AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Le Juge d'Egypte tome 1 sur 3
EAN : 9782266118408
416 pages
Pocket (01/10/2001)
3.97/5   475 notes
Résumé :
Un incorruptible au pays de Pharaon...
Comme chaque année, au premier jour du printemps, alors que toute l’Égypte honore ses ancêtres, Ramsès II se prépare à entrer seul dans la pyramide de Guizèh, où se trouve le testament des dieux. Sans lui, Pharaon perdrait toute légitimité et se verrait contraint d'abdiquer. Au même moment, le juge Pazair poursuit, implacable, son enquête sur la mort mystérieuse de deux gardes chargés de surveiller le sphinx de Guizèh. ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 475 notes

Meps
  26 janvier 2022
Dans la collection "Je redécouvre les auteurs que j'ai aimé plus jeune", après Mary Higgins Clark et James Michener, voici Christian Jacq. Je m'étais plongé il y a 20 ans, quelques années après leur parution, dans les romans de la saga Ramsès de l'auteur, qui avait connu à l'époque un retentissant succès d'édition. C'était l'engouement pour l'egyptologie vulgarisée, l'envie de connaitre cette civilisation première, celle qui est au début de l'histoire parce qu'elle a inventé l'écriture avec les hiéroglyphes (oui on dit plutôt que c'est les Summériens avec le cunéiforme, mais ne chipotez pas, laissez nous vulgariser tranquille, rhooo). J'étais moi-même fasciné par ce peuple qui avait réalisé des prouesses avant tout le monde, architecturales notamment (oui grâce à l'esclavage... vous allez continuer longtemps à me casser mes rêves ? Vraiment, vous êtes incorrigibles).
Que reste-t-il de cet engouement vingt ans après ? Concernant la civilisation, j'ai eu plaisir à en découvrir certains aspects que je ne connaissais pas. L'angle est différent, puisque Jacq s'intéresse d'avantage ici aux gens du peuple, aux anonymes, là où il s'intéressera ensuite directement à Ramsès et à d'autres figures majeures de cette époque. le récit y perd un peu de sa force, car j'ai trouvé les personnages assez caricaturaux, ne fonctionnant que sur des modes assez simplistes: le juge intègre et amoureux transi, la médecin douée et hésitante en amour, l'ami guerrier et dragueur impénitent, le scribe obsédé par la réussite de sa fille. Chacun des protagonistes a du mal à sortir du rôle que l'auteur lui a assigné, et la peinture perd ainsi de son éclat. Les souvenirs qui me restaient de la saga Ramsès me semblaient plus flamboyants, mais mon sens critique était sans doute également bien moins aiguisés à l'époque.
Malgré tout, la narration fonctionne, dans le genre polar historique. le ressort de l'intrigue est même plutôt original puisqu'on pense connaître très vite les coupables... même si le doute persiste malgré tout toujours sur l'identité précise. Un peu à l'image d'un Colombo, l'intérêt est dans l'enquête menée par le juge et comment il tente de parvenir à la vérité. L'enquête prend plusieurs formes, on voit quand même certaines ficelles un peu grosses, mais la partie très spécifique au travail du juge de l'époque est plutôt intéressante.
Le final est assez haletant et plutôt étonnant, bien calibré pour donner très envie de lire la suite... mais le style trop gentillet ne me donne quand même pas envie de m'y replonger immédiatement. Malgré tout les tomes 2 et 3 rentrent dans la PAL, la curiosité étant un vilain défaut littéraire menant parfois à des lectures futiles... mais qui a dit que la littérature ne devait être qu'un sacerdoce. (...je vous entends dans le fonds, oui il a dû m'arriver dans d'autres critiques d'être beaucoup plus dur avec des livres au style un peu trop plat... mais là j'ai pas envie, voilà !)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          529
Sachenka
  21 septembre 2013
La Pyramide assassinée, de Christian Jacq, me laisse ambivalant. J'ai adoré ce voyage dans le temps et dans l'espace. Tout au long de ma lecture, j'ai été plongé dans l'Égypte antique, y ai découvert quantité d'informations, de détails (beaucoup, même, mais jamais trop) sans cette lourdeur qui accompagne parfois certains romans historiques.
Ici, on ne revisite pas la vie d'un énième pharaon mais plutôt les aventures d'un simple juge, Pazair, et de ses amis qui tentent de déjouer un complot. Un roman policier, quoi. Des personnages émanant du bas-peuple, pour la plupart. Bref, rien à voir avec les grandes fresques historiques auxquels certains sont habitués. Exit Touthankamon, Néfertiti, Ramsès II et Cléopâtre. C'est rafraichissant.
Le lecteur ne s'ennuit jamais. Il est plutôt emporté par l'action et les rebondissements, très nombreux. Toutefois, à l'occasion, ils sont tellement spectaculaires que cela gâche un peu le plaisir de lire. Trop, c'est comme pas assez. Il devient difficile de croire que tout (ou presque) réussit à Pazair.
D'ailleurs, le jeune juge est trop parfait. S'il vivait à notre époque, on dirait qu'il est plus catholique que le pape. Dévoué à ses amis, reconnaissant, honnête, zélé, il n'a que des qualités. Il en va de même pour ses amis, beaux, forts, courageux... alors que ses ennemis ne sont que vieux, fourbes, corrompus.
Ceci dit, j'ai tout de même apprécié ma lecture et je lirai avec plaisir les deux autres tomes de la trilogie le Juge d'Égypte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Patience82
  04 août 2017
Livre lu dans la cadre de la pioche de juin, choisi par Witchblade.
J'ai enfin eu l'occasion de lire cet auteur, et mon avis est plutôt mitigé. Malgré un style un peu lourd, ça se lit assez bien. Les personnages sont attachants mais très manichéens. Au début je me suis dit que c'était sympa de retrouver des héros jeunes et plein d'espoir en la justice, partis au combat contre la corruption et la promotion canapé. Mais au bout de 400 pages, ça devient quelque peu indigeste.
Pour le positif, j'ai apprécié le côté documenté présentant le quotidien dans l'Antiquité égyptienne. Et l'auteur a su ménager son petit effet à la fin, ce qui va quand même me pousser à lire la suite de la trilogie.
Commenter  J’apprécie          183
litolff
  13 septembre 2012
Le Juge d'Egypte, tome 1 : La Pyramide assassinée de Christian Jacq
Une trilogie qui se dévore avec plaisir.
La trilogie du juge d'Egypte est avant tout un superbe récit policier, bien ficelé et aux énigmes inextricables, teinté de politique et de justice.
Mais le récit ne serait pas convaincant s'il ne fourmillait de détails historiques, mythologiques, médicaux, religieux, qui s'intègrent pleinement dans le récit. Une abondance de détail qui ne nuit pas au style clair et simple.
Commenter  J’apprécie          170
Pas-chacha
  18 janvier 2021
Intéressante visite dans l'antiquité égyptienne au temps de Ramsès. C'est très intéressant de découvrir la vie d'alors, son organisation et toutes ses originalités. L'auteur nous fait vraiment découvrir un monde.
L'histoire quant à elle est pleine de péripéties. Un roman policier où le détective est un juge. Assez de personnages pour ne pas s'ennuyer et d'intrigues secondaires qui permettent de construire le récit.
Le seul bémol est, qu'à part quelques scènes osées, que ça me fait plus penser à un roman adolescence. Les personnages sont très tranchés; et je ne trouve pas beaucoup d'étoffe psychologique aux différents protagonistes.
Mais bon, hâte de connaître la suite quand même!
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
MepsMeps   24 janvier 2022
Le secret du médecin, révéla-t-il, est la connaissance du cœur, de lui partent les vaisseaux visibles et invisibles qui vont à tout organe et à tout membre. C'est pourquoi le cœur parle dans tout le corps; lorsque vous ausculterez un patient, en posant la main sur sa tête, sa nuque, ses bras, ses jambes, ou sur quelque autre endroit de son corps, recherchez d'abord la voix du cœur et ses pulsations. Assurez-vous qu'il est solide sur sa base, qu'il ne s'éloigne pas de sa place, qu'il ne s'affaisse pas et qu'il danse normalement. Sachez que des canaux parcourent le corps et qu'ils véhiculent les énergies subtiles, de même que l'air, le sang, l'eau, les larmes, le sperme ou les matières fécales; veillez à la pureté des vaisseaux et de la lymphe. Lorsque la maladie survient, elle traduit un dérèglement de l'énergie; au-delà des effets, scrutez la cause. Soyez sincère avec vos patients et donnez-leur l'un des trois diagnostics possibles: une maladie que je connais et que je traiterais; une maladie avec laquelle je me battrai; une maladie contre laquelle je ne peux rien. Allez vers votre destin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
DanieljeanDanieljean   26 juillet 2015
PROLOGUE

Une nuit sans lune enveloppait la grande pyramide d’un manteau de ténèbres. Furtif, un renard des sables se faufila dans le cimetière des nobles qui, dans l’au-delà, continuaient à vénérer Pharaon. Des gardes veillaient sur le prestigieux monument où seul Ramsès le Grand entrait, une fois l’an, afin de rendre hommage à Khéops, son glorieux ancêtre ; la rumeur prétendait que la momie du père de la plus haute des pyramides était protégée par un sarcophage en or, lui-même recouvert d’incroyables richesses. Mais qui aurait osé s’attaquer à un trésor aussi bien défendu ? Personne, à l’exception du souverain régnant, ne pouvait franchir le seuil de pierre et se repérer dans le labyrinthe du gigantesque monument. Le corps d’élite affecté à sa protection tirait à l’arc sans sommation ; plusieurs flèches auraient transpercé l’imprudent ou le curieux.
Le règne de Ramsès était heureux ; riche et paisible, l’Égypte rayonnait sur le monde. Pharaon apparaissait comme le messager de la lumière, les courtisans le servaient avec respect, le peuple glorifiait son nom.
Les cinq conjurés sortirent ensemble d’une cabane d’ouvriers où ils s’étaient cachés durant le jour ; cent fois, ils avaient répété leur plan avec la certitude de ne rien laisser au hasard. S’ils réussissaient, ils deviendraient, tôt ou tard, les maîtres du pays, et lui imprimeraient leur marque.
Vêtus d’une tunique de lin grossier, ils longèrent le plateau de Guizeh, non sans jeter des regards fiévreux vers la grande pyramide.
Attaquer la garde serait une folie ; si d’autres, avant eux, avaient songé à s’emparer du trésor, nul n’y était parvenu.
Un mois auparavant, le grand sphinx avait été dégagé d’une gangue de sable accumulée par plusieurs tempêtes. Le géant, aux yeux levés vers le ciel, ne bénéficiait que d’une faible protection. Son nom de « statue vivante » et la terreur qu’il inspirait suffisaient à écarter les profanes. Pharaon à corps de lion taillé dans le calcaire en des temps immémoriaux, le sphinx faisait se lever le soleil et connaissait les secrets de l’univers. Cinq vétérans formaient sa garde d’honneur. Deux d’entre eux, adossés à l’extérieur du mur d’enceinte, face aux pyramides, dormaient à poings fermés. Ils ne verraient ni n’entendraient rien.
Le plus svelte des conjurés escalada le mur d’enceinte ; vif et silencieux, il étrangla le soldat qui dormait près du flanc droit du fauve de pierre, puis supprima son collègue, posté près de l’épaule gauche.
Les autres conjurés le rejoignirent. Éliminer le troisième vétéran serait moins aisé. Le gardien-chef se tenait devant la stèle de Thoutmosis IV{1}, dressée entre les pattes avant du sphinx, pour rappeler que ce pharaon lui devait son règne. Armé d’une lance et d’un poignard, le soldat se défendrait.
L’un des conjurés ôta sa tunique.
Nue, elle s’avança vers le garde.
Ébahi, il fixa l’apparition. Cette femme n’était-elle pas l’un des démons de la nuit qui rôdaient autour des pyramides pour voler les âmes ? Souriante, elle approchait. Affolé, le vétéran se leva et brandit sa lance ; son bras tremblait. Elle s’arrêta.
— Recule, fantôme, éloigne-toi !
— Je ne te ferai aucun mal. Laisse-moi te prodiguer mes caresses.
Le regard du gardien-chef demeura rivé sur le corps nu, tache blanche dans les ténèbres. Hypnotisé, il fit un pas vers lui.
Quand la corde s’enroula autour de son cou, le vétéran lâcha sa lance, tomba à genoux, tenta vainement de hurler, et s’effondra.
— La voie est libre.
— Je prépare les lampes.
Les cinq conjurés, face à la stèle, consultèrent une dernière fois leur plan, et s’encouragèrent à continuer, malgré la peur qui les tenaillait. Ils déplacèrent la stèle et contemplèrent le vase scellé marquant l’emplacement de la bouche d’enfer, porte des entrailles de la Terre.
— Ce n’était pas une légende !
— Voyons s’il existe bien un accès.
Sous le vase, une dalle munie d’un anneau. Ils ne furent pas trop de quatre pour la soulever.
Un couloir étroit, très bas, en forte pente, s’enfonçait dans les profondeurs.
— Vite, les lampes !
Dans des coupes en dolérite{2}, ils versèrent de l’huile de pierre, très grasse, facile à enflammer. Pharaon interdisait son usage et son commerce, car la fumée noire qui se dégageait de sa combustion rendait malades les artisans chargés de décorer temples et tombes, et salissait plafonds et parois. Les sages affirmaient que ce « pétrole{3} », comme le nommaient les barbares, était une substance nocive et dangereuse, une exsudation maligne des roches, chargée de miasmes. Les conjurés n’en avaient cure.
Pliés en deux, le crâne heurtant souvent le plafond de calcaire, ils progressèrent à marche forcée dans le boyau, vers la partie souterraine de la grande pyramide. Personne ne parlait ; chacun avait en tête la sinistre fable selon laquelle un esprit brisait la nuque de quiconque essayait de violer le tombeau de Khéops. Comment savoir si ce souterrain ne les écartait pas de leur but ? De faux plans avaient circulé, afin d’égarer d’éventuels voleurs ; celui qu’ils détenaient était-il le bon ?
Ils se heurtèrent à un mur de pierre qu’ils attaquèrent au ciseau ; par bonheur, les blocs, peu épais, pivotèrent sur eux-mêmes. Les conjurés se glissèrent à l’intérieur d’une vaste chambre au sol de terre battue, haute de trois mètres cinquante, longue de quatorze, et large de huit. Au centre, un puits.
— La chambre basse... Nous sommes dans la grande pyramide !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   26 juillet 2015
L’animal de Thot t’a choisi, décréta de sa voix rocailleuse le berger Pépi, allongé dans les roseaux. Tu n’as pas le choix. Agé de soixante-dix ans, Pépi était bougon et n’aimait pas se lier. Être seul avec les animaux lui paraissait le comble de la félicité. Refusant d’obéir aux ordres de quiconque, il maniait son bâton noueux avec dextérité et savait se cacher dans les forêts de papyrus lorsque les agents du fisc, telle une volée de moineaux, s’abattaient sur le village. Pazair avait renoncé à le convoquer devant le tribunal. Le vieillard n’admettait pas que l’on maltraitât une vache ou un chien, et se chargeait de corriger le tortionnaire; à ce titre, le juge le considérait comme un auxiliaire de police
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SachenkaSachenka   21 septembre 2013
- Un homme au coeur violent ne peut être qu'un fauteur de troubles, de même qu'un bavard ; si tu veux être fort, deviens l'artisan de tes paroles, façonne-les, car le langage est l'arme la plus puissante pour qui sait la manier.
Commenter  J’apprécie          50
akhesaakhesa   20 septembre 2013
Aux yeux d'un egyptien,il n'existe pas d'animal plus seduisant qu'une vache;de ses grandes oreilles,elle percevait la musique des etoiles placees comme lui sous la protection de la deesse Hathor
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Christian Jacq (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Jacq
Cléa - Des livres qu'on n'oublie pas
autres livres classés : egypteVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

La fiancée du Nil - Christian Jacq - classique et comtemporains

Qui veut prendre les terres de la famille de Kamosé :

Guérou
Nédjémet
Sétek
le maire

13 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Christian JacqCréer un quiz sur ce livre