AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9781021017864
Éditeur : Tallandier (17/03/2016)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Madrid, 1833. Sophianne, 10 ans, fait la connaissance d’Eugénie de Montijo, 7 ans, future impératrice des Français. Cette rencontre scelle son destin. Devenue son amie intime, Sophianne accompagne Eugénie dans son ascension, son mariage avec Napoléon III et la naissance du prince impérial. À 16 ans, sur un air de valse, Sophianne tombe éperdument amoureuse d’Octave de Lencelle, aristocrate et bonapartiste convaincu. Le couple est de tous les bals donnés par l’empere... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
cecilit
  03 août 2018
Je vais aller à contre-courant des avis favorables émis jusqu'à maintenant car, non vraiment, je n'ai pas apprécié ce roman à cause du style, enfin plutôt du manque de style. J'ai trouvé l'écriture plate, sans relief, pleine de poncifs : ici, le champagne coule toujours à flot, l'aube s'annonce toujours, l'étau se resserre (ou se desserre... on a le choix), les parquets rougeoient toujours aux lueurs du feu... Au risque de me montrer piquante, je dois avouer que lorsque je lis des phrases telles que : "lorsqu'il posa sa main sur ma taille, je sentis une onde me parcourir" , " sans être à proprement parler jolie, elle était la séduction même", "le mois d'avril passa, le mois de mai commença ", je sentis une de ses mains se poser sur ma hanche.. fouiller mon intimité. Une première onde me parcourut. Puis une seconde. Enfin, une vague me submerga, m'emportant au bout de moi-même dans une contrée jamais défrichée et que je devinais pleine de promesses", "je m'accroupis sur ma douleur".... quand je lis ces phrases ..je sais que je tiens là, entre mes mains, mon plus mauvais choix de lecture de cette année ! En plus de ce mauvais point, le problème de ce roman réside surtout dans le fait que l'auteur n'a pas su marier L Histoire et la littérature. Ainsi, elle parsème dans son récit de nombreux événements de l'époque, les inventions, les célébrités mais à tout va, sans construction comme si elle avait peur d'en oublier. Nous avons droit en vrac au vélocipède , à l'appareil photo, à la Tour Eiffel, à l'exposition Universelle , à l'incendie du Bazar de la Charité, à la naissance des impressionnistes, nous croisons brièvement un impressionnant catalogue de grands noms que l'auteur dépeint à grands traits superficiels (Nadar est un grand homme qui porte ses cheveux roux comme une crinière... George Sand n'est bien qu'à la campagne entre ses chiens, ses fleurs et quelques intimes ...Flaubert a au fond de lui une mélancolie maladive....) .
Ines de Kertanguy a quand même réussi à me désintéresser complètement de Sophianne et de sa copine, l'Impératrice Eugénie, alors qu'elle tenait là un sujet passionnant à raconter.
Bref, un roman à oublier très vite. Bien heureusement, je crois que je vais y parvenir aisément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Audrey56
  23 mai 2016
Inès de Kertanguy, historienne et romancière, vient de signer aux Éditions Tallandier un réjouissant et instructif roman historique. Couvrant quasiment tout le XIXe siècle, Un dernier tour de valse nous entraîne dans un tourbillon où politique, intrigues et passions amoureuses donnent le ton. L'héroïne, et narratrice, Sophianne de Lencelle, souhaite écrire ses mémoires pour sa petite-fille qui n'a pas connu ses parents.

Sophianne est née le 31 juillet 1823, « sous le règne finissant de Louis XVIII », mais l'histoire commence réellement quand, dix ans plus tard, elle doit se rendre avec sa mère en Espagne où sa grand-mère est sur le point de mourir. Elle va y faire la rencontre de deux jeunes soeurs, Francesca et Eugenia de Montijo. Celle-ci scellera le début d'une grande amitié et la genèse d'un destin hors-norme.
De retour à Paris, elle reçoit l'éducation classique des petites filles de bonne famille de l'époque, à savoir : scolarité dans un couvent, parents peu chaleureux, « dans mon enfance, je n'avais pas été aimée, mais dressée comme un caniche de salon », et, bien évidemment destinée à faire un mariage avantageux. Cela passe, l'année de ses seize ans, par l'organisation d'un bal pour marquer son « entrée dans le monde ».
Le 7 mai 1840, le fameux bal a lieu, elle y fait la rencontre d'Octave de Lencelle, de quatorze ans son aîné, veuf, de vieille noblesse certes, mais sans grande fortune. Il ne convient évidemment pas aux parents de Sophianne. Afin d'empêcher le mariage, ils vont enfermer leur fille dans un couvent de province. Trois mois plus tard, Sophianne doit quitter précipitamment son couvent, car son père est mourant. Il finira par avouer à sa fille toute la fierté qu'il a pour elle et consentira, enfin, au mariage.

Entre-temps, les soeurs de Montijo ont dû fuir l'Espagne, où la guerre civile sévit, elles se sont installées avec leur mère à Paris, pour la plus grande joie de Sophianne. C'est donc entourée d'amies que Sophianne commence sa vie de femme, puisqu'elle vient de faire la connaissance de Mathilde, fille de Jérôme Bonaparte, frère de Napoléon Ier. Mathilde, tout comme Sophianne d'ailleurs, a pour passion la peinture, mais également les belles-lettres, c'est ainsi que tout au long de ce roman nous voyons se bousculer dans son salon Stendhal, Lamartine, Hugo, Dumas, les frères Goncourt, Sainte-Beuve, Flaubert et bien d'autres encore.
La suite sur : www.actualitte.com
Lien : https://www.actualitte.com/a..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
VivianeB
  04 décembre 2018
L'auteur, historienne, prend le prétexte de nous relater le second empire par le biais de l'amitié entre la reine Eugénie et Sophie-Anne de Lancelle, qui relate sa vie pour sa petite-fille, orpheline. J'ai dévoré ce livre nous contant une jolie amitié et nous faisant découvrir un pan historique de la France. Voilà qui me plaît beaucoup, lire pour me divertir et apprendre.
Commenter  J’apprécie          80
mimi5751
  05 avril 2017
Un livre formidable. Cela fait un moment que je voulais le prendre à la BB et j'en suis ravie car il m'a appris beaucoup sur le second empire.
C'est Sophianne qui raconte son histoire mais aussi les événements politiques, la montée d'une certaine bourgeoisie et la pauvreté des ouvriers.
Mais aussi elle nous montre un Napoléon 3 qui aimait les femmes et était très mal entouré mais aussi malade et influençable par son épouse Eugénie qui elle ne comprenait rien à la politique et à tout fait de travers.
Sophianne nous raconte son histoire pour sa petite fille.
Je ne vous dirais rien de plus seulement allez y si vous aimez le genre car il nous transporte dans le second empire et ses fastes et nous fait rêver.
Commenter  J’apprécie          20
vero95270
  19 septembre 2018
Deux chapitres et un ennui terrible. Je n'ai pas réussi à entrer dans le roman, je n'ai pas trouvé les personnages attachants. Et pourtant, le second empire est ma période historique préférée. N'est pas Zola ou Maupassant qui veut.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   09 novembre 2017
Relevant ses jupes, elle dansa le flamenco comme une vraie gitane. Elle était si jolie, si attirante. Pour elle, ce n’était qu’un jeu et elle n’avait pas conscience de ce que son attitude pouvait avoir de provocant.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 novembre 2017
« Je crois que, de temps en temps, des hommes sont créés, que j’appellerais providentiels, dans les mains desquels sont remis les destinées de leur pays. Je crois être moi-même un de ces hommes. »
NAPOLÉON III.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 novembre 2017
Je n’ai pas confiance en ta mère, elle est radine et n’entend rien à la finance. N’oublie jamais que cet argent, je l’ai gagné à la sueur de mon front. Prends-en soin, fais-le fructifier.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 novembre 2017
Si nous les femmes devions décliner toutes les invitations où nous sommes censées plaire aux époux, autant nous mettre tout de suite au cachot !
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 novembre 2017
« Nous serons plus fortes, grand-mère, pour attendre cette nouvelle à deux. Il ne faut plus que vous portiez ce poids toute seule. »
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : napoléon iiiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2072 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre