérieux, des suspects remplis d'alibis pour le crime. L'intrigue est un réel plaisir à découvrir et relativement facile à suivre malgré la multiplicité des suspects.. L'auteur a relevé le défi de faire monter doucement la tension et a soigneusement mené le récit à son terme sans que celui-ci ne s'essouffle. C'est assurément une histoire de qualité que nous propose Christian Jacq, un récit bien mené.
Au-delà de l'affaire criminelle, l'auteur nous propose également une petite réflexion au final très intéressante sur la nature humaine. L'Homme peut-il perdre son humanité ? Je vous rassure : les personnages ne passent pas leur temps à se poser cette question, mais celle-ci est sous-entendue dans l'ensemble du texte et donne vraiment à réfléchir. Il serait même très intéressant de relire le texte à la lumière de cette interprétation.
Que serait une histoire sans ses personnages ? Commençons avec le protagoniste, l'ex-inspecteur Higgins. Il a tout d'un héros littéraire récurrent : l'esprit d'analyse, d'observation et de déduction, un je-ne-sais-quoi de magie dans sa personnalité qui lui fait entrevoir la Vérité sur l'affaire et sur la nature humaine. Et surtout, ce calme olympien qui cache une volonté de fer et une intelligence acérée. Les autres personnages sont eux aussi très bien construits et témoignent d'une attention particulière concernant l'aspect de leur culpabilité. Ils possèdent au final un caractère très crédible car vraiment humain. Et la capacité d'énerver à travers les pages. Il y a toujours un personnage qu'on ne peut pas supporter. Pour moi, ça a été Junior, un journaliste freelance. C'est d'ailleurs le seul qui m'a paru superficiel dans sa construction. On ne peut pas être parfait !
La suite de mon avis est sur le blog !
Lien : http://laplume-ou-lavie.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
LesMotsBeauxLesMotsBeaux   05 février 2022
- Destination, inspecteur ?
- Scotland Yard.
- Si on a besoin de vous, c'est qu'on donne dans l'horrible et le compliqué.
- L'assassinat du juge Fichter.
- Ce pourri ? Bon débarras ! La suppression de la peine de mort, quelle catastrophe ! Autrefois, les policiers en uniforme ne portaient pas d'armes, et même les criminels les respectaient ; maintenant, à cause de cette satanée Europe et des droits des assassins, on est où ? Le peuple, il aime la justice, la vraie, et pas cette guignolade. Le droit aujourd'hui c'est du tordu.
George Washington déposa Higgins à huit heurs moins cinq, après avoir développé une série d'arguments qui n'auraient pas convaincu la commission de Bruxelles et les autorités juridiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   22 août 2016
Un casque de réalité virtuelle, expliqua le militaire ; il garantit une immersion totale durant des heures. On en oublie de boire et de manger, et si l’environnement flambe ou s’écroule, on ne s’aperçoit de rien. Fabuleux, non ? Vous recréez n’importe quel univers, le cerveau estime que c’est du vrai et du concret. Un bel avenir en perspective ! On se livrera des conflits virtuels, on se déplacera dans des villes qui n’existent pas et on apprendra en jouant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   22 août 2016
Lutter contre l’injustice, quelle crétinerie ! Magistrature rime avec pourriture, et je ne parviens pas à l’admettre. En niant la réalité, je continue à rêver d’un monde idéal. Fichter, c’était l’incarnation du diable : adieu les victimes, bravo les assassins ! Et ce démon atteignait le sommet de la hiérarchie, que je ne cessais d’alerter. Ultime chef-d’œuvre : libérer un effroyable prédateur, Delaney Mortgensen !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LesMotsBeauxLesMotsBeaux   02 février 2022
- Vous avez une drôle de tête, remarqua-t-elle.
- Je suis obligé de partir pour Londres, et ça ne m'amuse pas.
- S'il s'agit d'un problème administratif, je m'en charge ; on règle tout par internet, même si vous en êtes incapable.
- Je redoute un crime particulier... Très particulier.
- Et revoilà les turpitudes policières ! A votre âge, profitez de votre retraite et oubliez ces abominations.
- Dans le cas présent, ce sera difficile.
- Votre fameuse intuition... Mais on ne vous a pas sollicité !
- Cela ne saurait tarder.
Un ronronnement de moteur caractéristique, puis le tintement de la cloche du portail principal.
Mary fulmina.
- Et ça recommence ! Je dispose un second couvert et je prépare vos bagages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LesMotsBeauxLesMotsBeaux   02 février 2022
- Vous battre en faveur d'un monstre, est-ce une noble cause ?
- Un monstre ! Voici un mot à bannir des tribunaux ! Mortgensen est un être humain, comme vous et moi. Il a commis des erreurs, certes...
- Des erreurs ! C'est ainsi que vous qualifiez des viols, des tortures et des assassinats d'enfants ?
- La justice doit dépasser l'émotionnel ! En admettant la gravité de ses actes, Mortgensen s'amendera, et ce n'est pas la prison qui l'aidera à redevenir un homme normal.
- Vous vous trompez, Votre Honneur.
Ferme et calme, le ton étonna le juge.
- Me tromper, moi ?
- Personne ne change. La nature profonde d'un être ne se modifie pas au gré des circonstances, un prédateur reste un prédateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Christian Jacq (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Jacq
Cléa - Des livres qu'on n'oublie pas
autres livres classés : JugesVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fiancée du Nil - Christian Jacq - classique et comtemporains

Qui veut prendre les terres de la famille de Kamosé :

Guérou
Nédjémet
Sétek
le maire

13 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Christian JacqCréer un quiz sur ce livre