AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226173129
Éditeur : Albin Michel (28/02/2007)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 104 notes)
Résumé :
Il a connu tout ce qu'un fils d'immigrés, Noir, pauvre, élevé par une mère seule avec six frères et soeurs, peut connaitre, de la délinquance des cités : vols et trafics en tous genres, argent facile, frime et rapports de force, sans oublier les proches tués par balles, morts d'overdose, ou qui ont sombré dans le fanatisme. Converti à l'islam - ou plutôt à cet islam obscurantiste qui sévit dans certaines banlieues -, il a parcouru les routes de France pour prêcher d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  14 juillet 2015
Abd al Malik est un artiste talentueux, animé par une passion évidente et communicative que l'on ressent dans toutes ses prestations médiatiques.
de lui, plus que sa discographie, que je connais que trop parcimonieusement, j'avais lu il y a quelques années Qu'Allah bénisse la France qui retracait son histoire et son parcours du slammeur de la cité du Neuhof au Zénith de Paris. Une édifante et convaincante histoire vraie qui servait une vision personnelle et sincère, inscrite dans l'éternelle course à l'authenticité du récit de banlieue.
A la fois manifeste contre les épreuves et l'adversité et un appel à vivre ensemble dans une France pas toujours tolérante envers ses générations d'immigrés, ce livre est une belle réussite!!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          232
Thaliie
  03 juin 2015
Ce livre retrace le parcours du rappeur connu sous le nom d'Abd al Malik , de son enfance en tant que fils de parents congolais dans la cité du Neuhof près de Strasbourg jusqu'à l'âge adulte et sa conversion à l'Islam.
Abd al Malik dévoile ici les interrogations et les doutes qui l'ont poussé à chercher à tout âge des réponses, qu'il a pour la plupart trouvé en embrassant l'islam.
Son chemin est particulier. A la fois jeune délinquant des cités et élève brillant passionné par la philosophie et la lecture en général, puis musulman tout en étant rappeur.
Ces dualités semblent l'avoir rendu plus critique par rapport au monde qui l'entoure et lui ont permis plusieurs fois d'éviter de sombrer dans des extrêmes qu'il a pourtant côtoyés et dans lesquels il a vu se perdre certaines de ses connaissances: enfer des drogues, islam radical ...
D'un autre coté ces dualités le déchirent, il ne trouve sa place nulle part , jusqu'à sa rencontre avec le soufisme dans lequel il trouvera l'ouverture d'esprit et le message de paix et de spiritualité qu'il cherchait depuis longtemps.
J'avoue ne pas avoir tout compris de la dernière partie sur le soufisme, car je ne connais pratiquement rien de ce courant , mais je comprends bien le cheminement intérieur qui a fait d'Abd al Malik ce qu'il est aujourd'hui et ce qu'il exprime à travers ses textes (de rap).
Cet homme représente à lui seul une grande diversité : français issu de l'immigration , ancien jeune des cités, rappeur, philosophe, musulman ... et je le remercie pour son texte, cette grande ouverture d'esprit et son esprit critique avisé mais pas nullement condescendant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cathy13600
  12 mars 2017
C'est en lisant le synopsis qui me paraissait intéressant que j'ai eu envie de découvrir cette autobiographie. Je l'ai donc achetée et je peux vous dire que je ne regrette absolument pas mon choix. Que la personne qui me l'a vendue en soit remerciée car sans sa publication sur une célèbre application, je n'aurais jamais entrepris cette lecture puisque je n'en connaissais pas l'existence.
Je situais bien évidemment Abd al Malik « l'artiste » au style musical mêlant rap, jazz et slam mais pas l'écrivain au talent indéniable. Faute avouée est à moitié pardonnée…
L'auteur, de son vrai nom Régis Fayette-Mikano, retrace son parcours d'enfant d'immigrés noir, élevé par sa mère, catholique, avec ses deux frères dans la cité du Neuhof à Strasbourg.
Au commencement, il nous explique que bien que né en 1975 à Paris d'un père haut fonctionnaire congolais, il a vécu dans un premier temps avec sa famille à Brazzaville. Son enfance faite d'insouciance va basculer lorsque ses parents divorcent après un retour en France en 1981 où ils intègrent un appartement HLM dans la région Alsacienne.
En quête d'argent facile, son quotidien alterne entre les vols, le deal, les problèmes de drogue et son groupe de rap. On pense, dès lors, que la grande délinquance lui est fatalement promise avec un aller sans retour, si j'ose m'exprimer ainsi. Ce ne sera pas le cas. Pourquoi ? Tout simplement, parce qu'il a une chance : Il est doué pour l'école et aime ça. On apprend que cet excellent niveau scolaire doublé d'un travail intense lui a permis de fréquenter les meilleurs collèges et lycées privés catholiques mais aussi de se démarquer de ses collègues de quartier.
Quelques années plus tard, il décide de se convertir à l'islam quand il voit la majorité d'entre eux disparaître dans les abîmes de l'alcool, de la drogue dure, de la maladie ou de la prison.
Dans la deuxième partie qui parle de sa reconversion, notre écrivain nous offre une plongée dans les différents courants de cette religion. Il nous révèle qu'après avoir pratiqué un islam fondamentaliste, aidé par son amour pour la littérature et la philosophie, il va prendre du recul et réfléchir sur son cheminement spirituel pour embrasser finalement le soufisme.
La suite vous tend les bras…
Une fois n'est pas coutume, je vais aborder en premier le point de cet essai qui est, à mon sens, négatif :
Même si l'exposition de son parcours religieux est intéressant et indispensable à la bonne compréhension de l'histoire, je l'ai trouvée un peu longue et je me suis ennuyée par moment.
Plus de concision aurait été bénéfique.
Passons au positif :
Ce récit est avant tout une victoire contre l'adversité et un appel à vivre ensemble.
J'ai été charmée par l'authenticité de son discours vis-à-vis de la France.
Je reconnais avoir vu l'islam autrement quand il précise que c'est grâce à lui qu'il aime son pays.
« Soyons tous ensemble en harmonie que l'on donne ou qu'on reçoive que l'on reste ami
Pour toi et moi je prie que Dieu bénisse la France c'est un si beau pays ». Dans cette citation, tout est dit.
J'ai aimé la sincérité de sa foi basée sur l'amour.
Au fil des pages, on découvre des paroles « sages », sans polémiques, extrêmement réfléchies et sensées.
Ce monsieur est quelqu'un de très intelligent. Il porte un regard aiguisé sur les comportements humains et notre belle nation.
J'ai été impressionnée par la qualité de l'écriture avec un style qui me rappelle un peu celui de Grand Corps Malade dans son livre « Patient » Plume claire, limpide, sans fausse pudeur. Un peu poétique.
Je vous incite vivement à découvrir cet hymne à la tolérance. Même par curiosité, allez-y, vous ne serez pas déçus !

Lien : https://www.instagram.com/li..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Enroute
  11 août 2019
On quitte le roman petit à petit pour entrer dans le témoignage et achever dans la profession de foi qui recolle, par son côté mystique au récit ; c'est tant mieux, les chapitres du centre m'ont paru trop quotidiens pour que je puisse m'y engager. Le mode de découverte de l'universel est surprenant et original - et l'auteur a dix ans d'avance sur Augustin qui n'a eu sa révélation qu'à quarante ans... Il est par ailleurs saisissant que, de ce que l'auteur en dit, le comportement qu'il a eu dans son adolescence indique qu'il a toujours su ce qu'il a découvert et su verbaliser plus tard. Le livre donne une version plus sereine, peut-être plus libre, plus ouverte, que celle que j'avais d'Al Ghazali... - même si l'on garde une gêne de cette manie à insérer des "psl" à toutes les pages. Les rapports entre les communautés musicale et islamique en France sont aussi intéressants à aborder et révèlent sans doute une complexité immense qui n'est que synthétisée ici, on comprend l'avertissement de départ - un texte intéressant même si l'ensemble reste centré sur l'auteur dans une forme d'autosatisfaction et d'attraction - que doit sans doute produire toute personne qui vit de sa production artistique. A lire comme un roman, pour que l'on mette de la distance sans laquelle la lecture perd tout intérêt à mon sens (et pose la question de la délinquance, de la situation actuelle de l'auteur, de la véridicité, etc. toutes ces questions qui viendraient réduire le texte en l'insérant trop dans la réalité).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Bookaddict
  03 décembre 2014
J'ai lu ce livre il y a de nombreuses années et je viens d'aller voir l'avant-première qui en est une excellente adaptation.
Je pense que ce livre comme le film sont essentiels à diffuser par les temps qui courent.
De nombreux thèmes de réflexions sont abordés.
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   12 novembre 2012
"Une femme, c’est mieux qu’un homme !" : c’est ce que je décidai de penser pour toujours. La femme est infiniment plus forte que l’homme. Les mecs peuvent bien gonfler leurs biceps, voir couler leur sang ou faire couler celui d’un autre, ça n’aura jamais rien de comparable au courage de la femme et pas seulement de la femme en couches.
Commenter  J’apprécie          260
rkhettaouirkhettaoui   12 novembre 2012
Dieu a fait les différences non pas pour qu’on s’affronte
Les cultures sont des richesses pour que l’on se rencontre
Commenter  J’apprécie          440
rkhettaouirkhettaoui   12 novembre 2012
Cette schizophrénie que je croyais avoir dépassée en embrassant l’islam me rattrapait sous une forme plus subtile. D’un côté, il y avait la musique qui me passionnait, et mon rapport ambigu à l’argent, incarné par mon financier occulte. De l’autre, il y avait mon statut de prêcheur de l’islam, qui déclarait haram aussi bien la musique que aussi bien la musique que la délinquance. Où était le bien ? Où était le mal ? Je nageais en pleine confusion, et je me haïssais de ne pas être à la hauteur de l’image que je voulais donner de moi-même. J’étais devenu un mensonge ambulant, un caméléon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MyriamBachonMyriamBachon   19 novembre 2015
j'avais immédiatement ressenti de l'aversion pour la drogue: d'une part je considérais que toute forme de dépendance était un signe de faiblesse, et , d'autre part j'étais terrorisé à l'idée que si je m'engageais dans cette voie je ne serais jamais capable de faire machine arrière.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   12 novembre 2012
Je comprends qu’être une femme ne soit pas évident. Qu’être rabaissée, réduite, bafouée en permanence d’un regard, d’une parole ou d’un sous-entendu graveleux, soit tout simplement intolérable. L’homme s’octroie la force et le pouvoir : la belle affaire !
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Abd al Malik (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Abd al Malik
"Méchantes blessures" - Abd Al Malik explique le titre et le propos de son roman
Dans la catégorie : ChansonVoir plus
>Musique dramatique>Musique profane>Chanson (331)
autres livres classés : Hip-hopVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1189 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre
.. ..