AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205060430
Éditeur : Dargaud (22/08/2008)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 9 notes)
Résumé :

Toute sa vie Johnny Cash a marché sur un fil. Un fil surplombant, d'un côté, la fureur, les excès, les ténèbres ; de l'autre, la musique, l'amour, le succès populaire. S'il est tombé plusieurs fois, Cash s'est toujours relevé ; pour construire la carrière la plus impressionnante et la plus respectée de l'histoire de la musique populaire américaine. Cet album retrace cette vie, des débuts dan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
seblac
  02 mai 2016
Johnny Clash. Un titre sobre. Un graphisme épuré en noir et blanc presque austère pour illustrer la vie de ce chanteur vêtu de noir à la voix grave presque caverneuse.
Tournant principalement autour du concert que Cash donna à la prison de Folsom en janvier 1968, l'histoire élaborée par Reinhard Kleist déroule les principaux épisodes de la vie du chanteur jusqu'à la fin des années 60.
Une vie commencée dans la misère et le labeur des terres du grand sud américain. Une terre fertile à la musique. Une période importante et difficile pour le jeune homme mais pas forcément traumatisante car il en a tiré la force et la couleur de sa musique.
Cette jeunesse est malgré tout marquée au fer rouge par la mort prématurée de son frère aîné. Un frère qui l'accompagnera encore, notamment dans les moments difficiles. Là encore, cette mort n'agit pas comme un trauma paralysant ou envahissant mais plutôt comme une force secrète dans laquelle le musicien puise aide et conseil dans les pires moments…
L'armée, les premiers boulots, un mariage un peu rapide, telle est la jeunesse ordinaire de Cash. Mais très vite la musique l'attire définitivement dans ses filets.
Le succès est finalement assez rapide. Les enregistrements, les tournées interminables éloignent Johnny Cash de sa vie de famille. Sa musique devient sa famille sans qu'il renie totalement l'autre pour autant.
Mais la rançon de cette gloire se paie aussi à travers différents excès. Alcool, amphétamines, troubles du comportements finissent par envahir le chanteur comme une tache noir se répandant sur le papier. La voix qui part en sucette, les concerts annulés s'accumulent et comme tout drogué, Cash refuse de voir la vérité en face.
Mais dans la difficulté le chanteur peut se reposer sur quelques épaules solides. Celle de son épouse malgré tout présente, celle de la chanteuse Jude Carter qui est probablement la femme de sa vie, celle de sa famille, sans oublier le souvenir de son frère.
Vient alors le temps de la rédemption, de la désintoxication et de la renaissance lors de concert à la prison de Folsom, moment d'une rencontre aussi inattendue qu'émouvante.
Délibérément l'auteur élude la suite de la vie de Johnny Cash pour arriver aux derniers instants de sa vie alors qu'il enregistre un titre composé pour lui par Trent Reznor dans le studio de Rick Rubin. le livre se referme sur une dernière image émouvante, celle d'un homme apaisé au milieu de la nature.
Globalement on peut trouver cette bd un peu froide, un peu trop linéaire, surtout si on la compare au film Walk the line sorti il y a quelques années ; mais ce film n'en faisait-il pas un peu trop d'ailleurs ?
Personnellement, je trouve le ton de cet album plus équilibré. L'émotion est bel et bien là pour qui saura la trouver derrière cette façade un peu austère qui était finalement celle de Johnny. Un personnage qui intériorise beaucoup ses émotions jusqu'à ce que celles-ci débordent, explosent même.
Le graphisme se veut réaliste et peut s'avérer un peu monotone parfois. Toutefois certaines pages recèlent quelques illustrations magnifiques qui font un peu regretter le petit format de ce livre.
Enfin comment ne pas évoquer l'essentiel, à savoir la musique, les chansons. Certaines pages constituent des illustrations, des petits clips des chansons de Johnny Cash : réalistes, dures, émouvantes...Elles mettent en scène Johnny Cash dans les situations évoquées par le texte de ses chansons.
Au final, j'ai pris un réel plaisir à lire ce Johnny Cash et à me replonger dans quelques une de ses chansons. Certains livres donnent envie d'en lire d'autres, ce livre là donne envie d'écouter de la musique. C'est l'essentiel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Fandol
  21 juin 2017
Raconter la vie de Johnny Cash a été fait au cinéma et magistralement par James Mangold dans Walk the line, en 2005. Reinhard Kleist, scénariste et illustrateur allemand, de manière beaucoup plus sombre, s'est lancé lui aussi dans le récit de la vie d'un homme parti des champs de coton pour triompher sur scène. S'il est tombé plusieurs fois, il a toujours su se relever pour rester une véritable légende de la chanson, de la musique populaire américaine.
Glen Sherley, rencontré lors de son passage à la prison de Folsom, sert de narrateur et permet de suivre la vie tumultueuse de notre héros. Cet homme, chanteur lui-même, est tiré du mauvais engrenage dans lequel il se trouve par Johnny Cash qui l'emmène en tournée et lance sa carrière. Hélas, Glen Sherley supporte mal la célébrité et se suicide en 1978.
L'auteur n'évite pas les épisodes peu glorieux de la vie de Johnny Cash comme lorsqu'il met le feu à la forêt du parc national de Los Padres, détruisant complètement une zone de nidification du condor californien. Glen ajoute : « Il en a choqué plus d'un avec cette histoire. »
On retrouve Cash avec Bob Dylan qui tente de lui proposer son porte harmonica mais : « C'est pas bon pour moi ton truc. Ça me ralentit. » Quand il ajoute : « Je vois trop d'obscurité dans ce monde. » Bob lui demande, un rien moqueur : « Oh, alors, c'est pour ça que Monsieur s'habille toujours en noir ? » La réponse est cinglante : « Tu vois beaucoup de raisons de porter les couleurs de l'arc-en-ciel, toi ? »
Ainsi, Une vie s'égrène, rythmée par quelques paroles de chanson et June Carter. Leurs rencontres sont toujours très animées comme lorsqu'elle lui demande ce qu'il pense du texte de Cercle de feu. Il rétorque : « Assez psychédélique. Tu t'es envoyé des trucs ? Ha ! Ha ! Ha ! » Mais June ne se laisse pas faire : « Je suis sérieuse. Cette chanson représente beaucoup pour moi et je voudrais ton avis sincère. » Et celui qui chantera si bien Ring of fire répond : « C'est une super love song. Celui à qui tu as pensé en l'écrivant peut s'estimer heureux. » L'échange se poursuit avant qu'elle lui donne des conseils pour bien chanter Jackson, leur fabuleux succès…
Plus tard, elle sera à ses côtés lors d'une désintoxication qui donne l'occasion au dessinateur de créer des planches très impressionnantes comme celles, magnifiques, qu'il livre à la fin du livre. S'il est mort en 2003, quelques mois après June Carter, il faut encore et toujours écouter Johnny Cash !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
kanterror
  14 novembre 2010
Tout simplement excellent. Je partais pourtant avec de gros à priori pour plusieurs raisons : l'overdose de produits dérivés autour de johnny cash depuis quelques années (d'un walk the line trop romancé qui m'a moyennement convaincu au revival rockabilly/country/fifties mal digéré que l'on retrouve de la presse spécialisée au magazine de mode) ainsi qu'un graphisme plutôt bof à mes yeux. Et au final, la bande dessinée tient debout, et plusieurs planches sont même très chouettes graphiquement. de plus, l'auteur est fidèle me semble t-il à 'la personnalité de Cash, en tout cas celle que l'on semble cerner dans son autobiographie. Pas de vénération pompeuse de June Carter, et c'est tant mieux. Une vraie atmosphère autour de l'homme en noir, et une fin poignante à souhait. A découvrir.
Commenter  J’apprécie          30
DamienR
  27 mars 2012
J'ai emprunté cette BD à la fois pour son intérêt documentaire et pour l'approche graphique que j'avais entrevue sur la couverture et en la feuilletant rapidement.
Hélas dès les premières pages, la narration est complètement plate et je ne pouvais m'empêcher de faire des comparaisons avec le film "Walk the line". Ce dernier est parfois dur, notamment dans la relation avec le père, la misère de la famille, la perte de son frère aimé. Il est difficile de dire s'il est excessif, en tout cas la BD gomme complètement ces aspects en présentant une famille banale, consacrée aux travaux des champs, une entrée dans la vie un peu triste, quoi.
La rencontre avec June Carter, la véritable passion de Johnny Cash, est là encore atone : absence de romantisme, un seul bout de planche sur leur première entrevue... Bref, pour aller au delà du film et découvrir les années "contemporaines" de ce chanteur de légende, je pensais passer au dessus de la narration, m'accrocher au graphisme, mais même ce dernier s'avère au final hésitant et assez décevant. Il est clair que l'auteur voue une passion pour le chanteur, mais ça ne suffit pas.
Pour les fans du rocker, il est préférable de consulter :
- Johnny Cash - Une icône américaine, par Stephen Miller aux éditions Camion Blanc
- Cash - L'autobiographie, avec Patrick Carr au Castor Astral
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
philteys
  24 mai 2017
Un Johnny Cash incandescent, en proie à ses démons intérieurs. le tout soutenu par un dessin en noir et blanc superbe et tranchant. Une passionnante page musicale sans le moindre son.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
FandolFandol   21 juin 2017
À propos de Ring of fire (Cercle de feu), Johnny Cash :
- Assez psychédélique. Tu t’es envoyé des trucs ? Ha ! Ha ! Ha !
- Je suis sérieuse. Cette chanson représente beaucoup pour moi et je voudrais ton avis sincère. (June Carter)
- C’est une super love song. Celui à qui tu as pensé en l’écrivant peut s’estimer heureux.
Commenter  J’apprécie          00
seblacseblac   02 mai 2016
Je ne suis pas dans la position de savoir si cette guerre est juste ou pas. Tout ce que je sais, c'est que des gars meurent. Et ça, ce ne sera jamais juste.
Commenter  J’apprécie          10
seblacseblac   02 mai 2016
Ce qui reste en fin de compte, ce sont les légendes, pas les faits. Et les légendes, elles se doivent d'être racontées.
Commenter  J’apprécie          10
seblacseblac   02 mai 2016
Lui et moi, on sait tous les deux que la musique est capable de transporter un homme au-delà des murs les plus épais…
Commenter  J’apprécie          10
FandolFandol   21 juin 2017
- Je vois trop d’obscurité dans ce monde.
- Oh, alors, c’est pour ça que Monsieur s’habille toujours en noir ?
- Tu vois beaucoup de raisons de porter les couleurs de l’arc-en-ciel, toi ?
Commenter  J’apprécie          00
Video de Reinhard Kleist (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Reinhard Kleist
Vidéo de Reinhard Kleist
Dans la catégorie : ChansonVoir plus
>Musique dramatique>Musique profane>Chanson (331)
autres livres classés : Country (musique)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
311 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre